Réforme des retraites : Gérard Filoche à Aubervilliers

jeudi 27 mai 2010

Gérard Filoche, inspecteur du travail, signataire de l’appel de Copernic, multiplie les meetings depuis quelques semaines. Il confirme d’ailleurs que les initiatives de ce type sont nombreuses et le public y assiste de plus en plus. Cela rappelle 2005 et les nombreuses réunions qui ont précédé le « Non au référendum ».

Gérard Filoche détruit un à un les arguments présentés comme étant de bon sens, pas seulement par la droite. Allongement de l’espérance de vie ? Elle n’est pas valable pour les travailleurs de plus de 60 ans qui perdent 6 mois d’espérance de vie par année supplémentaire travaillée au-delà de 60 ans. Les français travaillent déjà plus de 60 ans ? Faux : c’est le cas de seulement 40% d’entre eux. On sait que les autres ne sont plus en activité, souvent après 55 ans. Déficits abyssaux ? Augmentons d’abord les cotisations notamment par l’augmentation des salaires, en réduisant la part de rémunération du capital.

L’accent est mis sur la philosophie générale du système de financement des retraites par répartition : il s’agit d’une mutualisation basée sur le travail. Les travailleurs cotisent directement pour assurer les retraites de leurs parents et grands-parents. Ce système est le plus sûr et le serait plus encore s’il n’était pas sans cesse attaqué qui ceux qui ont intérêt à un financement par capitalisation, source de profits. Quand on connait la volatilité de l’épargne ces dernières années, on a tout à craindre pour les travailleurs qui y souscriraient.

Aussi, Gérard Filoche, note avec intérêt l’inflexion récente des principaux dirigeants du parti socialiste dont il est membre. Elle renforce les positions défendues par les signataires de l’appel Copernic, localement défendues par le collectif des 6 (Front de Gauche, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Gauche Unitaire, Nouveau Parti Anticapitaliste, Fédérés d’Aubervilliers). Elle est de bon augure à la veille de la manifestation du 27 mai. Et si on en juge aux interventions dans l’assistance, l’idée fait son chemin d’élargir ce collectif à d’autres formations politiques, notamment le parti socialiste, et syndicales comme la FSU, ou la CGT naturellement partie prenante de ce type de démarche. Car la bataille des retraites ne pourra être gagnée que si elle est portée par toutes les forces de gauche, syndicales et politiques. De ce point de vue, l’intervention d’une représentante de l’appel jeune est révélateur d’une prise de conscience qui doit toucher aussi bien les salariés futurs et actuels.

D.R./E.P.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Hebergement gratuit d image et photoHebergement gratuit d image et photo

NdMT (ajout du 30 mai) : Vous pouvez télécharger l’enregistrement du discours de Gérard Filoche ci-dessous (attention : les fichiers sont encodés au format OGG, lisible avec VLC par exemple).
- Première partie
- Deuxième partie

16 Messages

  • Le Parti Socialiste a franchit, avec retard et en réaction aux déclarations de Strauss-Kahn, une étape importante. Il est favorable au maintien du droit au départ en retraite à 60 ans et annonce, en cas de victoire en 2012, son intention de rétablir ce droit par la loi.

    Répondre à ce message

  • La vie s’allonge, pas les cotisations ! Le 27 mai 2010 à 20:01, par Catherine

    Le PS a décidé de maintenir la possibilité de partir à 60 ans. Si la décision est bonne , elle ne règle pas tout. Le PS continue de dire oui à l’allongement de la durée de cotisation, qui s’il n’était pas remis en cause rendrait illusoire la possibilité de partir à 60 ans avec une retraite correcte.

    Répondre à ce message

  • 60 ans et années de cotisations : même combat Le 27 mai 2010 à 20:16, par Evelyne

    L’allongement des années de cotisations aura comme conséquence immédiate de reculer l’âge légal de départ pour celles et ceux qui ont besoin d’une pension complète. Conclusion, on peut ne pas modifier la loi concernant le départ à 60 ans et obliger de fait à un départ à 61, 62 voir 63 ans...

    Répondre à ce message

  • Ambigu Le 27 mai 2010 à 21:49, par Robert

    Le ps affirme qu’il faut maintenir l’âge de la retraite à 60 ans, mais en même temps il juge économiquement souhaitable de tout faire pour augmenter la durée de l’engagement au travail.

    Répondre à ce message

  • Double discours Le 27 mai 2010 à 22:05, par Teddy

    Il faudrait quand même éclaircir ce point. Être favorable à une augmentation du nombre de trimestres, c’est ce que dit le ps en prenant acte que nous sommes avec les mesures Sarkozy à plus de 41 ans de cotisations, c’est qu’on le veuille ou non accepter de reculer le départ à 60 ans.

    Répondre à ce message

  • Ambigu mais astucieux Le 27 mai 2010 à 22:18, par Filouterie

    Ce qui est déterminant aujourd’hui, c’est le nombre de trimestres nécessaires pour partir en retraite avec une pension à taux plein. L’UMP de Sarko veut pousser la loi au maximum en reculant l’âge de départ et en plus en augmentant le nombre d’années de cotisations. Le ps à une position effectivement ambiguë : il dit ne pas vouloir toucher à la loi pour les 60 ans et trouve l’astuce d’augmenter les années de cotisations. Cela revient concrètement à repousser l’âge du départ à la retraite au-delà de 60 ans, sauf pour ceux qui ont les moyens financiers de partir avec une pension réduite.

    Répondre à ce message

  • Réforme des retraites : Gérard Filoche à Aubervilliers Le 28 mai 2010 à 08:42, par le devoir de transmettre

    G. Filoche a bien expliqué ce qui se passe et pourrait se passer. J’ai discuté avec quelques personnes mais les infos qui permettraient de bien comprendre n’existent pas. Les militants disent mais on leur a déjà dit. Et alors c’est comme pour tout, il faut répéter, ne pas faire des journaux "casse-croute" mais donner quelques situations imagées qui permettent de concrétiser.

    La CGT nous a informé dans le car pour la manif qu’ils faisaient signer des cartes pour les porter début juin au gouvernement. Entrons dans la danse et faisons signer en expliquant.

    Que 60 ans c’est bien et que ça existe et que aujourd’hui déjà on peut partir plus tard, si on le souhaite, si on a tous les trimestres ou si on veut à taux plein car il y a eu des interruptions de parcours de travail.
    Le fait du prolongement pour avoir un taux plein sera obligatoire pour tous ceux qui auront fait des études longues et ceux qui auront eu des périodes travaillées en dents de scie ou qui auront eu des difficultés (économiques, sociales,familiales ou de santé) à commencer la vie active.

    La situation économique du pays avec sa multitude de temps partiels, surtout pour les femmes, fera que nombre de travailleurs(ses) sera contraint de faire un allongement de durée après 60 ans. Il faut aussi expliquer que ceux qui auront fait un apprentissage et auront leur nombre d’annuités à 60 ans doivent pouvoir partir dès qu’ils auront décidé et ce dès leur 60ans. Tout le monde ne va fait pas bac+++.

    Répondre à ce message

  • Réforme des retraites : Gérard Filoche à Aubervilliers Le 28 mai 2010 à 09:27, par kikid’auber

    N’oublions pas que cette année,il y a deux négociations. Celle sur la retraite générale et celle sur la retraite complémentaire qui se déroulera à la fin de l’année et que la plupart des gens occulte.
    C’est pour tant au niveau de la réunion de la commission paritaire sur les retraites complémentaires que le curseur définitif sera mis sur l’allongement de l’âge de départ à la retraite.
    L’année dernière, le patronat avait d’ailleur tenté de rallonger l’âge de départ à la retraite pour pouvoir percevoir une retraite complementaire à taux plein pour les salariés du privé.
    Il n’y a en effet pas besoin de loi pour qu’il puisse le faire contrairement à la retraite génerale.
    La vigilance est vraiment nécessaire !

    Répondre à ce message

  • Vous vous féliciter du succès de la rencontre du 25 mais rander à César se qui nous revient, nous Socialistes, et mantioner sur notre site :

    « 
    Soirée particulièrement instructive à l’école Robespierre dans un réfectoire où l’on a compté plus de 150 participants dont de nombreux socialistes. Gérard Filoche, adhérent au parti socialiste a expliqué avec un sens inné de la pédagogie que l’allongement de la durée de cotisation n’était pas une fatalité. On ne peut que se réjouir que les positions du parti socialiste soient en totale convergence avec le brillant exposé qui nous a été fait.

    Il faut mettre le succès de cette soirée sur le compte du soutien sans faille de la section d’Aubervilliers du parti socialiste.

    Reste à gagner cette bataille dans l’unité avec le parti socialiste. »

    Vous reportez à http://ps-auber.typepad.fr/section/2010/05/my-entry-1.html

    Répondre à ce message

  • Réforme des retraites : Gérard Filoche à Aubervilliers Le 28 mai 2010 à 23:03, par Ugo Lanternier

    Ravi d’avoir un homonyme parmi les blogeurs du site du PC.

    Ugo Lanternier

    Répondre à ce message

  • communauté du hasard Le 28 mai 2010 à 23:19, par Ugo

    On a en commun que le prénom ; c’est tout !

    Répondre à ce message

  • Réforme des retraites : Gérard Filoche à Aubervilliers Le 29 mai 2010 à 08:16, par Hugo Chavez

    Je suis pour ma part trés content d’avoir 2 (presque) homonymes sur le site de la section PCF d’Aubervilliers.

    Il ne faut toutefois pas confondre Ugo (Lanternier) avec Hugo (Chavez).

    Répondre à ce message

  • Réforme des retraites : Gérard Filoche à Aubervilliers Le 29 mai 2010 à 16:56, par retraité attentif

    J’ai retenu de cette intéressante soirée plusieurs points pour démonter les arguments avancés par le gouvernement et relayés par la majorité des moyens d’information.

    1- un point de vocabulaire fondamental : les cotisations sociales ne sont pas des charges patronales puisqu’elles font partie du salaire.

    2- « Il faut travailler plus longtemps parce que l’espérance de vie rallonge »

    Aberration de faire travailler les vieux alors que 25% des jeunes sont au chômage.

    Selon l’INSEE, l’espérance de vie en bonne santé est de 63 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes. L’organisme humain se dégrade à partir de 60 ans, travailler devient donc plus difficile et les maladies progressent. En travaillant après 60 ans, l’espérance de vie diminue.
    Selon C. Lagarde, ministre de l’économie, on pourrait travailler après 60 ans parce qu’à cet âge, on n’est pas fichu : elle prétend ainsi qu’une fois retraité, on est fichu ?

    Ce n’est pas pour rien que les assurances ont des tables de mortalité qui indiquent que, si vous travaillez jusqu’à 61 ans, vous avez six mois d’espérance de vie en mois. Et si vous travaillez jusqu’à 62, on vous retire encore un an.

    3- « les gens travaillent déjà jusqu’à 61 ou 62 ans aujourd’hui, »
    Faux, seulement 40% des gens sont dans ce cas, les autres n’ont plus de travail avant 60 ans.

    4- On estime à 1 milliard le nombre d’heures supplémentaires travaillées chaque année (sans parler de celles non déclarées, non payées ou exonérées de cotisations sociales), ce qui équivaut à 600.000 emplois. Or il y a eu justement 600.000 personnes mises au chômage partiel en 2009.

    5- financement :

    Aujourd’hui il y a 10 actifs pour 4 retraités.
    L’évolution de la démographie implique qu’on passerait dans 40 ans à 10 actifs pour 8 retraités et qu’il faudra donc deux fois plus d’argent. Or le produit intérieur brut (PIB), même en augmentant faiblement de 1% par an, doublera en 40 ans ; on disposera ainsi de deux fois plus d’argent !

    Si nécessaire, une augmentation des cotisations peut s’envisager : 0,37% suffirait pour couvrir les besoins, répartis entre les cotisations patronales +0,25% et les cotisations ouvrières +0,12%.

    Une augmentation des salaires entraîne une hausse des cotisations : Si le patronat dit « oui mais la concurrence m’oblige alors à délocaliser", pourquoi ne réduit-il pas sa part de profits, elle qui est en constante augmentation ?

    Le régime par répartition est le seul système sûr : l’argent cotisé est directement utilisé pour payer les pensions de s retraités. Toute autre forme de retraite (épargne, capitalisation), est volatile, peu sûre et risquée)

    Répondre à ce message

  • @Jaco
    Je ne sais pas si le compte rendu de cette soirée par le site du PS local est de l’humour ou pas, mais j’espère que c’est du second degré !

    "on a compté plus de 150 participants dont de nombreux socialistes"... A ma connaissance, et je connais ma ville et les acteurs locaux, il y avait 3 ou 4 socialistes dans la salle, dont trois maires-adjoints... Plus le maire qui est arrivé, com’d’ab à la fin. Il n’y a pas eu non plus 150 participants mais un peu plus d’une centaine, ce qui est dommage (et un bon résultat tout de même).

    Deux inexactitudes déjà...

    "On ne peut que se réjouir que les positions du parti socialiste soient en totale convergence avec le brillant exposé qui nous a été fait"... Ben pas tout à fait : si chacun à bien noté que Ugo Lanternier avait signé l’appel de Copernic, il ne s’est pas étendu sur le fait que le PS ne s’est pas clairement prononcé sur le refus d’augmenter le nombre d’annuités et qu’au contraire, il se satisfait du passage à 40 puis 41, etc....

    Troisième "décalage" avec la réalité.

    Que la section PS de la ville affirme avoir soutenu cette initiative est un quatrième mensonge : ils se sont contentés de placer le tract d’appel sur le site avec un titre du genre "on soutient" sans pour autant lancer le moindre appel à y aller et, surtout, à agir...

    Enfin, si le PS est "en totale convergence" avec les positions de Gérard Filoche, membre de la Gauche socialiste, c’est une bonne nouvelle : ça signifie qu’il refuse tout allongement de la durée de cotisations...

    Ce sont des méthodes un peu stals, désolé de vous le dire. Il faudra retrousser un peu plus les manches pour être un peu crédibles.

    Bienvenue au club si vous le souhaitez !

    Répondre à ce message

  • Enregistrement Le 30 mai 2010 à 17:43, par Denis Raffin, maitre toilier

    J’ai mis-à-jour l’article en ajoutant l’enregistrement du début de la conférence. À télécharger à volonté !

    Répondre à ce message

  • Réforme des retraites : Gérard Filoche à Aubervilliers Le 9 juin 2010 à 23:11, par Un chômeur de plus à Aubervilliers !

    J’ai lu hier soir sur le blog du parti socialiste qu’un employeur peu scrupuleux avait licencié un homme de 62 ans. Si l’information est exacte, on peut s’étonner que la victime, que par commodité nous appellerons Jacques, n’aie pas fait valoir ses droits à la retraite. Mais l’employeur, que par commodité aussi nous appellerons parti socialiste, n’a peut-être pas les idées très claires sur la retraite à 60 ans.

    Nous souhaitons à Jacques qu’il trouve un moyen de subsistance complémentaire pour assurer ses fins de mois.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article