Le centre nautique s’appelle désormais Marlène Perratou

lundi 12 décembre 2011

Construite il y a 44 ans, la piscine d’Aubervilliers a formé des générations de nageurs. Le maire André Karman avait voulu que ce centre permette l’apprentissage de la natation pour le plus grand nombre. Dotée d’un bassin conventionnel de 25m, d’un bassin d’initiation de 25m aussi, d’une fosse de 8m que tous les clubs de plongée de la région et les cinéastes en soif de profondeur convoitent, la structure de ce centre qu’on retrouve dans de nombreux ouvrages d’architecture commençait à donner de très sérieux signes de fatigue.

Sa réhabilitation a débuté en 2007 sous la mandature de Pascal Beaudet. Elle a duré deux ans. Près de 6 millions d’euros ont été nécessaires pour redonner à cet équipement son allure initiale. Son isolation thermique et phonique a été repensée et son entrée de plain-pied le rend plus fonctionnel et plus accessible aux personnes à mobilité réduite qui peuvent accéder sans marche jusqu’au bassin.

Un financement bouclé en 2007

Le financement a été possible par les crédits du renouvellement urbain (ANRU) à hauteur de 50% du coût de l’ouvrage. Ils avaient été arrachés par l’équipe municipale de Pascal Beaudet au ministre Borloo. La région Ile-de-France et le conseil général de Seine-Saint-Denis ont aussi apporté leur contribution à hauteur de 750.000 euros chacun. Le plan de relance gouvernemental avec 700.000 euros et la réserve parlementaire que le sénateur Jack Ralite a voulu consacrer à cet équipement ont complété ce montage financier auquel la ville d’Aubervilliers a participé pour plus d’un million d’euros.

Belle revanche sur l’histoire quand on sait que la ville avait dû assumer quasiment seule son projet de piscine à la fin des années soixante puisqu’elle avait laissé passer l’occasion entre les deux guerres quand la plupart des municipalités de proche banlieue se dotaient de piscines. Mais le maire de l’époque, Pierre Laval, avait préféré rendre les subventions obtenues (ce qui au passage lui évitait aussi de mobiliser les finances locales) pour contribuer en période de crise aux économies de l’Etat ! Ça nous rappelle quelque chose...

Hommage au sport pour tous

Les personnalités présentes ont rendu hommage à Marlène Perratou, présidente du CMA natation et cheville ouvrière du club pendant de nombreuses années, défendant inlassablement le fait que chaque enfant, quel que soit son niveau puisse prendre part aux activités et aux rencontres du club, rappelait Alain Jeunhomme vice-président de la FSGT 93. Corinne Perratou, sa fille a dressé au nom de la famille, et de son frère Sébastien, nageur de haut niveau, un portrait émouvant de sa mère, trahissant l’émotion partagée des nageuses et nageurs. "La piscine porte désormais le nom de la femme qui les a aidés à grandir" a confié aux dirigeants du club Meriem Derkaoui qui, adjointe aux sports sous la précédente mandature, a fait un bout de chemin avec eux.

Eric Plée

3 Messages

  • Le centre nautique s’appelle désormais Marlène Perratou Le 14 décembre 2011 à 07:26, par Merci qui ?

    Encore un article où on nous explique que les communistes ont tout fait : construction de la piscine, obtention des financements, réhabilitation... etc...
    Et pourtant, à vous lire, plus de la moitié a été financé par la droite : plan Borloo, presque 3 millions d’euros, plan de relance Sarkozy, 700000 euros...
    alors un peu de sérieux...

  • Le centre nautique s’appelle désormais Marlène Perratou Le 14 décembre 2011 à 10:20, par Y’a pas que la droite

    N’oublions pas le maire actuel Salavtor qui avec le député Goldberg et toutes les huiles a dévoilé la plaque Marlène Perratou. C’est un effort méritoire

  • Le centre nautique s’appelle désormais Marlène Perratou Le 18 décembre 2011 à 11:51, par Bravo pour la piscine

    Les anciens qui étaient jeunes à l"époque rappellent qu’ils rêvaient d’une piscine de 50 mètres. André Karman avait tenu sur ses postions pour en faire l’équipement qu’on a aujourd’hui avec un bassin d’apprentissage qui est très bien conçu parce que grand et permettant de "se lâcher" un peu à son extrémité...

    Sans pour autant être somptuaire, la piscine avait fait l’objet de l’intérêt des magazines d’architecture lors de son ouverture. Tout en étant plus fonctionnelle, notamment pour les personnes à mobilité réduites qu’elle accueillait déjà avant (c’était l’une des seuls du département à pouvoir le faire), elle a conservé son allure générale. Avec le théâtre en face, le stade, le gymnase et le conservatoire juste à côté, encore un projet initié par la municipalité précédente, on aura là un pôle culturel et sportif d’intérêt local de premier plan.