Les communistes préparent leur Congrès

samedi 18 octobre 2008

Le 34e Congrès du parti communiste français se déroulera à La Défense du 11 au 14 décembre 2008.

Le 6 septembre 2008, le Conseil national du Parti a adopté un projet de base commune de discussion intitulé : « Vouloir un monde nouveau, le construire au quotidien ». Notre site lui a déjà consacré un article consultable à l’adresse suivante : http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article107

Conformément aux statuts, des textes dits « alternatifs » à cette base commune pouvaient être présentés à la condition de rassembler la signature d’au moins 200 communistes de dix départements.
A la date butoir du 10 octobre deux textes ont été enregistrés et validés.

Le premier intitulé « Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme  » compte parmi ses premiers signataires Hubert Prévaud, Jacques Lesne, Jérôme Metellus, Greg Oxley, David Noël.

PDF - 185.3 ko
Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme (texte intégral)

Le second intitulé « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps » compte parmi ses premiers signataires Henri Alleg, Caroline Andréani, André Gérin, Jean-Jacques Karman, Henri Martin.

PDF - 114.3 ko
Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps (Texte intégral)

Ces trois textes seront soumis au vote des communistes les 29 et 30 octobre. Ce vote décidera du texte qui servira de base de discussion pour le Congrès.

Chaque adhérent vient de recevoir une livraison spéciale de L’Humanité contenant les trois textes, ainsi que d’autres éléments pour le débat et notamment un texte collectif adressé à la commission sans demande de le soumettre au vote. Ce texte est notamment signé de François Assensi, Patrick Braouezec, Roger Martelli, Jacques Perreux, Pierre Zarka.

PDF - 552.9 ko
Continuer l’engagement communiste, fonder une nouvelle force politique (texte intégral)

Une fois la base de discussion retenue, la préparation du Congrès entrera dans une deuxième phase qui se clôturera au niveau local par une conférence de section (vendredi 28 novembre de 19h à 22h et samedi 29 novembre de 14h à 19h).

L’exécutif de section, dans sa réunion du 14 octobre 2008 a retenu la méthode de préparation suivante :

- 22 octobre : envoi du matériel de vote aux adhérents ;
- 23 octobre (19h-21h 30) : présentation des textes ;
- 29-30 octobre enregistrement des votes en section (votes directs et par correspondance) ;
- 12 novembre (soirée) : discussion autour de la situation économique et des dimensions internationales (introduction : Lucien Marest). Discussion autour de la question du projet politique (introduction : Lola Narritsens) ;
- 19 novembre (soirée) : suite et fin de la discussion sur le projet politique puis discussion sur la question du parti (introduction : Eric Plée).

Au cours de chacune de ces séances une commission effectuera une prise de notes. Ces notes serviront de matériaux en vue d’amendements lors de la Conférence de section.

L’exécutif de section a également décidé d’une initiative de débat public sur la crise économique. Cette initiative aura lieu le 18 novembre à 19 heures à la Bourse du travail (à confirmer).

La section

NdMT : Mentionnons 3 sites pour bien préparer ce congrès :
- Alternative Forge : site ouvert par le parti pour héberger les débats et les contributions liées à la préparation du congrès. Absolument incontournable !
- Le site du texte "Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme"
- Le site de Réveil Communiste : il ne semble pas exister de site dédié au texte "Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps" mais ce site héberge le texte et promet des interviews de ses principaux signataires.

10 Messages

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 20 octobre 2008 à 14:23, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Quelque soit le texte voté par le prochain congrès du PCF, il manquera toujours à la gauche actuelle une force politique de transformation radicale de la société. Le PCF seul ne peut représenter cette force. Sa faiblesse, ce n’est pas seulement un problème d’image et il ne lui suffira pas de susciter des initiatives avec le PS, les Verts ou avec l’ensemble de la gauche pour se sortir de l’ornière dans laquelle il se trouve. Proposer à toute la gauche de discuter de contenu et de rassemblement, n’est rien de plus que ce qui ce fait depuis des années et des années avec les résultats électoraux que chacun peut constater. Le PCF peut certes rejoindre une future majorité électorale de gauche, mais l’expérience a montré qu’elle l’éloignera de la transformation sociale tant attendue par nombre de ses ex électeurs. L’enjeu d’avenir passe par une recomposition à gauche. Actuellement, la majorité du PS semble s’installer dans une simple logique d’alternance. Quand au NPA (ex LCR), il écarte, aussi majoritairement, toute idée d’union de la gauche ancienne formule.

    Il n’en reste pas moins que des convergences existent avec certaines de leurs minorités respectives et aussi en dehors des partis politiques organisés. Nombreux sont celles et ceux qui refusent d’être coincés entre le "sans avenir" de Besancenot et le "social libéral" de Aubry/Delanoë/Royal. Des convergences existent, mais elles sont traversées par plusieurs sensibilités dispersées. Sauf à vouloir rester marginalisé et à la remorque du PS, le PCF devrait travailler prioritairement et à égalité, dans la durée, avec toutes ces sensibilités.

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 22 octobre 2008 à 00:20, par beo

    "Désirs d’avenir de gauche" résume parfaitement et avec concision les perspectives qui existent dans la préparation du congrès du PCF.

    Je crois que le PCF doit être capable de s’inscrire, de participer, d’initier un rassemblement qui tourne le dos à une politique "sociale-libérale" telle que semble le vouloir une partie (une partie seulement) du PS.

    Pour cela le PCF doit poursuivre et accélerer sa transformation telle qu’il l’a entreprise depuis plusieurs années.

    Mais il ne faudrait pas se contenter d’appliquer la formule de Tancrède dans "Le Guépard" : « Il faut que tout change pour que rien ne change »

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 25 octobre 2008 à 19:00, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Un congrès du PCF à la croisée des chemins de son avenir.

    Le "renouveau" dans la continuité va t-il l’emporter sur l’audace nécessaire à la survie ? Certes les communistes sont toujours perçus comme des repères de solidarité et de proximité, mais pour combien de temps encore ? Il est de plus en plus évident que le PCF n’est plus porteur, et ne sera plus jamais porteur seul, d’une alternative politique nationale.

    Avec ce congrès, le PCF veut être à l’initiative de la construction d’un nouveau projet en croyant que cela va le sortir de l’ornière dans laquelle il est enfoncé. Malheureusement, il ne lui suffira pas d’être à l’initiative de quel que projet que se soit pour redonner l’espoir en une formation politique qui est actuellement marginalisée et en situation de dépendance vis à vis du PS.

    Aujourd’hui, la stratégie devrait porter autant sur le contenu et la construction d’un nouveau projet, que sur la construction d’une nouvelle force politique qui portera cette alternative de transformation sociale avec tous les citoyens et toutes les forces intéressées, et cela autrement que sur la base d’un soutien ou d’un ralliement.

    Il ne s’agit pas de saborder le PCF, ni de décider de sa dissolution, mais d’avoir l’audace de s’engager à travailler à l’émergence d’une force politique neuve.
    Le PCF devrait être l’initiateur, avec d’autres, à la fois de la construction d’un nouveau projet et dans le même mouvement, d’une force de transformation sociale, au sein de laquelle une sensibilité communiste organisée aurait toute sa place. Hors de cela, et pour exister marginalement, le PCF prend le risque de s’installer durablement dans la dépendance du PS.

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 26 octobre 2008 à 09:30, par Poisson Rouge

    C’est exactement ce que dit le "4ème texte" du congrès (texte des "communistes unitaires"). Sauf que ce texte n’est pas soumis au vote (pour des raisons que je ne comprends toujours pas). Ce projet a donc peu de chances d’aboutir...

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 26 octobre 2008 à 17:33, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Si ce quatrième texte n’est pas soumis au vote, cela n’interdit pas qu’il fasse débat. Peut-être que celles et ceux qui en ont été les initiateurs ne croient plus véritablement que l’avenir du PCF s’écrira dans une bataille texte contre texte. Je crois qu’aujourd’hui la difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes. Comme dit "Gustave Flaubert", "L’avenir nous tourmente et le passé nous retient. Voilà pourquoi nous ne maîtrisons pas le présent".

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 26 octobre 2008 à 18:09, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Petite question pour "Poisson Rouge" : Et pourquoi un texte qui n’est pas soumis à un vote, ne pourrait-il pas, en partie, aboutir ? En enfermant, avant la discussion du congrès, les positions de chaque votant sur un seul texte, on fige les positions. Est-ce que cela favorise les échanges et le débat ?

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 26 octobre 2008 à 19:05, par Poisson Rouge

    Si j’ai bien compris le texte, il aurait dû demander la constitution d’une assemblée constituante. Difficile d’imaginer qu’elle puisse se mettre en place toute seule si les adhérents du parti ne peuvent pas faire savoir leur envie par un vote. C’était l’occasion ou jamais. Par notre vote cette semaine nous allons choisir l’orientation du parti. Difficile ensuite de faire marche arrière pour créer une nouvelle force politique. Il aurait fallut le faire maintenant. J’ai entendu Daniel Rome jeudi soir et j’ai vraiment eu l’impression qu’il ne croyait pas à ce qu’il disait.
    L’idée des communistes unitaires est vraiment intéressante mais on a un peu l’impression qu’ils se sont auto-sabordés...

    Pourquoi ?

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 26 octobre 2008 à 20:20, par Désirs d’avenir (de gauche)

    Ce congrès aurait dû être celui de l’inovation d’abord dans sa préparation. Alors que nous sommes dans une situation qui nécessiterait une organisation des débats autre que celle qui est appliquée, ce congrès reproduit tous les schémas anciens. Comme dans les congrès précédents, il y aura bien une discussion texte contre texte. Mais rien n’en sortira puisque certaines options sont d’ores et déjà écartées.

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 27 octobre 2008 à 09:25, par Léna

    Oui, soyons clairs, car s’agissant de la motion non soumise au vote on ne peut pas dire que D. Rome l’ait été lors du débat du 23.

    Il a fallu lui poser trois fois la question pour apprendre que l’objectif était de créer une force politique nouvelle qui ne serait pas communiste.

    A bien relire le texte de la motion cette proposition est bien présente mais diluée dans une argumentation générale qui la marginalise.

    Je ne suis pas d’accord avec l’affirmation que l’on prépare le Congrès à l’ancienne, ni, non plus, qu’il s’agirait d’une confrontation texte contre texte.

    Nous avons une procédure d’amendements qu’il faudra veiller à faire bien fonctionner. Construire la démocratie du Congrès est de la responsabilité de chacun.

    S’agissant du Parti, je suis très énervé par des affirmations du type "il n’est plus", "il ne pourra jamais plus être".

    Qu’on me dise donc tout ce qui ne va pas, ce qu’il faut changer, où on veut aller et avec qui ?

    Pour tout dire j’en ai par dessus la tête des bavardages généraux et je n’ai guère été convaincu par la prestation que firent quelques uns des signataires de la désormais fameuse "motion non soumise au vote" lors de l’assemblée des collectifs anti libéraux de Saint-Ouen.

    Des communistes qui ne résistent pas aux anticommunismes, ça m’avait laissé pantois.

    Ceci dit, que le débat s’ouvre donc.

  • Les communistes préparent leur Congrès Le 27 octobre 2008 à 12:09, par Un communiste qui aurait aimé voter pour le texte non soumis au vote...

    Incontestablement, la motion non soumise au vote pose de vraies questions quant à l’efficience de notre outil. Et si l’image ne fait pas le moine, le pilonnage systématique dont le terme "communisme" a fait l’objet porte ses fruits : par exemple, les programmes scolaires qui formatent nos enfants depuis plus de 25 ans, invitent à placer sur le même plan les idéologies totalitaires que sont le nazisme et le stalinisme assimilant ce dernier au communisme. Si les valeurs du communisme ne se limitent pas au marxisme, celui-ci est abandonné en tant qu’outil d’analyse, au profit de pseudo-théories séduisantes par leur aspect novateur lorsqu’elles sont présentées (la plus caricaturale étant celle qui annonçait "la fin de l’histoire"), mais qui se trouvent très vite invalidées par le manque de fondements sérieux sur lesquelles elles reposent.

    La forme est importante parce que révélatrice du fond, et le nom du parti, comme la question de savoir s’il doit se fondre dans un agglomérat plus large sur les bases d’e l’anticapitalisme, on pourrait par exemple l’appeler "nouveau parti anti capitaliste" (qu’en pensez vous ?) est aussi une vraie question.

    Dans ce contexte, je regrette que le courant qui présente cette la motion non soumis au vote ait délibérément fait le choix de la marginaliser d’emblée, limitant les possibilités de rénovation du parti.