Une déclaration du groupe communiste et citoyen

Aubervacances loisirs : réservation des places en centre de loisirs - un projet anti-social injuste et inadapté

vendredi 13 janvier 2012

Les parents membres du conseil d’administration de l’association « Aubervacances Loisirs »
ont alerté les élus du groupe communiste et citoyen « Tous ensemble pour Aubervilliers » à propos
d’un projet de la municipalité de réservation des places en centres de loisirs.
Ce projet a été présenté au conseil d’administration d’Aubervacances-Loisirs du 11 janvier. Il
a été profondément critiqué et remis en question par les membres du conseil d’administration. Les
parents, qui s’étaient rassemblés devant le conseil, ont présenté une pétition qui a recueilli plus de
400 signatures contre le projet.

La municipalité veut imposer un système de réservation en centres de loisirs un mois à
l’avance. Pour inscrire un enfant en mars, il faudrait déposer sa réservation le 1 er février au plus
tard ! Toute réservation serait facturée même si l’enfant ne peut pas aller au centre de loisirs. Enfin,
pour tout enfant accueilli sans réservation, la famille devra payer 15 euros la journée !

Les membres du conseil d’administration ont dénoncé le caractère inadapté et irréalisable de
ce système de réservation. Il va écarter des centres de loisirs des dizaines d’enfants dont les familles
n’anticiperont pas sur les réservations. La vocation sociale des centres de loisirs serait purement et
simplement balayée pour des raisons d’organisation : c’est un non-sens social.

A terme, ce dispositif permettra à la commune de réduire les subventions puisque le
dispositif d’inscriptions va faire chuter la participation des centres de loisirs. Cela se traduira
inévitablement par des suppressions d’emplois.

Qui plus est, le dispositif occasionne des frais démesurés de mise en place d’un système
informatique et de formation pour les personnels - 12 000 euros - qui pourraient être utilisés de
manière bien plus constructive.

Les élus communistes sont résolument opposés à ce projet. Il est inadapté à la réalité des
pratiques familiales car personne ne peut anticiper deux mois à l’avance sur la participation de ses
enfants au centre de loisirs. Il est socialement injuste parce qu’il écartera des enfants qui ont besoin
de loisirs aisément accessibles durant les vacances et les mercredis.

Les élus de la majorité se sont engagés à présenter en mars prochain un projet modifié et
plus adapté.
Nous demandons solennellement au maire et à la majorité municipale de bien mesurer les
enjeux de ce projet. Si des familles se trouvaient dans l’impossibilité d’occuper leurs enfants et
obligées de les laisser seuls et sans encadrement les mercredis et les vacances scolaires, nous irions
totalement à l’encontre la politique menée par la ville depuis des décennies. Cela constituerait une
défaillance grave envers la jeunesse de cette ville.

Aubervilliers, le 12 janvier 2012