SCIFODIAM : Une étape décisive est franchie

samedi 5 décembre 2009

Les négociations engagées le 2 décembre avec le patron de la SCIFODIAM ont abouti a des résultats importants (embauche sous CDI des dix-huit grévistes sans-papiers). A ce propos, l’UL-CGT a publié un communiqué que nous reproduisons ci-après.

Ce matin le gérant de l’entreprise SCIFODIAM et la représentante de l’Union Locale CGT d’Aubervilliers ont signé un protocole d’accord en présence du Directeur Départemental du Travail, confirmant les embauches des 18 grévistes en CDI (contrat à durée indéterminée) et le respect des obligations en matière de demandes de régularisation de titres de séjour (acquittement de la taxe à l’Office français de l’immigration et de l’intégration, et production des documents à fournir).

C’est une étape décisive qui est franchie.

Mais le combat continue : un piquet de grève est maintenu en journée jusqu’à la régularisation de tous.

L’employeur et l’Union Locale CGT ont interpellé communément les représentants de la République française pour « leur demander une étude rapide et positive dans l’intérêt de tous pour une reprise rapide d’activité et un accès à la vie digne »

Vous pouvez soutenir cette démarche en vous adressant au Préfet de Seine-Saint-Denis (nous en transmettre une copie SVP).

Mercredi 2 décembre 2009

2 Messages

  • SCIFODIAM : Une étape décisive est franchie Le 6 décembre 2009 à 14:33, par Circulaire de régularisation Hortefeux : piège à c.... ?

    Face à la pression des 5000 grévistes dans la même situation que les 18 de Sci-Fodiam, Hortefeux annonce la sortie d’une seconde circulaire visant à régulariser les sans papiers qui entrent dans le cadre des métiers dits "à tension". Il annonce 1000 régularisations. La première circulaire avait été retoquée par le Conseil d’Etat.

    Outre le chiffre annoncé, 1000 régularisations possibles sur 5000 situations recensées, celui ci pourrait ne pas être atteint selon les critères d’appréciation des préfets par rapport aux éléments du document :

    - comment requalifier deux ans de contrat de travail pour un travailleur qui a subi une succession de CDD ?

    - comment justifier cinq ans de présence en France pour un travailleur qui n’a pas eu de contrat de travail a son nom, pas forcément de contrat de location à son nom, et pour cause, puisqu’il est sans papier ?

    Contre feu à Hortefeux

    Quand en plus, le contexte politique, et on l’a vu avec les déclarations tonitruantes de Sarkozy sur la question, se révèle peu favorable, on se dit que la mobilisation reste d’actualité pour permettre à ces hommes, accèdent à ce droit élémentaire de travailler selon les règles du droit et vivre normalement.

    On se réjouit que dans l’entreprise rue Sadi carnot, les négociations aient permis une certaine normalisation du travail, et que la direction aille dans le sens du droit commun. C’est un exemple à suivre dans les dizaines d’entreprises qui en situation de non droit sur notre territoire dans les domaines du BTP, de la confection et de la restauration notamment.


    La reconnaissance des 18 de Sci-Fodiam

    A la fois, le chemin reste long, en même temps, l’auteur de l’article a raison de souligner le caractère décisif du résultat obtenu. Le soutien logistique et syndical local, la coordination nationale ainsi que le soutien juridique qu’assure la CGT, ont permis outre une avancée, mais aussi une reconnaissance plus grande dans l’opinion publique du bien-fondé des revendications des salariés.

  • En chemin vers la régularisation Le 9 décembre 2009 à 18:01, par Rabcor

    L’UL-CGT ne chôme pas. Après l’accord d’embauche intervenu avec le patron, l’heure est à la constitution des dossiers de régularisation. Ce gros travail est en cours de finalisation. Les dossiers seront très porochainement remis à la Direction départementale du travail et de l’emploi antichambre obligée avant le transfert en Préfecture.

    La mobilisation des dix-huit se poursuit. Assurons-les de notre solidarité.