Non-lieu pour les militants communistes d’Aubervilliers mis en examen

Encore un revers pour Salvator et Yonnet

mardi 12 mars 2013

Salvator a encore perdu la partie dans son interminable procédure contre des militants communistes d’Aubervilliers. Il s’est vu opposer un non-lieu dans l’affaire dite de la camionnette (ordonnance du 15 février 2013, TGI de Bobigny).

La veille du second tour de l’élection cantonale du 27 mars 2011, un véhicule surmonté d’un haut parleur avait diffusé un message sonore appelant à voter Pascal Beaudet et dans lequel certains témoins avaient cru entendre des propos diffamatoires. Il n’en a pas fallu plus pour que cinq militants communistes soient interrogés à la PJ et convoqués à deux reprises par le juge d’instruction, sur plainte de Jacques Salvator et d’Evelyne Yonnet. On aimerait autant de célérité pour les délits que subissent quotidiennement les habitants d’Aubervilliers ! Par un surprenant hasard ils étaient, conseiller général, secrétaire de section du PCF, responsable syndical à la ville, professeur et président d’association de locataires.

Une cause perdue pourtant déjà entendue

Rappelons qu’à l’occasion de cette même élection cantonale, le parti socialiste avait déjà subi un désaveu en étant débouté par le Tribunal administratif, puis la Cour d’Appel et enfin le Conseil d’Etat. Excusez du peu.

Mais cela n’avait pas suffit au maire et à la conseillère générale battue. Ils s’en sont pris personnellement à des militants communistes sur la foi de témoignages dont le juge a pu mesurer la faiblesse ; à tel point que dans un premier temps, il a eu bien du mal à trouver des motifs de mise en examen. C’est finalement l’acharnement de nos édiles, qui, par le cabinet d’avocat de la ville usant de toutes les ficelles de la procédure, a abouti à la mise en examen de quatre d’entre eux. Mais là encore, il faut croire que le juge d’instruction a eu les plus grandes difficultés à trouver consistance et cohérence aux témoignages alors subitement venus à la rescousse en n’ayant d’autre issue que de clore l’affaire par un non lieu.

Un maire et une première adjointe qui ne sortent pas grandis

Cela met un terme à une lamentable histoire qui n’a que trop duré et dont l’issue ne grandit pas le premier magistrat de la ville ainsi sa première adjointe.

Question en suspens : quel coût pour la ville et donc pour le contribuable ? 10000, 15000, 20000 euros, plus ? Rappelons que le maire et sa première adjointe s’étaient fait voter la protection fonctionnelle par le conseil municipal. Le Parti Socialiste, Europe Écologie, le Parti Radical, la droite avaient voté pour. Seul le groupe communiste et citoyen avait voté contre, estimant qu’il ne s’agissait pas d’une affaire municipale mais d’une affaire privée puisque liée à un contentieux électoral. Dommage que l’assemblée municipale n’aie pas été plus lucide ce jour là.

Éric Plée

53 Messages

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 16:05, par Contribuable

    Plutôt que d’intenter recours judiciaire sur recours judiciaire, les socialistes ne devraient-ils pas faire de la politique ? Ça coûterait moins cher aux contribuables et ça permettrait aux habitants de se déterminer sur des contenus.

    Puisque le maire et l’ex conseillère générale n’ont pas obtenu que leur vendetta judiciaire aboutisse jusqu’à un tribunal, ne devraient-ils pas rembourser à la municipalité le coût de la procédure entamée ? Ou faire bénéficier de la protection fonctionnelle les élus qu’ils ont injustement accusés et qui ont du faire appel à un avocat pour les défendre ?

    Le changement, c’est pour quand ???

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 16:35, par Ca promet pour 2014...

    Je regrette que la justice n’ait pas sanctionné les propos tenus lors de cette campagne.

    Je regrette que les insultes et les attaques personnelles tiennent lieu de débats politiques entre les forces de gauche.

    Aubervilliers, les albertivillariennes et les albertivillariens méritent beaucoup mieux.

    La démarche de Jacques Salvator et Evelyne Yonnet visait précisément à faire marquer un coup d’arrêt par le juge à ces pratiques. Jean-Jacques Karman en a fait son fond de commerce et Pascal Beaudet acquiesce par impuissance.

    Ça promet pour 2014…

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 16:51, par Peut mieux faire mais on fait avec ce qu’on a...

    Et oui camarade, il aurait fallu trouver des témoins un peu plus sérieux... Par exemple des gens qui ne racontent pas avoir entendu une bande son, puis, s’apercevant qu’il n’y avait rien dans la bande son assurent avoir vu Eric Ruer, à moins que ça ne soit Marc Plée parler dans un micro... Véridique !

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 17:17, par n’est pas Jeanne d’Arc qui veut

    un message sonore appelant à voter Pascal Beaudet et dans lequel certains témoins avaient cru entendre des propos diffamatoires

    Le juge l’a rappelé, il ne suffit pas d’avoir crû entendre !

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 18:15, par Ca promet

    Les propos "le maire est un voleur" n’ont pas pu être prouvés.

    Le fait qu’une bande sonore "Evelyne Yonnet est une menteuse" ait été diffusée sur tout le canon Est d’Aubervilliers à l’aide d’une camionnette et d’une sono est, en revanche, établi et non contesté.

    On est déjà loin du simple "message sonore appelant à voter Pascal Beaudet" comme le prétend M. RAFFIN.

    Ces procédés sont ignobles et indignes du débat politique particulièrement à gauche.

    M. PLEE peut crier victoire et être heureux de ne pas être condamné lui qui était au volant du véhicule.

    Le rassemblement à gauche pour 2014 est déjà mort. Tant mieux ? Finalement, oui !

  • A la caisse Le 12 mars 2013 à 18:23, par Albert

    M. Salvator et Mme Yonnet-Salvator sont donc renvoyés dans les cordes. C’est une bonne chose.

    Ceci dit si leur action judiciaire a coûté aux aux habitants-contribuables d’Aubervilliers (il faut connaître ce coût) elle a aussi coûté au Parti communiste qui a dû assurer la défense de ses militants.

    Que peut-on faire par rapport à cette situation ? Que dit le jugement sur la dimension financière ? Peut-on rendre publique l’ordonnance du juge ?

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 18:49, par Pour ça promet, conduire une camionnette est un délit !

    Ca promet ferait bien de lire le jugement (le jugement est public) et consulter les éléments du dossier. Cela lui éviterait de dire ou de répéter n’importe quoi sur les faits et les acteurs de ce scénario.

    Constatons simplement que la police et la justice doivent avoir de gros moyens pour traquer de si dangereux malfaiteurs dont un conducteur présumé de camionnette.

    Signalons que l’ensemble des faits (s’ils s’étaient avérés exacts) était passible d’une amende de 500 euros !

    Par rapport aux tarifs d’un grand cabinet d’avocat, qui eux sont à la charge du contribuable c’est dérisoire. Cela montre la médiocrité de notre exécutif municipal.

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 19:21, par socialiste unitaire

    Au nom d’un certain nombre d’amis socialistes, je tiens à présenter mes excuses auprès des militants communistes mis en examen et aujourd’hui mis hors de cause.

    Quand bien même des propos déplacés auraient été tenus, ce qui n’a pas été prouvé, les moyens mis en oeuvre par le maire et la première adjointe apparaissent totalement disproportionnés par rapport aux faits incriminés, passibles au maximum d’une amende de 500 euros.

    J’aurais préféré que les moyens mis en oeuvre par la police judicaire qui a effectué des heures d’interrogatoire ou par la justice, aient été consacrés à d’autres missions.

    Je crois que nous, socialistes, aurions pu éviter cette image lamentable, si Evelyne avait eu la hauteur de vue suffisante en se retirant au soir du premier tour de la cantonale, contre l’avis de ses troupes et de notre fédération. Elle aurait gagné une dimension qui aurait sauvé la municipalité.

    On connait l’enchainement judiciaire qui serait risible si son épilogue aujourd’hui ne ruinait pas l’image de la municipalité. Il est temps d’aller dans le sens de la réconciliation, et je prie Madame Grare, Monsieur Calcagny, Monsieur Plée, Monsieur Karman et Monsieur Ruer de bien vouloir accepter mes excuses ainsi que celles de mes amis pour les désagréments qu’ils on eu à subir dans cette affaire.

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 23:15, par Denis Raffin, maitre toilier

    « On est déjà loin du simple "message sonore appelant à voter Pascal Beaudet" comme le prétend M. RAFFIN. »

    “Ça promet” se trompe sur tout, même sur l’auteur de cette phrase !

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 23:35, par Beau jouer

    Le maître tollier supprimerait-il ses messages ? Pas beau joueur. On a connu "maître" plus en maitrise ;-)

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 12 mars 2013 à 23:51, par Communiste unitaire

    Au nom de camarades communistes unitaires, je souhaite que le PCF ne réitère plus ce type d’actes qui abiment la démocratie et ne peuvent servir qu’à terme la droite et son extrême.

    Nous nous excusons auprès d’Evelyne YONNET et de Jacques SALVATOR, l’insulte et l’invective ne font pas partie de notre pratique politique nous qui restons attachés au progrès humain et à une société plus fraternelle.

    Nous sommes persuadés que les habitants détestent ces méthodes et qu’elles les détournent de l’action publique et l’engagement citoyen pour lesquels nous militons depuis notre jeunesse.

    Les enjeux actuels pour le développement de notre ville et ses habitants exigent des formations politiques locales sérieux et responsabilités.

    Nous qui avons géré cette ville pendant des années et des années, nous ne voulons pas l’oublier.

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 01:22

    Au zozo qui se dit communiste et unitaire, décidément, les vestes ne te servent pas de leçon... Tu ferais mieux de cesser de ruminer ta rancoeur et réfléchir au pourquoi de l’échec de toutes les procédures judiciaires menées par le PS and co quant à cette élection.
    Et puis il ne fallait pas être bien malin pour s’engager dans une action des plus aléatoires dont on savait qu’elle aboutirait à l’approche des municipales.
    Mais voilà, quand la rancoeur fait office de moteur en politique, on en paye les effets comptant.
    N’oublie pas qu’il y a une décision judiciaire sans équivoque.

  • Encore un revers pour Salvator... Le 13 mars 2013 à 07:41, par Victor Noir

    Soyons contents, Eric pourra donc continuer à conduire sa petite camionnette...

    Cette nouvelle du jour est visiblement de première importance ici, au point d’en éclipser la visite de la ministre de l’Enseignement supérieur à Aubervilliers et sa pauvre petite annonce du lancement effectif du projet du Campus Condorcet Paris - Aubervilliers (500 millions d’euros mobilisés par l’Etat et la Région pour la première phase de construction).

    15 000 étudiants, chercheurs et enseignants pour le futur pôle européen des sciences sociales et humaines à l’horizon 2018, Aubervilliers devenue une ville universitaire, "encore un revers pour Salvator"...

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 08:39, par Même pas besoin de remettre une pièce dans le Victor, il s’allume tout seul

    Voila-t-y pas que Victor revient pour être plus sérieux cette fois-ci en ramenant à sa juste proportion "l’affaire de la camionnette". Il a entièrement raison en affirmant que l’avancement du campus Condorcet est bien plus important. Mais Victor ! Qui a lancé ce projet ? Le ministère de l’enseignement supérieur et la municipalité précédente.

    Qui est à l’origine de la plainte et qui s’est acharné pour poursuivre une procédure qui se serait éteinte d’elle même si tous les trois mois le cabinet d’avocat n’avait pas reçu un chèque (payé par le contribuable) pour relancer la machine et aboutir au fiasco municipal que tu relèves ? Salvator et Yonnet.

    Alors que si vous aviez laissé la procédure s’éteindre d’elle même à la veille des congés d’été 2012,
    1/ Tout le monde se foutrait aujourd’hui de cette histoire, y compris les cinq militants communistes.
    2/ Ca aurait coûté moins cher à la ville.
    3/ Salvator Yonnet (qui n’avaient pas besoin de ça pour réhausser leur crédibilité) ne se seraient pas repris le boomerang en plaine figure.

    Ne t’étonne pas maintenant si Jean-Jacques saisit la commission des finances (dont il est membre) pour demander le détail des frais engagés par la ville dans cette affaire dont tu dis qu’elle est ridicule...

    Qui a voulu que ce soit pas fini ?

    • Plus c’est gros, plus ça passe Le 24 mars 2013 à 15:20, par Condorcet

      Prétendre que le projet du campus Condorcet a été lancé par l’ancienne municipalité, au niveau du mensonge, c’est énorme.
      Informez vous. Pas besoin de tribunal...

      Répondre à ce message

      • Plus c’est gros, plus ça passe Le 25 mars 2013 à 09:20, par Condorcet

        Cher internaute,
        Je te conseille d’aller consulter Aubermensuel dans l’année qui précède la mandature de Jacques Salvator et tu pourras cosntater par toi-même que le campus Condorcet a été lancé à l’initiative de Jack Ralite et de Pascal Beaudet qui ont tenu les premières réunions avec l’Etat.
        Cela s’appelle une information vérifiable.

        Répondre à ce message

        • Plus c’est gros, plus ça passe Le 25 mars 2013 à 10:05, par Jacques

          Cette même discussion a eu lieu en janvier au sujet de l’article intitulé : "Aubervilliers : quel bilan, pour quel avenir ?"
          http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article872

          Et "Gigi", que je remercie, avait effectué des recherches que je me permets de reprendre :

          « "Auber Mensuel" n° 171 d’avril 2007 apporte des éléments de réponse via :
          - Un article intitulé "IMPLANTATION -La possible arrivée d’un campus universitaire sur la Plaine
          Une fac à Auber ?" en page 11
          - La tribune des "Élus socialistes et républicains", en page 16, est la suivante :
          Bonnes nouvelles…
          L’ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER (EPF)
          d’Ile-de-France a lancé ses premières acquisitions
          pour une meilleure maîtrise des sols au service de la construction de logements et de la création d’emploi. La ville de Saint-Denis est déjà bénéficiaire des premières interventions.
          Aubervilliers devrait présenter rapidement des projets éligibles à l’aide foncière (ZAC de la Porte d’Aubervilliers, relocalisation de la clinique de la Roseraie, centre ville, centre nautique du Landy…)
          L’implantation de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) au bâtiment 210 des EMGP à Aubervilliers est confirmée, dans le prolongement de la rue des Fillettes et à proximité des futures stations du tramway et du métro.
          D’ici 3 à 5 ans, 3000 étudiants dont 2000 doctorants et plus de 600 chercheurs seront accueillis sur un site de plus de 25000 m2. Le Conseil régional d’Ile-de-France a voté 40 millions d’euros de crédits, l’Etat doit suivre (Contrat de projet Etat-Région 2007-2013).
          L’attractivité de notre territoire est réelle et s’inscrit dans la durée. La Ville doit, pour accompagner ce mouvement, maintenir un niveau d’équipements publics juste et cohérent. Il s’agit de favoriser l’arrivée et le maintien sur Aubervilliers, de salariés, de familles d’étudiants.
          Ce constat nouveau doit présider au choix des grandes orientations du projet de budget 2007. Notre ville doit d’abord compter sur ses propres forces matérielles et humaines et sur des partenaires fiables et diversifiés pour soutenir son développement et satisfaire les besoins de ces habitants.
          En effet, on ne peut réduire les mobilisations citoyennes aux interpellations rituelles d’un gouvernement, peu réceptif à nos attentes. En politique aussi, déplorer n’est pas agir.
          Jacques Salvator
          elus.socialistes@mairie-aubervilliers.fr
          01.48.39.52.36/51.26 »

          Puis :

          « "Auber Mensuel" de Décembre 2007 fait référence à votre souvenir au sein de la tribune des Élus socialistes et républicains
          Citoyens chercheurs, bienvenue à Aubervilliers !
          C’EST SOUS CE TITRE QU’AVEC EVELYNE YONNET NOUS AVONS CO-SIGNÉ une tribune parue dans Le Monde du 1er novembre (1) en réponse à la protestation de chercheurs de l’Ecole des Hautes
          Etudes en Sciences Sociales (EHESS) devant le projet de déménagement anticipé de leur école sur Aubervilliers en 2008 et leur transfert définitif en 2012.
          Intriguée, une délégation de chercheurs pour la plupart directeurs d’études a sollicité une rencontre, le 24 novembre à Aubervilliers.
          Ces chercheurs éminents sont légitimes à vouloir les
          meilleures conditions de recherche pour poursuivre leurs travaux et transmettre leurs connaissances. Les échanges, amicaux, ont rassuré, fait converger les points de vue et démontré les opportunités d’une réimplantation sur notre territoire. D’autres institutions, en effet, seront accueillies sur ce site en même temps que l’arrivée de la ligne 12. La
          mise en œuvre dès cette année d’un pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) dédié aux sciences sociales entre les universités Paris 8, Paris 10, Paris 13, le CNAM et justement l’EHESS favorisera la synergie des lieux de recherches et de documentation.
          Cette rencontre est une chance pour un futur partenariat, un groupe de réflexion a émergé pour envisager en commun l’avenir.
          Jacques Salvator
          Président du groupe des élu-e-s socialistes et républicains
          01 48 39 52 36 /51 26
          elus.socialistes@mairie-aubervilliers.fr
          1 Disponible auprès du secrétariat.

          Source : http://www.aubervilliers.fr/IMG/pdf/decembre2007.pdf»

          Répondre à ce message

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 10:27, par la fin justifie-t-elle les moyens ?

    Qu’est-ce qui est moralement le plus condamnable : utiliser des méthodes de propagande d’un autre age, ou faire faire des faux témoignages à des soi-disant témoins de plus ou moins de bonne foi ?

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 10:46, par Denis Raffin, maitre toilier

    « Le maître tollier supprimerait-il ses messages ? Pas beau joueur. On a connu "maître" plus en maitrise ;-) »

    Ah bon ? Quel message ? La phrase que vous citez est simplement présente dans l’article ... d’Éric Plée. Vous allez voir qu’on va bientôt m’accuser d’avoir conduit la camionnette...

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 10:59, par Chauffeur

    Je rappelle qu’il n’y a rien de mal à conduire tout type de véhicule, y compris une camionnette.
    J’aimerais que l’on arrête ici de mettre à l’index les conducteurs de camionnettes qui sont au demeurant des gens très bien.

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 11:47, par @ la fin justifie-t-elle les moyens ? Faut-il rétablir la peine de mort pour les conducteurs de camionnette ?

    J’acquiesce à votre réflexion sur le fond mais je crois qu’il ne faut pas opposer des moyens de communication que vous qualifiez d’un autre âge aux moyens dits modernes.

    Certes, les différentes juridictions, T.A., Cour d’Appel, Conseil d’Etat ont estimé que le moyen de communication que vous jugez archaïque n’avait pas permis d’inverser le scrutin de la cantonale et l’instruction menée sur plainte déposée par Salvator Yonnet n’avait pas non plus permis d’établir qu’il y avait diffamation, ce qui tendrait à valider votre point de vue quant à l’efficacité de ces outils.

    La vérité est que les personnes mises en cause sont restées dans le cadre établi par la loi.

    Et l’échange, tel qu’il se poursuit sur ce site, est-il plus brillant ? A lire certaines réflexions, on a l’impression que certains voudraient que la conduite d’une camionnette soit un délit. Ou dans un autre ordre d’idée, que penser de la prose anti-Chavez qui s’est déversée récemment sur ce site...

    Il n’y a pas d’un côté une communication moderne et de l’autre un moyen de propagande dépassé. Rien ne remplacera l’échange direct, et ce site, malgré son intérêt, en est l’illustration avec ses limites.

    Un citoyen, usager et contributeur du site, conducteur occasionnel de camionnette, abonné à Vélib, au gaz, à internet...

  • Place au dérisoire Le 13 mars 2013 à 14:02, par Contraria contrariis curantur

    La camionnette et son haut parleur apparaît être l’affaire du siècle. Que de temps perdu à faire des commentaires sur une "affaire" sans intérêt pour l’immense majorité de celles et ceux qui consulte votre site. Pendant que vous perdez votre temps, l’austérité poursuit son bonhomme de chemin, le chômage continue de grimper, le Medef nous impose sa flexibilité et sa précarisation de l’emploi, le président de la république va "courageusement" faire reculer l’âge du départ à la retraite et réduire nos faibles pensions, la refondation de l’école oublie les enfants, les parents, les enseignants, les retraités vont devoir sacrifier leur pouvoir d’achat pour "sauver" les régimes complémentaires, le ps au mépris de ses électeurs maintient son virage à droite, etc... Mais tout cela n’est que dérision ; Le plus important, c’est le haut parleur, la camionnette et son chauffeur. Le temps que vous passez à vous étriper avec vos ridicules et insignifiants commentaires sur un sujet dont tout le monde se fout me fait froid dans le dos et ce n’est pas qu’une question de météo.

    • Place au dérisoire Le 17 mars 2013 à 22:40, par au donneur de leçon qui sait mieux que tout le monde de quoi il faut parler

      Désolé, mais cette affaire n’a rien de dérisoire. La judiciarisation de l’action politique comme de l’action syndicale sont des fléaux visant à tuer tout contre pouvoir aux pouvoirs établis.
      Le résultat c’est l’acceptation des politiques établies, qu’elles se traduisent par l’austérité, les délocalisations, les licenciements ou les accords type medef/syndicats minoritaires....
      Alors oui, il y a toujours plus important, mais si on n’y va par là, il y a Fukushima, le Mali, le sida...

      Répondre à ce message

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 15:27, par Jacques a dit, ça marche plus.

    L’affaire du siècle, c’est que le maire et son adjointe ont tort. Ils n’ont été traités ni de voleur, ni de menteuse et cette réalité est devenue intangible.

    L’affaire du siecle, c’est le peu de confiance qu’ont, en leur maire et son adjointe, ceux qui ont cru possible qu’ils se fassent traiter de voleur et de menteuse.

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 15:30, par Après l’affaire de l’observatoire, l’affaire de la camionnette...

    On fait s’qu’on peut !

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 15:35, par sans culotte

    Les échanges sur ces procédures judiciaires sont tout sauf inutiles.

    En effet, Jacques Salvator, Evelyne Yonnet et leurs soutiens prennent la désagréable habitude de vouloir substituer les procédures judiciaires au débat politique, qui plus est en mentant éhontément.

    Il n’est pas anodin d’avoir produit de faux témoignages, car il s’agit bien de faux témoignages quand les soi disant témoins affirment avoir entendu que la bande son traitait Jacques Salvator de voleur alors que ce mot n’a jamais été prononcé.

    De même qu’il n’est pas anodin que le secrétaire de la section du PS ait attaqué au TA l’élection de Pascal BEAUDET, poursuivi en appel, pour aller jusqu’au Conseil d’Etat.

    Enfin, il n’est pas anodin que ce même secrétaire du PS fasse convoquer par le commissariat d’Aubervilliers une conseillère municipale d’opposition en prétextant des insultes, ou que Madame Yonnet fasse convoquer par le commissariat une administratrice d’une association de locataires, ainsi que de des témoins potentiels, comme si le commissariat d’Aubervilliers était à la disposition des élus pour régler leurs démêlés avec la population...

    Le judiciarisation de le vie politique est une curieuse conception des choses. Si vous prenez une position hostile aux élus, vous risquez de vous retrouver devant un tribunal ? Seraient-ils en train de ré-inventer la lettre de cachet ? N’oubliez pas, Mesdames et Messieurs, qu’en même temps que les lettres de cachet, il existait les "mazarinades", c’est à dire ces petits libelles qui dénonçaient l’absolutisme du pouvoir et se moquaient de ceux qui se croyaient tous puissants.

  • pour sortir du dérisoire...et éviter d’autres revers ? Le 13 mars 2013 à 17:31, par R Taysse

    IL pleut, il pleut..rentre tes noirs moutons
    Notre usine a fermé, disparus les patrons
    Envolées les machines, au Maroc ou en Chine
    Et nous, là comme des Cons..délocalisation !
    Tu as cherché à faire croire-et y en a qui t’on cru !
    Que tu s’erais le sauveur des pauvres et des exclus
    Qu’on allait en finir avec tout ce gâchis
    Qu’aucun loup n’entrerait plus dans la bergerie !
    il pleut...
    Tu as fais semblant d’entendre la colère et l’angoisse
    Des métallos lorrains condamnés à la casse..aux quatre coins de France,
    Des milliers d’ouvriers sacrifiée d’avance....

    Avec des jolis mots ! "égalité" "justice"
    Tu as soufflé des promesses sur les braises de l’espoir
    Tu les as trahies dés que tu as eu le pouvoir !......
    ...Remballe ton Triple A, ta dette et tes marchés
    Ta bourse et ses traders, tes parachutes dorés
    Nous avons rêvé qu’un autre monde est possible
    Nous nous n’acceptons pas d’être des "invisibles"...

    A MEDITER, cette chanson (extraits) de Dominique Grange d’avril 2012 s’appelle DEGAGE !Dégage !Dégage elle s’adressait à N. Sarkozy...Et aujourd’hui ?

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 20:23

    Les quelques ultra sectaires qui dirigent la section locale du PS viennent de porter plainte contre l’élection du pape ! Il n’est pas de la bonne motion...

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 20:26

    non tu te trompes. Ils ont seulement porté plainte contre son numéro.
    François 1er c’est celui assassiné par Ravaillac (1610), François II c’est lle notre (2012). Ils demandent que le pape s’appelle François III... faut pas déconner !

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 23:24, par rectife !!!

    Eh, c’est Henri IV qui a été assassiné par Ravaillac !!!

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 13 mars 2013 à 23:30

    la petite chanson est vraiement pratique elle fait une pierre, deux coups !!!!

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 14 mars 2013 à 12:26

    ben oui c’est henri 4, mais ça faisait bien le fil de la comptine François 1, François II, François IIII... la suite chez Prévert ! (avec Louis ça marche aussi).

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 14 mars 2013 à 15:30, par Y-aurait-il un sixième homme dans l’affaire de la camionnette ?

    Curieusement dans les rouages de l’instruction sont apparus deux photos de protagonistes supposés. Auraient-ils pu conduire la camionnette au moins pour l’un d’entre eux ? Après le dénommé Eric, chauffeur désigné à la vindicte de Victor Noir, le maître toilier qui a cru être accusé, monsieur X fait son apparition ainsi que monsieur Y. Il faudrait ajouter à cette liste de chauffeurs potentiels de camionnette, Daniel Goldberg (député) et Stéphane Troussel (maintenant président du conseil général) qui eux aussi, comme les trois des cinq militants communistes inquiétés sont passés à côté de la camionnette mais curieusement, ils n’ont pas été mis en examen.

    Ce n’est pas un sixième homme qu’il y aurait dans cette affaire, mais bien une dizaine...

    On reste sur notre faim...

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 14 mars 2013 à 15:35, par nous sommes tous chauffeurs de camionette

    SO-SO-SO SOLIDARITE
    NOUS SOMMES TOUS CHAUFFEURS DE CAMIONETTE

    Et on reprend tous ensemble

    SO-SO-SO SOLIDARITE
    NOUS SOMMES TOUS CHAUFFEURS DE CAMIONETTE

    SO-SO-SO SOLIDARITE
    NOUS SOMMES TOUS CHAUFFEURS DE CAMIONETTE

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 15 mars 2013 à 13:23, par P’tit jeune motivé

    Encore faut-il que certains arrêtent de voir le mal partout et surtout arrêter de déblatérer sur des diffamations et des calomnies. Si Monsieur le maire et Madame la première adjointe ne supporte pas la défaite politique, eh bien qu’ils n’en fassent pas tout simplement. Mais taxer le peu d’argent que les contribuables ont en payant des impôts pour mener une vendetta anticommuniste digne d’une guéguerre puéril et idiote, alors là faut pas prendre bibi pour un cave et prendre les albertivilariennes et albertivilariens pour des imbéciles. Mais décidément avec le PS...

    Jacques Salvator et Évelyne Yonnet ont tord et ils persiste dans leurs obstination et leur entêtement pour avoir la tête de tous les communistes de cette ville ou alors de ceux qui ne croient plus en leur politique de gestion municipale. Eh oui, faut les comprendre un siège ça se maintient quitte à faire payer un avocat par VOS impôts, mais certains préfèrent déposer des commentaires aussi idiots que inutiles...

    Répondre à ce message

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 19 mars 2013 à 12:06, par Quand on crache en l’air, le molard retretombe souvent su celui qui crache

    Et voilà ! Ce qui devait arriver est arrivé ! Le maire aurait voulu faire exprès, il ne s’y serait pas pris autrement : il avait pourtant ma maîtrise du calendrier et pouvait arrêter le massacre quand il voulait. Mais il a préféré relancer l’action judiciaire tous les trois mois pour aboutir à ce pitoyable résultat...

    Répondre à ce message

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 21 mars 2013 à 22:51

    Monsieur Plée peut plastronner avec son non lieu. Mais ce n’est pas fini. Si Evelyne et Jacques apportent des éléments nouveaux, l’affaire va être relancée et rira bien qu rira le dernier !

    Répondre à ce message

    • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 22 mars 2013 à 12:03, par Jeanne d’Arc

      Des éléments nouveaux, ce sont de nouveaux faux témoignages ?

      Attention, à force de jouer avec la justice, ça pourrait bien se retourner.

      Si les communistes n’ont pas souhaité poursuivre les diffamateurs pour faux témoignage, ils pourraient changer d’avis et demander à leur tour des comptes à ceux qui affirment avoir entendu certains propos. Avis aux amateurs.

      Répondre à ce message

    • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 22 mars 2013 à 16:55

      quelle mentalité de merde ! Faites aussi appel à l’Onu pendat que vous y êtes. Et s’il elle vous envoie chier comm’ d’hab, interjetez appel auprès de Dieu le père...
      La procédure de ce type, c’est pour ceux qui n’ont rien de mieux à faire. .. comme gérer correctement les problèmes de leur ville par exemple.

      Répondre à ce message

    • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 24 mars 2013 à 17:55, par P’tit jeune motivé

      Très cher posteur anonyme,

      La justice n’est pas un sujet ou l’on peut faire de la spéculation, en revanche le faux témoignage est passible de cinq ans de prison ferme et 75000 euros d’amendes. Donc méfiez-vous comme dit plus haut "A force de jouer avec la justice..."

      Répondre à ce message

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 26 mars 2013 à 13:54, par quand l’hôptal se moque de la charité !

    Lu sur le site du PS... Sans commentaire....

    Nos concitoyens attendent de leurs représentants politiques respect et exemplarité !
    26 mar 2013 ⋅ by Parti socialiste Aubervilliers ⋅ in A la Une, Activités de la section, Municipales 2014 ⋅ 0 Comments

    Les deux recours déposés devant le juge pénal par Jacques Salvator et Evelyne Yonnet pour injures publiques lors des élections cantonales de 2011 ont abouti le 5 mars 2013 à deux ordonnances de non-lieu. Il n’y a pas lieu de remettre en cause ce jugement, d’autant que nous notons que le juge d’instruction ne conteste pas l’existence d’un délit d’injure publique, mais se voit dans l’impossibilité de l’attribuer à une personne précise.

    Cette procédure est désormais derrière nous.

    L’acte que nous avons posé demeure : nous ne pouvons pas accepter que le débat démocratique aboutisse à de tels dérives. Rappelons les faits une dernière fois : à la veille du second tour de l’élection cantonale de mars 2011 opposant Evelyne Yonnet (conseillère générale sortante, PS) à Pascal Beaudet (ancien maire d’Aubervilliers, PCF), une camionnette a circulé dans la ville pour diffuser un message sonore traitant Evelyne Yonnet de « menteuse » et le maire de « voleur ».

    On ne peut pas tout dire. Même en campagne électorale.

    En tant qu’hommes et femmes politiques, nous avons un devoir d’exemplarité. Quel exemple de respect des institutions et de responsabilité de la gauche ces attaques ont-elles donné à nos concitoyens, dans une ville où l’abstention atteint des records ?

    Cette question reste – plus que jamais – d’actualité. Lorsque Jean-Luc Mélenchon et ses proches se permettent d’insulter des responsables politiques français et européens en les traitant de « salopards », comment s’étonner que des jeunes manquent de respect face aux symboles de nos institutions ?

    Cette escalade verbale dans le registre du populisme doit cesser.

    Regardons vers l’avenir. La campagne des élections municipales va se dérouler dans les prochains mois. Suite à l’appel au rassemblement lancé par le maire, des représentants du Parti socialiste et du Front de gauche se sont rencontrés. Ces derniers ont fait part de leur souhait de ne pas participer à une liste d’union de la gauche menée par Jacques Salvator en 2014.

    Nous respectons ce choix. Nous regrettons toutefois que cette démarche d’apaisement n’ait pas empêché Jean-Jacques Karman de multiplier les attaques diffamantes à l’encontre du maire, de ses adjoints, de notre députée Elisabeth Guigou et du président de la République. Il n’y a eu aucune prise de distance de la part de Pascal Beaudet, ni d’aucun autre responsable local du Front de gauche. Qui ne dit mot consent…

    Accordons-nous sur au moins un point : la campagne à venir doit être exemplaire.

    Répondre à ce message

    • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 27 mars 2013 à 14:23, par Un jeune

      Comme disent les jeunes : lol.

      Répondre à ce message

    • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 27 mars 2013 à 14:34, par Judge Dreed

      "Jean-Jacques Karman de multiplier les attaques diffamantes" et ils n’ont pas porté plainte ?

      Pour des gens qui ont su redresser notre ville (ha ! ha !) comme Hollande a redressé notre pays (hi ! hi !), je les trouve bien timides...

      Et merci à eux de reconnaître l’indépendance de la justice en estimant qu’ " Il n’y a pas lieu de remettre en cause ce jugement".

      Merci not’ bon maitre, z’êt’ trop bons avec le bas peuple !

      Répondre à ce message

    • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 27 mars 2013 à 15:19, par Poisson Rouge

      En réponse à :

      Lorsque Jean-Luc Mélenchon et ses proches se permettent d’insulter des responsables politiques français et européens en les traitant de « salopards », comment s’étonner que des jeunes manquent de respect face aux symboles de nos institutions ?

      Cette polémique minable permet surtout aux socialistes et aux médias de ne pas répondre sur le fond : oui ou non le traitement par l’UE de la crise chypriotte est-elle scandaleuse ?

      Sur la question des « invectives » et de leur traitement médiatique, lire l’article d’Acrimed : http://www.acrimed.org/article4032.html

      Répondre à ce message

      • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 28 mars 2013 à 11:59

        Cette triste cabale est morte-née. Tu aurais pu te sources aussi à l’excellent Michel Soudais (qui fut Albertivillarien) dans Politis.
        Loin de reprendre le s "éléments de langage" hollandais, il a publié l’enregistrement de ce qu’a dit Mélenchon. Et dans quel contexte.
        Travail normal de journaliste normal qui a d’ailleurs conduit Quatremer (de Libé) a s’excuser d’une de ces charges anti-mélenchon dont il a le secret. Aphatie lui n’a pas reconnu son "erreur" ni le fait que la presse a joyeusement été manipulée (ou s’est auto-instrumentalisée. Ses collègues pas davantage. Dur métier.

        Quant à Désir s’auto-indignant tout seul, quelle misère ! Et pas un mot sur le chômage qui nous ronge, la misère qui gangrène tout et le reste.

        c’est ici :
        http://www.politis.fr/spip.php?page...

        Répondre à ce message

      • ben oui Le 28 mars 2013 à 12:06, par ludwig fermtag

        Ceux qui livrent les Grecs à la misère, qui foulent au pied les Portugais, ruinent les Espagnols, volent les Chypriotes et désespèrent tous les autres sont effectivement des salopards.
        Ces ministres et la Commission européenne défendent en effet les banques par centaines de milliards, ruinent les peuples avec leur politique d’austérité et condamnent des millions de travailleurs au chômage.

        Répondre à ce message

        • ben oui, tu as raison Ludwig Le 28 mars 2013 à 14:29, par JC de la mala

          Je pense comme Ludwig, le terme de salopard est même bien en dessous de ce que l’on entend par là !!! Il faudrait ressortir la "bascule à charlots" pour remettre un peu d’ordre.

          Répondre à ce message

    • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 28 mars 2013 à 16:00, par Explication de texte

      Les attaques "diffamantes" sont celles des accusateurs qui ont prétendu avoir entendu "voleur" et "menteur".

      Dans l’ordonnance de non-lieu, il est écrit noir sur blanc :
      "Attendu qu’il ne résulte pas de l’information charges suffisantes contre quiconque d’avoir commis les faits d’injure publique envers un citoyen chargé d’un service ou d’un mandat public
      "Et attendu u’il n’existe dès lors pas de charges suffisantes contre quiconque d’avoir commis l’(es) infraction(s) survisée(s)
      "Déclarons n’y avoir lieu à suivre en l’état et ordonnons le dépôt du dossier au greffe pour y être repris s’il survenait des charges nouvelles."

      Répondre à ce message

      • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 28 mars 2013 à 16:24

        Ce qui est très différent du "le juge d’instruction ne conteste pas l’existence d’un délit d’injure publique, mais se voit dans l’impossibilité de l’attribuer à une personne précise." rappporté par le communiqué de nos solfériniens locaux.

        Répondre à ce message

        • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 29 mars 2013 à 11:06, par Ethique

          Effectivement, c’est très différent et cela montre bien l’esprit tordu des socialistes locaux qui continuent, envers et contre tout, à laisser entendre qu’ils ont raison.

          On dirait du Jérôme Cahuzac dans le texte : "Non, je n’ai jamais eu de compte bancaire en Suisse"...

          Répondre à ce message

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 27 mars 2013 à 19:37, par l’hôpital qui se moque de la charité

    4 tribunaux* qui disent la même chose par des bouts différents, il faut encore que le PS la ramène pour parler d’éthique en politique ! *tribunal administratif, cour d’appel, conseil d’Etat et juge d’instruction...

    Répondre à ce message

  • Encore un revers pour Salvator et Yonnet Le 28 février 2014 à 23:06

    Le problème est qu’ils ont cru qu’on pouvait faire bouger le curseur par une série d’actions en justice. D’abord pour invalider l’élection cantonale (TA, Cour d’appel, Conseil d’Etat), puis pour tenter de faire condamner des militants devant un tribunal correctionnel. On a vu le résultat !

    La réponse du PS aurait du être politique, certains ne l’ont pas encore compris aujourd’hui. Alors vous comprenez bien que sur le coup, il y en avait encore plus qui étaient convaincus du bien fondé de l’action du maire, y compris certains qui aujourd’hui ne se reconnaissent pas dans le projet de la municipalité sortante.

    Répondre à ce message