De retour de Palestine, ils témoignent.

jeudi 5 février 2009

Avec la participation de

- Mériem Derkaoui, conseillère municipale communiste
- Christine Birnbaum Responsable de l’Union Juive Française pour la Paix
- Yazid Debbich membre de Génération Palestine.
- Pierre Barbancey, journaliste à l’humanité, envoyé spécial à Gaza

qui rentrent d’une mission humanitaire à Gaza.

Lundi 9 février à 19 h 00

Espace Renaudie

30, rue Lopez et Jules Martin – métro Fort d’Aubervilliers

Les média français sont loin de rendre compte de la réalité de la situation en Palestine. Les observateurs qui rentrent de Gaza sont tous bouleversés, ils ont découvert une zone complètement dévastée. Toutes les habitations, les exploitations agricoles ont été détruites. Des témoignages font état d’exécutions sommaires, d’enfants parfois. Des armes interdites contre les populations civiles ont été utilisées…

L’immense majorité des morts sont des habitants qui ne participaient pas aux combats, en particulier des femmes et des enfants. Personne ne peut croire que cette agression dévastatrice peut conduire – comme le prétendent les dirigeants israéliens – à la paix.
Tout ceci constitue un crime de guerre, voire un crime contre l’humanité.

La France et l’Union européenne doivent jouer un autre rôle dans le règlement de cette situation. En exigeant la levée totale du blocus économique, la création d’une commission d’enquête internationale, l’application du droit international et des résolutions de l’ONU : c’est-à-dire la fin de l’occupation de la Palestine, la création d’un État palestinien souverain dans les frontières de 1967, le droit au retour pour les réfugiés et la libération des prisonniers.

Section d’Aubervilliers du PCF

Groupe des élus Communistes et Citoyens "Tous ensemble pour Aubervilliers"

6 Messages

  • Agression Le 6 février 2009 à 09:46, par Rabcor

    Je viens de constater que le Parti socialiste avait, dans la nuit du 4 février, recouvert quasi méthodiquement les belles affiches du PC sur la Palestine avec des placards intitulées "rejoignez le Parti socialiste".

    Accessoirement, des affichettes de format A4 invitaient à participer à un débat... sur la Palestine avec Hubert Védrine le lendemain !

    J’aurai bien aimé connaître autrement cette initiative. Un débat avec Védrine peut être intéressant. Mais, vraiment, que les socialistes locaux aient agi sur les murs comme ils l’ont fait est une honte.

    Répondre à ce message

  • De retour de Palestine, ils témoignent. Le 6 février 2009 à 17:02, par KGB en panne

    Pauvre rabcor, vous n’aurez malheureusement pas plus de renseignement sur la position de Védrines, le blog du Ps se contentant d’un commentaire d’un militant, monsieur Guerrien. Il considérait que la position d’Hubert Védrines, fin connaisseur du Moyen-Orient, était extrèmement intéressante, même si tout le monde ne la partageait pas en totalité. Voilà pour le compte rendu !

    Répondre à ce message

  • De retour de Palestine, ils témoignent. Le 7 février 2009 à 19:58, par Silvere Rozenberg

    Je pense que pour mieux comprendre la situation actuelle avec plus de recul sur cette question du Proche Orient, il faut revenir aux sources de ce qu’était le projet sioniste.

    Un historien israelien, Shlomo Sand, a écrit un livre intitulé "Comment le Peuple Juif fut inventé". Ce livre est d’ailleurs disponible à la librairie Les Mots Passants. L’auteur, pour résumé, démonte l’idée que les juifs formeraient un peuple ethniquement homogène qui n’aurait fait que "rentrer à la maison" en 1948 lors de la création de l’etat
    d’Israel.

    Cet ouvrage me parait extremement interessant dans la periode, surtout pour répondre à ceux qui mettent en signe égal le colonialiste et le colonisé.

    Répondre à ce message

  • De retour de Palestine, ils témoignent. Le 8 février 2009 à 07:07, par André

    Je suis d’accord avec Silvère d’ailleurs j’ai découvert cet historien dans le monde diplomatique http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205

    Shlomo Sand milite pour qu’Israël devienne "un Etat démocratique, de tous les Israéliens, et non plus seulement de tous les juifs ".

    Le sujet du sionisme est sensible : il mélange le politique, l’histoire mais surtout l’affectif identitaire. Les sens des mots sont souvent les sources de nos propres maux.

    Aussi faut-il chercher à les replacer dans leur contexte historique. Certes leur sens ne sera jamais universel ou reconnu par tous mais il faut essayer de se rapproprier un sens historique qui peut permettre de sortir le débat de l’affectif , il peut favoriser l’échange et surtout l’apprentissage.

    Je vous conseille aussi la lecture de l’article paru dans "Les Cahiers du Libre Examen" : Je suis juif et antisioniste : une perversion ? de Michel Staszewski,l’auteur nous parle du judaïsme, des sionismes et des anti-sionismes sans parler de la nature des deux états : Israël et la Palestine. http://www.association-belgo-palestinienne.be/articles/Michel-Staszewski_Juif-et-antisioniste.htm

    Répondre à ce message

  • L’offense faite à Védrines Le 8 février 2009 à 17:17, par Rabcor

    Informé trop tard (dans les conditions que j’ai dites) je n’ai pu assister au débat avec H. Védrines, ce que je regrette beaucoup, compte tenu de la qualité de l’interlocuteur.

    On me dit qu’à peine une vingtaine de personnes était présente (parmi lesquelles une dizaine inconnues à Aubervilliers) et que le maire est arrivé une heure et demie après le début de la réunion !

    Bref, un ratage complet.

    J’espère que demain (Renaudie 19 heures) ce sera très différent.

    La Palestine le mérite bien.

    Répondre à ce message

  • Emotion et lucidité politique étaient au rendez-vous Le 10 février 2009 à 18:21, par Léna

    Plus de soixante personnes ont participé à la soirée de témoignages-solidarité avec la Palestine.

    C’est bien peu direz-vous mais alors que la phase la plus barbare de l’agression contre Gaza semble être passée et que l’émotion retombe quelque peu ce n’est pas si mal.

    Ce fut une longue soirée bouleversante. Pacal Beaudet a introduit et conclu la soirée. On a entendu les témoignages de Pierre Barbancey (qui nous avait donné dans ses articles de L’Humanité une couverture superbe et à contre sens de la tonalité des autres médias), de Patrick Le Hyaric (directeur de L’Huma), de Meriem Derkaoui à la parole presque bloquée au bord de l’indicible. Christine Birnbaum a fait entendre la voix des juifs progressistes engagés dans une lutte d’immense courage.

    Un échange avec la salle a suivi. Il fut empli d’émotion lui aussi et l’on entendit des propos exigeants sur les solutions politiques à trouver pour mettre fin à l’oppression du peuple palestinien. Il fut aussi question des élections législatives en Israël, de la nécessité de recomposer une perspective politique pour la Palestine à partir des propositions que fomulent les forces palestiniennes de gauche, au premier chef les communistes.

    Francis Combes a dit quelques poèmes venus de Palestine. Deux élèves de l’Ecole Joliot-Curie ont bouleversé la salle en disant comment elles avaient organisé dans leur classe un débat sur Gaza et collecté auprès de leurs camarades de classe 7 euros qui seront versés à la solidarité. Elles ont mis cela en poème et lu à deux voix leur cahier d’écolières.

    On s’est promis de reprendre la réflexion et aussi de poursuivre la lutte pour une paix juste et durable qui exige la création d’un Etat palestinien.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article