Il y a 77 ans, Sétif, Guelma et Kherrata

lundi 9 mai 2022

Il y a 77 ans, alors que les peuples d’Europe saluaient la capitulation du Reich nazi, s’est déroulé en Algérie, dans le département de Constantine, un ignoble massacre colonial.

Celui-ci dura sept semaines.

A Sétif, Guelma et Kherrata, en réponse aux manifestations affirmant la revendication d’indépendance, la répression sanglante est terrible. Elle est l’œuvre de militaires, de policiers et de civils miliciens. La Légion étrangère est en première ligne.

On estime aujourd’hui à 20/30 000 le nombre des victimes algériennes (il y a parmi les européens 102 morts).

Ce massacre, par-delà son horreur, marque un point de non-retour : c’est une étape marquante d’un processus qui mènera à la guerre de libération.

Longtemps mal connus et occultés, les massacres du Constantinois représentent l’un des pires visages du colonialisme et Aubervilliers s’est honorée d’avoir inscrit, dans son agenda mémoriel, la commémoration de cet immense crime.

Mme Franclet, maire de droite d’Aubervilliers, a décidé de ne plus parler de ces événements. Comme elle l’a fait à propos des assassinats du 21 octobre 1961, elle entend effacer de la mémoire d’Aubervilliers ces crimes de la colonisation.

Le Parti communiste français, quant à lui, honore la mémoire des victimes du colonialisme.

Répondre à cet article