Communiqué de la section RATP du PCF

Tram de la honte : c’est le gouvernement qui est responsable !

samedi 3 septembre 2011

Mercredi 31 août, plusieurs dizaines de Roms, hommes, femmes et enfants, ont été évacués de leur campement situé à Saint-Denis, puis transportés jusqu’à Noisy-le-Sec à bord d’une rame du T1 avant d’être dirigés vers la Seine-et-Marne.

En poussant contre leur volonté les personnes évacuées à emprunter le T1, la police, sur l’ordre du Préfet Lambert, a procédé à une réquisition de fait d’un matériel de la RATP, aggravant encore l’inhumanité de l’évacuation et perturbant en outre sérieusement l’exploitation de la ligne.

Cette opération s’inscrit dans la politique de stigmatisation des populations étrangères et des Français d’origine étrangère dans laquelle s’est engagé depuis plus d’un an le gouvernement pour tenter de dévier le débat politique vers des eaux nauséabondes à quelques mois des échéances électorales. Il cherche ainsi à faire oublier ses responsabilités dans la crise actuelle et à détourner l’attention des mesures d’austérité renforcée qu’il est en train d’imposer à notre peuple. Il faut rejeter ces misérables tentatives de division.

L’instrumentalisation dont la RATP et son personnel ont une nouvelle fois été l’objet lors de ce sinistre épisode sont tout simplement scandaleuses. Nous appelons les agents, au nom de la dignité humaine et des valeurs du Service public, à refuser toute collaboration avec ce type de pratique qui renvoie l’écho des moments les plus sombres de notre histoire.

Le 2 septembre 2011

NdMT : À lire aussi dans l’humanité : « Voir des gens débarqués d’un tramway, avec des ballots et des enfants sous les bras, c’était insupportable », interview de Gilles Garnier, maire adjoint (PCF) à Noisy-le-Sec, conseiller général de Seine-Saint-Denis et témoin de la scène.

1 Message

  • Tram de la honte : c’est le gouvernement qui est responsable ! Le 4 septembre 2011 à 13:25, par réveille toi Jean Moulin

    Comment en est-on arrivé là. Je relis le titre du communiqué des communistes de la RATP, mais j’insisterai plutôt sur sa conclusion qui appelle chacun à ses responsabilités morales. Quand l’Etat n’est plus au niveau éthique des missions qui sont les siennes, c’est aux exécutants qu’il appartient en conscience de prendre leurs responsabilités. Aubervilliers et la Seine Saint Denis portent la trace de ces femmes et de ces hommes qui ont su dire non à Vichy et au nazisme. Les circonstances ne sont pas les mêmes, raison de plus pour retenir les leçons de l’action de ces résistants pour éviter la dérive actuelle. Démontons le mécanisme qui a conduit à ces faits comme l’a fait l’Huma de vendredi dernier et refusons la banalisation.