Examen du projet de loi portant sur la révision des circonscriptions électorales

"Vous n’aimez pas le réel qui vous dérange, mais la population est là !"

Explication de vote du sénateur Jack Ralite

lundi 25 janvier 2010

Nous voici au moment du vote de votre chambardement des circonscriptions électorales, animé par votre volontaire tentation de précariser les votes de l’opposition, voire même de séparer un ensemble humain qui vous dérange, en le traitant plus mal que l’ensemble des citoyens de notre pays.

Il en est ainsi du département que je représente au Sénat avec ma collègue Eliane Assasi, la Seine-Saint-Denis. Décidément, sur tous les plans, vous ne cessez de discriminer ce département. Certes, il bouge, mais c’est à son aptitude à la solidarité active et à la rébellion constructive qu’il le doit. Dans le cadre de votre politique de régression, de destruction, par exemple des services publics, que vous osez appeler « Réforme », vous en arrivez, vous qui chiffrez tout dans la vie et en imposez le résultat comptable, à biffer des électeurs et électrices.

Si votre loi passe, un député de l’opulente Hauts-de-Seine représentera 117 846 électeurs, un député de la rude et tendre Seine-Saint-Denis, 125 240.
Pourquoi ? Parce que les champions du chiffre que vous êtes sont aussi pour le chiffre comme écriture secrète. Troussons donc l’arithmétique séquanodyonisienne :

Le 1er janvier 1999, votre date référentielle, il y avait 13 députés en Seine-Saint-Denis pour une population de 1 491 970 habitants. Or, vous avez décidé que pour garder les 13 parlementaires, il fallait 1 500 000 habitants. Il manque donc 8 030 habitants. Mais la réalité, et vous le savez, est tout autre. Ce département, en 1999, 10 ans avant, avait 1 382 861 habitants et a donc augmenté sa population de 109 109 habitants, soit 10 000 chaque année. Tous les élus du département vous confirmeront que cette progression continue. On le constate au guichet de tous les services municipaux.

Vous savez aussi qu’il y a les sans-papiers et tous ceux qui ne répondent pas au recensement parce qu’ils craignent de voir utiliser leur curriculum vitae.
Depuis le 1er janvier 2009, l’augmentation est donc de 10 000 habitants. On peut évaluer la population actuelle à 1 502 880 habitants, les Hauts-de-Seine ayant 1 532 000 habitants. Nous avons donc droit au maintien de nos 13 députés.

Vous n’aimez pas le réel qui vous dérange, mais la population est là, comptée comme je viens de le faire, avec un député de moins. C’est vraiment de la discrimination, du mépris, qui sera ressenti comme tel. 
J’ajouterai que, pour parvenir à votre déformation, vous n’avez trouvé rien de mieux que de supprimer la circonscription d’Aubervilliers, une ville que je connais bien, où je vis, que je représente depuis 1959 à travers divers mandats, dont celui de maire. Elle a besoin d’être écoutée et entendue en tant que telle et quel que soit le titulaire du siège. C’est une histoire, ça ne se malmène ni ne se blesse. Vous la privez d’un de ses moyens de représentation qu’elle affectionnait. Je vais vous dire, je me demande si, quand vous avez mitonné ce texte, un mauvais travail anti-démocratique, vous ne nous avez pas considérés comme des « étranges étrangers » de France ! Et la dignité, Monsieur le ministre ? Nous ne nous plaignons pas. Nous portons plainte et je vote contre votre abus de pouvoir.

20 Messages

Répondre à cet article