Emile Dubois/Maladrerie Les habitants vont s’occuper de l’avenir de leur quartier (2e partie)

samedi 6 février 2016

Ainsi que nous l’indiquions dans notre précédente expression, les habitants du quartier Emile Dubois / Maladrerie se réuniront le 2 avril 2016 afin de discuter de l’avenir et d’établir les principes auxquels ils se référeront pour apprécier les évolutions qui pourront se produire.

Afin de préparer cette journée, contact a été pris avec l’Observatoire de la vie locale et un travail va être réalisé qui permettra de mobiliser le plus grand nombre possible de données statistiques.

D’autre part un groupe de travail a été mis en place au sein de l’équipe d’animation qui aura pour tâche de préparer la documentation nécessaire aux réflexions de la rencontre du 2 avril.

Les premiers échanges intervenus au sein du groupe de travail ont permis de présenter au conseil de quartier quelque orientations de réflexion.

Il s’agit tout d’abord de savoir de quoi l’on parle, autrement dit de préciser le territoire sur lequel la réflexion va s’engager. Il a été convenu de s’en tenir au périmètre potentiellement concerné par les évolutions liées à l’opération de renouvellement urbain et, en conséquence, de ne pas traiter des évolutions possibles du territoire du Fort, sauf à affirmer le principe d’une continuité physique avec les cités Emile Dubois / Maladrerie (ce qui suppose de surmonter le problème posé par la RN2).

Ceci dit, quelques questions à traiter ont été soulevées : densification, promotion de vraies mixités, équipements publics et culturels, consistance des logements…
L’organisation concrète de la journée du 2 avril a commencé à être précisée. Celle-ci se déroulerait en deux phases séparées par un repas convivial :

  • La matinée pourrait être consacrée à la réunion de groupes qui traiteraient des questions suivantes :

1 – les espaces publics, la densification, les cheminements ;
2 – les commerces et les activités (l’emploi) ;
3 – l’habitat proprement dit (ce qui intègre la dimension architecturale) et la question des logements (de leur consistance notamment)
4 – les besoins en équipements publics.

Ces thèmes forment une première esquisse et paraissent devoir être traités sous une grille de lecture à quatre entrées :

1 – ce que l’on veut garder ;
2 – ce que l’on veut transformer ;
3 - ce que l’on ne veut pas (ou plus) ;
4 – ce qui manque.

Les réflexions qu’il est proposé d’entreprendre ne sont pas a priori faciles et il convient en conséquence de travailler à l’élaboration de supports pédagogiques (notamment visuels) susceptibles de parler fortement et d’aider à la prise de parole.

  • L’après-midi, lors d’une séance plénière, le travail des groupes du matin ferait l’objet d’une restitution synthétique et un document établissant le point de vue des habitants serait adopté qui constituerait la feuille de route pour la période à venir.

En conclusion du Conseil de quartier il a été indiqué que la rencontre du 2 avril représentait la mise en place de l’outillage démocratique durable indispensable afin que les évolutions qui doivent se produire le soient avec l’accord et le soutien des habitants.

A.N.