Vote du budget au Conseil Général

Les élus communistes défendent un autre budget

Communiqué de Pascal Beaudet et Jean-Jacques Karman, conseillers généraux d’Aubervilliers

samedi 21 mai 2011

Jeudi 19 mai, le président du Conseil général Claude Bartolone a présenté le budget du Conseil général.

L’État impose au conseil général des charges en augmentation sans lui donner les moyens financiers en adéquation. Rien que sur les trois principales prestations sociales, RSA (Revenu de solidarité active), APA (Allocation personnalisée d’autonomie) et PCH (Prestation de compensation du handicap), l’État doit au Conseil général 855 millions d’euros pour la période 2004-2011.
Quant à la dotation globale de fonctionnement, elle ne progresse pas alors que les besoins, dans tous les domaines – aide sociale, santé, petite enfance, culture, sport, habitat… – explosent.

Au lieu de réclamer à l’État ce qu’il doit au département de Seine-Saint-Denis, la présidence socialiste du Conseil général préfère « s’adapter ». Elle opère des coupes sombres dans les budgets et supprime des emplois. Elle fait aussi le choix d’augmenter l’impôt sur le foncier bâti de 7,6 %, ce qui fait une augmentation cumulée de 20 % en trois ans !

Les conseillers généraux communistes proposent au contraire un budget de rupture, qui mette l’État devant ses responsabilités. Ils demandent en premier lieu que toutes avancées sociales prises par la présidence communiste soient rétablies. Ils demandent aussi à la majorité socialiste de réviser son plan d’investissement, à commencer par le plan sur les collèges qui fait un recours systématique au Partenariat public-privé (PPP) dont chacun mesure aujourd’hui la nocivité pour les contribuables.

Ils s’inquiètent par ailleurs de la situation du personnel du Conseil général, sur lequel pèsent ces choix d’orientation budgétaire : non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, suppression des postes de vacataires, stress au travail du au nouveau « management »...

Les ordinateurs subventionnés pour les collégiens entrant en 6e, ou le coût de la carte Améthyste à 15 € ne sont pas rétablis. Mais les élus communistes ont obtenu une avancée sur la carte Imagin’R. Grâce à leur intervention, la prise en charge de 50 % est rétablie pour les collégiens boursiers, et à hauteur de 25 % pour les collégiens de 3e. C’est une première victoire remportée grâce aux conseillers généraux Pascal Beaudet et Jean Jacques Karman.

Les élus du groupe communiste ont demandé à Claude Bartolone de revoir sa copie, et d’associer les habitants de Seine-Saint-Denis à des actions revendicatives pour obtenir de l’Etat les moyens nécessaires. N’obtenant pas satisfaction, ils se sont abstenus lors du vote du budget, et Jean Jacques Karman a voté contre.

13 Messages

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 23 mai 2011 à 16:00, par Dès le premier budget, les élus communistes s’abstiennent au Conseil Général

    Il est vrai que le seul remboursement de la carte imagin’R, ça fait léger comme concession de la part de Bartolone et qu’il ne pouvait pas s’attendre à une approbation des élus communistes, surtout que les impôts locaux augmentent encore fortement pour ce sui est de la part départementale.

    Mais c’est peut-être là qu’il fallait lancer un véritable débat sur le financement des collectivités locales et adopter un budget en déséquilibre réel pour signifier l’urgence. Quand on pense que ce que doit l’Etat est supérieur au plan collège, on reste pantois.

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 23 mai 2011 à 17:12, par RAYMON BARRE

    Dans son article sur les emplois fictifs, celui qui se fait appeler Chirac prétend qu’il y en aurait eu 25.

    Il semble que l’équipe de Salvator n’en ai trouvé que 21, et que les sommes consacrés les années précédentes à payer des gens pour qu’ils restent chez eux ne grimpent pas jusqu’à 1 million d’euros, mais que ce soit plus près de 800 OOO euros, (salaires, indemnités, primes et charges sociales).

    Quand on critique, la moindre des précautions est de vérifier ses informations.

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 23 mai 2011 à 20:38, par RADIO MON GENDRE

    Avant-hier, j’ai été obligé de passer plusieurs heures au commissariat d’Aubervilliers suite à la perte de mon passeport.

    Alors que j’attendais dans le couloir du premier étage, j’ai entendu deux flics qui discutaient d’une plainte du maire suite aux élections cantonales. Une camionnette passait dans les cités du Montfort, de la Maladrerie, de Gabriel Péri, en diffusant des messages accusant, en gros, le maire de dilapider l’argent des administrés.
    Le maire a donc porté plainte contre X, pour défendre son honneur. Il semblerait que les flics aient identifié le véhicule qui appartiendrait à un ancien élu de la précédente municipalité, tendance Cromagnon. Il était accompagné d’un autre élu qui moulinait comme un primate à ses côtés.
    La suite au prochain numéro.

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 24 mai 2011 à 11:01, par Kollontaï

    Les élus communistes du Conseil général ont effectivement lancé le débat sur l’argent dû par l’Etat et ils ont interpellé les élus socialistes en leur demandant de mener une campagne d’information et de mobilisation en direction de la population. Mais ça n’a pas eu l’air de beaucoup motiver les conseillers généraux, pas plus que le vote d’un budget en réel déséquilibre proposé par Jean Jacques Karman.

    C’est toujours pareil : les socialistes ont le verbe haut quand ils ne sont pas aux affaires. Quand ils y sont, ils appliquent le principe du "réalisme" qui tend à ne surtout rien changer.

  • Attention à ne pas se brûler les ailes Le 24 mai 2011 à 11:10, par Opération vérité

    Jacques Salvator aurait porté plainte pour diffamation. La belle affaire !

    Sait-il que l’on peut être poursuivi pour fausses déclarations, surtout quand on à l’intelligence de collecter des témoignages en envoyant des SMS, en dictant de faux témoignages à de faux témoins ?

    Sait-il également qu’il est interdit de mettre les moyens de la ville au service d’une campagne électorale ? Pourrait-il justifier l’activité à plein temps de jeunes collaboratrices, pas toujours très malines, qui ont appelé en se réclamant de la municipalité pour demander aux électeurs - y compris des sympathisants communistes, c’est dire à quel point elles connaissent la ville... - d’aller voter Evelyne Yonnet ?

    Quant aux emplois présumés fictifs dénoncés à longueur de colonnes par des socialistes qui n’ont pas le courage de signer, cela revient à contester les décisions de la Médecine du travail et de la sécurité sociale qui ont prescrit des arrêts maladie de longue durée. Comme quoi, la droite qui casse la Médecine du travail ou les socialistes qui laissent entendre que les médecins donnent des certificats de complaisance, sont bien sur la même longueur d’onde.

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 24 mai 2011 à 18:40, par CANNES

    Michel Gondry était de passage à Cannes où il a profité d’une rencontre avec Djamel Debbouze et Jack Salvator pour annoncer qu’il allait installer son Usine à Films dans les anciens locaux des Allumettes, à Aubervilliers.

    Une sorte de lieu autogestionnaire et gratuit où chacun pourra tourner un film en profitant du matériel mis à disposition et des décors.

    D’après ce qui se murmurait sur la Croisette, l’une des premiers films tournés à Auber serait un remake du "Parrain" et JJK serait pressenti pour le premier rôle.

    On parle aussi d’une reprise du Spountz, avec Beaudet dans le rôle tenu à l’époque par Fernandel.

    On hésite chez les producteurs sur un nouvel épisode de la Planète des Singes, le cachet que demanderait Eric Plée excédant les possibilités des banquiers. A moins qu’ils ne dégotent quelques emprunts toxiques.

  • Filmographie ? Le 25 mai 2011 à 09:42, par La culture, c’est comme la confiture

    N’est pas Jack Ralite qui veut. Les aficianodos de Jacques Salvator auront beau tenter de réécrire son (pré)nom, il lui faudra faire encore beaucoup de chemin pour que notre bon maire atteigne le niveau politique de Jack Ralite.

    Même problème avec ses soutiens : il suffit de lire leurs références filmographiques pour comprendre à qui on a à faire.

    Mais encore un effort : certains prétendent que même les séries US les plus stupides sont des produits culturels. Bientôt, notre maire-adjoint à la culture, au lieu d’éplucher son dictionnaire des citations, n’aura plus qu’à puiser dans les bonnes vieilles séries US. "Règlement de comptes à OK Corral" est de toute manière plus adapté aux conseils municipaux qu’Erasme ou Voltaire.

  • La culture... Le 25 mai 2011 à 09:46, par La culture, c’est comme la confiture

    moins en en a, plus on l’étale.

    Une autre citation, plus adaptée au cas présent : "Les cons, ça ose tout, c’est justement à ça qu’on les reconnaît".

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 25 mai 2011 à 10:08, par MARCHE PUBLIC

    L a société EUROVIA, filiale du trust VINCI, fournisseur du Conseil Général, est semble-t-il très heureuse de se payer une pleine page de publicité dans le torchon de Jean-Jacques karman, et doit sûrement espérer que les habitants du quartier Villette fassent appel à elle pour commander son produit vedette, le VIAGRIP, un "revêtement qui assure une meilleure tenue de route dans les zones sinueuses et glissantes".

    Merci à Karman de rejoindre le combat des élus UMP contre la mortalité routière.

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 25 mai 2011 à 10:34, par Gonflé ou con ?

    On peut se poser la question à propos de "marché public". Au moment où le conseil général va construire ses collèges en PPP, ce qui est fortement contesté, "marché public" nous ressort cette histoire de journal politique financé par la pub.

    Les élus socialistes sont contre les PPP : certains conseillers généraux ont fait campagne sur ce thème, dans le Loiret par exemple, et même Huchon s’est opposé à l’Etat sur cette question par rapport au campus Condorcet. Il n’y a qu’à Aubervilliers et au conseil général du 93 qu’ils sont pour.

    C’est comme pour Malika Ahmed. Ils ont fait une faute éthique et politique. Et plutôt que mettre la pédale douce, ils appuient à fond et foncent dans le mur. Continuez comme ça les gars.

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 25 mai 2011 à 11:07, par INVESTISSEMENT POLITIQUE

    La société BIR, fournisseur du Conseil Général, n’a pas été aussi mesquine que sa consoeur EUROVIA et s’est payé au prix fort deux pleines pages de pub dans le torchon du conseiller général Jean-Jacques Karman, espérant sans doute que les habitants du quartier La Villette fassent appel à ses services pour installer de la tuyauterie industrielle, des réseaux électriques opu de l’éclairage public.

  • Les élus communistes défendent un autre budget Le 25 mai 2011 à 14:28, par CAPITAL-TRAVAIL

    Honte à la société ALMA ASCENSEURS, fournisseur du Conseil Général, qui consacré qu’une demi-page d’achat de pub dans le torchon du conseiller général Jean-Jacques Karman. D’autant que cet argent aurait pu servir à augmenter les salaires comme le revendiquaient les salariés. Mais le patron espère sans doute que les habitants du quartier La Villette fassent appel à ses services pour installer des cabines d’ascenseur, des armoires de manoeuvres électroniques à sélection magnétique avec parachute doré à double prise.

  • Les mauvais perdants ne sont pas très futés... Le 26 mai 2011 à 12:30, par Kollontaï

    Prendre une à une les publicités du journal de Jean Jacques Karman pour les dénoncer et enfoncer le clou avec des arguments du type "la société X espère bien qu’on l’emploiera pour réaliser tel ou tel travaux" est un procédé inepte.

    En effet, les marchés des collectivités territoriales sont attribués par des appels d’offre. La collectivité rend public un marché et demande aux entreprises de proposer des devis. Elle les étudie ensuite, via sa commission d’appel d’offres, qui propose au conseil municipal de les attribuer à une entreprise plutôt qu’une autre (généralement au moins disant). La décision est prise in fine par le conseil municipal qui vote l’attribution du marché.

    Qui est l’actuel président de la commission d’appel d’offres de la municipalité d’Aubervilliers ? Jean-François Monino, qu’on ne peut pas soupçonner de collusion avec Jean Jacques Karman... Idem au Conseil général où la commission d’appel d’offres n’est pas dirigée, jusqu’à nouvel ordre, par Jean Jacques Karman.

    Que les socialistes ne digèrent pas les écrits de Jean Jacques Karman, soit. Mais qu’ils aient au moins l’intelligence de répondre sur le fonds. Et de grâce, qu’ils arrêtent de prendre les lecteurs de ce forum pour des imbéciles. Ca changera.