Conseil municipal extraordinaire sur les « emprunts toxiques » 10 juin 2015 : Intervention de Soizig Nedelec, présidente du groupe des élus communistes, progressistes, écologistes et citoyens

vendredi 12 juin 2015

Au vu de l’exposé très complet que nous a présenté Anthony Daguet, on ne peut que se féliciter de sortir de cette situation qui dissimulait des produits financiers complexes, opaques profitant en réalité à des banques américaines telles que Goldman Sachs et JP Morgan.

Cette logique capitaliste systématiquement vendue aux collectivités comme pouvant permettre de faire des économies était en fait un leurre.

Nous voyons depuis la crise de 2008 que nous devons nous interroger réellement sur les dérives d’un capitalisme financier à bout de souffle. A cet égard, comme nous l’a fait remarquer si justement Anthony Daguet, l’historique de la banque Dexia est édifiant. Cette dérive financière sur laquelle tous les gouvernements successifs ont fermé les yeux, voir encouragé a atteint son apogée avec la révélation des pièges des emprunts toxiques en 2009.

Au lieu de s’interroger sur cette crise et les dérives entrainées par de telles logiques financières nos dirigeants travaillant de concert avec les grands patrons et les grands magnats de la finance devraient plutôt s’attaquer à ce processus qui asphyxie les collectivités territoriales déjà impactées par les baisses de dotations de l’état, sans parler des populations.

Ce diktat imposé nous empêche effectivement de mener des politiques sociales ambitieuses en direction des populations les plus démunies, de proposer des services publics de qualité et de proximité. C’est pourquoi le groupe Communiste, Progressiste, Ecologiste et Citoyens se félicite du travail mené en lien avec les services de la municipalité qui nous permette aujourd’hui de supprimer le risque sur ces cinq emprunts et qui réalise une économie substantielle sur les frais financiers où le stock de dettes toxiques d’Aubervilliers passe de 16 à 0%.

Nous espérons que d’autres élus, à gauche, appuieront le travail initié par la majorité municipale et soutiendront l’initiative des sénateurs communistes et républicains pour permettre à d’autres villes de sortir de cette situation critique.

Nous aimerions aussi que notre gouvernement, à l’image de celui de Tsipras en Grèce, propose une logique de justice sociale et de réponse aux populations en matière de logement, santé, éducation, jeunesse, environnement, plutôt que de complaire aux marchés financiers et de baisser les dotations aux collectivités.

Pour finir, grâce au travail de la collectivité et comme l’a dit Anthony Daguet, les économies réalisées sur les 15 prochaines années sont estimées à 20 millions d’euros. C’est pourquoi nous appuyons effectivement l’idée d’alléger les conditions d’accès à l’agence France Locale pour permettre à notre commune de financer tous ses investissements. De même nous devons refonder les règles du jeu au niveau européen pour permettre aux collectivités territoriales et à l’Etat d’emprunter directement à des taux quasi nuls.

Nous espérons que les citoyens se saisiront de ces questions financières, parfois complexes, mais qui impactent directement les populations afin d’éviter le danger de ces dérives.
Merci de votre attention.