Auber.Com - Édition de février/mars 2010

mardi 16 février 2010

Au sommaire : actualités du Front de Gauche à Aubervilliers, Interview de Pascal Beaudet, points de vue sur les régionales par Sébastien Déthoret (PG) et Delphine Bouenel (GU), réforme des collectivités territoriales et quelques précisions sur la bataille contre la déchèterie...

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

40 Messages

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 18 février 2010 à 10:56, par Malhonnête !

    Je viens de lire votre journal et je tiens à dire que je trouve particulièrement malhonnête cette manière de faire croire aux électeurs qu’ils doivent se prononcer aux élections régionales qu’en considérant des questions locales.

    Typiquement, je suis choqué de voir apparaître cette polémique sur la déchèterie dans un journal de campagne pour les régionales. Franchement, je cherche encore le rapport !

    Et je ne suis pas d’accord avec Monsieur Beaudet quand il évoque les questions des retraites ou de La Poste. La région n’a aucune compétence sur ces questions !

    Vous pouvez être sûrs que si je reçois ce torchon dans ma boite aux lettres, il finira là où le mérite...

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 18 février 2010 à 11:37, par Enfin on sort de la langue de bois....

    Bagnolet (Seine-Saint-Denis) : une expulsion scandaleuse

    Mercredi 10 février au matin, la police est venue évacuer un squat à Bagnolet, dans un immeuble insalubre appartenant à la mairie de la ville dirigée par le PCF. Une vingtaine de personnes présentes ont été jetées dehors avec cinq minutes pour prendre leurs affaires. Et les travailleurs absents à ce moment-là sont revenus pour découvrir que toutes leurs affaires, leur dossier administratif, leurs fiches de paye, avaient disparu avec la destruction immédiate de l’immeuble.

    Une quarantaine de personnes se sont donc retrouvées dehors, sous la neige, par un froid terrible, sans solution de relogement. Dans la journée, les expulsés ont été encore évacués d’un gymnase municipal et d’un square public, sur demande de la mairie.

    Tout cela a soulevé à juste titre l’indignation.

    Non seulement la mairie de Bagnolet a demandé l’expulsion du squat sans se soucier des conséquences humaines, mais elle a justifié cette expulsion de façon indigne.

    Face à la condamnation générale et à l’intervention du DAL, elle a diffusé un texte expliquant que tous les expulsés étaient des trafiquants, des dealers et des proxénètes. Cela devait visiblement suffire à ses yeux pour laisser des gens dehors. Ce texte a amplifié la colère des expulsés et d’une partie de la population de la ville.

    Un comité de soutien s’est constitué autour des expulsés, avec le DAL et des associations. Les élus Lutte Ouvrière de la ville ont participé à sa création. Et les expulsés ne sont pas mécontents de trouver à leurs côtés des élus de la majorité municipale capables de condamner les sales coups, même quand ils viennent de la mairie.

    Vendredi 12 février et dimanche 14 février, des manifestations ont eu lieu pour réclamer que la mairie trouve une solution - quitte à faire pression sur la préfecture avec laquelle elle avait su s’entendre pour organiser l’expulsion.

    Les seules solutions proposées à ce jour ne sont pas satisfaisantes. Elles ne concernent pas tous les expulsés. Quelques nuits dans des chambres d’hôtel à Cergy-Pontoise, pour des travailleurs de Bagnolet ! Les expulsés ont refusé ces solutions qui visent à les éparpiller, pour qu’ils perdent leur force collective.

    Geneviève Reimeringer
    Conseillère municipale de Bagnolet

    http://www.everbecq.com/article-16953481.html

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 18 février 2010 à 11:57, par Malhonnête et demi !

    Ce qui est politiquement malhonnête, c’est de faire croire que les politiques régionnales n’ont pas d’impacts sur la vie locale. Ce qui est politiquement malhonnête, c’est de faire croire que les politiques nationales n’ont pas d’impacts sur la vie locale. Ce qui est politiquement malhonnête, c’est de faire croire que les politiques européennes n’ont pas d’impacts sur la vie locale.

    Oui, il faut utiliser toutes les élections, et cette élection régionnale comme toutes les autres, pour avoir une influence sur la vie locale.

    C’est pour cela qu’il faut voter Front de Gauche le 14 mars 2010 pour peser vraiment à Gauche sur la politique régionnale, ce qui aura de réels impacts sur la vie d’Aubervilliers.

    L’attitude pitoyable de la majorité socialiste d’Aubervilliers à propos de la déchetterie est un très bon exemple, entre autres, de la nécessité de voter Front de Gauche le 14 mars.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 18 février 2010 à 18:07, par Poisson Rouge

    Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt : oui, les élections régionales constituent un test électoral, notamment en direction de la droite. La question qui est posée aux Albertivillariens, c’est aussi "Voulez-vous des élus qui soient un rempart contre les politiques antisociales de M. Sarkozy et consort ?"

    Pour ma part, la réponse est oui et c’est pourquoi le 14 mars je voterai Front de Gauche dès le premier tour. Les questions comme celles des retraites ou des services publics sont au cœur des prochaines batailles qu’il faudra mener contre la droite et c’est pourquoi Pascal Beaudet a tout à fait raison de les citer.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 18 février 2010 à 22:04, par Il y a des rapprochements qui interpellent !

    ...L’exemple récent de la déchetterie que Paris voulait nous imposer Porte de la Villette témoigne de pratiques d’une époque que nous voudrions voir révolues...

    Eric Plée, Auber.Com, janvier février 2010

    ... Mais une taxe encore plus intolérable encore leur est imposée depuis quelques années, sans ordre du souverain, sans arrêt du conseil, sans aucune de ces formes légales qui ont coutume de donner la sanction aux impôts : cette taxe est celle des boues.

    C’est une chose connue que toutes les maisons de Paris sont assujetties à une taxe, dont le produit est employé à l’enlèvement des boues, et à procurer la netteté des rues de la capitale. Ces boues sont portées à l’extrémité des faubourgs, et jetées dans des cloaques à ce destinées. Les paroisses de la banlieue, du nombre desquelles est Aubervilliers, sont tenues, d’ancienneté, à venir prendre ces boues dans ces cloaques et à les répandre sur leurs terres...

    ...Néanmoins, les habitants, assujettis à cette dure nécessité, ont trouvé moyen, par leur industrie, de la rendre moins fâcheuse et même supportable. Ils font sur leurs terres, des tas de ces boues qui, après avoir reposé et fermenté quelque temps, deviennent un bon engrais.

    Cet avantage ne méritait pas d’être considéré que comme une compensation de leur travail, de leurs risques et de celle de leurs chevaux. Mais la finance, toujours active, et souvent cruelle dans ses spéculations a médité et entrepris, depuis quelques années, d’en faire la base d’un impôt si excessif, qu’il égale, à lui seul, la taille, le gros et les accessoires y joint ; impôt qui, nous le disons hardiment, entrainera s’il continue, la ruine d’Aubervilliers, et la cessation de culture sur tout son terroir...

    Extrait du cahier de doléances de la paroisse d’Aubervilliers, 1788

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 18 février 2010 à 22:15, par T’as rien compris !

    Dans le post suivant, il s’agissait déjà en 1788 non de déchetterie, mais d’une valorisation des déchets.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 18 février 2010 à 22:32, par Malhonnêteté

    C’est quoi ce parti de gauche à Aubervilliers avec un mec qui n’était même pas au PS avant ? On a vérifié.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 19 février 2010 à 13:46, par JJ

    N’oublions jamais que :

    " Chou pour chou, Aubervilliers vaut bien Paris "

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 19 février 2010 à 15:11, par Bête comme un socialiste !!!

    Depuis quand faut-il avoir sa carte au PS pour adhérer au Parti de Gauche ?

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 19 février 2010 à 17:13, par Kollontaï

    Un socialiste qui adhère au Parti de gauche sans passer par la case "Parti socialiste" est un socialiste conséquent.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 20 février 2010 à 18:10, par furax

    prétendre que le front de "gauche" porte des espoirs je crois qu’a la lecture de ce torchon il porte plutôt le désespoirs d’un pcf hors des luttes et sans propositions ,sinon de taper sur le PS en espérant lui soustraire quelques voix : un calcul à courte vue !

    inutile dans ses conditions d’espérer reprendre la ville ,
    face au dynamisme de l’équipe en place ! avec 4% dans les sondages ,on est loin du compte !! il faudrait pour progresser commencer par arreter les contre vérité sur ce blog,on a vue au dernier conseil le ridicule dans lequel
    s’embourbait les élus du "PCF" !!!

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 21 février 2010 à 02:00, par Citoyen présent au conseil municipal

    Furax n’a pas dû participer au même conseil municipal que moi ! Je n’ai pas trouvé que l’intervention des élus communistes sur le budget était ridicule. Par contre, la réponse du maire était bien éloignée de ce qu’attendait les citoyens présents à ce conseil municipal.

  • Le changement : quel changement ? Le 21 février 2010 à 12:47, par Raymond

    J’étais pas au conseil municipal, mais aux élections j’ai voté pour J. Salvator en souhaitant que la ville change et améliore mon quotidien. C’est en règle général ce que l’on attend d’un maire. Le temps passe... et je ne vois rien changer. J’attendais une prise à bras le corps des questions d’insécurité et d’incivilités, je suis venu au conseil municipal dit extraordinaire sur la sécurité et après les discours interminables je cherche en vain des résultats, les vols de sacs à main redoublent et les vitres de véhicules fracassées n’ont pas cessé et comme les trottoirs ne sont guère balayés on peut le constater facilement. J’attendais une véritable amélioration de la propreté de la ville,il y a eu certes de belles affiches annonçant des assises de la propreté, mais rien de plus, Aubervilliers est sale et reste sale. J’attendais que ce maire s’attaque enfin à la situation catastrophique des commerces. A part nous ressasser sans cesse l’ouverture du centre commercial de la porte d’Aubervilliers, qui ne réglera rien pour le commerce de proximité, la situation de dégradation du commerce local s’amplifie. Le "dynamisme de l’équipe en place" ne se trouve assurément pas dans les résultats. Taper ou pas sur le PS m’importe peu, mais pour ce qui est de voter pour ses élus, on ne m’y reprendra pas à deux fois !

  • Pas maire du quotidien Le 21 février 2010 à 13:05, par Jean-François

    La seule chose qui intéresse ce maire, ce sont les grands projets qui se seraient de toute façon réalisés avec n’importe quel autre maire. La vie quotidienne, les difficultés de tous les jours le soucie peu et ne pèsent pas grand chose face au centre commercial, au métro, à la piscine "olympique", au campus Condorcet, au conservatoire de musique etc...

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 21 février 2010 à 14:34, par JJ

    « au centre commercial, au métro, à la piscine "olympique", au campus Condorcet, au conservatoire de musique etc... »

    D’autant que tous ces projets ont été initiés lors de la mandature précédente dont il faisait partie, même s’il évite de le rappeler préférant faire comme si tout commençait à Aubervilliers en mars 2008 !

  • Pour l’ordre et la propreté , votez pour qui ? Le 21 février 2010 à 14:59, par Momo

    Je suis venu au conseil municipal dit extraordinaire sur la sécurité et après les discours interminables je cherche en vain des résultats, les vols de sacs à main redoublent et les vitres de véhicules fracassées n’ont pas cessé et comme les trottoirs ne sont guère balayés on peut le constater facilement. J’attendais une véritable amélioration de la propreté de la ville,il y a eu certes de belles affiches annonçant des assises de la propreté, mais rien de plus, Aubervilliers est sale et reste sale.

    Quel beau style franchouillard , on comprend pourquoi Gerin et Raoult sont dans le même livre , au fait Raymond t’es au PCF ou à l’UMP , avec cette prose populiste, on ne voit pas vraiment ton orientation politique .

  • Momo a tout faux ! Le 21 février 2010 à 21:02, par Raymond

    Pour Momo : Je ne suis ni au PCF, ni à l’UMP. Par contre , j’ai souvent voté socialiste aux élections présidentielles, pour le Député Golberg et même pour les Européennes.

  • Affronter la réalité. Le 21 février 2010 à 21:19, par Franchouillard

    Je ne sais pas qui est Raymond et encore moins qui se cache derrière Momo. Toutefois je me reconnais sans problème dans le commentaire de Raymond. Si expliquer la réalité des agressions sur la voie publique comme celle des véhicules vandalisés c’est être franchouillard, alors je le suis !

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 21 février 2010 à 22:17, par Patricia

    Habitante à l’angle de la rue Sadi-Carnot et de la rue André Karman, j’invite Momo à y venir. Il pourra facilement vérifier que les agressions et les vols de sacs à main sont malheureusement monnaie courante sur ce quartier. Ce n’est pas en traitant de franchouillard ceux qui dénoncent cette situation qu’elle se corrigera.

  • Le populisme est la plaie de la gauche ... Le 22 février 2010 à 08:19, par Momo

    Juste une remarque rapide . Cette vision univoque d’un Auber où règnerait la "délinquance et la saleté" me met mal à l’aise ...Bien sûr les actes délictueux existent, je les ai même "vécu". Est ce la faute du Maire ? La délinquance n’est pas secondaire mais l’évoquer en cherchant (un) des boucs émissaires conduit aux dérapages antidémocratiques et met de coté les problèmes sociaux des habitants. Ce populisme a toujours existé dans les forces de gauche. Cela me rappelle les agissements d’un Maire PCF à Montigny les Cormeilles en 1981 …..
    .
    http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAB8100275201/affaire-du-marocain-de-montigny-les-cormeilles.fr.html

    Certes des "moyens" humains sont nécessaires pour limiter la délinquance mais pas de cette façon, dans les partis de gauche sortent souvent ces dérives avant les périodes électorales .Sont-elles des valeurs humanistes et conduisent–elles toujours à la victoire ?

    Je ne le pense pas, les électeurs préfèrent toujours l’original de droite à sa copie de gauche.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 22 février 2010 à 09:13, par Allo Momo bobo !

    Je comprends votre malaise Momo. Vous pensiez peut-être que la boboïsation d’Aubervilliers ainsi que l’arrivée d’une municipalité socialo-verte allaient d’elles mêmes régler les difficultés. Et vous vous rendez compte que ce n’est pas si simple et que le rodage de l’actuelle municipalité n’en finit pas et débouche sur des dysfonctionnements et un délitement des liens de l’équipe en place avec des services mois à même de répondre aux besoins des habitants.

    La solution n’est pas simple et sans doute que le maire que vous citez s’est heurté à certains problèmes aussi qu’il a mal traité. Mais regardez où il finit ! Sur une liste socialiste aux régionales !

  • Momo l’obsessionel. Le 22 février 2010 à 09:39, par François

    Momo veut être entendu. Mais pour cela, il faudrait que son obsession à ne voir le PCF derrière chaque commentaire cesse. Pour chacune de ses réponses, il va chercher ailleurs un exemple où il peut mettre en cause le PCF. C’est son obsession, une véritable névrose, pour mieux défendre sa cause, il lui faut son bouc émissaire, il le trouve avec le le PCF qu’il perçoit bêtement dans chaque post. C’est trop facile d’accuser de populisme celles et ceux qui disent leurs préoccupations quotidiennes. C’est bien simpliste de voir derrière chaque commentaire un communiste masqué. Il ne s’agit pas d’avoir une vision unique d’une ville où régnerait la délinquance et la saleté, ni de dire que le maire, quel qu’il soit, en est le seul responsable. Mais le maire actuel doit aussi assumer ses engagements et ses promesses électorales. Sur la propreté, dans son programme il écrit : " une ville propre tous les jours, samedis et dimanches inclus"... "nous développerons les moyens humains et techniques pour parvenir à ce résultat"... Sur la sécurité : "Un dispositif de veille et de médiation sociale nocturne sera développé par la mise en place de correspondants de nuit dans les ensembles d’immeubles"... Le conseil municipal extraordinaire sur la sécurité a bien été décidé par le maire, est-ce du populisme ? Sur les dégradations : "Pour assurer un entretien quotidien et de qualité du parc de logement locatif public, nous instaurons une obligation de réparations sous 48 heures des petites et moyennes dégradations"... "Nous recréerons des postes de gardiens d’immeubles dans le parc hlm de la ville"... Quand on a voté pour ça et donc pour ce maire, on est en droit d’exiger la concrétisation de ces promesses électorales. Est-ce chercher un bouc émissaire et être populiste ? Qui est populiste, celui qui attend la réalisation des promesses pour lesquelles il a voté ou celui qui les a faites ?

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 22 février 2010 à 11:01, par Respect

    Le tract pour les régionales distribué en ce moment fait une grande place à l’affaire de la déchetterie qui était prévue à la porte de la Villette et dont l’installation a été annulée par les action parallèles des habitants, du Pc et de la municipalité.
    Il aurait plus respectueux des gens que la personne qui signe des initiales CA ne termine pas sur l’annonce d’une mobilisation prochaine au sujet d’un centre pour l’accueil des toxicomanes projeté par la mairie de Paris près de la porte d’Aubervilliers.

    Cette mise en relation, même involontaire d’un problème de déchetterie et de la détresse des toxicomanes met très mal à l’aise.

    Il aurait été plus fin, moins "politicien" de consacrer à cette deuxième question un autre article et éviter l’amalgame qui peut nourrir le soupçon de populisme.

  • Réponse à Furax : Le 22 février 2010 à 12:23, par Hermine

    J’ignore qui vous êtes car le courage ne semble pas être votre qualité première.
    Le PCF, même affaibli, vous fait-il donc si peur pour que vous soyez aussi
    ordurier à son égard et malhonnête. Ainsi donc, quand on n’est pas d’accord
    avec votre point de vue ou celui de la municipalité actuelle, on a comme journal
    « un torchon » et on « ment ». Belle conception du débat d’idée et de la démocratie !!!
    Je vous conseillerais, par ailleurs, de prendre un peu de « sédatif PC » (c’est un médicament
    homéopathique) pour vous calmer.

  • névrosé antistalinien Le 22 février 2010 à 13:25, par Momo

    François écrit :

    C’est son obsession, une véritable névrose, pour mieux défendre sa cause, il lui faut son bouc émissaire, il le trouve avec le PCF qu’il perçoit bêtement dans chaque post.

    Les désaccords avec le PCF ( je pourrais dire lequel) sont le signe d’une santé mentale déficiente (névrose et obsession ) . Encore un "autre névrosé" donc, cette fois député communiste:François Asensi , il écrit dans son blog sur les événements de Montigny en 1981 ( névrosé ayant de la mémoire) :

    La fameuse morale communiste ! Cette période renforce mon sentiment du décalage entre les positions prises par le PCF et la société telle qu’elle est. Depuis 1968, le PCF est en total divorce avec la jeunesse et pas seulement estudiantine. Et puis, pour moi, le PCF c’est le parti qui a su rassembler de grands intellectuels, il est lié aux grands mouvements culturels du 20e siècle ; le dadaïsme, le surréalisme, le cubisme. Mon père était un travailleur manuel, mais dans la bibliothèque de la maison, on trouvait des grands classiques et chaque soir, il lisait. On était fier d’être aux côtés de grands intellectuels comme Aragon, Éluard, Desnos, Picasso et d’autres. Les positions que prend la direction du PCF à ce moment me semblent en totale contradiction avec cette ouverture-là. Elles m’apparaissent populistes, “franchouillardes”. Elles manquent singulièrement de grandeur d’une certaine façon. Je les trouve indignes. Pour moi, c’est une vraie rupture avec le parti auquel je crois appartenir .

    Alors question : quand "la maladie mentale" commence t-elle dans le mvt communiste ?

  • Avec Momo, le débat est sans avenir. Le 22 février 2010 à 14:38, par François

    Je ne suis ni concerné, ni intéressé par votre rejet du PCF, ce n’est pas vraiment mon problème. Je constate que pour justifier votre hargne du PC, vous allez même rechercher des déclarations concernant des événements vieux de presque 30 ans. Je suis sur que vous trouverez encore le moyen de répondre à mon commentaire en allant fouiller dans vos archives. Moi qui ne suis ni membre du PCF ni électeur assidu je vous laisse à votre névrose qui en plus d’être obsessionnelle va progressivement devenir hystérique.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 22 février 2010 à 14:39, par conséquences et inconséquences

    @ François : Où comment ne pas répondre à un post par une dérobade des plus malhonnête. Je ne sais pas qui est François mais il n’a pas dit que vous étiez "névrosé" car en désaccord avec le PCF, mais parce que vous un communiste derrière chaque post critique de la direction municipal actuelle.

    Mais surtout, vous ne répondez pas, vous qui vous faites l’avocat du diable, sur le fossé entre les engagements électoraux et les réalité de la gestion PS.

    Pour ma part, j’ai voté PCF au municipal, notamment car j’avais jugé un certain nombre d’engagement populistes au regard des réalités financières et de terrain.

    Et je regrette d’avoir eu raison à ce moment, car les promesses électorales inconséquentes et donc non tenues renforce la méfiance des citoyens à l’égard du Politique et favorise ainsi l’abstention.

    La responsabilité politique de la majorité municipal est double : non seulement la mairie est moins bien gérés et efficaces qu’avant, mais en plus cela contribue au désespoir et au désintérêt face à al chose publique.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 23 février 2010 à 10:20, par Encore un effort, camarade ! Et mes respects.

    Au camarade Respect : tu comprends enfin que la déchetterie, c’était scandaleux ! C’est bien (Encore faudrait-il clarifier le rôle des uns et des autres dans cette affaire dans ton esprit, parce que le FRONT UNI contre la déchetterie, ça fait pas très sérieux).

    Maintenant, tu ressens un malaise par rapport aux toxicos, dont tu insinues qu’ils sont assimilés à des déchets. Je ne peux pas te suivre sur ce terrain populiste. Tout le monde s’accorde à penser que ces populations ont droit à des soins, et il faut renforcer la politique de santé publique. Mais une politique qui consiste à construire des maladreries éloignées des centres comme on en avait tout autour de Paris à la fin du moyen-âge pour isoler les malades, témoigne d’une régression de pensée qui devrait t’interpeler. Je ne doute pas que, comme pour la déchetterie, tu finisses par changer d’avis.

    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Ce qui est regrettable, c’est le retard à l’allumage !

  • ensemble pour une politique de soins. Le 23 février 2010 à 20:08, par Sophie

    Je vous trouve un petit peu dur dans votre "jugement" concernant le commentaire de "Respect". Vous avez totalement raison sur le fonds et il est vrai que la démarche qui consiste à éloigner les difficultés sociales de la ville centre (Paris) en les rejetant vers les banlieues est insupportable. Toutefois, grâce à "Respect" vous rappelez, ce qui manquait un peu dans l’article, le droit aux soins et l’importance qu’il y a à renforcer les politiques publiques de santé sur les territoires concernés. Cela complète de façon juste l’article de CA.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 24 février 2010 à 10:08, par furax

    réponse a hermine ,je crois que le plus névrosé des deux n’est pas celui qu’on pense ,votre réponse en témoigne !

    comparer 20 ans de gestion communiste a 2 années de gestion socialiste est indécent ,surtout lorsque les caisses sont vides ,encore faut-il être objectif ce qui ,je crois n’est pas dans votre nature !! les électeurs de France l’ont bien compris aux élections présidentielles et autres ,vous avez vos idées , moi je regarde les faits et ils sont têtus ; ; ;
    madame la haineuse ! reprocher mon pseudo alors que vous en utilisée un est un peu amusant ,j’utilise le mien afin de ne pas provoquer des débats personnel qui nuirait à un dialogue constructif , si cela est possible avec le pcf !!

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 24 février 2010 à 10:16, par albert

    réponse a inconséquences et inconséquent ,comment osé dire que la municipalité actuelle gère moins bien que la précédente ?
    comment peut-on comparer 50ans de gestion pcf à 2 années de gestion socialiste ? avec un passif financier écrasant !! c’est de l’inconséquence et de la malhonnèteté ,si c’est cela le communisme ....

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 24 février 2010 à 11:30, par calmax

    Connaître l’Histoire est nécessaire pour vivre le présent :

    Depuis 1965, les socialistes ont géré la ville avec les communistes, à la demande de ces derniers.

  • Mort De Rire Le 24 février 2010 à 13:28, par MDR

    albert est furax, comme furax est albert. Il cherche un dialogue constructif... C’est à mourir de rire !

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 24 février 2010 à 14:06, par C et I (conséq et inconséq..)

    J’ai bien osé dire que la mairie était plus mal géré depuis deux ans. Les faits parlent d’eux même, je vous renvoi à l’article sur le budget primitif qui vient en partie illustrer mon propos. Je vous renvoi aussi aux articles sur la démarche quartier et la démocratie locale, ainsi que ceux sur le politique municipal sur le logement. Ces trois éléments à eux seuls marquent une nette dégradation de la gestion politique en conséquence de quoi la vie des habitants s’en trouve détériorée.
    Mais je serai heureux que vous nous soumettiez des points d’évolution positif si vous souhaitez que je nuance mon jugement.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 25 février 2010 à 18:19, par albert

    j’attend les faits !!

  • Soyons sérieux Le 25 février 2010 à 22:10, par Attentiste

    "un passif financier écrasant !" : J’attend les preuves et les comparaisons avec d’autres collectivités locales qui connaissent des situations sociales identiques et puis surtout qu’on ne dédouane pas les véritables responsables.

  • Faut laisser les faits se faire Le 26 février 2010 à 14:07, par lait fait

    ils me semble en effet, que les faits sont là :
    démarche quartier 0/20 : moins de réunion, moins de présents, moins d’animation.
    logement : 20/20 en politique de droite : application scrupuleuse des surloyers, vente de logements sociaux, détérioration des conditions d’habitat en HLM.
    Finance : 5/20 endettement moins fort que les mairies socialistes voisines mais plus forte que les mairie communistes limitrophes.

    Albert, voyons, quels faits vous faut il en plus.

  • Auber.Com - Édition de février/mars 2010 Le 26 février 2010 à 19:40, par Passif financier écrasant ? A vous de juger !

    2004 à 2007 Maire : Pascal Beaudet
    Adjoint aux finances : Jean-Jacques Karman

    Capacité de désendettement

    2004 : 12.7 années
    2005 : 18.2 années
    2006 : 43.2 années
    2007 : 90.6 années

    Taux d’épargne brute

    2004 : 9.2%
    2005 : 6.4 %
    2006 : 2.8 %
    2007 : 1.4 %

    Montant de l’emprunt

    2004 : 5.1 M €
    2005 : 9.6 M €
    2006 : 16.3 M €
    2007 : 19.3 M €

    En cours de la dette

    2004 : 1615 €
    2005 : 1572 €
    2006 : 1680 €
    2007 : 1839 €

    Dépenses de gestion

    2004 : 76.1 M €
    2005 : 76.5 M €
    2006 : 80.3 M €
    2007 : 84 M €

  • Comptable politicien Le 27 février 2010 à 20:42, par unis contre la financiarisation

    Passif financier nous dit-on : Ce commentaire comptable ne fait que recopier des extraits du diagnostic financier fait à la demande de Pascal Beaudet par le cabinet "Klopfer". Juger le "bilan" financier d’une collectivité locale sur seulement quelques années dénote d’une totale méconnaissance de ce qu’est la gestion d’une ville. Si le surendettement est un vrai problème, il ne faut pas le détacher de la crise générale du capital. Les finances des collectivités locales ne passent pas à travers les difficultés lorsque qu"elles veulent maintenir une politique sociale et continuer de développer des services à la population sans aggraver trop fortement la fiscalité locale. On peut, comme vous le faites, ignorer la responsabilité gouvernementale qui a amputé les finances d’Aubervilliers en refusant le réajustement de la dotation globale de fonctionnement, et minimisé certaines subventions basées sur le nombre d’habitants en refusant de prendre en compte la réalité de l’augmentation de la population. On peut aussi oublier volontairement de parler de la non compensation totale de la part salaire de la réduction de la taxe professionnelle à l’époque où le ministre était un certain Dominique Strauss-Kahn. A quoi bon essayer de faire supporter à l’ancienne équipe municipale une situation qui est en grande partie due au désengagement de l’état. D’ailleurs, il suffit d’observer l’endettement, plus important que celui d’Aubervilliers, de certaines villes comme "Les Lilas", "Clichy-La-Garenne", "Clichy-Sur-Seine" où encore "Pantin" pour constater que ce qui devrait être essentiel, c’est l’action à engager pour sortir les collectivités territoriales de leur situation de dépendance vis-à-vis du système financier bancaire. Les véritables responsables des difficultés des municipalités sont à rechercher de ce côté là. Aujourd’hui comme hier, le gouvernement renforce comme jamais sa politique qui vise à étrangler les villes, à étouffer leurs démarches sociales. Il multiplie les réformes libérales avec comme objectif essentiel de généraliser la réduction des dépenses publiques. Là est le combat le plus utile. Face à cela, vos commentaires resteront petits et politiciens.

  • Solder les comptes Le 28 février 2010 à 11:00, par Aurélien

    "Unis contre la financiarisation" répond très bien sur le fond du problème posé aux collectivités locales. J’espère que c’est la dernière fois qu’il faudra s’expliquer sur ces questions. Je dis cela parce que de longues explications ont déjà été données sur le site mais d’aucuns n’en tiennent aucun compte et relancent à l’infini les mêmes questions.
    En oubliant toujours d’ailleurs que les socialistes et leurs clones locaux (PRG, Verts, MDC) ont approuvé dans le passé les budgets de la ville.