Santé : défendons nos acquis !

mardi 2 juillet 2013

En 1964, le maire d’Aubervilliers André KARMAN créait le Centre municipal de santé. Une ville ouvrière se dotait d’un outil de santé publique de pointe, au service des habitants, permettant aux plus modestes d’avoir accès à des soins de qualité à un coût abordable.

50 ans plus tard, au nom de la « rentabilité », le maire décide de fermer le laboratoire de prothèse dentaire du CMS. Le travail sera confié au privé, qui travaille soi-disant mieux et moins cher...

Si votre prothèse se casse et que vous la déposez au Centre de santé, elle est réparée dans la journée par le laboratoire. Avec le privé, ce sera 48 ou 72 h plus tard. Comment mesure-t-on la rentabilité d’un service rendu qui n’a pas d’équivalent ?

Le laboratoire a bénéficié d’investissements importants. S’il ferme, autant dire qu’ils n’auront servi à rien. Cela n’entre-t-il pas dans le calcul de la rentabilité ?

D’autres solutions ont-elles été explorées ? Confier au laboratoire des missions supplémentaires, mutualiser son activité en proposant à d’autres centres de santé municipaux d’y avoir recours a-t-il été envisagé ? Autant de questions que nous posons publiquement au maire.

Le privé ne fait jamais mieux ni moins cher que le public. Si le laboratoire de prothèse dentaire ne fonctionne pas au mieux de ses capacités, ce n’est pas une question de rentabilité mais un choix de fonctionnement.

Nous refusons de voir brader le patrimoine commun et le service public au nom de critères de « rentabilité ». Le laboratoire de prothèse dentaire est utile : il doit être maintenu. Nous engageons les habitants d’Aubervilliers à protester auprès du maire.

Demain, quelles autres spécialités seront fermées parce qu’elles auront été décrétées « non rentables » ?

Pascal BEAUDET

4 Messages

  • Santé : défendons nos acquis ! Le 7 juillet 2013 à 13:01, par Nordine

    Bonjour Monsieur BEAUDET,
    Comme vous le dites au début de votre article, le CMS a ouvert il ya 50 ans, un demi siècle. Le monde a beaucoup changé depuis. le facteur économique est devenu vital, la rentabilité d’un service constitue la pierre angulaire pour la survie de celui ci. Vous avez été aux commandes de le ville et vous avez à quel point la ville a peu de moyens financiers pour se permettre une politique financière lache (et non lâche).
    La fermeture du Labo de prothèse, aussi regrettable qu’elle puisse être, obéit à une logique à la fois financière mais aussi technique. Je vous rappelle (et je parle en connaissance de causes) que les dentistes du CMS font faire leur prorhèses dans des labo privées en raison des arguments que vous évoquez. les délais de livraisons sont plus lents, les prothèses elles mêmes ne sont pas tout le temps satisfaisantes ce qui engendre un surcout pour le labo du prix de revient de la prothèse puisque celle ci est refaite ou retouchée. le labo va être fermée sur la base de rapports établis aussi bien par les dentistes que par le gestionnaire du CMS. Quant au matériel le labo dispose de tout le necessaire pour la confection de prothèses de qualité.
    j’ajoute que le personnel est maintenu, aucun licenciement ne touchera les personnes qui y travaillent. enfin le la fermeture du labo n’est pas aussi dommageable pour la population Albertivillarienne d’autant plus qu’un 5eme fauteuil dentaire va venir compenser cette fermeture ce qui en terme d’offre de soins va augmenter les capacités de la ville à répondre à la demande. L’ouverture d’un nouvau caninet dentaire équivaut à 3000 consultations annuelles.

    Répondre à ce message

    • Santé : défendons nos acquis ! Le 8 juillet 2013 à 14:24, par Vivement les municipales !!

      Nordine est un bon représentant de la politique du PS en général et que le PS local met en place à Aubervilliers : Tout doit être rentable, même (et peut-être surtout) les services publics.
      Voila un bel exemple de politique sociale-démocrate mis en place par des gestionnaires. Il faut tout gérer : les logements, la construction des écoles, les centres de loisir, le théâtre, le concervatoire, le centre de santé, avec un seul soucis : la rentabilité.
      Sauf que la gestion, surtout laissée aux mains de l’administration par des élus incapables, ne fait pas une politique municipale. On en voit tous les jours le résultat... Heureusement pour Aubervilliers et ses habitants que les municipales approchent...

      Répondre à ce message

  • Santé : défendons nos acquis ! Le 8 juillet 2013 à 11:43, par Le travail, c’est la santé !

    @Nordine,

    Le facteur économique est devenu vital, la rentabilité d’un service constitue la pierre angulaire pour la survie de celui-ci.

    Depuis quand doit on baser toutes analyses et toutes solutions sur une logique financière ?

    Un service public n’a, en aucun cas, vocation à être « rentable » financièrement. Ou alors comment quantifier le profit financier dégagé par un libre accès à la population à des services publics essentiels tels que l’école, la santé, ou la culture et même l’énergie ?
    Comment quantifier la couverture nationale des écoles, collèges lycées, universités, services fiscaux ou même de la police si on pousse cette logique à son extrême absurdité ?
    On voit bien depuis quelques années que ce dogme posé comme la solution miracle administrée à toutes les sociétés occidentales mène à l’échec, la misère et le nivellement social par le bas.
    Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux. Et si cela ne suffit pas, ils n’auront plus accès à un service public de santé et aux soins dentaires sacrifié sur l’autel de la sacro-sainte rentabilité sous prétexte que le privé ferait mieux et moins cher.
    Sauf que dans toute société capitaliste basée sur l’économie de marché, la guerre économique vise à éliminer ses concurrents et pour le privé, le public est un concurrent très ennuyeux car il tire le marché vers le bas captant la population la plus nombreuse et même une partie de sa propre clientèle plutôt moyenne, c’est dire si le privé est si performant !
    Les exemples de grandes réussite de cette logique de rentabilité à outrance sont déjà nombreux et parlent d’eux-mêmes : La santé privatisée aux USA assure une égalité d’accès toute relative, l’école privée en fait de même et les services de distribution d’électricité nucléaires sont parfaits au Japon (par exemple).
    Partant de ce constat, quand les CMS réduiront leurs activités, les hôpitaux publics remplacés par des cliniques privées et l’assurance santé définitivement privatisée alors notre système si décrié pourtant mondialement envié ressemblera bien au « modèle » anglo-saxon !

    Par contre est-on sûr que la majorité des Français et plus précisément des Albertivillariens ont accepté ces choix de société dans les précédentes consultations électorales ? Il serait bien temps de leurs ouvrir les yeux et de poser les vraies questions …

    Répondre à ce message

  • Santé : défendons nos acquis ! Le 8 juillet 2013 à 17:00, par tenant du libéralisme

    Je ne comprends pas cette logique rétrograde qui consiste à vouloir un service public quand le privé est au moins sinon plus efficace.
    D’ailleurs, il faut privatiser tout et partout : ce serait tellement mieux. Par exemple, pourquoi ne pas privatiser l’école, le collège, le lycée et l’université.
    Imaginez un monde merveilleux où tous petits, les enfants sauraient qu’ils doivent obéïr à l’entreprise, apprendre pour la développer, savoir pour lui faire gagner encore plus d’argent. Ce serait un monde merveilleux.
    On aurait l’école Darty pour les enfants qui aiment l’électroménager, l’école Bouygues pour les petits bâtisseurs, l’école BNP pour ceux qui sont attirés par les chiffres, etc, etc. Ca se met déjà en place pour le supérieur. Bientôt, les étudiants auront un diplôme Véolia, HSBC ou LVMH plutôt que des masters en architecture ou en économie.
    Le Medef en a rêvé, le PS est en train de le faire.

    Répondre à ce message