Merci Aubervilliers

mardi 1er avril 2014

Merci à Aubervilliers, merci à sa jeunesse qui s’est mobilisée pour me donner, ainsi qu’à l’ensemble de mes colistiers, cette belle victoire.

Je suis heureux pour tout Aubervilliers, car je suis sûr que nous allons nous retrouver, toutes et tous ensemble, pour travailler à l’avenir de cette ville.

On ne construit pas une ville contre ses habitants, mais avec eux, en les écoutant, en les respectant.

C’est ce que je me suis engagé à faire, c’est ce que je ferai avec tous les élus qui m’ont fait confiance et surtout avec tous les habitants de nos quartiers.

La vague bleue de la droite et la vague noire du front national qui ont fait des dégâts en France et dans notre département, n’ont pas entamé le socle républicain de
gauche à Aubervilliers. C’est un motif de fierté légitime. Raison de plus pour se féliciter que 5610 électrices et électeurs, pour ce deuxième tour, aient choisi de voter pour la liste de gauche arrivée en tête au 1er tour, redonnant ainsi un peu de crédibilité à la morale en politique qui en a tant besoin.

J’ai aussi entendu le message fort d’une partie importante des citoyens qui se sont abstenus marquant ainsi une défiance envers la politique du gouvernement qui démobilise l’électorat de gauche et le plonge dans la déception et le désarroi. Il y a urgence à changer de politique.

Bien des problèmes sont à résoudre, bien des questions doivent trouver des réponses. Nous allons nous engager avec toute mon équipe à satisfaire au mieux vos exigences, à respecter les engagements pris dans le programme que nous avons construit avec l’aide de très nombreux habitants.

Enfin, je veux renouveler ma confiance au personnel communal. Sans son dévouement aux tâches du service public, la vie de nombreux albertivillariens serait encore plus difficile.

C’est avec beaucoup d’efforts, de patience et de bonnes volontés que nous allons réussir à remettre Aubervilliers sur de bons rails en collaboration avec les villes de Plaine Commune.

Vous pouvez comptez sur moi, comme je sais pouvoir compter sur vous.

PASCAL BEAUDET
et ses colistiers

INVITATION
Samedi 5 Avril 2014 à 10h
salle du conseil municipal

le nouveau conseil municipal s’installe : Élection du Maire et des adjoints

15 Messages

  • Merci Pascal Le 1er avril 2014 à 19:03, par Retour vers le passé

    Entendu dans un service, aujourd’hui :

    « Je vais enfin pouvoir faire embaucher mon mari à la ville. »

    Répondre à ce message

    • Merci Pascal Le 2 avril 2014 à 10:47

      L’inefficacité de ce genre de sal... utilisées durant des semaines de campagne électorale a abouti au résultat que vous savez. Battu, vous persévérez...
      Attention, il va y avoir d’autres élections (européennes, régionales...) cette année et beaucoup de citoyens n’aiment ce genre de calomnie gratuite. Ni les manies du genre "alerte les stals sont là"

      Réfléchissez plutôt à ce pourquoi la population a voulu ce changement à Aubervilliers (et ailleurs). Honnêtement.

      Répondre à ce message

  • Après la victoire poursuivre l’offensive Le 3 avril 2014 à 08:49, par Léna

    Lundi matin Aubervilliers m’était changée. A vrai dire j’étais un peu sonnée, ne parvenant guère à intégrer ce qui s’était passé la veille.

    Dans les obscurités nationales il y avait la lumière d’Aubervilliers au coeur de laquelle je me trouvais. C’était une sorte de respiration particulière qui s’installait.

    Nous avons remercié notre quartier. Partout on nous embrasse, on dit des mots d’espoir. Parfois on pleure. Il y a un grand espoir et aussi la conscience que beaucoup de batailles nous attendent. Nous sommes conviés à l’écoute et à l’offensive.

    Répondre à ce message

    • Vu dans la presse dyonnisienne Le 3 avril 2014 à 10:54, par Bartho l’echec

      Il avait tout préparé pour que le rose efface le rouge. Les municipales 2014 devaient consacrer le triomphe de Claude Bartolone en Seine-Saint-Denis et lui ouvrir en grand les portes de la présidence de la future Métropole du Grand Paris, voire celle de Matignon en cas de total succès de ses filleuls en terres séquano-dionysiennes.

      Les jeunes pousses du PS, coachés en direct par le « parrain », n’avaient plus qu’à secouer fermement le vieil arbre du communisme municipal pour ramasser les fruits mûrs. Mais voilà, les électeurs ont caviardé les plans du stratège de l’hôtel de Lassay. Et pas qu’un peu. Excepté Toni Di Martino à Bagnolet, les Bartoboys ont été retoqués. Sans vague rose, ils sont restés sur le sable.
      La claque
      La claque la plus retentissante vient de Montreuil. Le député Razzy Hammadi, particulièrement couvé par Barto, ne franchit pas la barre des 10% au premier tour et n’a donc pu se qualifier pour le second. À Saint-Ouen, la marche de la conquête que Karim Bouamrane voyait triomphale a fait flop. À Villetaneuse, commune de moindre enjeu démographique et donc politique, la liste Bouamar termine quatrième au premier tour.

      Dans ce tableau noir, Saint-Denis est finalement le moindre mal mais n’offre pas la victoire à se mettre sous la dent. Et Claude Bartolone qui fréquente les stades de foot aurait préféré marquer un but de raccroc et gagner 1-0 plutôt que de se faire battre en ayant bien joué.
      Manitou
      Du coup, le manitou du Grand Paris voit sombrer son destin métropolitain d’autant plus nettement que cette série de mauvais résultats s’ajoute aux victoires de l’UMP ou l’UDI. Celui qui voulait faire la fête aux cocos a au final donné des couleurs à la droite qui devrait prendre le contrôle de la Métropole.

      En mars, Barto a reçu son lot de giboulées électorales propres à ternir son aura auprès des militants. Quant à Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée, autre poids lourd du PS dans le département, il s’est comporté comme un récidiviste : après avoir perdu la mairie d’Épinay en 2001, son passage à Saint-Ouen se traduit par une nouvelle victoire d’un candidat de droite.
      Dominique Sanchez

      Répondre à ce message

  • Une info Le 6 avril 2014 à 18:53, par Fred

    Le 4 avril 2014, le site de campagne de Jacques Salvator a publié le communiqué qui suit. On observera que la défaite subie ne s’enracine pas dans la politique conduite mais résulte de causes externes (la situation politique nationale), de la campagne détestable des adversaires et de la maladie de J. Salvator. D’autres éléments doivent venir. On les attend avec impatience.

    "Merci aux 4773 électeurs qui ont voté en faveur de la liste conduite par Jacques Salvator au second tour de l’élection municipale d’Aubervilliers.
    Cela s’est avéré insuffisant pour l’emporter. Le contexte politique et les aléas personnels de cette élection n’auront pas permis de faire un meilleur résultat, nous allons désormais prendre le temps d’en analyser les différentes causes avec vous et avec l’ensemble de nos partenaires, afin de préparer de la meilleure façon les échéances futures.
    Tout en dénonçant les méthodes inadmissibles et indignes de la République employées au cours de la campagne par certains des principaux colistiers de Pascal Beaudet, et tout en regrettant les silences de ce dernier à ce propos, nous souhaitons bonne chance au nouveau Maire élu.
    Aubervilliers doit poursuivre son développement, et nous serons de ce point de vue d’une grande vigilance au cours de la mandature à venir, afin d’empêcher que les nombreux projets et réalisations mis en place par Jacques Salvator ne soient remis en cause par la nouvelle majorité.
    Nous ferons tout notre possible pour que notre ville ne retombe pas dans les blocages du passé, et nous appuierons pour cela sur toutes les forces constructives d’Aubervilliers.
    Nous vous donnons rendez-vous très rapidement pour continuer à avancer ensemble dans l’intérêt d’Aubervilliers et de ses habitants !

    L’équipe de campagne de Jacques Salvator"

    Répondre à ce message

    • Une info Le 6 avril 2014 à 21:22, par On vous a lâché parce que vous étiez mauvais

      Il aura fallu quatre jours pour un communiqué qui n’est que la répétition de l’intervention de l’épouse et 1ere adjointe de l’ex-maire lors du premier conseil municipal de la mandature. On y retrouve le refus de toute analyse politique de ces élections municipales. Thème central : "c’est pas nous c’est eux, nous on a tout bien fait".
      Passons sur les "explications liées à la santé" de Salvator - et dont la gazette municipale, pardon le Parisien nous avait largement informé - et la campagne "détestable", forcément détestables des adversaires (là, je sèche, la campagne de M. Beaudet ayant été très clean).
      Le plus (ou le moins) étonnant est le surprenant et lapidaire "causes externes", pour désigner la politique menée par le gouvernement « socialiste » depuis presque deux ans. Valls, Vallaud-Belkacem, Duflot (Mme Taubira, prudente, n’est pas venue) et le Président Hollande Himself venus soutenir Salvator apprécieront.

      Quant à la sanction appliquée par les électeurs d’Aubervilliers, la langue de bois massif des dirigeants de la section locale du PS estiment qu’elle "ne s’enracine pas dans la politique conduite" à Aubervilliers.
      Une fois encore donc les électeurs d’Aubervilliers, trop cons pour voter sur les résultats des actions menées à Aubervilliers n’ont fait que s’exprimer sur des causes "externes" ! ben voyons.
      Ce site a trop résonné des doléances des parents d’élèves, des habitants de cités hlm, de profs du conservatoire, d’employés du service public... renvoyés systématiquement dans leur buts dès qu’ils émettaient la moindre contestation de la politique locale.

      Au surplus, plus de 7 points décarts, plus de 800 voix de retard pour la liste Salvator devrait inciter, effectivement, à l’analyse (surtout après le désistement de Pellicia). Et à comprendre qu’il s’agit d’un rejet massif.
      Surtout trois ans après un premier renvoi (moins net mais annonciateur) à la maison lors de la cantonale de 2011.

      Electeur de Hollande et de Guigou, j’ai voulu cette fois-ci en finir avec une équipe socialiste autiste et sectaire – j’allais écrire stalinienne.
      A Aubervilliers, j’attendrai dont que passe cette génération de dirigeants "socialistes" sclérosés, totemisés, confits dans l’exercice d’un pouvoir qu’ils ont semblé considérer comme leur propriété.

      Répondre à ce message

      • Très Clean ? Le 9 avril 2014 à 12:28, par Djida

        Parler d’une campagne très clean quand on rencontre chaque jour des jeunes ( et des moins jeunes) à qui on a promis logement et emploi à la ville. Bonjour les impôts !

        Parler d’une campagne "très clean" quand on a été assailli de SMS appelant à un vote promusulman et en "informant" les électeurs avec des messages du type PS=Antimusulmans. Quand on a fait la promotion du communautarisme.

        Parler d’une campagne "très clean" quand on a systématiquement associé la politique natrionale et la politique locale. Des affiches "très clean" Salvator = Hollande.

        Ben comme disait ma grand-mère : " C’est du propre !"

        Répondre à ce message

        • Très Clean ? Le 9 avril 2014 à 15:17, par Columbo

          Les socialistes l’ont mauvaise. Donnez des noms. Qui a promis à qui ? Vous avez des preuves ? Que signifie le terme communautarisme ? Excusez-moi, j’ai relu le Larousse mais je ne vois pas de quoi vous parlez. Vous faites sans doute allusion aux diners annuels auxquels participent les dirigeants socialistes et organisés par le CRIF ? Ou alors aux tracts distribués par Salvator "Aubervilliers aura sa mosquée" ? Quel était le but de ce tract ? S’attirer les votes des musulmans ou il était que purement informatif ? Ca fait plaisir de savoir que vous avez perdu et que la défaite vous reste en travers de la gorge.

          Répondre à ce message

  • Merci Aubervilliers Le 9 avril 2014 à 17:11, par le concombre masqué

    je crois que, par étourderie, Djida attribue à la campagne menée par l’équipe de Pascal Beaudet, les façons de procéder de l’équpe Salvator. Je parle ici, par exemple, des SMS.

    Répondre à ce message

    • Merci Aubervilliers Le 11 avril 2014 à 08:12, par Le téléphone sonne

      Je trouve la polémique stupide. J’ai aussi reçu un SMS appelant à voter Jacques Salvator avec des arguments foireux du genre « la ville va être mise sous tutelle si les cocos passent ». Bref. On se calme.

      Répondre à ce message