Intervention de Pascal Beaudet le 15 février 2014

Une rue Mouloud Aounit, à Aubervilliers

lundi 17 février 2014

C’est une fierté pour le groupe communiste et citoyen, les compagnons de route de Mouloud, et pour Aubervilliers qu’un de ses enfants marque par son identité, pour le futur et pour des générations d’habitants, le lieu où ils se retrouvent, où ils vivent et où ils protègent les leurs, car une adresse c’est bien tout cela et bien au delà de la destination d’un courrier.

Une rue Mouloud Aounit est un acte de reconnaissance de son action contre le racisme et toutes les formes de discriminations, ses combats aux côtés des plus démunis, pour le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers, et pour l’égalité en droits et en politique.

Notre ville compte depuis le 17 octobre 2013 une maison de l’emploi "Espace Mouloud Aounit" au 62, avenue de la République, c’est inédit pour un équipement relevant de la communauté d’agglomération Plaine Commune. Par ce geste, son président Patrick Braouezec, qui connaissait bien Mouloud, a voulu, avec le conseil municipal, honorer un de ceux qui agissaient pour l’emploi des jeunes, pour l’insertion sociale et professionnelle pour tous, dans un territoire où il y a tant de besoins.

La voix de Mouloud va manquer dans les luttes contre le rejet de l’autre, la peur de l’immigré, les discours homophobes et islamophobes. A la tête du MRAP, il n’a cessé de dénoncer et de condamner les actes et les idées les plus abjectes qui retrouvent, aujourd’hui une santé grâce à ceux qui courent derrière les voix de l’extrême droite.

Constructif pour une politique du courage et une vigilance sans faille contre les reniements, condamnant la loi sur les bienfaits de la colonisation, militant pour la reconnaissance de la répression de la manifestation du 17 octobre 1961, comme crime d’État, il était au rendez-vous, chaque année pour honorer la mémoire des algériens tués ce jour-là. Nous nous retrouvions à la passerelle de la Fraternité devant la stèle inaugurée, par Jack Ralite, maire d’Aubervilliers, l’une des premières, en France.

Militant infatigable pour la justice et pour le droit du peuple palestinien à la liberté et à la reconnaissance d’un état souverain, il s’y est rendu à maintes reprises avec un autre camarade aujourd’hui disparu et dont il était proche, notre ami Fernand Tuil. Il était de toutes les manifestations, et de tous les débats, pour alerter les consciences et mobiliser autour de cette cause juste, parfois au péril de sa propre sécurité.

Mouloud a, par cette inauguration pris place pour la postérité, parmi les siens.
Pour ne pas oublier et ne pas renoncer aux valeurs de fraternité et aux traditions d’accueil d’Aubervilliers.

Pascal Beaudet Président du groupe communiste et citoyen