La mobilisation pour une rénovation urbaine concertée et réussie prend de l’ampleur

vendredi 29 octobre 2021

Malgré l’horaire compliqué de fin d’après-midi, des délégations des cités Emile Dubois, Maladrerie et La Villette se sont réunies le jeudi 28 octobre 2021 devant le siège de l’OPH d’Aubervilliers.

Plus de cent personnes étaient présentes.

Merci à Marc Pataut pour cette photo.
cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Autour de banderoles et de pancartes proclamant le refus d’une rénovation destructrice et exigeant que soit engagée une concertation approfondie, elles ont exprimé leurs revendications et longuement conspué la maire d’Aubervilliers (qui est aussi présidente de l’OPH) pour son refus de concertation .

Cette mobilisation importante est la deuxième réalisée et se poursuivra au travers d’autres initiatives.

Chaque lundi le collectif réunissant les associations des trois cités fait le point de la mobilisation et prépare les initiatives.

La signature d’une pétition se poursuit à La Maladrerie et des expressions communes aux trois cités ont été produites au cours de la préparation de la mobilisation.

L’unité des quartiers dans l’action a été plébiscitée lors du rassemblement. Cette orientation guidera les prochaines semaines. C’est la clé d’une mobilisation grandissante et qui deviendra incontournable.

32 Messages

  • "longuement conspué la maire" C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire. C’est tout le problème d’une (juste) mobilisation noyautée par le PCF, alors qu’elle devrait être neutre politiquement.

    Répondre à ce message

    • Petit esprit Le 30 octobre à 11:27, par Aubade

      La Maire a été conspuée en raison de son refus de recevoir les associations. Elle n’a eu que ce qu’elle mérite.

      Quant à la « neutralité » et au noyautage du PCF, bravo pour l’analyse.

      Répondre à ce message

  • Félicitations nécessaires Le 30 octobre à 11:30, par Sérénade

    Oui, je pense que la maire aurait dû être applaudie pour son sens aigu du dialogue et de la construction partagée.

    Répondre à ce message

    • Photo Le 3 novembre à 07:23, par Clic

      Serait-il possible de faire connaître la très belle photo que Marc Pataut a réalisé du rassemblement ?

      Répondre à ce message

      • Photo Le 3 novembre à 08:01, par le maître toilier

        Cette photo illustre l’article sur le rassembement devant l’OPH. Il est possible de la partager comme vous le souhaiter en précisant son auteur.

        Répondre à ce message

  • Enfumage Le 31 octobre à 08:39, par Clio

    Dans son édition du 29 octobre, Le Parisien, rendant compte du rassemblement, écrit que la direction de l’OPH lui a indiqué que la note préparatoire au conseil d’administration ne présentait que des pistes "à titre d’information" et que le but "c’était que des débats puissent se faire car c’est le jeu de la démocratie".

    On croit rêver, aucun débat n’a été engagé et les structures de concertation pourtant prévues dans la loi en cas de renouvellement urbain n’ont même pas été esquissées. Quant à la réunion publique réclamée par les associations...

    Ainsi va la démocratie à la sauce Franclet.

    Répondre à ce message

    • Enfumage Le 31 octobre à 10:56

      Comme l’écrit son président dans LE TRAIT D’UNION de Septembre (c’est le bulletin des Adminsitrateurs CNL de l’OPH d’Aubervilliers), l’ancienne direction de l’OPH refusait de recevoir la CNL sur, notamment, le sujet de la régularisation des charges.
      C’était la démocratie à la sauce Daguet, dont l’écharpe rouge est aujourd’hui au premier rang de la mobilisation.

      Répondre à ce message

      • Sauvetage Le 31 octobre à 12:21, par Clio

        Cessez de ressasser vos rancœurs et dites si vous considérez que Mme Franclet est un exemple de démocratie ?
        Je me félicite pour ma part de la contribution d’Anthony Daguet à la lutte engagée.

        Répondre à ce message

        • Sauvetage Le 1er novembre à 10:22

          Rancoeurs ? Non, mémoire !
          Et sinon la réponse à votre question est dans l’éditorial de Mr Marc Hurel (Trait d’Union de Septembre) que vous trouverez en ligne (site de la CNL 93).

          Répondre à ce message

          • Mémoire Le 1er novembre à 15:43, par Clio

            S’agissant de M. Ruer, depuis très longtemps président de la CNL, je m’étonne de ne pas le voir du tout dans les mobilisations en cours.

            Répondre à ce message

            • Mémoire Le 1er novembre à 21:03, par La muse

              Pour information, lors du conseil d’administration auquel Clio fait allusion et qui portait sur l’augmentation des loyers, les administrateurs de la CNL ont été les seuls à voter contre, les autres administrateurs, y compris les encartés PCF, s’étant au mieux abstenu !

              Ceux-ci (les administrateurs CNL) ont au passage pointé le fait que la direction de l’Office a calculé son augmentation par rapport 3ème trimestre 2020 alors que selon les textes, c’est le second trimestre qui doit être retenu. Et ce dernier est deux fois plus avantageux pour les locataires. Les "bonnes habitudes" de la direction de l’OPH ne sont pas complètement perdues !

              Alors présence de Marc Ruer ou pas, les dossiers sont suivis. C’est d’ailleurs comme ça que la CNL a obtenu le remboursement de 3 millions de charges prélevées à tort en 2018 et 2019 sur les locataires du fait du non respect par l’Office des clés de répartition des charges sous la précédente mandature.

              Clio gagnerait à pointer correctement les responsabilités des uns et des autres. Mais c’est peut-être beaucoup demander à Clio.

              Répondre à ce message

              • Mémoire Le 2 novembre à 08:51, par vérité

                Muse(lé ?), militant pro CNL devra refaire les compte un jour ou l’autre.
                En négociant dans le dos de tous le monde, pour une "économie", il se rendra compte (s’il daigne ouvir les yeux un jour) que cette économie, ce sont les locataires qui vont la payer de toute façon. En ne récupérant pas l’argent dépensé des charges, notamment de personnel, ce ser apris sur l’argent des loyers qui sont censés payés les rénovations et le stravaux.

                En clair, dans une réflexion misérabiliste, les gens paieront moins pour vivre dans des bâtiments encore plus dégradés.... juqu’à leur démolition.

                Car la droite ne fais pas de cadeau. ENcore moins pour les beaux yeux de Ruer ou consorts. Elle attends que le patrimoine soit si pourri, qu’il n’y ait plus de protestation à leur démomition.

                La réalité de cet accord, c’est l’accompagnement de la déstruction du logement social à Aubervilliers.
                Chacun jugera.

                Répondre à ce message

                • Vérité, vérité quand tu nous tiens…. Le 2 novembre à 10:23, par militant

                  Vérité gagnerait en crédibilité s’il lisait le décret 87-713 du 26 août 1987.

                  Répondre à ce message

                • Mémoire Le 2 novembre à 19:06, par Muse

                  Si j’ai bien compris, Clio estime que le non respect des textes qui conduit à une arnaque des locataires qui paient des charges indues est justifié. Peut on reprocher à la CNL de l’avoir dénoncé et obtenu un remboursement de 3 millions sur les trop perçus par l’OPH. Faut-il mentir aux locataires ?

                  On ne donnera pas des idées de jeu de mots débiles à Clio, qui a écrit Muse(lé) qui correspond sans doute à ce qu’il souhaite, parce qu’avec Clio, on peut en faire d’autres !

                  Répondre à ce message

              • Vérité ? Le 2 novembre à 10:03, par Clio

                Je crois bien qu’à chaque vote du budget la question de l’évolution des loyers est examinée. Je crois aussi que l’OPH ayant conclu un accord d’assistance financière il est contraint d’appliquer les augmlentations découlant de l’évolution des prix constatée par l’INSSE. Si ces augmentations ne sont pas appliquées l’assistance financière cesse.

                Le vote contre est donc un pur vote de posture et l’attaque contre le PCF un acte plutôt minable.

                Répondre à ce message

                • Parano Le 2 novembre à 10:28, par militant

                  Quel lien entre voter contre les augmentations de loyer et attaquer le PCF ?

                  Répondre à ce message

                • La CGLLS vient en aide aux organismes que leur gestion à mis en difficulté financière. En contrepartie de l’aide financière accordée, les loyers des locataires subissent une augmentation supplémentaire à celle de l’IRL. Conclusion, c’est la double peine pour les locataires de l’OPH Aubervilliers, qui subissent quotidiennement les conséquences de la mauvaise gestion de l’Office et payent plus cher leur loyer à cause de cette mauvaise gestion. Mais cela, seuls les locataires peuvent s’en rendre compte.
                  Le vote contre est donc un vote de défense des locataires, seul vote qu’ils attendent des administrateurs qu’ils ont élus (les représentants des locataires ont été élus au CA à la différence de tous les autres qui ont été désignés).

                  Répondre à ce message

                  • Demande de précisions Le 5 novembre à 17:48, par Jacques

                    1 - Peut-on savoir quel a été le vote des représentants des locataires non CNL ?

                    2 - Quelles auraient été les conséquences d’un vote contre majoritaire ? Les aides de la CGLLS auraient elles été supprimées ?

                    3 - Si oui quelles conséquences pour les locataires ?

                    Répondre à ce message

                  • Loyers à l’OPH : faudrait-il voter pour l’augmentation des loyers simplement pour masquer l’incurie des gestionnaires de l’office ? Et poursuivre la fuite en avant ?

                    Répondre à ce message

                    • Augmentation des loyers : la CNL a voté contre, les autres représentants des locataires se sont abstenus. C’est sans doute la première fois que tous les représentants des locataires ne votent pas à l’unanimité sur une question de cette nature. Certains ont peut être cédé au chantage de la présidence expliquant que si les loyers n’augmentent pas, l’office n’aura pas assez de fonds propres pour financer sa part de travaux dans le cadre des accords avec la CGLS. En même temps, ils font le choix de cautionner la mauvaise gestion de l’office. Par exemple le problème des factures d’eau qui laisse un lourd passif, le fait que l’office ait recouru à un prestataire privé pour faire le calcul des charges avec les erreurs et le retard qu’on a constaté sur les charges 2017 et 2018, le fait que l’office ait été obligé de rembourser des charges payées indûment par les locataires et dont la CNL a obtenu le remboursement. Rappelons qu’à Aubervilliers, les loyers sont au taquet ce qui n’est pas le cas dans de nombreux offices. Vu la qualité du service rendu l’incurie de l’ancienne direction de l’office, il est surprenant que des représentants de locataires et certaines personnalités qualifiées en s’abstenant ne souhaitent pas marquer le coup !

                      Répondre à ce message

                      • Une réponse qui soulève quelques questions Le 11 novembre à 11:14, par Jacques

                        Une réponse, certes anonyme, arrive donc enfin à propos du vote de la CNL au CA de l’OPH.

                        Il est désormais clair que seule la CNL a voté contre les augmentations de loyer et que ce vote, s’il avait été majoritaire, aurait eu de graves conséquences pour l’OPH.

                        L’essentiel de la motivation du vote de la CNL est fondé sur une critique de la gestion passée de l’Office, c’est-à-dire de la gestion Finel, ce que l’on peut comprendre.

                        La CNL a donc décidé de "marquer le coup".

                        Elle s’est trouvée isolée et ça n’est pas très porteur d’avenir.

                        Répondre à ce message

                        • Une réponse qui soulève quelques questions Le 11 novembre à 16:54, par Mémoire

                          Mon cher Jacques je vous conseille de manger du poisson c’est très bon pour la mémoire !
                          Pour info entre Monsieur Finel & Monsieur Paturet, l’actuel directeur général de l’OPH, il y a eu Monsieur Laurent.

                          Répondre à ce message

                          • Poison Le 11 novembre à 21:43, par Jacques

                            Le courageux anonyme a du talent : il sait très bien que l’époque Finel fut un désastre pour l’OPH et que la reprise en mains fut très difficile.

                            Mais il préfère finasser et ne rien dire des conséquences qu’un vote hostile aurait provoquées.

                            Dans le genre « je botte en touche » c’est assez réussi.

                            Répondre à ce message

                            • Poison Le 11 novembre à 23:06, par Jacoco

                              Vous suggérez mon cher Jacques qu’il aurait fallu que l’OPH poursuive sa gestion erratique, n’applique pas les textes et arnaque les locataires ?

                              Répondre à ce message

                            • Belle conscience de classe ! Le 14 novembre à 15:54

                              Jacques qui dit que l’on doit accepter la sur-augmentation liée à la CGLLS doit se réjouir des accords de compétitivité qui demandent à des salariés d’accepter de baisses de salaires contre la sauvegarde des emplois.

                              Répondre à ce message

  • Exos de presse Le 2 novembre à 11:40, par Clio

    Après Le Parisien qui a publié un papier sur le rassemblement dans son édition de samedi, c’est au tour de L’Humanité de ce lundi de parler de la lutte engagée.

    Répondre à ce message

  • Voici le lien vers le très intéressant article de l’Huma sur le logement social à Aubervilliers

    Répondre à ce message

  • Ça va chauffer ! Le 3 novembre à 21:48, par Albert

    L’action sur le dossier de la rénovation urbaine va se développer dans les prochains jours.
    Le collectif réuni le 1er novembre a pris des décisions en ce sens. Nous vous les ferons connaître.

    Répondre à ce message

  • Trou de mémoire Le 5 novembre à 13:23, par Léna

    Je viens de retrouver une expression de K Franclet durant la campagne des départementales.

    Dans un encadré intitulé : "Mentir et faire peur : la grande spécialité de la Gauche !", elle écrit : "Non je ne souhaite pas vendre nos logements sociaux au secteur privé" et ajoute "Devant vous, j’en prends l’engagement".

    Comme quoi on peut la croire sur parole et lui faire une grande confiance.

    Répondre à ce message

    • Trou de mémoire Le 5 novembre à 13:47, par Lénina

      Les promesses n’engagent que ceux qui y croient...
      Staline promettait le paradis sur terre, et il a flingué à tout va, chère Ména.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article