Que nous dit le recensement de 2007 sur la situation d’Aubervilliers ? (2e partie)

Emplois et qualifications à Aubervilliers

mercredi 17 novembre 2010

Nous avons vu, dans le développement consacré aux questions de la démographie et du logement combien, sous une progression grossièrement constatée se dissimulaient des situations contrastées.

Mesurer le « niveau de santé » d’une ville suppose de l’appréhender dans ses dynamiques, ses stagnations voire ses reculs.

Portons donc le regard sur les questions de l’emploi et de la qualification pour essayer d’y lire quelles tendances se manifestent.

NdMT : Cet article fait suite à Évolution de la démographie à Aubervilliers, du même auteur.

Population active occupée

Les données relatives à la population active occupée et au chômage sont regroupées dans les Tableaux 1 et 2 et sont suivies de commentaires synthétiques.

Tableau 1 - Population active (actifs+ chômeurs) par quartier et catégorie socio professionnelle
Actifs Rob/ Coch/ Péri Mala/ ED Vallès/ Frette P. Bert Villette/ 4 Chem
1999 2 731 4 547 2 791 4 512 4 677
2007 2 522 4 917 2 833 5 089 5 560
Actifs travaillant 1 992 3 905 1 850 4 106 4 486
Cadres et prof intel sup 7,7% 5,9% 3,0% 6,5% 8,0%
Prof intermédiaires 17,8% 19,1% 13,1% 17,3% 16,8%
Employés 7,9% 44,0% 44,7% 41,1% 34,8%
Ouvriers 28,2% 23,6% 34,5% 27,4% 30,7%
Actifs Gémier/ Carnot Ctre Ville/ V. Hugo Landy/ Plaine/ Marcreux/ Pressensé Auber
1999 3 482 5 444 2 735 30 919
2007 3 851 6 921 3 269 34 962
Actifs travaillant 2 986 5 602 2 410 24 229**
Cadres et prof intel sup 6,4% 10,8% 4,1% 7,1%
Prof intermédiaires 18,1% 19,0% 12,7% 17,2% (16%)*
Employés 39,8% 33,9% 30,1% 38,0% (36,2%)*
Ouvriers 26,1% 27,4% 43,1% 29,3% (34,8%)*

*En 1999.
**actifs – (chômeurs + population scolarisée)

La part des actifs travaillant s’établit à environ 36% de la population totale et à 69,3% de la population active [1] Les répartitions selon les catégories socio-professionnelles, pour grossières qu’elles soient, présentent un profil identique avec Plaine commune mais sont très décalées avec le département, la région et le pays où les professions intermédiaires représentent respectivement 23,1%, 25,9% et 23,9%, les employés 34,6%, 27,9% et 29,1% et les ouvriers 24,0%, 15,3% et 24,1%.

A Aubervilliers, la répartition des actifs selon les grandes catégories socioprofessionnelles est stable depuis 1999. Les tendances constatées depuis vingt-cinq ans se confirment : la part des ouvriers recule et celle des employés augmente de manière concomitante.

S’agissant des ouvriers l’analyse devrait être précisée. Leur qualification a sans doute baissé. Ils sont moins qualifiés et plus précaires, très touchés par le chômage.

On ajoutera que l’emploi à temps partiel progresse dans la période : il est de 17% en 2006 (12,2% pour les hommes et 21,9% pour les femmes).

Chômage

Le Tableau 2 précise quelle a été l’évolution du chômage depuis 1982. La mise en évidence de la montée du chômage et de son installation à un très haut niveau est en effet indispensable pour l’identification du caractère structurel du non-travail dans la ville. Le Tableau 3 précise le niveau de chômage par quartier.

Tableau 2 – Population, population active, population active occupée et chômage (1975-2007)
Année Population Population active Population active (15-64 ans) ayant un emploi Chômeurs
1975 2 400 (6,2%)
1982 67 719 36 113 31 047 (87%) 4 673 (13%)
1990 67 557 34 969 29 608 (84%) 5 529 (16%)
1999 63 136 30 919 23 895 (77%) 6 976 (23%)
2007 73 699 34 962 24 229 (69,3%) 7 285 (20,8%)
Tableau 3 – Taux de chômage en 2007 par quartier
Chômage Rob/ Coch/ Péri Mala/ ED Vallès/ Frette P. Bert Villette/ 4 Chem
15-64 ans 530 1 012 643 983 1 074
Taux 21,0% 20,6% 22,7% 19,3% 19,3%
Taux 99/06 -1,9 1,5 -3,3 -1,7 -4,0
Taux femmes 23,2% 22,6% 25,9% 22,9% 25,3%
Taux 15-24 ans 30,8% 31,8% 31,9% 24,8% 22,2%
Chômage Gémier/ Carnot Ctre Ville/ V. Hugo Landy/ Plaine/ Marcreux/ Pressensé Auber
15-64 ans 865 1 319 859 7 285
Taux 22,5% 19,1% 26,3% 20,8%
Taux 99/06 3,4 -2,2 -6,4 -1,7
Taux femmes 25,0% 22,3% 28,0% 24,0%
Taux 15-24 ans 30,3% 23,2% 34,5% 27,7%

Les données statistiques datent de 2006, autant dire qu’elles n’ont guère de pertinence pour aujourd’hui où le chômage est reparti à la hausse. La comparaison des taux de chômage de 1999 et de 2006 montre cependant que la situation rencontrée est très lourde, structurelle. Les femmes et les jeunes sont particulièrement frappés.

Si le taux de chômage ne s’écarte guère de celui de Plaine commune qui se situe à 20,3% il s’établit très au-dessus des taux de la Seine-Saint-Denis (16,3%), de l’Ile-de-France (10,8%) et de la France métropolitaine (11%). Les mêmes écarts se produisent à propos du taux de chômage des femmes et des jeunes de 15 à 24 ans.

La population est, on le voit, installée dans une situation durement touchée par le chômage qui place un très grand nombre de familles dans des situations très difficiles.

Qualification

Tableau 4 – Niveau de diplôme de la population des plus de quinze ans en 1999 et 2006 (%)
Niveau de diplôme 1999 1999 Ile-de-France 2006
Aucun diplôme 33% 16% 33,4%
CEP 15% 13% 15,47%
BEPC 9% 9% 8,72%
CAP-BEP 21% 21% 20,9%
Bac/brevet pro. 11% 14% 10,4%
Bac+2 6% 11% 5,8%
Niveau supérieur 5% 17% 5,5%

On n’observe aucune évolution des structures de qualification entre 1999 et 2006. Les différentiels soulignés en 1999 avec l’Ile-de-France sont sans doute reproduits. Aubervilliers demeure une ville où la population est très peu qualifiée.

Cette faiblesse est sans doute un facteur explicatif du niveau très élevé du chômage.

André Narritsens

À lire :
- Revenus et minima sociaux à Aubervilliers
- "Oui, Aubervilliers s’est enracinée dans la pauvreté."

Notes

[1La « population active » est définie comme l’ensemble des personnes en âge de travailler (15-64 ans) qu’elles aient un emploi (population active occupée) ou qu’elles soient au chômage (population active inoccupée) à l’exclusion de celles qui ne cherchent pas d’emploi (personnes au foyer, rentiers).

2 Messages

  • Inquiétudes Le 20 novembre 2010 à 09:06, par Martine

    Les deux premiers papiers sur les données du recensement de 2007 montrent une situation très difficile.

    Je regrette beaucoup que l’on ne dispose des chiffres du recensement qu’avec un décalage de trois années. Je pense que dans ce laps de temps les choses ne se sont pas arrangées, en raison de la crise qui s’est encore aggravée et des tendances lourdes qui modèlent la ville.

    Je pense que l’on aurait besoin de réfléchir à quelque chose comme des état-généraux sur l’avenir d’Aubervilliers qui seraient d’une toute autre nature que les diagnostics partagés bidons, construits de manière complètement bureaucratique et qui ne livrent que des résultats d’une extrême banalité.

  • Que nous dit le recensement de 2007 sur la situation d’Aubervilliers ? (2e partie) Le 27 novembre 2010 à 13:28, par 33,4% de non diplomés à Aubervilliers contre 16% en Ile de France

    Du simple au double ! Que fait l’école ? C’est une politique volontariste qui s’adresse au plus grand nombre dont on a besoin et pas d’opérations vitrines type internat, extrêmement coûteuses qui touchent une infime minorité d’enfants.