Mouloud Aounit est décédé

L’enterrement aura lieu jeudi 16 août à 15h au cimetière communal d’Aubervilliers, rue Charles Tillon

vendredi 10 août 2012

C’est avec beaucoup de tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Mouloud Aounit, à la suite d’un long combat contre le cancer.

Né en 1953 en Algérie, Mouloud Aounit est arrivé en France à Aubervilliers encore enfant. Entré au Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) en 1979, il participe à la « Marche des Beurs » de 1983. Il devient secrétaire général du MRAP en 1989, fonction qu’il occupera jusqu’en 2004. Il devient alors président du mouvement. En 2008, il sera un des quatre membres du collège de la présidence. En 2011, il est nommé président d’honneur du MRAP.

Mouloud Aounit impulsera de nombreux combats au sein du MRAP, notamment contre les lois discriminatoires à l’encontre de l’entrée et du séjour des immigrés en France, sans négliger les combats historiques du MRAP, comme lors du procès contre Maurice Papon pour crimes contre l’humanité (1997), où le MRAP était partie civile.

Mouloud Aounit était également engagé politiquement. Très proche du Parti communiste français, il est élu en 2004 sur la liste du Pcf aux élections régionales en Ile-de-France. En 2007, il est directeur de la campagne de Marie-George Buffet à l’élection présidentielle.

En 2007 toujours, il se présente dans la 3e circonscription de Seine-Saint-Denis sous la bannière « Le 93 au cœur de la République », association qui se bat pour la reconnaissance de la diversité culturelle et pour que la Seine-Saint-Denis ne soit plus un territoire discriminé. Il obtient 3,24 % des votes.

Malgré le déclenchement d’un grave cancer, Mouloud Aounit a continué à se battre au sein du « 93 au cœur de la République », notamment en promouvant l’éducation populaire, avec l’objectif de faire connaître aux jeunes générations des pans de l’histoire de l’immigration souvent méconnus. Il a notamment été un des artisans du travail de mémoire autour des massacres d’octobre 1961.

Gravement malade depuis quatre ans, il a poursuivi son engagement militant. En 2011, un film sur son parcours intitulé « Mouloud Aounit, une marche pour l’égalité » a été réalisé par Vincent Geisser et Jean-Michel Riera.

Nous saluons ici l’engagement de ce militant anti-raciste d’Aubervilliers, qui a atteint une envergure nationale et a pu porter ainsi les revendications et les combats de toute une génération de militants.

Nous assurons sa famille, son épouse et ses enfants, de nos condoléances.

Section du Pcf d’Aubervilliers

8 Messages

  • Mouloud Aounit est décédé Le 11 août 2012 à 09:37, par comité local du MRAP

    Le comité local d’Aubervilliers du MRAP, que Mouloud avait créé et dont il était membre avec sa femme Annie, s’associe au communiqué du MRAP national que voici :

    « Mouloud AOUNIT, président d’honneur du MRAP, nous a quittés.

    Le MRAP est en deuil.

    C’est avec une profonde tristesse que le MRAP annonce le décès de Mouloud Aounit survenu le vendredi 10 août 2012 à l’âge de 59 ans.

    Né le 23 février 1953 à Timezrit en Algérie, Mouloud Aounit arrive très jeune en France où sa famille s’installe à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis. Il restera toujours un enfant d’ Auber, profondément enraciné dans le tissu humain et social de la ville.
    en 1979. Il assume tout d’abord la présidence de la
    fédération de Seine-Saint-Denis du MRAP, puis participe en novembre 1983, à la « marche des Beurs » Marseille-Paris, « pour l’égalité
    contre le racisme ».

    En 1989, il succède à Albert Lévy, un des membres fondateurs du MRAP avec en particulier Charles Palant au poste de secrétaire général du Mouvement dont il devient le Président en 2004, puis membre de la présidence collégiale en 2008. Le Congrès national de 2011 le nomme à l ’unanimité, par ovation, Président d’honneur, en reconnaissance de son engagement.

    Il avait, en 1993, été nommé membre du Conseil National pour l’intégration des populations immigrées, promu Chevalier de l’Ordre national du mérite en 2000 puis Chevalier de la Légion d’honneur en 2003.

    Mouloud Aounit a consacré toute sa vie au combat contre le racisme, quels qu’en soient les victimes ou les auteurs. Il aura marqué de manière profonde l’identité de notre Mouvement antiraciste par son
    intense intérêt pour la vie et pour les gens, par sa curiosité intellectuelle, une vaste culture, une grande capacité de travail et un inlassable dévouement. Il aura été, sans hésiter et sans faillir,
    de tous les combats pour le droit, la justice, la paix et l’émancipation humaine, aussi bien en France que partout dans le monde.

    Frappé par une terrible maladie, il fait montre d’un courage remarquable et sans faille, continuant inlassablement, jusqu’au bout, son combat pour la dignité humaine en même temps que celui contre le
    mal qui le mine mais n’abat pas sa volonté de témoignage et de lutte.

    Mouloud laissera à tous ses compagnons et compagnes de militance le souvenir fort de celui qui aura jusqu’au bout refusé de renoncer.

    Dans le respect de cette mémoire, le MRAP exprime aujourd’hui à son épouse, toujours si présente à ses côtés, ainsi qu’ à ses enfants, l’affection, la solidarité et l’amitié fraternelle des militants et
    compagnons de lutte antiraciste de toute la France.

    Le MRAP lui rendra prochainement un hommage à la hauteur de ses engagements mais d’ores et déjà il s’engage à honorer sa mémoire en continuant son combat inachevé. »

  • Mouloud Aounit est décédé Le 11 août 2012 à 20:34

    L’Union Locale CGT d’Aubervilliers s’associe à la tristesse du MRAP et plus largement à celle du mouvement militant qui vient de perdre l’un des siens.

    Mouloud et l’Union Locale CGT d’Aubvervilliers s’étaient retrouvés ensemble aux côtés des salariés sans papiers grévistes de la localité et de ceux du département du 93. Il avait avec d’autres participé à des parrainages.

    L’Union Locale exprime également son respect pour le combat qu’il a mené jusqu’au bout, avec courage et lucidité, celui contre le cancer.

    L’Union Locale présente ses plus sincères condoléances à Annie, son épouse ainsi qu’à ses deux enfants et à tous ses proches.

  • Mouloud Aounit est décédé Le 13 août 2012 à 14:59, par Daniel Dartois

    Mouloud Aounit est arrivé à Aubervilliers alors que l’Algérie colonisée engageait un combat libérateur.
    A l’image de sa terre d’origine il s’est inscrit dans une lutte incessante pour la dignité.
    Militant efficace et reconnu des Droits de l’Homme, il y a consacré toute sa vie, de toutes ses forces.
    Il a rendu à Aubervilliers, la commune communiste qui l’a accueilli enfant, une fidélité de coeur et de conviction.
    A sa compagne, à ses enfants, à sa famille, j’ai envie de dire : Ne soyez pas tristes, vous avez vécu avec un homme rare.
    Recevez mes amitiés.
    Daniel Dartois.

    (merci de transmettre à la famille)

  • Mouloud Aounit est décédé Le 15 août 2012 à 19:20, par BOUZERA NEE AOUNIT HAYET

    CONDOLEANCES
    La familles BOUZERA née AOUNIT Hayet trés affectés par le décés de AOUNIT Mouloud, la familles BOUZERA DE TIMEZRIT BEJAIA, présente à sa femme ainsi à sa famille nos sincéres condoléances et les assurent de leur profonde sympathie.
    Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis.

  • Mouloud Aounit est décédé Le 16 août 2012 à 07:51

    Mehdi Lallaoui, président de l’association Au Nom de la Mémoire, rend hommage à son camarade de combat contre le racisme, la haine et l’intolérance dans http://blogs.mediapart.fr/edition/l...


    Notre ami Mouloud Aounit vient de nous quitter après avoir bataillé plusieurs années contre une tumeur au cerveau qui l’a finalement emporté. Ce n’est pas seulement un ami et un camarade qui nous laisse sans voix au milieu de l’été, mais avant tout, un combattant infatigable et une figure de l’anti-racisme et de la cause humaine en France. Sa gentillesse, ses petites attentions aux amis et à ceux qui se battent pour faire respecter leur dignité, nous manquent déjà. Ses belles colères, même si parfois, elle purent sembler être excessives à certains, vont manquer aux débats démocratiques et à la défense des exclus et des sans droits.
    Nous avons cheminé ensemble depuis plus de trente ans aux avant postes des luttes contre le racisme et pour l’égalité des droits.

    Durant ces trois décennies, Mouloud a participé à tous les combats pour la dignité humaine ; de la marche contre le racisme et pour l’égalité des droits (dite marche des Beurs) de 1983, aux mobilisations récentes aux côtés des Roms contre leur stigmatisation et leur harcèlement. Rares sont eux qui savent que Mouloud faisait partie au tout début des années quatre-vingt du petit noyau de militants et de militantes qui allaient faire resurgir de l’oubli et de l’occultation d’Etat, le massacre des travailleurs Algériens à Paris, lors de leur manifestation pacifique du 17 octobre 1961. Depuis, il était l’un des orateurs qui chaque année, sur le pont Saint-Michel, rappelait aux consciences assoupies, le désir de justice et de vérité.

    A travers tous ces combats, Mouloud mettait en avant l’idée même de la République et de ses principes fondateurs. Comme beaucoup d’acteurs du monde associatif, il ne supportait pas que les citoyens soient discriminés selon leur origines géographiques ou sociales. Il ne supportait pas que les habitants de notre pays puissent avoir, seulement en théorie, des droits et des devoirs, et pour certains, les plus discriminés, plus de devoirs que de droits. Inlassablement, il avait combattu contre les promesses non tenues, tel l’octroi du droit de vote aux municipales pour les étrangers non membres de la Communauté européenne, promesse datant de 1981.

    Mouloud, militant puis dirigeant du MRAP, s’est opposé avec virulence et talent à tous les Ministres de l’intérieur qui, selon une mode bien hexagonale, refondaient à chaque élection, les lois touchant aux conditions d’accueil, de séjour, de travail et d’asile des immigrés en France. Durant toute ses années où le chemin fût rude et sinueux, qui vont des mobilisations contre la réforme du code de la nationalité du duo de choc Pasqua-Pandraud jusqu’à celles récentes du nauséeux "débat" sur l’identité nationale, en poursuivant par les décrets s’attaquant aux étudiants étrangers, Mouloud fut toujours en première ligne.

    Avec ses camarades du MRAP, Mouloud était présent sur tous les fronts ou la parole peu convaincre, dénoncer, fédérer, dans l’objectif d’un société plus juste où le "Vivre ensemble" ne serait pas un slogan de circonstances. Avec son énergie et son organisation, il fut un relais efficace des luttes des travailleurs sans papiers et des déboutés du droits d’asile. Il fut sans contestation aucune, un porte-voix constant contre les discriminations (petites ou grandes), contre les violations des droits humains en France et dans le monde, et contre, parfois, l’arbitraire des administrations aux ordres des politiques répressives.

    Bête noire du Front National, et aussi des rançis de la droite bêlante, il ne ratait pas une occasion d’attaquer, fusse-t-il devant les tribunaux, les dérives verbales du parti xénophobe. Jusqu’à ces dernières années et malgré sa maladie, Mouloud avait continué à être un combattant. Il était également à nos côtés au collectif d’associations contre la loi du 23 février 2005 qui avait abouti à faire abroger par le Président Chirac, le scandaleux article 4 sur le "Rôle positif de la colonisation". Il était aussi sur le terrain pour contredire les nostalgiques de l’Algérie Française et les anciens terroristes de l’OAS "blanchie" et qui, depuis quelques années, érigent des stèles dans le Sud de la France, en hommage à leurs assassins. Il était encore là pour la création de ce qui allait donner "La semaine anti-coloniale", et là encore dans les manifestations contre les guerres de reconquêtes coloniales.

    L’activisme de Mouloud irritait et certaines de ses prises de position furent incomprises. Certains de ses amis du MRAP considéraient que son implication et ses interventions publiques sur l’islamophobie prenaient trop de place sur les autres thématiques du combat de l’antiracisme et de l’égalité des droits.

    Ces crispations internes au MRAP lui valurent alors, en 2010, sa mise en retrait, accompagnée d’une proposition de présidence d’honneur de l’association. Mouloud se battait pour que les Assemblées élues puissent être à l’image de la réalité et de la diversité de notre société. Aussi, avait-il décidé d’entrée dans l’arène politique aux côté du PCF dont il fut un compagnon de route critique.

    C’est ainsi qu’à l’occasion des élections régionales de 2004, il avait été en Ile-de-France, tête de liste du 9-3 du rassemblement "d’ouverture" de la Gauche populaire et citoyenne, initié par le Parti communiste. Sur les 8 départements représentés dans la liste, le 9-3 avait donné les meilleurs scores dans les quartiers d’habitat social où Mouloud était connu et estimé.

    Le non renouvellement de son mandat de Conseiller régional en 2010 lui avait laissé un goût d’amertume et de trahison. Depuis, il se consacrait au rassemblement des responsables associatifs à travers une "Convergence citoyenne" pour reconstruire l’espoir et faire de la politique une noble activité, et non une rente de situation.

    Pendant longtemps encore, nous rechercherons dans nos manifestations la silhouette de Mouloud, son feutre noir sur la tête et son écharpe rouge autour du cou. Et s’il ne surgissait pas comme à l’accoutumé des rangs des protestataires pour venir nous saluer, c’est sûr que sa présence imprégnera ces cortèges et qu’il sera parmi nous. Longtemps et toujours.

  • Mouloud Aounit est décédé Le 17 août 2012 à 10:40

    Beaucoup de monde dans le cimetière communal pour accompagner notre ami et compagnon de route dans sa dernière demeure. Des évocations nombreuses de l’homme qu’il a été, de nombreux témoignages... Nous avons transmis ceux que nous avions reçu sur le site das la rubrique contact et dans le mégaphone à son épouse, Annie.
    E.P.

  • Demande de publication Le 20 août 2012 à 15:59, par Alex

    Serait-il possible de publier le texte de l’intervention de Jack Ralite ?

  • Mouloud Aounit est décédé Le 21 août 2012 à 10:49

    Nous avons eu et continuons à avoir sur le site une forte fréquentation avec des journées avoisinant la centaine de visites pour l’article consacré à Mouloud Aounit.

    Des amis qui ont assisté aux obsèques de Mouloud et d’autres qui n’ont pu venir nous demandent le texte de l’intervention prononcée par Jack Ralite. Nous le diffuserons dès la rentrée sous une forme qui permette facilement sa lecture.

    E.P.