En hommage à Suzanne Martorell lundi 8 février à 11h30

jeudi 4 février 2021

Le 8 février 1962, lors d’une manifestation contre l’OAS, les policiers du Préfet Maurice Papon assassinaient à l’entrée de la bouche de métro Charonne, 9 militants anti fascistes.

Une habitante d’Aubervilliers, Suzanne Martorell, militante du Parti communiste, figurait parmi les victimes.

La section d’Aubervilliers du PCF lui rendra, comme chaque année, hommage.

Celui-ci se déroulera devant l’immeuble de la cité Robespierre ou habitait Suzanne ;

Le rendez-vous est à 11h 30, lundi 8 février, cité Robespierre, 91 rue Charles Tillon, escalier 7.

Nous comptons sur votre présence.

46 Messages

  • Une invitation surprenante Le 5 février à 10:05, par Léna

    Une invitation me parvient par l’intermédiare d’un camarade appelant à un hommage à S. Martorell à l’heure et au lieu indiqué par la section duPCF.

    Cette invitation émanant de la Maire et de la municipalité indique qu’un hommage sera rendu à Suzanne Martorell "habitante d’Aubervilliers et "militante engagée", "décédée lors d’une manifestation pour la paix en Algérie".

    Vous avez bien lu "militante engagée" "décédée lors d’une manifestation pour la paix en Algérie".

    Le problème c’est que la manifestation du 8 février 1962 était essentiellement dirigée contre l’OAS, que Suzanne M était une militante communiste et qu’elle n’est pas décédée mais a été assassinée avec huit autres camarades par la police du pouvoir gaulliste commandée à Paris par le criminel de guerre Maurice Papon.

    Les militants communistes et tous les progresistes doivent se rassembler pour que cessent ces petites manipulations nauséabondes produites par des falsificateurs de l’histoire et des promoteurs d’un atmosphère apaisée dans la ville.

    Répondre à ce message

  • En hommage à Suzanne Martorell lundi 8 février à 11h30 Le 6 février à 09:47, par Le concombre masqué

    Alain Dewerpe a publié chez Gallimard en 2006 un ouvrage sur ce sujet. "Charonne 1962, anthropologie historique d’un massacre d’état"

    Répondre à ce message

    • Formation Le 6 février à 16:42, par Léna

      Oui, cette lecture est indispensable.
      Alain Dewerpe était le fils de Fanny assassinée comme Suzanne à Charonne.

      Répondre à ce message

  • Suzanne Martorell Le 8 février à 10:44, par Hurel

    Je me souviens très bien de ce triste événement. A l’époque, j’étais scolarisée à l’école Paul Doumer filles (Diderot aujourd’hui) et l’une des filles de Suzanne Martorell (Danielle) était dans ma classe.
    Le lendemain de cette tragédie, la directrice (Madame Balenci) a fait rassembler toutes les élèves dans le préau de l’école pour les informer de ce qu’il s’était passé la veille et du décès de la maman de notre camarade. C’est exactement comme dans une des scènes du film "Diabolo menthe" qui relate cet événement.
    Ceux qui ont participé à cette manifestation, en sont revenus profondément traumatisés. Parmi les victimes, la plupart travaillaient à l’Huma.
    Il y a d’ailleurs un livre de Claire Etcherelli qui évoque cette période de la guerre d’Algérie avec les arrestations en masse de travailleurs algériens qui vivaient dans la région parisienne et pour certains, qu’on n’a jamais revus. C’est son histoire personnelle, un beau roman qu’on doit encore trouver dans les médiathèques (un film avait également été réalisé à partir de ce livre).
    Michelle Hurel

    Répondre à ce message

  • Suzanne Martorell Le 8 février à 10:48, par HUREL

    Le titre du livre est "Elise ou la vraie vie". J’avais oublié de le mentionner.
    Michelle Hurel

    Répondre à ce message

  • En hommage à Suzanne Martorell lundi 8 février à 11h30 Le 8 février à 13:26, par le concombre masqué

    J’ai été très surpris, lors de cette cérémonie aujourd’hui, de constater que la Maire d’Aubervilliers dépose une gerbe de la Municipalité sans porter son écharpe : Avait-elle honte ou quoi ?

    Répondre à ce message

    • Irrespect Le 8 février à 13:42, par André Narritsens

      Elle est venue et repartie comme une voleuse. C’est ce qu’elle appelle sans doute l’apaisement. Honte à elle !

      Répondre à ce message

      • Invisibilité Le 9 février à 18:44, par André Narritsens

        Je cherche en vain sur le site de la ville une mention de l’événement.
        Si cela est avéré c’est sans doute une volonté d’invisibisation.

        Répondre à ce message

      • Irrespect Le 11 février à 12:22

        Ce forum est-il un forum des communistes pour les communistes ou un forum des communistes ouvert à tous ? Je m’interroge car il n’est manifestement pas possible de s’indigner que la maire soit traitée de "voleuse" par Mr Narritsens, insulte qui, elle, n’est pas effacée.

        Répondre à ce message

        • Confondant Le 11 février à 12:52, par André Narritsens

          Je n’ai pas dit que Mme KF était une voleuse. J’ai dit qu’elle était partie comme une voleuse, c’est-à-dire « en catimini », très discrètement, sans se faire remarquer ...
          Ce qui est conforme à la réalité.

          Répondre à ce message

          • Confondant Le 11 février à 17:24, par daniel fery

            Monsieur Narritsens, il vous faut assumer vos propos. Je suis membre du PCF depuis 23 ans et je ne partage pas votre manière de cliver les débats, et c’est votre sectarisme qui a conduit grandemant à la perte de la ville d’Aubervilliers par la gauche. Madame Franclet, dont je ne partage pas les idées, a eu le courage de venir rendre hommage à l’un de nos martyrs et tout ce que vous trouvez à dire, c’est de lui cracher dessus. Honte à vous.

            Répondre à ce message

  • En hommage à Suzanne Martorell lundi 8 février à 11h30 Le 9 février à 20:28, par bonnenouvelle

    Je pense que la présence de la maire à cette cérémonie ne peut pas être évacuée par la seule invective. Elle a plusieurs fois déclaré qu’elle ne participait pas officiellement à des cérémonie qui ne figurent pas au calendrier des hommages légaux (11 nov, 1er mai, 8 mai, 18 juin etc...)
    Elle fait un signe en mettant l’appareil municipal à disposition le 17 octobre dernier pour une soirée exceptionnelle à laquelle j’ai participé. Là, le 8 février, par sa présence sans écharpe, elle affirme et respecte l’inscription de la mémoire de Suzanne Martorell dans la ville.
    Ce n’est pasen la traitant de tous les noms, sans arguments, que l’on peut avancer.

    Répondre à ce message

    • Révision Le 9 février à 21:30, par Léna un

      J’entends bien mais tout cela est minable.
      KF est de droite et aurait sans doute été comme le courant politique auquel elle appartient « « Algérie francaise ». Elle sait très bien ce qui s’est passé le 17 octobre 1961 mais, au lieu de condamner elle minaude.
      Pour Suzanne Martorell c’est pareil. Il y a d’abord ce carton d’invitation où il est dit que Suzanne est décédée suite à la manifestation et ensuite son comportement lors de l’hommage : pas de prise de parole, pas de sono prévue, pas d’écharpe, passage solitaire (aucun adjoint) en coup de vent...
      Bref l’irrespect complet et l’ignorance crasse de l’histoire d’Aubervilliers.

      Répondre à ce message

      • Révision du centenaire Le 10 février à 06:04, par bonnenouvelle

        Chère Léna,
        Jack Ralite avait coutume de citer Albert Camus qui disait : "mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde".
        On ne peut combattre les adversaires en travestissant leur position fondamentale, sinon c’est s’exposer à n’avoir aucune prise sur eux. Les communistes par exemple, en 1958, ont considéré que De Gaulle c’était le fascisme, la dictature, notre mot d’ordre était même "Non au fascisme". Résultat, De Gaulle puis ses almliés sont restés au pouvoir pendant 25 ans, jusqu’en 1981.
        Qualifier Franclet de "Algérie Française" est une aberration. Son parti, l’Udi, est centriste et s’est toujours opposé au FN, à l’extrême droite. Concernant l’Algérie coloniale, Franclet gouverne la ville avec les macronistes dont le chef élyséen a été décisif pour que l’État reconnaisse le meurtre du mathématicien communiste Maurice Audin et ces derniers temps pour avoir suivi les recommandations anti coloniales du rapport Stora. Toutes choses que la gauche a oublié de faire quand elle était au pouvoir.
        si nous voulons reconstruire une proposition pour Aubervilliers, je crois qu’il faut regarder la réalité en face. Franclet et son équipe de centre-droit occupe l’espace. Comment le leur disputer ? En d’autres termes, Que Faire ?

        Répondre à ce message

        • Si les mots ont un sens Le 10 février à 09:10, par Léna

          Bonnenouvelle est en même temps très exigeante vis-à-vis du PCF et d’une très grande complaisance avec KF ; Sans engager une polémique stupide je me vois contrainte à quelques observations :
          1 - Je n’ai jamais dit que KF était "Algérie française", j’ai simplement signalé qu’elle appartenait à un courant politique qui l’avait largement été, un dirigeant du MRP (Georges Bidault) ayant même été un chef de l’OAS. Comment expliquer autrement que les gens se disant de droite ou du centre n’aient jamais participé aux hommages à S. Martorell. Homis la maire, enservice commandé truffé de calcul politique, ils n’étaient pas présents lundi dernier.

          2 - la reconnaissance de quelques crimes colonialistes par M. Macron s’est faite sous la pression et il faut espérer que le rapport Stora (même insuffisant) ne connaîtra pas le sort du rapport Borloo. Ceci dit il reste beaucoup de choses à faire et d’archives à ouvrir qui concernent la longue histoire de la colonisation en Indochine, en Afrique du nord, en Affrique (je pense notamment aux crimes commis au Cameroun et à Madagascar) et dans les territoires d’Outre-Mer. La décision récente de rendre très difficile l’accès aux archives postérieures à 1937 n’aidera pas la recherche historique.

          3 - l’équipe formée autour de KF est opaue : qui est qui ? On ne le sait guère (à quelques exceptions prês). C’est une équipe sans passé, pilotant semble-t’il un quotidien local sans débat. Pour résumer : ne parler de rien ou de presque rien, renvoyer les difficultés aux actions passées ne peut tenir lieu de boussole.
          Les grandes questions sont étouffées : quid de l’avenir de l’OPH, quid du très lourd dossier de l’ANRU...

          4 - l’attitude de KF lors de l’hommage à Suzanne M. a été jugée très insupportable par ceux qui étaient présents. Le fait qu’aucune parole ne soit sortie de sa bouche, la hâte qu’elle mit à s’engouffrer dans sa voiture ont été sévèrement jugées. Tels sont les faits.

          Répondre à ce message

          • Si les mots ont un sens Le 10 février à 09:41, par jardin prolo

            Bonjoour
            C’est bien beau de faire des tirades sur la guerre d’Algérie mais c’est pas de ça qu’on me parle dans le quartier. pour tout dire : jamais. Pas plus tard qu’hier je me suis fait ouspiller par un couple de nouveaux habitants, à la Mala à cause de la suppression des jardins ouvriers suite, d’après eux, "aux papiers signés par l’équipe Derkaoui-Daguet" début juillet, juste après les élections et avant que la droite prenne les commandes. J’ai pas su quoi leur répondre. En plus il m’ont dit que la nouvelle maire avait décroché 3 ou 4 millions d’euros pour rénover des espaces verts dans le fort d’auber et les ouvrir au public. Là j’ai vérifié et c’est malheureusement vrai...
            Alors je veux bien qu’on parle de la guerre d’Algérie pendant des plombes, mais il faudrait nous donner des billes pour ne pas passer pour des c*** quand on discute avec les habitants d’auber.

            Répondre à ce message

            • Besoin de comprendre Le 10 février à 14:20, par Agnès

              J’habite depuis peu Aubervilliers et j’ai besoin de comprendre cette ville aussi dans son histoire.
              Je remercie le site du PCF de me donner matières à réflexion sur le passé et le présent.
              Juste une remarque : pourquoi ne publiez vous donc pas l’intervention que M. Daguet a faite le 8 février ?
              Je trouve ce qui a été dit très éclairant sur ce qui s’est passé

              Répondre à ce message

              • Besoin de comprendre Le 12 février à 12:56, par créole

                Hier soir, au conseil municipal, il a été question de Aimé Césaire dont une station de métro, sur le canal, va porter le nom.
                Anthony s’est montré un peu maladroit en attaquent un conseiller de la majorité qui a un peu begayé en prononçant le nom du poète.
                Cela nou spermis d’apprendre que l’adjoint à le culture de la maire, madame Princesse Granvorka avait à voir avec Aimé Césaire. Richard Granvorka était en effet un compagnon de lutte de Aimé Césaire au Parti Progressiste Martiniquais et a longtemps dirigé la presse de ce mouvement. Plusieurs rues et écoles portent son nom à Fort de France.
                On se souvient que Aimé Césaire avait démissionné avec éclat du PCF en 1956 en envoyant une lettre très forte à Maurice Thorez qui dirigeait ce parti. Il y écrivait entre autres choses : "Je crois en avoir assez dit pour faire comprendre que ce n’est ni le marxisme ni le communisme que je renie, que c’est l’usage que certains ont fait du marxisme et du communisme que je réprouve."
                Des mots qui résonnent fortement aujourd’hui à Aubervilliers.

                Répondre à ce message

                • Besoin de comprendre Le 12 février à 17:42, par le concombre masqué

                  Quitte à faire une mise au point, autant être précis : Anthony Daguet n’a pas été maladroit ; il a bien fait de rappeler à l’élu que Aimé Césaire ne s’appelait pas Aimé César. Et récupérer le grand Aimé Césaire dans cette polémique en utilisant une de ses citations, je trouve ça vraiment déplacé ; je pense que sa nièce sera d’accord sur ce point.

                  Répondre à ce message

                  • Besoin de comprendre Le 12 février à 18:36, par concombre laqué

                    J’ai suivi le conseil sur internet et si Anthony Daguet se met à faire des remarques à l’endroit des bafouilleurs, il devrait consacrer un numéro spécial à son collègue Jean-Jacques Karman dont l’intervention à propos du budget a été plus que lamentable. Il n’arrivait pas à se relire, sautait des lignes de son discours, était totalement incompréhensible... Affligeant ! et Daguet qui tombe sur le pauvre monsieur Bidal parce qu’il écorche le nom de Césaire !
                    D’ailleurs JJKarman fait un numéro à chaque conseil. Il y a trois mois il intervient à propos d’une délibération déjà passée depuis un quart d’heure. Quand la maire le lui fait remarquer il a cette excuse : "Oui mais je me suis endormi"... Du grand art ! Merci JJK, tu ne nous décevras jamais.

                    Répondre à ce message

                  • Instructifs dérapages Le 13 février à 07:54, par Minerve

                    Lorsque Anthony Daguet réagit à la transformation du nom d’Aimé Césaire en Aimé César il ne le fait pas de manière agressive et c’est bien ainsi.

                    L’époque est en effet propice aux altérations : Danielle Casanova est récemment devenu Daniel et Suzanne Martorell est décédée suite à une manifestation pour la Paix en Algérie.

                    On attend la suite...

                    Répondre à ce message

    • 1er mai Le 10 février à 09:42, par Vlad

      Depuis quand le 1er mai figure-t’il dans la liste des "hommages légaux" ?
      Il me semble que cette date est célébrée par le mouvement ouvrier et que les manifestations du 1er mai se sont souvent heurtées à l’action de la police.

      Répondre à ce message

  • En hommage à Suzanne Martorell lundi 8 février à 11h30 Le 12 février à 16:17, par FATH Claude

    J’ai apprécié la présence de madame Karine Franclet maire d’Aubervilliers pour sa présence lors de la cérémonie en l’honneur de Suzanne Martorell martyre assassinée à Charonne en 1962
    Claude Fath Président-fondateur de la société d’Histoire d’Aubervilliers en 1979

    Répondre à ce message

    • Absences Le 13 février à 08:00, par Jacques

      Je n’ai pas apprécié le fait qu’aucun élu de la « majorité municipale « n’ait été présent.

      Répondre à ce message

      • Absences Le 13 février à 09:17

        Sans doute n’appréciez-vous, pas npn plus, qu’aucun élu de la majorité municipale ne soit communiste. Difficile d’accepter le nouveau paysage politique.

        Répondre à ce message

        • Absences Le 13 février à 10:59, par Nico le Jardino

          Le conseil municipal devient un véritable lieu de démocratie locale grâce à sa retransmission en direct t son archivage sur le site de la ville. Chacunpeut s’y reporter pour vérifier la position des élus.
          On a pu ainsi assister jeudi dernier, en direct, à la mise à plat de la posture démagogique de Sofienne Karoumi. Il a déposé un voeu pour pouvoir défendre les jardins ouvriers absorbés par la future piscine d’entraînement voulue par Derkaoui, Daguet et Karman.
          Karroumi s’est insurgé contre cette atteinte à l’environnement, disant que c’était un scandale, qu’il avait manifesté aux côté des expulsés. Le chevalier blanc à l’armure étincelante.
          La maire lui a répondu en détail, lui rappelant qu’il avait et cela depuis 2017 voté en toute connaissance de cause toutes les délibérations prévoyant la construction du complexe sportif, en 2018, en 2019, en 2020. Le discours du démagogue s’est heurté à la réalité de manière implacable.
          Karroumi a aussi proposé que la ville verse 850 000 euros pour déchirer le contrat de constructions. Rien que ça. On flambe avec l’argent puvblic... Les habitants d’Aubervilliers peuvent aussi faire une proposition : puisque ce sont les élus Karroumi, Derkaoui, Daguet, Karman qui ont voté ensemble pour ce projet, pourquoi ne se cotisent-ils pas pour rassembler ces 850 000 euros. On pourrait appeler ç le Piscinethon.

          Répondre à ce message

          • Une avancée à fortifier Le 14 février à 09:01, par Ernesto

            Je crois bien que les séances des conseils municipaux ont toujours été ouvertes au public. Mais des situations de huis clos peuvent exister.
            la retransmission par l’Internet constitue un incontestable progrès et cela se généralise beaucoup sur tout le territoire,
            Ceci dit l’écoute des discussions reste compliquée dès lors que les documents en débat ne sont pas connus des auditeurs.
            On a donc d’autres progrès à faire.

            Répondre à ce message

          • Remarques Le 14 février à 09:10, par Ernesto

            A réécouter les échanges de fin de séance je me dis que :
            - la question posée par S Karroumi à propos de la piscine était mal appropriée.
            - la réponse de la maire ne l’était pas moins et l’accusation de participation à des actions violentes était mensongère et donc insupportable.
            - de plus, j’ai cru comprendre que les votes évoqués à propos de la piscine avaient été unanimes. Si cela est avéré les actuels adjoints alors membres de l’opposition ont également voté les délibérations.

            Répondre à ce message

            • Remarques Le 14 février à 10:11, par KikiCaron

              La personne qui pourrait éclairer tout le monde sur la piscien est maame Derkaoui.
              Elle pourrait expliquer pourquoi, le lendemain de sa défaite devant les électeurs, fin juin 2020, elle a signé les papiers engageant la ville d’Aubervilliers dans la construction de la piscine d’entraînement et ses annexes qui suppriment une partie des jardins prolos.
              Quel intérêt avait elle à faire cela de toute urgence ?
              Le problème, c’est qu’elle est devenue la femme invisible.

              Répondre à ce message

            • Verification Le 14 février à 14:39, par Ernesto

              Vérification faite les trois délibérations évoquées par la maire concernant la piscine ont fait l’objet d’un vote unanime lors des conseils municipaux ayant eu à les discuter.
              MM Karroumi et Karman les ont votées ainsi que les élus de droite alors dans l’opposition et pour deux d’entre eux aujourd’hui adjoints : Mme Lenzi et M. Bidal.
              Il convient donc de se calmer me semble-t-il et ne pas avoir une lecture frauduleuse du passé.
              En un mot une attitude apaisée.

              Répondre à ce message

              • Verification Le 14 février à 17:50, par Cienfuegos

                D’accord avec toi Ernesto, il faut apaiser les choses.
                La question qui emeure est celle-ci : j’ai vérifiéle fait que la signature du dossier "piscine du Fort d’Auber" pouvait attendre une bonne semaine sans problème.
                Pourquoi Meriem Derkaoui qui avait été battue le dimanche 28 juin 2020 s’est-elle empressée de signer cet engagement très important financièrement le lundi 29 juin 2020 alors qu’elle savait que Karine Franclet n’aurait accès à la signature de la ville que le 5 juillet c’est à dire une semaine plus tard.
                Cette signature engage directement la direction municipale et il faut en expliquer la raison. Pouquoi cette précipitation ?
                Je ne me serais pas intéressé à cette question si Karroumi, qui a été un militant de cette piscine, n’avait pas essayé de se dédouaner en présentant son voeu au dernier conseil.

                Répondre à ce message

                • Verification Le 14 février à 20:12, par Vaporeux

                  Finalement dans ce débat du conseil municipal le groupe qui a la position la plus juste c’est le groupe Aubervilliers en Commun quand il déclare :

                  "nous aurions souhaité que le centre aquatique à dimension olympique du Fort d’Aubervilliers fasse l’objet d’une nouvelle évaluation quant à sa priorité au regard des besoins d’équipements sportifs ou scolaires. Certes il devrait profiter aux scolaires, aux sportifs et on l’espère aux habitants mais sa dimension olympique ne nous semble pas obligatoire. De plus, nous restons convaincus que cet équipement ne devrait en aucun cas réduire ou morceler les jardins familiaux.
                  A ce sujet nous renouvelons notre demande pour que soit évalué le coût d’exploitation pour la ville de cet équipement ?"
                  Il est à noter que le maire Karine Franclet n’a pas répondu au groupe Aubervilliers en Commun se contentant de polémique, dans un excès de langage démesuré, avec Sofienne Karroumi. Il est aussi à noter que le groupe communiste est resté silencieux sur le sujet, il est vrai que l’absence de Mériem Derkaoui ne facilite pas le débat.

                  Répondre à ce message

                  • Verification Le 15 février à 08:23, par Nico le Jardino

                    Oui, Aubervilliers en Commun présente une position des plus interessantes même si Evelyne Yonnet a voté le projet elle aussi lors de la précédente mandature.
                    On aimerait de temps en temps entendre la voix de son collège de groupe, Zishan Butt, qui n’ouvre jamais la bouche. A moins qu’à tous les deux ils aient monté un numéro de ventriloque.

                    Répondre à ce message

                    • Verification Le 15 février à 16:57, par Patrice

                      Il est vrai que le groupe Aubervilliers en Commun est très confidentiel, c’est un peu décevant. Suite à ce commentaire j’ai visité leur page facebook et je découvre leur intervention au conseil municipal. J’ai été très intéressé par l’intervention de madame Yonnet-Salvator qui pose de bonnes questions sur la piétonisation du centre ville, pourquoi pas ? cela pourrait renforcer la qualité des commerces et obliger à traiter la question des parkings publics et même des pistes cyclables. il est curieux que les communistes se s’intéressent pas à ces questions alors que cela améliorerait la qualité de vie des habitants. Il est aussi inquiétant que les communistes ne se soucient pas de l’avenir de l’Oph et laissent madame Franclet décider seule sans concertation. Pour conclure une question : madame Derkaoui ayant complètement disparu sera t-elle encore candidate aux côtés de monsieur Beaudet aux prochaines élections départementales ?

                      Répondre à ce message

                      • Verification Le 16 février à 07:52, par buisson72

                        Il est clair que pour les prochaines élections départementales nous n’aurons pas de bulletins aux noms de Meriem Derlkaoui et de Pascal Beaudet.
                        Les gens ne vont pas voter pour quelqu’un, Beaudet, qui démissionne sitôt élu puis disparaît de la vie politique.
                        Et si Derkaoui se représentait, ce serait un chemin de croix pour elle et elle ne fiurerait même pas au deuxième tour.
                        Le PCF va présenter Anthony Daguet qui va devoir gérer son passif avec Derkaoui et le boulet de la gestion de l’OPHLM... Il sera en tandem avec une représentante du PS, des Verts ou des Insoumis. Ça se discute en ce moment et selon mes infos, les Verts tiennent le bon bout.

                        Répondre à ce message

                        • Verification Le 16 février à 11:41, par Évidence

                          A Aubervilliers la gauche est paralysée par des discussions politiciennes sans avenir. Karine Franclet sera candidate pour le conseil départemental et gagnera si la gauche locale est incapable de présenter une alternative crédible. Il faut que les Guerrien, Karroumi, Karman Monino, Butt, Daguet cessent leurs bisbilles perso en espérant tirer leur épingle du jeu. A ce jeu façon puzzle la machine à perdre est en route. La gauche ou la droite ce n’est pas la même chose, et les représentants de la liste citoyenne, s’ils ne veulent pas que leurs soutiens les abandonnent, feraient bien de renoncer à c’est idée du ni de droite ni de gauche. Il serait stupide de voir Karine Franclet conforter son influence et s’installer durablement dans une ville où la gauche fait plus de 60%. Ou vous gagnez ensemble, ou vous perdrez séparément et dans ce cas, vous n’aurez que ce que vous méritez : vous disparaîtrez définitivement du paysage politique. Réfléchissez !

                          Répondre à ce message

                          • Verification Le 16 février à 11:47

                            Quelle pauvre liste ! C’est peut-être çà le problème de la gauche à Aubervilliers, et encore vous avez oublié Baudet et Derkaoui.

                            Répondre à ce message

                      • Verification Le 17 février à 10:13, par Christophe

                        Concernant l’avenir du patrimoine de l’OPH, trois anciens présidents communistes de l’OPH ont publié un communiqué début décembre, diffusé dans un bon nombre de boites aux lettres de locataires de l’OPH.

                        Ce communiqué disait assez bien ce qui était en train de se préparer, à savoir le transfert du patrimoine de l’OPH d’Aubervilliers vers l’office départemental Seine Saint Denis Habitat.

                        Il n’y a eu qu’une seule expression à ce sujet des forces de gauche sur Aubervilliers, c’est celle ci et je crois Aubervilliers en Commun qui s’est exprimé sur la question.

                        Je suis par contre assez étonné du silence radio de la CNL et de la CGT de l’OPH sur la question.

                        Concernant les autres sujets abordés par Evelyne Yonnet-Salvator dans son intervention, on ne peut qu’être d’accord sur l’essentiel.

                        Répondre à ce message

                        • Verification Le 17 février à 12:48, par Julien Mala

                          Il y a eu également un 4 pages de la gauche communiste sur l’OPH distribué dans les boites aux lettres.

                          Répondre à ce message

                          • Quatre pages Le 17 février à 16:26, par Maladif

                            J’ai effectivement vu ce 4 pages qui ne traitait de la situation de l’OPH que par le petit bout de la lorgnette et développait à propos des charges une « démonstration » incompréhensible déjà servie par la CNL.

                            Répondre à ce message

                    • Évaluation Le 15 février à 22:30, par Nicotine

                      L’observation à propos de Z. Butt est sans doute pertinente. Mais qu’en est-il s’agissant de bien d’autres ?
                      Je fournirai une statistique qui montrera comment fonctionne une assemblée de play mobiles.
                      De quoi relativiser sans doute le délire sur la démocratie locale.
                      A bientôt.

                      Répondre à ce message

                      • Troll Le 16 février à 16:41, par Pernicieux

                        Un troll, en langage informatique, désigne quelqu’un dont le comportement vise à susciter des polémiques.
                        Il est clair que le site attire ce genre d’individu qui, bien sûr, s’avance masqué.
                        Et cela alors qu’on a besoin de vrais débats...

                        Répondre à ce message

                        • Troll Le 16 février à 19:10

                          Pas faux mais demandez-vous pourquoi il n’y a plus de vrai débat (le quotidien des habitants, l’avenir de la ville) dans ce forum, et ce depuis un bon bout de temps.
                          Et "Pernicieux" c’est aussi un masque...

                          Répondre à ce message

                          • Rebond Le 16 février à 21:01, par Pernicieux

                            Je suis d’accord (encore que les trolls sont très pervers) mais il ne tient qu’à nous de lancer de vraies pistes de débats.
                            Je vais m’y essayer.
                            A bientôt.

                            Répondre à ce message

        • Vrais visages Le 13 février à 11:32, par Albert

          Parce qu’il faut être communiste pour participer à l’hommage à Suzanne Martorell ?

          Répondre à ce message

Répondre à cet article