Sénatoriales 2011 Le Front de Gauche conforte sa dynamique en Seine-Saint-Denis, malgré la perte d’un siège

mercredi 28 septembre 2011

Avec 512 voix et 25 % des suffrages du corps électoral, la liste conduite par notre camarade Eliane Assassi arrive en seconde position en Seine-Saint-Denis, derrière la liste du PS et d’Europe Ecologie – Les Verts (842 voix et 40,99 %) et très largement devant les listes de l’UMP (345 voix et 16,80 %) et du Nouveau Centre (286 voix et 13,92 %).

Ainsi bien qu’ayant perdu 4 communes depuis les sénatoriales de 2004 (Montreuil, Aubervilliers, Sevran et Pierrefitte), notre liste enregistre une progression (+16 voix) et rassemble bien au-delà de ses seuls grands électeurs (42 voix supplémentaires se sont portés sur notre liste par rapport au nombre théorique de grands électeurs).

A l’évidence, la démarche de rassemblement du Front de Gauche et de ses composantes (PCF, PG, GU, FASE), leurs propositions, la campagne menée par nos candidats, la mobilisation de toutes nos sections et le bilan de nos élus sortants, Eliane Assassi et Jack Ralite, ont permis de conforter une dynamique déjà observée lors des élections régionales et surtout lors des élections cantonales de mars dernier.

Malgré ce large rassemblement et un score sensiblement identique à 2004 (environ 25 %), la droite est parvenue à faire élire un sénateur Nouveau Centre en lieu et place de notre camarade Didier Paillard, dont l’élection aurait été un atout supplémentaire pour la Seine-Saint-Denis et pour l’ensemble de la gauche dans notre département comme au Sénat.

Le mode de scrutin, la configuration des listes en présence et les savants accords entre l’UMP et le Nouveau Centre aboutissent ainsi à ce que 286 voix permettent au Nouveau Centre d’obtenir un siège, soit autant que notre liste avec 512 voix !
Soyons clairs ! Derrière ses "divisions" de façade, la droite, qu’elle soit incarnée par l’UMP d’Eric Raoult ou par le Nouveau Centre de Lagarde, a su habilement répartir ses voix pour empêcher l’élection d’un sénateur communiste, montrant ainsi que quelles que soient les couleurs dont elle se pare, elle sait se donner tous les moyens nécessaires pour combattre le PCF et le Front de Gauche.

Il n’empêche, le Front de Gauche et en son sein le PCF sortent de ce scrutin confortés dans leurs ambitions : il est non seulement possible de battre la droite, comme c’est le cas à l’échelle de tout le pays, mais aussi de rassembler, à gauche, sur des choix en réelle rupture avec les carcans ultralibéraux de l’Elysée ou de Bruxelles.

La réélection d’Eliane Assassi sera utile à toute la Seine-Saint-Denis en ce sens :

pour mener le combat au Sénat, avec le groupe, pour que la gauche - enfin majoritaire ce dont nous nous réjouissons - y prenne toutes ses responsabilités, par exemple en s’attaquant à la réforme inique des collectivités, en se mobilisant contre la casse des services publics ou encore en promouvant enfin le droit de vote des citoyens étrangers.

Utile également pour soutenir et relayer les luttes dans notre département jusque dans l’enceinte du Parlement, à l’image de celles des salariés de la filière automobile, de la santé, ou des transports.

Cette dynamique devra également appuyer nos efforts pour reconquérir des Communes, permettre à la population de disposer d’élus communistes et Front de Gauche en plus grand nombre, à leur service et à leurs côtés.

Nous entendons consacrer toutes nos forces à la conforter lors des prochaines échéances présidentielles et législatives.

Déclaration de la Fédération du PCF 93