France 2 à la section d’Aubervilliers

Après les législatives, l’examen critique des militants communistes

samedi 23 juin 2012

"Bon, alors, on vote à main levée ou avec les enveloppes ?", lance la secrétaire de section. "Statutairement, c’est à bulletin secret", chuchote-t-on dans la salle. Ce mardi 19 juin, la section PCF d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), comme toutes les sections communistes, était appelée à se prononcer sur la ligne du parti, après le score honorable du Front de gauche à la présidentielle et son échec aux législatives, avec seulement 10 députés élus.

Le vote proposé par la direction du Parti communiste porte sur trois points :
• Tenter d’infléchir le programme de François Hollande.
• Ne pas participer au gouvernement Ayrault.
• Poursuivre et amplifier "la démarche engagée avec le Front de gauche".

La non-participation au gouvernement, "je ne vois même pas pourquoi on en discute !"

A tout cela, les militants doivent donner une seule réponse. En cochant l’une des trois cases : "oui", "non", "abstention". Parmi la trentaine de militants réunis ce soir-là à Aubervilliers, autour de la figure tutélaire de la ville, l’ancien ministre Jack Ralite, la non-participation au gouvernement ne fait pas débat. "Je ne vois même pas pourquoi on en discute", lâche Francis. D’autres déplorent de devoir accepter ou refuser les trois propositions en un seul bloc, sans pouvoir répondre à chacune des questions.

(suite de l’article : cliquez ici)

21 Messages

  • Participer au gouvernement Ayrault n’aurait pas été respectueux des électeurs du Front de gauche. Il ne faut pas n’ont plus prétendre faire partie de la majorité présidentielle tout simplement parce que le Front de gauche ne doit pas renoncer à conquérir une majorité sur des idées de rupture. Le Front de gauche a largement contribué à la victoire d’une gauche qui n’est pas sa gauche, ce n’est donc pas sa majorité. Le moyen le plus sûr d’aider ce gouvernement ps d’aller à l’échec serait de s’abstenir au nom de l’unité quand les propositions de lois à l’Assemblée nationale ne sont pas satisfaisantes. Il faut avoir le courage politique de voter contre quand le Front de gauche est contre et de voter pour quand il est pour.

  • Après les législatives, l’examen critique des militants communistes Le 23 juin 2012 à 19:46, par Ecolo d’un jour, écolo toujours

    Le Front de gauche ne doit pas être dans l’opposition, mais il ne doit pas être non plus dans la majorité. Il doit être le Front de gauche, c’est à dire ne pas se résigner à ce que la gauche soit dominée par les idées sociales-libérales. Les communistes doivent cesser d’être prisonnier du ps et privilégier leur alliance au sein du Front de gauche. Le pc n’a aucun avenir hors du Front de gauche même si le ps lui concède un groupe ou des strapontins ministériels. Regardez EELV, ils ont des élus, un groupe, une ministre et pour autant ils n’existent plus dans le débat sur leurs idées fondamentales.

  • Je suis d’accord sur le fait que le FDG (et en son sein le PCF) doit s’établir comme force autonome et conquérante. Deux faits récents le justifient :

    - la porte parole du gouvernement vient de saluer le bon résultat de l’élection législative en Grèce... où la droite est arrivée première !

    - l’annonce du coupe de pouce super dérisoire au SMIC (on parle de 2%, à valoir sur le rajustement de fin d’année).

    On attend avec impatience le décret sur les retraites...

    Vive le Front de gauche !

  • Faire de la politique autrement : possible ou impossible ? Le 24 juin 2012 à 09:25, par Daniel G

    Tout cela ce sont des mots rien que des maux....
    Vous n’évoquez pas vos contradictions .Vous oubliez le cirque électoral de St Denis avec une alliance des contraires digne du fameux adage : l’ennemi de mon ennemi est mon ami .D’ailleurs si vous continuez dans cette voie vous perdrez de nouveau les élections municipales de 2014 car les socialistes ont installé à Aubervilliers un vrai clientélisme et vous aurez du mal à le contrer . De toute façon les valeurs d’égalité et de fraternité ne sont ne pas porteuses de victoire électorale....Alors vous perdrez ou vous gagnerez en étant plus cynique que vos adversaires .Il ne faut pas vous étonner de l’abstention massive de l’électorat populaire .

  • D’accord avec @Daniel G sur le clientélisme très développé pratiqué par les élus socialistes d’Aubervilliers. Les témoignages dans ce domaine ne manquent pas notamment chez les jeunes. Pour autant faut-il abandonner certaines valeurs au motif qu’elles ne seraient pas porteuses de victoires électorales ? Si pour gagner il faut être plus cynique que ses adversaires, alors autant perdre !

  • Après les législatives, l’examen critique des militants communistes Le 24 juin 2012 à 20:52, par Les mensonges des prochaines élections ont-ils commencé ?

    Parler du clientélisme de l’équipe actuelle quand on sait ce qui se passait sous l’ancienne municipalité au niveau des logements et des emplois à la ville, il fallait oser le faire.Et ben voilà, c’est fait !
    Savez-vous que l’actuelle commission de désignation des logements, non seulement est composée de toutes les tendances du conseil municipal mais de plus examine des dossiers anonymisés. La plus grande transparence règne et vous pouvez vérifier vous-même sur le site de la ville sur lequel sont publiés les bilans des attributions chaque année.
    Ce que vous appelez clientélisme envers les jeunes, ne serait-ce pas les fameux contrats jeunes Auber plus dont vous faisiez des gorge chaudes lors des précédentes élections. Aider des projets en contrepartie d’un travail pour la ville , c’est bien évidemment pour vous dans un but électoraliste comme avoir mis comme critère d’attribution des logements la décohabitation des jeunes avec leurs parents. Pour moi, ça s’appelle le changement. Fini les petits arrangements entre camarades, leurs amis et leurs famille

  • Le “Pacte budgétaire” a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter définitivement les politiques économiques, et imposer l’austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.
    François Hollande se prépare à le faire ratifier par le parlement nouvellement élu s’il parvient à faire adopter tout ou partie du “Pacte pour la croissance” qu’il propose aux autres dirigeants européens. Mais seul un débat démocratique avec une large participation populaire peut légitimement trancher sur des enjeux aussi essentiels.
    A l’initiative d’Attac et de la Fondation Copernic, des responsables associatifs, syndicaux et politiques et des chercheurs lancent une lettre ouverte à François Hollande : “Non au Pacte budgétaire, pas d’Europe sans citoyens !”, demandant l’organisation d’un débat tranché par un référendum. Pour lire la lettre, consulter les signataires, et la signer :
    http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-francois-hollande-pour-un-referendum-sur-le-pacte-budgetaire

  • Le “Pacte budgétaire” a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter définitivement les politiques économiques, et imposer l’austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.
    François Hollande se prépare à le faire ratifier par le Parlement nouvellement élu s’il parvient à faire adopter tout ou partie du “Pacte pour la croissance” qu’il propose aux autres dirigeants européens. Mais seul un débat démocratique avec une large participation populaire peut légitimement trancher sur des enjeux aussi essentiels.
    A l’initiative d’Attac et de la Fondation Copernic, des responsables associatifs, syndicaux et politiques et des chercheurs lancent une lettre ouverte à François Hollande : “Non au Pacte budgétaire, pas d’Europe sans citoyens !”, demandant l’organisation d’un débat tranché par un référendum.
    Pour lire la lettre, consulter les signataires, et la signer :
    http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-francois-hollande-pour-un-referendum-sur-le-pacte-budgetaire

  • Après les législatives, la réalité.... Le 25 juin 2012 à 09:05, par Joseph

    10% des français sont concernés par l’augmentation du Smic qui doit être annoncée demain par le gouvernement. Selon "Les Echos", une fois l’inflation déduite (1,4%), ce coup de pouce devrait représenter une hausse d’environ 27 euros nets par mois sur la fiche de paie des smicards. Le changement maintenant ?

  • Le “Pacte budgétaire” a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter définitivement les politiques économiques, et imposer l’austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.
    François Hollande se prépare à le faire ratifier par le Parlement nouvellement élu s’il parvient à faire adopter tout ou partie du “Pacte pour la croissance” qu’il propose aux autres dirigeants européens. Mais seul un débat démocratique avec une large participation populaire peut légitimement trancher sur des enjeux aussi essentiels.
    A l’initiative d’Attac et de la Fondation Copernic, des responsables associatifs, syndicaux et politiques et des chercheur s lancent une lettre ouverte à François Hollande : “Non au Pacte budgétaire, pas d’Europe sans citoyens !”, demandant l’organisation d’un débat tranché par un référendum.
    Pour lire la lettre, consulter les signataires, et la signer :
    http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-francois-hollande-pour-un-referendum-sur-le-pacte-budgetaire

  • Le “Pacte budgétaire” a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter définitivement les politiques économiques, et imposer l’austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.
    François Hollande se prépare à le faire ratifier par le parlement nouvellement élu s’il parvient à faire adopter tout ou partie du “Pacte pour la croissance” qu’il propose aux autres dirigeants européens. Mais seul un débat démocratique avec une large participation populaire peut légitimement trancher sur des enjeux aussi essentiels.
    A l’initiative d’Attac et de la Fondation Copernic, des responsables associatifs, syndicaux et politiques et des chercheur s lancent une lettre ouverte à François Hollande : “Non au Pacte budgétaire, pas d’Europe sans citoyens !”, demandant l’organisation d’un débat tranché par un référendum.
    Pour lire la lettre, consulter les signataires, et la signer :
    http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-francois-hollande-pour-un-referendum-
    sur-le-pacte-budgetaire

  • Le "Pacte budgétaire" a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter les politiques économiques, et imposer l’austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.
    François Hollande se prépare à le faire ratifier par le parlement nouvellement élu avec un ajout sur la croissance.
    L’ enjeu est important et nécessite un débat démocratique avec une large participation populaire.
    A l’initiative d’Attac et de la Fondation Copernic, des responsables associatifs, syndicaux et politiques et des chercheurs lancent une lettre ouverte au Président de la République pour l’organisation d’un référendum.
    Pour lire la lettre et la signer : http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-françois-hollande-pour-un-referendum-surle-pacte-budgetaire

  • Le "pacte budgétaire" a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter définitivement les politiques économiques, et imposer l’austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.
    François Hollande se prépare à le faire ratifier par le parlement nouvellement élu, ceci au nom d’un pacte pour la croissance qui au mieux adoucira l’austérité. L’enjeu est important pour chaque citoyen et nécéssite un débat démocratique avec une large participation populaire. Il faut exiger un l’organisation d’un référendum.
    Pas de pacte budgétaire, pas d’Europe sans les citoyens. Signez massivement la pétition pour l’organisation d’un référendum.

  • Après les Présidentielles et les législatives : quel changement ? Le 25 juin 2012 à 10:30, par Réveillons nous

    Pendant la campagne des élections présidentielles, Hollande a dit que sa politique ne pourrait pas s’appliquer sans renégociation du traité "Sarkozy/Merkel". Maintenant qu’il est élu il semble se contenter de quelques mesures de croissance qui vont être contredites par la politique de rigueur stricte qui va être menée en raison de l’application des traités européens. De fait, Hollande est en passe d’accepter que la souveraineté budgétaire du parlement soit limité. On est en droit de s’interroger pour savoir si l’arrivée de la gauche ultra majoritaire en France va ouvrir des changements positifs en Europe.

  • @Joseph explique que le coup de pouce envisagé du Smic représenterait 27€ net par mois. Ce que @Joseph ne dit pas, c’est que inflation déduite, le coup de pouce s’élève en fait à 6,60€/mois. On espère que le gouvernement Hollande qui préconise le "changement maintenant" n’osera pas s’en tenir aux 2% envisagé.

  • Le changement : il commence quand ? Le 2 juillet 2012 à 10:05, par Arnaud

    En signant le Pacte dit « pour la croissance » mais qui inflige en réalité de nouvelles cures d’austérité plongeant les pays européens dans une récession plus grande encore, François Hollande démarre son quinquennat sous de mauvais auspices pour le changement véritable. Le candidat qui voulait « donner du sens à la rigueur » s’inscrit sans difficulté dans la réduction des dépenses publiques, dans le gel des salaires et pensions, et ménage les marchés financiers. On ne bouscule rien, il faut s’en tenir au possible. Si on en reste là, le changement ne sera pas au rendez-vous.

  • L’austérité c’est maintenant Le 2 juillet 2012 à 12:33, par Nez rouge

    Les lettres de cadrage budgétaire adressées aux ministres ordonnent une baisse de 15 % des dépenses de fonctionnement et d’intervention de l’État pour la période 2013-2015. La norme, qui affectera d’abord les crédits sociaux, est encore plus draconienne que celle en vigueur sous François Fillon.

  • Le secrétaire du pc vient de lancer un appel aux citoyens : "Manifestez-vous, demandez à vos parlementaires de ne pas ratifier le pacte européen que le président Hollande veut soumettre à l’Assemblée nationale". Je suis tout à fait d’accord, mais il faudrait que le pc fasse le même appel à propos du vote de confiance auquel se soumettra le gouvernement dès cette semaine. Selon le premier ministre, le vote de confiance portera sur la mise en oeuvre du projet Hollande. Si les communistes veulent être cohérents et compris de leurs électeurs, ils doivent voter contre pour refuser clairement de donner la confiance. Une abstention ne serait pas comprise, d’autant qu’il n’existe aucun risque de faire tomber le gouvernement Ayrault puisque celui-ci dispose d’une majorité ps absolue à l’Assemblée nationale. S’abstenir c’est laisser faire.

  • Vote de confiance ou vote de défiance ? Le 2 juillet 2012 à 19:44, par Maurice F

    Claude Bartolone veut continuer à discuter avec les communistes pour éviter une abstention lors du vote de confiance au gouvernement. Le président PS de l’Assemblée nationale, interrogé lundi 2 juillet sur RTL, a estimé qu’il fallait "discuter", car "c’est toujours grave" si ces députés ne votent pas. "Quand un pays est dans la situation qui est celle de la France actuellement, plus nous serons rassemblés et mieux ce serait", a assuré le député de Seine-Saint-Denis. En clair, ce que le ps demande aux communistes c’est d’accepter la politique préconisée par F. Hollande. Les communistes auraient grand tort de ne pas voir venir la déception du peuple de gauche. Les décision prises par le gouvernement Ayrault jusqu’à ce jour ne peuvent justifier une approbation et un vote de confiance. Le parti de gauche et jean-Luc Mélenchon ont raison, il faut être autonome ce qui suppose de voter pour uniquement quand on est pour. Une abstention sur le vote de confiance serait contraire au mot d’ordre "Résistance !"

  • Il ne faut pas voter la confiance à ceux qui ne la méritent pas Le 3 juillet 2012 à 18:26, par Albertivilliarien

    Commentaire de Jean-Luc Mélenchon à propos du vote de confiance au Gouvernement Ayrault : "notre groupe a l’Assemblée nationale votera l’abstention sur la motion de confiance présentée par Jean Marc Ayrault au nom du nouveau gouvernement. C’est un événement de très grande signification politique. C’est l’acte de naissance de l’autre gauche parlementaire. Une alternative à gauche existe et s’assume. Elle agit en responsabilité. Autonome, pour faire des conquêtes politiques et sociales, notre gauche parlementaire aide ou s’oppose d’après ses propres objectifs, en toute indépendance".

  • Le changement : une obligation de réussite pour la gauche Le 6 juillet 2012 à 10:14, par Quel avenir ?

    En 2014, les Français retourneront aux urnes. Cette année-là, il est prévu que se tiennent (même si le calendrier a des chances d’être changé) les élections sénatoriales, territoriales et surtout municipales et européennes. Les Français auront alors, s’ils ne voient pas venir le fameux « changement » promis par Hollande, toutes les raisons de vouloir manifester leur mécontentement contre la gauche. Ils seront d’autant plus tenté de le faire que pendant deux ans, celle-ci aura eu tous les pouvoirs : l’Elysée, Matignon, le Sénat et l’Assemblée nationale, mais aussi la plupart des grandes villes, des départements et des régions.