Chine et Birmanie : un soutien trop timide !

vendredi 6 juin 2008

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les maire-adjoints, mesdames et messieurs les conseillers municipaux

Le 20 mai dernier, Pascal Beaudet, président de notre groupe, a écrit officiellement au Maire Jacques Salvator pour proposer que le conseil municipal vote deux subventions exceptionnelles de 30 000 € chacune pour venir en aide aux populations victimes de catastrophes naturelles en Birmanie et en Chine. Nous proposions également l’organisation d’une collecte auprès des habitants afin de sensibiliser les Albertivillariens et les Albertivillariennes à ces deux catastrophes et à leurs conséquences.

Jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucune réponse à ces propositions.

Par contre, nous sommes très étonnés de la faiblesse de la subvention proposée. 4 500 euros, pour une ville de l’importance d’Aubervilliers, pour des catastrophes naturelles qui ont fait des dizaines de milliers de victimes, des dégâts matériels énormes, qui vont nécessiter des fonds importants pour la reconstruction, c’est tellement négligeable que cela en devient indécent.

Pour mémoire, je rappelle que le conseil municipal avait voté en janvier 2005 une subvention de 15 000 € aux sinistrés d’Asie du Sud-Est victimes du tsunami.
Nous réitérons donc notre proposition : le vote de deux subventions de 30 000 € et l’organisation d’une collecte afin d’exprimer pleinement notre solidarité avec les peuples birman et chinois confrontés à des difficultés terribles.

Par ailleurs, nous avons du mal à comprendre les réserves exprimées sur la Birmanie : en effet, l’argent versé au profit des associations citées, Secours populaire français, Croix et Action contre la faim n’a pas de raison d’être détourné de son affectation puisqu’il est directement versé à des associations qui ont fait la preuve de leur sérieux. Il ne faut pas confondre l’action des associations et la nature des régimes des pays où elles interviennent.

Nous voterons en faveur de la subvention proposée, parce qu’il vaut mieux viser l’efficacité, mais nous souhaitons marquer notre désaccord avec le montant proposé qui est très insuffisant.