Piscine olympique à Aubervilliers : Nous demandons réparation !

jeudi 9 juin 2016

Nous demandons réparation !

Ainsi, au mépris des engagements pris, la ville d’Aubervilliers vient de se voir privée de la piscine olympique.

Cette décision est totalement incompréhensible. Nous sommes très déçus ! Il a été toujours convenu, depuis le précédent dossier de candidature, qu’une piscine serait construite sur le territoire de la ville d’Aubervilliers.

Depuis quelques semaines, le lieu retenu et mis à disposition par la ville a été contesté prétendument pour des problèmes techniques. Face à ce rejet, la municipalité a fait une nouvelle proposition d’un terrain situé au carrefour d’Aubervilliers, de Pantin, de Bobigny et de Paris. Malgré ces efforts, ce site n’a pas non plus été retenu. Nous prenons donc cette décision comme un gant jeté au visage, une injustice.

Déjà la ville d’Aubervilliers avait été privée de la construction d’un hôpital puis d’un vélodrome. Comment, dans ces conditions, empêcher la population, les sportifs et la municipalité de se sentir méprisés ? L’Etat ne peut pas renier ses propres engagements. Il est inutile de discourir sur « l’apartheid social et territorial » si on l’organise au sommet de nos institutions.

Aubervilliers cette belle ville généreuse, forte, intelligente, éprise de luttes et de culture, peut recevoir de très bonne façon tous les athlètes du monde entier dans un équipement sportif de haut niveau.

Ce camouflet doit donc être réparé !

Nous demandons à l’Etat, en lien avec la municipalité et les associations d’Aubervilliers, d’engager une discussion pour la construction d’un équipement sportif de haut niveau. Cette discussion incluant des engagements financiers précis doit avoir lieu très rapidement.

Nous restons aux côtés de la maire d’Aubervilliers, vice-présidente du conseil départemental, Meriem Derkaoui et de la population pour obtenir réparation sans faute.

10 Messages

  • Oui demandons réparation. Il faut que l’état cesse de mépriser les habitants d’Aubervilliers, exigeons des compensations. Puisque le Fort d’Aubervilliers n’accueillera pas le stade nautique olympique réclamons un aménagement de la RN2 afin de permette une véritable insertion du projet d’aménagement de ce futur quartier. Sur ces terrains, qui risquent d’accueillir 3 à 4000 logements, plus de 10 000 habitants vont y résider. La RN2 actuelle est un mur infranchissable, exigeons de l’état un véritable aménagement urbain de la RN2 qui soit à dimension humaine.

    Répondre à ce message

    • Ok pour manifester la colère et exprimer de la déception mais ne soyons pas candidat du tout ou rien. Respecter les habitants consiste aussi à poursuivre des actions pour obtenir quelque chose comme moyens de remplacement au centre nautique. La protestation ne doit pas se substituer aux propositions. L’idée d’un réaménagement de la RN2 est une opportunité au titre de la réparation à saisir. Ne passons pas à côté par déception de ne pas avoir eu la piscine olympique. Perdu pour perdu exigeons une RN2 restructurée pour les futurs habitants du Fort.

      Répondre à ce message

      • C’est clair la piscine c’est foutu, alors si on veut réparation, il faut dire ce que l’on veut obtenir à la place ?

        Répondre à ce message

        • Il faut sortir de l’impasse : Une piscine et rien d’autre. Comme le propose Patrick Le Hyaric sur son blog :
          ..."Déjà la ville d’Aubervilliers avait été privée de la construction d’un hôpital puis d’un vélodrome. Comment, dans ces conditions, empêcher la population, les sportifs et la municipalité de ne pas se sentir méprisés ? L’État ne peut pas renier ses propres engagements. Il est inutile de discourir sur « l’apartheid social et territorial » si on l’organise au sommet de nos institutions...
          ...Nous demandons à l’État, en lien avec la municipalité et les associations d’Aubervilliers, d’engager une discussion pour la construction d’un équipement sportif de haut niveau. Cette discussion incluant des engagements financiers précis doit avoir lieu très rapidement.

          Répondre à ce message

          • Lu sur le blog de Bally Bagayoko adjoint au maire de Saint-Denis en charge du sport et des grands événements.

            "LE SITE DE SAINT DENIS ACCUEILLERA BIEN LA PISCINE OLYMPIQUE DANS LE CADRE DES JEUX 2024.

            C’est une excellente nouvelle….

            C’est fait… Le comité de candidature de Paris aux JO 2024 a finalement confirmé le site de Saint-Denis, en face du Stade de France, pour implanter le centre aquatique. Ça sera le seul équipement sportif pérenne à construire si la capitale obtient l’organisation des jeux Olympiques et Paralympiques en septembre 2017. Le bureau exécutif de Paris 2024 a entériné cet ultime choix de site mercredi soir, lors de son bureau exécutif.

            Le site retenu, est situé sur La Plaine sur le secteur Saulnier, positionné en face du Stade de France, de l’autre côté de l’autoroute du Nord (A1), est actuellement occupé par l’entreprise Engie et propose une superficie d’environ 7 hectares.

            Dans la version provisoire de son dossier de candidature, Paris 2024 avait imaginé construire le centre nautique sur une autre parcelle, également proche du Stade de France, à cheval entre les communes d’Aubervilliers et de Saint-Denis, sur un ancien site du pétrolier Total dans le quartier du Landy.

            Ce projet de piscine Olympique permettra de relier le future équipement au Stade de France. Une autre bonne nouvelle ce centre aquatique lié aux jeux Olympiques, devrait voir le jour même en cas d’échec de la candidature parisienne.

            Il permettra lors des jeux environ 15000 spectateurs en configuration Jeux, et 2500 en temps normal. Il abriterait les épreuves de natation, natation synchronisée et plongeon. Il serait relié par une passerelle au Stade de France. Nous ambitions de faire en sorte que le futur équipement réponde aux besoins du territoire , des associations. Avec cette décision validée à l’unanimité des membres du bureau exécutif, nous confirmons à nouveau notre volonté de faire des jeux des investissements utiles pour tous. Même si le combat doit se poursuivre pour une meilleure répartition des richesses générées par ces jeux de manière générale.

            Paris sera opposé à Budapest, Los Angeles et Rome lors de l’élection de la ville hôte des JO 2024 qui aura lieu le 13 septembre 2017 à Lima.

            En charge des grands évènements, je me réjouis de cette décision qui honore notre territoire, sa population et qui confirme si besoin était le sérieux des propositions faites en lien avec le territoire de Plaine Commune. J’ai une pensée pour nos amis de la commune d’Aubervilliers qui avaient proposés une autre site, non retenu. Le future site devra aussi prendre en compte, les besoins des villes environnantes comme Aubervilliers.

            En attendant poursuivons le travail en lien avec le mouvement sportifs et les habitants….".

            Bally BAGAYOKO

            Répondre à ce message

  • Piscine olympique à Aubervilliers : Nous demandons réparation ! Le 9 juin 2016 à 18:28, par des larmes noyees dans la piscine

    Merci d’indiquer qui est l’auteur de cet article. Des fois il donne di nous, ce qui laisse supposer qu’il y a un collectif derrière et dans ce cas il serait bien de dire lequel, PC, sportifs, intellectuels, habitants ? A la fin il donne du je, ce qui suppose qu’il n’y a qu’une personne qui manifeste sa solidarité à la maire sur cette question.
    Tout ça n’est pas très rigoureux...
    Mais une déception pouvant en cacher une autre, peut-être que nous n’aurons pas les jeux...
    auquel cas ce sera bien fait pour Saint Denis !

    Répondre à ce message

  • Piscine olympique à Aubervilliers : Nous demandons réparation ! Le 12 juin 2016 à 15:54, par kikid’auber

    Le coût de fonctionnement d’une piscine est estimée par an à environ 1000 € le mètre carré soit environ 1 million d’euros par an pour une piscine de 1000 m² (50 m X 20 m)

    Or, un Centre Olympique Aquatique c’est au minimum trois piscines, une piscine de compétition de 50 m avec gradins une piscine pour l’entraînement et une piscine pour les plongeons En extrapolant on peut estimer qu’un centre olympique possédant trois piscines, en frais de fonctionnement pourraient coûter entre 2,5 et 3 millions d’euros par an.
    Est-ce qu’ ’Aubervilliers aurait pu subir tous les ans une telle charge financière d’autant plus que cette année les impôts vont augmenter de 6 %. Quant à l’État on sait très bien que progressivement il se serait désengagé et c’est Aubervilliers qui aurait dû subir tous les ans l’énorme facture !

    Ne soyons pas fratricides avec la ville de Saint-Denis d’autant plus qu’on peut se réjouir que ce Centre Olympique sera sur le territoire de la Seine-Saint-Denis et en plus très proche d’Aubervilliers. A titre d’exemple il ne faut que 20 minutes à pied pour aller de la Mairie d’Aubervilliers au Stade de France.

    Maintenant, si certains veulent une réparation dans le domaine sportif pourquoi ne pas demander la construction d’une grande patinoire. Vu le succès l’hiver de la patinoire organisée devant la mairie et vu le faible nombre de patinoires en Seine-Saint-Denis, le succès serait probablement au rendez-vous. Maintenant je reconnais que je ne connais pas les frais de fonctionnement d’une patinoire mais c’est probablement beaucoup moins cher qu’un Centre Aquatique Olympique.

    Répondre à ce message

    • Piscine olympique à Aubervilliers : Nous demandons réparation ! Le 12 juin 2016 à 22:20, par koko d’Auber

      Il est gentil le kiki d’Auber, sauf que une patinoire, c’est vraiment un gouffre financier. Demandez à Saint-Ouen !
      Maintenant, là où il a pas tort le kiki, c’est qu’à Saint Denis, c’est pas forcément plus mal placé que sur le terrain initial, et en tout cas mieux qu’au Fort d’aubervilliers par rapport aux villes de Paline Commune qui financeraient le fonctionnement d’un bassin sur les quatre (ou trois) ; un bassin étant dévolu à la fédération, un autre à la ville de Paris.
      Donc le choix n’est pas si incongru, d’autant que le terrain initial était déjà tiré par les cheveux avec l’entrée de la piscine une fois sur Saint Denis, une fois sur Auber... et il s’est subitement avéré trop petit !
      Maintenant, ce qui est comique dans cette histoire, c’est que la ville de Saint Denis ne s’est jamais révélée capable de gérer sa piscine, la baleine... A tel point qu’elle en a concédé l’exploitation au privé...

      Répondre à ce message

  • Piscine olympique à Aubervilliers : Nous demandons réparation ! Le 13 juin 2016 à 17:29, par Morale de l’histoire

    Le fléchage par Plaine Commune de la parcelle située au sud de la ligne RER B pour les travaux de la ligne 15 a été fatale. Saint Denis a bien joué le coup et récupère le morceau. Mériem Derkaoui a raison d’être en colère mais elle ne peut s’en prendre qu’à ses petits camarades. On n’est jamais trahi que par ses amis...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article