Remise en cause du repos dominical : c’est NON !

mercredi 17 décembre 2014

La déréglementation générale du temps de travail est un l’objectif voulu par le Medef. En décidant d’élargir les dérogations concernant le temps de travail dominical, le gouvernement de Manuel Valls amorce un début de réponse favorable à cette commande du Medef.

Le dimanche n’est pas un jour comme les autres et les députés socialistes feraient bien de ne pas perdre la mémoire. Il n’y a pas si longtemps, c’était en 2008, ils se déclaraient : « résolument contre le travail dominical ». Mais ça, c’était avant, quand ils étaient dans l’opposition et dans les promesses d’un changement pour une vie meilleure.

On est bien loin des prises de position de Michel Sapin, ministre du travail, qui le 23 mai déclarait : «  je ne souhaite pas que l’on grignote par petits morceaux le repos dominical qui est un élément important de la vie des travailleurs en France ».
Ceci est désormais à ranger au placard des oubliettes, le changement maintenant n’est plus dans l’actualité de François Hollande. Aujourd’hui lorsque le ministre de l’économie Emmanuel Macron affiche vouloir « simplifier le travail du dimanche et en soirée », c’est en fait l’ensemble de la société qu’il tente progressivement de mettre au travail sept jours sur sept.

Étant donné le climat économique, entre chômage record et pouvoir d’achat en berne, on ne voit pas ce qui pourrait encourager les français à dépenser plus. Les portes-monnaies ne sont pas plus remplis le dimanche que les autres jours de la semaine. Les difficultés qui touchent les activités commerciales ne tiennent pas à l’ouverture où non des magasins le dimanche. De ce point de vue, mieux vaudrait chercher du côté de l’augmentation des salaires que de l’extension du travail le dimanche. Le chiffre d’affaire qui sera réalisé le dimanche ne s’ajoutera pas à celui des autres jours de la semaine. Il y aura simplement un étalement des achats sur un septième jour car ce qui manque aux consommateurs, ce n’est pas du temps pour dépenser, c’est d’abord et avant tout de l’argent. De plus seules les grandes surfaces tireront leur épingle du jeu alors que les petits commerces de proximité y perdront.

A Aubervilliers, lors d’un conseil municipal le 16 février 2012, l’ancienne majorité municipale ps s’est battue pour obtenir l’autorisation d’ouverture du « Millénaire » le dimanche au motif que les difficultés du centre commercial tenaient en partie à une interdiction d’ouverture.

Cette autorisation n’a pas été accordée parce que rejetée par les salariés et les syndicats. Le maire de l’époque justifiait les difficultés du « Millénaire » par le refus du travail du dimanche. La réalité est tout autre, d’ailleurs, en septembre 2014 le directeur des centres commerciaux en France déclarait au cours d’une conférence de presse que : « le Millénaire d’Aubervilliers est à la trentième place des quelques 700 centres commerciaux en France ». Il concluait en disant : « Arrêtons de dire qu’il ne fonctionne pas ».
Le centre commercial est bien resté fermé le dimanche et aujourd’hui le magasin « Carrefour » projette de s’agrandir de 6 à 9000 M2. On voit bien que l’argument du travail le dimanche ne tient pas la route.

Au nom de la liberté d’entreprendre et de travailler, ou de la sacro-sainte lutte contre le chômage, les représentants de la grande distribution veulent ouvrir leur galerie commerciale au même titre que les commerces traditionnellement ouverts le dimanche matin comme les restaurants, les boulangeries ou les bars par exemple. Les contraintes du travail du dimanche sont déjà fortes dans des secteurs comme la santé, les transports, ceux liés aux loisirs et aux activité culturelles, il n’est pas utile d’en rajouter.

Dérèglementer, supprimer le repos dominical, voilà ce que la droite et le Medef rêvent depuis longtemps de faire. Il est bien triste de constater qu’ils trouvent aujourd’hui des alliés parmi des élus qui se prétendent encore de gauche.

L’ouverture des magasins le dimanche devrait créer des milliers d’emplois, selon le gouvernement. Le Medef, quant à lui, annonce entre 40 et 50 000 emplois crées. La réalité est bien différente, le travail du dimanche se révèle n’être ni rentable, ni créateur d’emplois.

Le véritable progrès social serait d’imposer deux jours consécutifs de repos hebdomadaire pour tous et non pas de vouloir supprimer le seul qui existe. Le repos dominical est structurant socialement, tant pour les familles que pour la vie citoyenne, la vie affective, les loisirs, la vie associative, culturelle, sportive...

Imposer par la loi l’assouplissement des règles sur le travail du dimanche est un mauvais coup porté contre les salariés.

Il s’agit d’un choix de société, il ne faut pas accepter que le travail du dimanche et en soirée soit banalisé et généralisé.

Le travail du dimanche doit rester une exception uniquement pour des activités indispensables de service public.

JPEG - 55 ko

31 Messages

  • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 18 décembre 2014 à 07:43, par Nathalie

    Ce qui nous attend, c’est une extension tous azimuts du travail du dimanche. L’argument du volontariat est une énorme tromperie, les salariés n’auront pas le choix et subiront le dictat des patrons des grandes surfaces commerciales. Quand aux salaires augmentés ça ne tiendra pas très longtemps quand tout cela sera généralisé.

    Répondre à ce message

    • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 18 décembre 2014 à 10:41, par Laloi

      Vous avez totalement raison mais l’offre politique de "gauche" est nulle. Le PS est un parti de droite et le Front de Gauche dirigez par Mélenchon (même si on dira qu’il n’était que le candidat) a demandé à voter Hollande SANS CONDITION. Il était au PS pendant plus de 30 ans, il savait très bien qui était Hollande. Autrement dit, il ne faut plus rien attendre de la politique.

      Répondre à ce message

  • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 18 décembre 2014 à 19:18, par Dany

    Ceux qui crois au respect du volontariat et au maintien durable des compensations ou des majorations financières sont de grands naïfs.

    Répondre à ce message

  • Attention à ne pas faire grimper les salaires trop vite, a prévenu le ministre des Finances Michel Sapin. Il a appelé, les chefs d’entreprise à ne pas faire évoluer les salaires trop rapidement pour préserver leurs marges,

    Répondre à ce message

    • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 19 décembre 2014 à 17:30, par Nez rouge

      Au début du mois, à propos du Smic, Michel Sapin, ministre ps des finances, déclarait : "On ne va pas aujourd’hui se battre pour faire en sorte que les entreprises puissent maîtriser leurs coûts et , de l’autre côté, l’augmenter de manière indifférenciée pour l’ensemble des entreprises". Il est passé du discours aux actes. Son ministre du chômage François Rebsamen, a annoncé qu’à compter du 1er janvier 2015, le Smic sera augmenté de 8,02 euros par mois. Cela fait 8 centimes d’euros pour chaque heure travaillée. Et dire qu’on a voté pour ces gens là !

      Répondre à ce message

  • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 19 décembre 2014 à 09:35, par Odile

    Vu la faiblesse des salaires des caissières et des salariées des grandes surfaces commerciales, il est compréhensible que certaines acceptent "volontairement" de travailler le dimanche pour gagner plus et tenter de vivre moins mal. Cela n’est pas un choix, c’est une contrainte imposée qui sera nocive pour la vie de famille et pour les enfants.

    Répondre à ce message

    • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 19 décembre 2014 à 17:58, par Olivier

      Beaucoup de petits commerçants savent que si les grandes surfaces ouvrent le dimanche d’une façon généralisée, cela ne peut que nuire au petit commerce de quartier. Et beaucoup de salariés savent aussi que le “volontariat” avancé est un leurre, soit l’urgence matérielle et financière pour améliorer un pouvoir d’achat trop faible incitera à accepter un petit plus financier (quand c’est le cas !), soit les pressions patronales seront fortes et menaçantes.

      Répondre à ce message

    • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 21 décembre 2014 à 21:36, par Pitbull

      Faut vite que la loi Macron sur l’ouverture des magasins le dimanche s’applique sinon les smicards ne vont pas savoir comment dépenser leur faramineuse augmentation de 8 euros par mois. C’est important, notre ex-banquier ministre le sait, la relance économique et la croissance en dépend.

      Répondre à ce message

  • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 19 décembre 2014 à 13:33, par Roudoudou

    Ce Samedi 20 décembre de 10h à 12h

    Passage du Havre, près des grands magasins du Bd Haussmann
    Métro Chaussée d’Antin

    Nouvelle ACTION intersyndicale et unitaire

    Contre l’extension du travail du dimanche et en nocturne.

    Avec l’intersyndicale "CLIP-P" (CGT, UNSA, CFDT, SUD), les forces du Front de Gauche, le NPA, le MJS, etc…

    Répondre à ce message

    • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 20 décembre 2014 à 17:29, par François Hollande

      « Le combat de 2012, c’est de préserver le principe du repos dominical, c’est-à-dire de permettre aux travailleurs de consacrer un jour de leur semaine à leur famille, au sport, à la culture, à la liberté. Et j’y veillerai ! » François Hollande, le 17 avril 2012. A Lille.

      Répondre à ce message

      • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 20 décembre 2014 à 17:39, par Alzheimer

        Qui a dit : « travailler plus, pour gagner plus » ? C’est François Sarkozy ou Nicolas Hollande ? Je ne me rappelle plus ?

        Répondre à ce message

        • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 28 décembre 2014 à 19:38, par Maurice F

          Dans la loi "Macron" il n’est prévu aucune majoration de salaire, ni le dimanche ni en soirée. Faut-il accepter de faire confiance aux accords au cas par cas ?

          Répondre à ce message

          • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 28 décembre 2014 à 20:03, par Boursicoteur

            Notre ministre, ex banquier, est bien éloigné de vos petites préoccupations... En 2011, ses traitements chez la banque Rothschild se sont élevés à 997 596 € comme associé-gérant et à 403 557 € comme simple gérant. Soit, en moins de 18 mois, la jolie somme de 2,4 millions d’euros.

            Répondre à ce message

            • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 28 décembre 2014 à 20:17, par Boursicoteur

              "Petite" correction car ça fait pas le compte. Il faut ajouter que pour 2012, en tant qu’associé gérant, il a gagné 990 817 €. Et ce seulement en quatre mois et demi. Tout ça fait bien pour 2011 et 4 mois de 2012, 2,4 millions d’euros en 18 mois. Avec de telles rémunérations, il peut facilement accepter de travailler quelques dimanches par an

              Répondre à ce message

              • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 28 décembre 2014 à 23:18, par Laloi

                Et pendant ce temps, l’ancien maire PS Salvador croit encore à l’action de son ami Hollande.

                Répondre à ce message

              • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 29 décembre 2014 à 19:53, par Et c’est pas fini !

                Le Premier ministre Manuel Valls a averti lundi les Français que les sacrifices pour redresser le pays devront continuer pendant des années : "Nous devons faire des efforts pendant des années pour que la France soit plus forte, pour que ses entreprises soient plus compétitives et pour que son secteur public soit plus efficace, avec moins de coûts et moins d’impôts", explique-t-il dans une longue interview. Il ajoute même : "Mais l’effort pour parvenir à un État plus efficace, plus stratégique, mais avec moins de coûts, devra continuer. Si d’ici deux ou trois ans nous avons plus de croissance et nous cessons nos efforts pour réduire la dépense publique, nous perdrons ce que nous aurons acquis." Autrement dit, le changement c’est pas pour demain et les sacrifices ne sont pas que pour aujourd’hui. Franchement pourquoi faudrait-il encore voter pour des socialistes qui ne nous donnent que comme seule perspective l’austérité perpétuelle et des sacrifices permanents ?

                Répondre à ce message

                • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 30 décembre 2014 à 17:31, par Et c’est toujours pareil !

                  Avant, avec Sarkozy, on avait les sans-abris et toujours un manque cruel de capacités d’accueil : On avait aussi les demandeurs de logements avec une absence de construction de logements sociaux ; On avait les chômeurs, toujours plus nombreux, notamment les jeunes et les seniors sans véritable solution ; on avait les attaques pour remettre en cause le droit à la retraite à 60 ans ; On avait la précarité qui s’étendait de jour en jour ; On avait un pouvoir d’achat qui s’amenuisait chaque année... Et puis, enfin le changement est venu ! Hollande et ses premiers ministres successifs sont arrivés et ont pris avec détermination les choses en main. Et c’est toujours pareil !

                  Répondre à ce message

              • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 2 janvier 2015 à 09:34, par Joseph

                Emmanuel Macron, énarque et ancien banquier d’affaires chez Rothschild, s’attaque aussi aux petites retraites. A partir d’aujourd’hui les retraités, même non imposables, verront leur contribution à la CSG passer de 3,8% à 6,6%. Faudra pas s’étonner que la gauche perde les élections.

                Répondre à ce message

          • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 1er janvier 2015 à 10:45, par haha

            macron est est un type de droite !
            Hollande aussi, et walls un petit facho !
            Aucune confiance à ces socialistes libéraux.
            Le PS est un parti de droite.
            Avec eux ce sera le dimanche au boulot pour la semaine au chomage.
            ce que l’on dépense le dimanche on ne le dépense pas les autres jours de la semaine !

            Répondre à ce message

            • haha est un âne apolitique ! Le 4 janvier 2015 à 06:40, par Lutte de classe

              Valls et Macron ne font pas une politique de gauche mais dénonçons les sur des bases de classe pas sur des remugles pro FN .

              Répondre à ce message

              • Eviter les amalgames et ne pas se tromper de combat Le 4 janvier 2015 à 12:02, par Patrick

                Il est simpliste de généraliser en faisant des amalgames entre ceux qui critiquent la politique Hollande/Valls et le fn. La quasi-totalité des messages qui appellent à s’opposer à la politique menée par ce gouvernement ne ressemblent en rien à ce que vous notez comme étant des "remugles pro fn", vous faites là une assimilation abusive à des fins polémiques. C’est à force de refuser d’entendre la déception de l’électorat de la gauche en continuant d’appliquer une politique dévastatrice pour le pays que le fn se renforce. Il existe un moyen de combattre le fn efficacement, c’est de changer de politique en cessant de s’enfoncer dans la crise pour redonner un espoir à l’avenir. Pour l’immédiat, ce n’est pas le choix fait par François Hollande qui "joue" avec le fn, comme d’autres l’ont fait avant lui, en espérant que cela favorisera sa réélection en 2017.

                Répondre à ce message

            • Remise en cause du repos dominical : c’est NON ! Le 4 janvier 2015 à 19:05, par Écolo

              Cécile Duflot appelle à "mettre en échec" le projet de loi Macron. "Non, la loi Macron n’est pas moderne. Elle est même d’un certain point de vue un grand bond en arrière"... écrit-elle dans le Journal Du Dimanche.

              Répondre à ce message

              • Prenons l’exemple de Cécile Dufflot,elle fait partie de ses écolos qui vont à la soupe, c’est un classique de l’EELV, ils retournent leur veste, ils vont la retourner et ils recommenceront dans l’autre sens.

                Et si on parlait de l’unité de la gauche de la gauche .Avec qui faire alliance et sur quel programme ? Mélenchon fait des reproches au PCF sur ses alliances passées aux municipales avec le PS , il avait raison et le NPA dit que le Front de Gauche est le Flanc de Gauche de la bourgeoisie , il n’a pas tord non plus . Il ne suffit pas d’être anti Macron il faut une ligne de gauche alternative de classe qui combatte la montée du FN , certes il faut dénoncer mais surtout proposer .

                Répondre à ce message