Raids israéliens à Gaza

samedi 27 décembre 2008

Le 10 octobre dernier, le groupe des élus communistes et citoyens avait organisé une soirée de solidarité avec le peuple palestinien avec la participation, entre autres, de Hind Khoury, déléguée générale de la Palestine en France, et de Efraïm Davidi, professeur à l’Université de Tel-Aviv et de Berr Sheva, membre du bureau politique du Parti communiste israélien et dirigeant syndicaliste. La soirée se concluait par un appel à la solidarité avec le peuple palestinien et la ville de Beït Jala, jumelée avec Aubervilliers.

En cette fin d’année, la guerre a repris.

La réaction de Leïla Chahid

La déléguée générale palestinienne auprès de l’Union Européenne, Leïla Chahid, a accusé samedi Israël de commettre un "crime de guerre" à Gaza et reproché à la communauté internationale d’avoir "laissé tomber la population palestinienne".

"Rien ne justifie le bombardement d’une population civile d’un million et demi de personnes qui vivent sur 356 km2, et dire qu’on est en train de bombarder les combattants du Hamas c’est du non-sens", a déclaré Mme Chahid interrogée sur la radio France Info.

"On est en train de bombarder une population civile, qui est déjà assiégée depuis plusieurs mois (…) C’est un crime de guerre, fondamentalement", a-t-elle ajouté.

"C’est une population civile à qui on impose un châtiment collectif", a poursuivi Mme Chahid, pour qui les civils palestiniens "n’ont pas les moyens politiques, militaires ni même physiques de s’opposer au Hamas".

Israël a lancé samedi une série de raids aériens sur la bande de Gaza qui ont fait près de 200 morts, selon des sources palestiniennes. Cette opération intervient en représailles aux tirs de roquettes des combattants islamistes du Hamas sur le sud d’Israël.

Mme Chahid a critiqué la "démission (…) de toutes les parties internationales".

"Le Conseil de sécurité de l’Onu, l’Union européenne et les Etats arabes, qui ont la responsabilité de l’application du droit, ont abandonné les Palestiniens", a-t-elle dit, pointant "l’énorme responsabilité de l’UE et de la France qui la préside".

Source AFP

Répondre à cet article