La Palestine à l’ONU : "rien ne se fera sans rapport de force international"

(réunion débat du 17 novembre à Aubervilliers)

mardi 22 novembre 2011

Dans une ville dont les murs portent encore les traces des "Libérez Marwan Barghouti" qui datent de la première incarcération du député palestinien, et dont on aurait aimé que Salah Hamouri soit citoyen d’honneur, Patrick le Hyaric a rassemblé ce 17 novembre des témoins du drame palestinien : Fadwa Barghouti, l’épouse du militant emprisonné avec près de 6000 prisonniers politiques qui croupissent au mépris du droit dans les geôles israëliennes, l’ambassadeur de Palestine en France, un spécialiste de droit international palestinien, ainsi que des militants de la cause palestinienne, dont Fernand Tuil, connu à Aubervilliers pour avoir animé de nombreuses rencontres de solidarité avec les réfugiés dans les camps.

La situation de la Palestine est dramatique du point de vue économique rappellent les intervenants, et l’impossibilité de la flottille à destination de Gaza, pour laquelle nous nous étions mobilisés à Aubervilliers, d’atteindre son but humanitaire, illustre le mépris du droit dont se rend coupable l’Etat d’Israël avec la complicité des puissances occidentales. Une impunité qui encourage l’Etat israëlien dans ses exactions puisqu’il n’est jamais rappelé à l’ordre par les grandes puissances, à commencer par les Etats-Unis, mais aussi l’Union Européenne. Et Shawqi Issa, avocat en droit international d’ajouter que cette impunité encourage la population israëlienne à élire des représentants politiques qui en rajoutent dans la surenchère sécuritaire et la politique d’asphyxie de l’Etat palestinien. A tel point que même la bavure de la bombe qui a blessé les membres de la famille du consul de France à Gaza a été considérée comme un incident secondaire par le quai d’Orsay alors qu’elle est symptômatique de la violence quotidienne qu’exerce Israël vis à vis des habitants de Gaza.

"Il n’y a pas deux peuples dos à dos, il y a un occupant et un occupé" rappelle Patrick le Hyaric, assurant nos interlocuteurs palestiniens de la volonté du groupe GUE/GVN (le front de gauche au parlement européen) d’oeuvrer pour le respect du droit, et faire bouger la position de l’Union européenne. Comme il y a besoin de faire bouger la position de la France qui, à force de pressions politiques sur son gouvernement, avait fini par donner sa voix à l’adhésion de la Palestine à l’Unesco. L’’adhésion de la Palestine à l’Onu est une autre affaire. Les réactions hostiles d’Israël mais aussi des Etats-Unis qui ont décidé de sanctionner l’Unesco, le montrent. Pourtant, le Sud Soudan a été reconnu en trois semaines par l’ONU alors que la Palestine attend depuis 60 ans !

Il y a besoin de réveiller l’opinion en obligeant la France à prendre ses responsabilités pour qu’elle vote pour l’adhésion de la Palestine aux Nations-Unies. C’est un cri d’alarme que lancent nos amis palestiniens pour que l’histoire ne prenne pas un nouveau retard. Il a été entendu par un public convaincu qui estime qu’il y a besoin de franchir un cran dans la mobilisation autour de la cause palestinienne.

Eric Plée

Hebergement gratuit d'image et photo Hebergement gratuit d'image et photo