Les élus du groupe communiste et citoyen « Tous ensemble pour Aubervilliers »

Mme Guigou intervient dans une commémoration albertivillarienne : une instrumentalisation indécente

samedi 12 mai 2012

Les commémorations de la ville d’Aubervilliers servent maintenant de tribunes aux candidats socialistes ! Une instrumentalisation indécente d’une cérémonie qui, par ailleurs, était bienvenue, puisqu’elle commémorait les tragiques événements de Sétif survenus en Algérie le 8 mai 1945, qu’on n’a jamais connu à Aubervilliers.

Ainsi, le 9 mai dernier, alors que la commémoration au cours de laquelle de très beaux textes de Kateb Yacine, grand poète et communiste algérien, étaient lus par des acteurs, se terminait, une maire-adjointe socialiste s’est imposée au micro pour lire un message d’Elizabeth Guigou. Le maire, Jacques Salvatore, n’a fait aucun geste pour empêcher cette grossière manipulation.

À notre connaissance, Élisabeth Guigou n’est pas citoyenne d’Aubervilliers, elle n’y habite pas, elle n’est élue à aucune fonction dans notre ville. De quel droit intervient-elle dans une commémoration de la ville d’Aubervilliers ? Depuis quand les candidats aux élections se permettent-ils de faire passer des petits mots à leurs camarades pour se faire une place dans une ville où ils sont peu connus.

On aurait compris que Daniel Golberg, le député d’Aubervilliers, soit présent et pourquoi pas intervienne, ou qu’il transmette un message. Il n’était pas là. Il est sans doute trop occupé à tenter de conquérir le siège que ses camarades du PS ont fini par lui concéder à Aulnay pour le consoler de lui avoir retiré celui d’Aubervilliers.

Madame Guigou, comme n’importe quel candidat aux prochaines élections législatives, aurait pu assister à la commémoration. Personne ne le lui aurait reproché. La lecture de ce message par une de ses camarades du PS relève de l’indécence alors même que chacun venait pour honorer la mémoire de milliers d’Algériens assassinés par l’armée française en 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata.

Les commémorations ne sont pas des tribunes politiques où les candidats viennent mener campagne. Un peu de retenue aurait été de rigueur.

Il est intolérable de bafouer ainsi la démocratie et de favoriser l’un des candidats aux prochaines élections. C’est une faute intolérable.

Les cérémonies organisées dans le cadre municipal ne doivent pas être l’occasion de promouvoir un candidat, quel qu’il soit.

Il est temps que les élus socialistes d’Aubervilliers sortent de leurs égarements et respectent au moins la bienséance des commémorations.

1 Message