Le 4 mars, école Robespierre, les jeunes débattront avec Leïla Tlili et Pascal Beaudet

samedi 26 février 2011

"Je suis candidate suppléante de Pascal Beaudet à l’élection
cantonale des 20 et 27 mars prochains. Agée de 21 ans, j’ai
toujours habité à Aubervilliers. Je suis étudiante en économie
et j’anime une association de soutien scolaire dans le quartier de
La Frette.

J’ai décidé de m’engager dans un vrai combat de gauche pour lutter contre une situation insupportable, celle d’un département où
la jeunesse cumule les difficultés économiques, sociales et éducatives. Je veux remettre le conseil général véritablement à
gauche pour combattre ces injustices, qui sont aussi la conséquence de la politique menée par Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac avant lui.

Depuis que le conseil général est à direction socialiste, les subventions aux associations culturelles et sportives, colonne vertébrale du lien social, sont en nette diminution. Des mesures telles
que l’aide à l’achat d’un ordinateur pour chaque collégien entrant
en 6e, ou le remboursement à 50 % de la carte Imagin’R, ont été
supprimées.
Est-ce une politique de gauche ? C’est la question que nous posons à Claude Bartolone, président socialiste du conseil général
et à Evelyne Yonnet, conseillère générale sortante qui ont voté
ces mesures injustes.

Avec Pascal Beaudet, nous proposons une politique radicalement
différente. Le conseil général doit redonner à la jeunesse des
moyens pour faire reculer les injustices. Il doit davantage s’im-
pliquer dans la formation, l’emploi des jeunes, le sport, la cul-
ture, le logement, la santé, la solidarité internationale… Le
chantier est immense !

Venez en discuter
avec Pascal Beaudet
et moi-même.
vendredi 4 mars 2011

Leïla Tlili

10 Messages

  • Une vilennie parmi d’autres Le 27 février 2011 à 14:39, par Albert

    Ce matin sur le marché de La Courneuve les socialistes, le député D . Goldberg en tête, distribuaient un tract intitulé "Emprunts toxiques, ça suffit !"

    En chapeau, sur fond noir, caracolait la phrase suivante : "Les communistes ont fait de la Seine-Saint-Denis le département champion du monde des emprunts toxiques".

    Le reste du texte est à l’avenant et l’action de M. Bartolone, victime des communistes, saluée.

    A la même heure, sur le marché de Lille, les communistes distribuaient un tract qui disait : : "Les socialistes ont fait de Lille la ville championne du monde des emprunts toxiques".

    Soyons sérieux.

  • Vilenie deuxième Le 27 février 2011 à 16:10, par Francis

    Samedi matin dans le couloir du métro Fort d’Auber, 3 ou 4 militants du parti ouvrier indépendant distribuaient un tract annonçant la candidature d’Isabelle Boudid à la cantonale.

    La lecture du tract m’a fait sursauter : la candidature est justifiée par le fait qu’il faut condamner la politique de "la majorité PS-PC" du conseil général. Et voilà le PC accusé d’avoir voté des mesures régressives qu’il a combattues !

    Et le tract qui n’en est pas à une contradiction près de dire que des contacts avaient été noués en vue d’un soutien du POI à la candidature de P. Beaudet mais qu’ils ont échoué sur la question du désistement à gauche à l’issue du premier tour, le POI considérant que l’on ne peut par principe se désister pour des gens qui ont pris des mesures antipopulaires.

    Si je comprends bien cette critique concerne la PS. Mais alors pourquoi mêler le PC aux politiques régressives qu’il combat ?

    Comprenne qui pourra. En tout état de cause la candidature du POI arrange bien le PS. Ou en tout cas ce serait le cas si des gens qui ont tout intérêt à voter pour Pascal Beaudet perdaient leur voix sur la candidature en définitive contre-révolutionnaire du POI.

    J’espère que tout cela fera un flop retentissant.

  • Ca roule ! Le 27 février 2011 à 16:18, par Adèle

    Une dizaine de militants socialistes a parcouru ce dimanche matin les rues à peu près désertes d’Aubervilliers, qui en trottinant, qui à vélo. Munis de sifflets, le joyeux cortège distribuait quelques tracts. Mme Yonnet fermait la marche perchée sur ce qui m’a semblé être un vélo pliant. Elle disait "bonjour" à la cantonade.

    C’était vraiment très plaisant.

  • Les banques sont responsables des emprunts toxiques Le 27 février 2011 à 17:01, par Roland

    Albert à raison, soyons objectif, beaucoup de collectivités ont eu recours à des emprunts à risque.
    Selon les chiffres donnés par le ministère de l’Intérieur, la dette des départements en France est en forte hausse. Elle est passée de 18,16 milliards d’euros en 2004 à près de 25 milliards en 2008. Entre 2001 et 2009, la dette de la Corrèze a explosé, augmentant de 850 %, celle de la Côte-d’Or de 833%, celle du Var de 1956%, celle de la Moselle de 4731%, celle de la Seine-Saint-Denis de seulement 17,2 %. De plus si les risquent se vérifient au point de mettre des collectivités locales en danger, le gouvernement qui a versé des milliards aux banques responsables de ces produits structurés ( dit à risque) doit aussi s’engager à mettre sur pied un plan de sortie de crise financière ;. Ce qui c’est fait pour les banques peut se faire pour les départements.

  • Selon le journal du net :

    « Si elle a pris la tête de la fronde des départements contre l’Etat, la Seine-Saint-Denis n’est pas, d’après notre classement, la collectivité la plus à plaindre sur le plan financier.

    La Seine-Saint-Denis a certes la quatrième plus grosse dette départementale de France (886 millions d’euros), mais le montant de ses annuités (82,5 millions d’euros) parait raisonnable au regard de ses ressources fiscales (356,6 millions d’euros) et des compensations versées par l’Etat (341,3 millions d’euros).

    4e plus importante dette totale de France

    29e dette par habitant »

    Cela pour dire qu’il est inutile de lancer à tort et à travers des montants de dettes par département et par ville : ce sont les banques qu’il faut attaquer !

    Alors pourquoi ce tract diffamatoire distribué par des militants PS ce matin au marché de La Courneuve, soute"nus par le député D.Goldberg ? La politique, ce n’est pas le mensonge mais l’honnêteté. Surtout en période électorale..

  • Les socialistes s’égarent Le 27 février 2011 à 17:31, par Ugo

    Et oui "honnêteté" les périodes électorales font parfois perdent la mémoire. Si les socialistes de la Courneuve clament haut et fort que la gestion départementale de l’ancienne majorité à conduit à la dérive du point de vue des emprunts, ils oublient bien vite qu’ils étaient également à l’époque dans la dite majorité et en charge de responsabilités importantes.
    Au lieu de pointer les véritables responsables de cette situation, ils cherchent pour des motifs électoraux à détourner de l’essentiel. Ce qui est en cause, c’est le système qui ne cesse d’accumuler, de faire de l’argent en achetant et en vendant rien d’autre que diverses formes l’argent. La finance pour la finance, le profit pour le profit, voilà les vrais responsables des difficultés.

  • Le 4 mars, école Robespierre, les jeunes débattront avec Leïla Tlili et Pascal Beaudet Le 27 février 2011 à 22:47, par faut pas être malade à Aubervilliers

    Sous la mandature de Pascal Beaudet, l’hôpital de la Roseraie devait déménager sur un terrain plus grand du côté de la A86.

    Ce projet a été abandonné sous l’actuelle mandature et le maire J.Salvator n’a pas bougé le petit doigt, sa première adjoint E.Yonnet non plus.

    Le journal Le Parisien du 26 février nous apprend que le service cardiologique de la Roseraie de type 1 (rythmologie, défibrillation) va fermer (sur décision de l’agence régionale de santé que dirige le socialiste Claude Evin).

    A Aulnay, l’activité cardiologique est maintenue, grâce aux protestations des élus PC et PS du secteur.

    Pourquoi nos élus d’Aubervilliers sont-ils restés silencieux ? Ils s’en lavent les mains ? Merci M. Salvator, merci Mme Yonnet de penser à la santé des habitants d’Aubervilliers !

  • Les inconvénients du cumul Le 28 février 2011 à 09:13, par Marcel

    Toujours sur le marché de La Courneuve, les socialistes, décidément très prolifiques, distribuaient aussi un tract sur le taux de présence des conseillers régionaux aux séances du conseil général (c’était en fait la reproduction d’un papier du Parisien). Au verso figurait un argument choc : on ne peut être maire et conseiller général, c’est trop de boulot.

    L’attaque visait Gilles Poux le maire de La Courneuve qui est candidat au Conseil général.

    Ce qui est curieux c’est que je crois me souvenir que l’actuel conseiller général (Troussel) conduisait la liste socialiste aux dernière municipales et qu’il envisageait de devenir maire.

    Comprenne qui pourra.

    Ou plutôt : autre temps, autres meurs.

  • Cardiologie à la clinique de la Roseraie : c’est fini !

    Pour les habitants d’Aubervilliers, on découvre cette décision à la lecture du Parisien. Par contre une importante mobilisation a été organisée dans les conseils municipaux d’Aulnay, de Tremblay, de Sevran. Le député F. Asensi (ex PCF), le maire (PS) G. Ségura, le député (UMP) G. Gaudron ont mouillé la chemise comme on dit pour obtenir cette décision. Des voeux ont été voté dans les conseils municipaux, les villes de Villepinte et du Blanc-Mesnil ont fait des pétitions. C’est toute cette mobilisation qui a payé. Par contre à Aubervilliers silence radio, aucune information, pas la moindre mobilisation. Résultat : la clinique La Roseraie ne pourra pas poursuivre ses activités de cardiologie.

  • Dossier Cardiologie/La Roseraie Le 28 février 2011 à 10:50, par Thierry

    Il serait intéressant de connaitre l’opinion de Mme YONNET en tant que 1ère adjointe au maire chargée de la santé et de la prévention sanitaire à propos de la cessation des activités de cardiologie à la clinique de la Roseraie à Aubervilliers.