2 octobre : une mobilisation qui ouvre des perspectives

dimanche 3 octobre 2010

C’est une évidence. Même si dès douze heures, la préfecture annonçait des chiffres de manifestants en baisse par rapport aux journées des 7 et 23 octobre, la ficelle était devenue aussi grosse qu’une corde pour éveiller un quelconque débat parmi les manifestants. Les discussions étaient plutôt concentrées sur la stratégie à mettre en oeuvre pour faire évoluer le rapport de force, sur la base d’un constat encourageant.

La réforme que les politologues disaient pliée à la fin de l’été dans la tête des gens, s’avère bien moins pliée que cela, comme le confirment les 70% d’opinions favorables aux manifestants relevés par le CSA dans le sondage publié par l’Huma, samedi. C’est un phénomène comparable à celui qu’on à observé lors du référendum sur le traité européen, précise André Narritsens qui continue à suivre les travaux de l’institut d’histoire sociale de la CGT. On remarque aussi que la détermination ne faiblit pas constate Christian Tessier de la fédération de la construction de la CGT, comme le montre la présence de salariés d’entreprises de nettoyage qui n’ont pas hésité à se mettre en grève une troisième fois depuis la rentrée. Autre cortège très nombreux, celui de la FSU : on pouvait craindre qu’une manif le samedi ne serait pas mobilisatrice pour les enseignants, et même si certains jugent timorées les organisations qui n’ont pas appelé à un durcissement du conflit par une grève reconductible, cette journée du 2 confirme la volonté de conserver l’unité du mouvement. C’est nécessaire, d’autant plus qu’on a croisé des albertivillariens dans tous les cortèges (CGT, FO, CFDT, FSU, SUD...). Que le parti socialiste, malmené dans cette bataille des retraites (livre blanc de Rocard, adoption tardive des 60 ans mais en augmentant la durée de cotisation...) prenne des initiatives comme la réunion publique avec Marisol Tourraine à Aubervilliers, montre qu’il y a besoin de débat et qu’il ne peut rester sur les positions qu’il a jusqu’alors défendues.

Après cette journée du 2 octobre, se profile la manifestation du 12 octobre, avec la volonté pour le parti communiste à Aubervilliers de poursuivre dans le cadre du collectif qui s’est constitué en mai 2010, le travail de sensibilisation et de mobilisation indispensable pour transformer les essais des 7 et 23 septembre ainsi que celui du 2 octobre. Alors rendez vous le 12 en préparant l’après 12 avec l’idée de grève reconductible qui se précise dans les esprits...

E.P.

Hebergement gratuit d'image et photo Hebergement gratuit d'image et photo
Hebergement gratuit d'image et photo Hebergement gratuit d'image et photo
Hebergement gratuit d'image et photo Hebergement gratuit d'image et photo
Hebergement gratuit d'image et photo