La Maladrerie entre en Résistance

dimanche 3 octobre 2021

La salle du Bassin de la Maladrerie débordait de monde hier soir, vendredi 1er octobre. L’assemblée convoquée par les associations du quartier avait à son ordre du jour le dossier de la rénovation de la Cité. Elle faisait suite à une entrevue avec le responsable municipal de la rénovation urbaine, entrevue à laquelle la maire avait refusé de participer. Cette entrevue s’était révélée très décevante : rien d’important n’y avait été dit et le sentiment de la délégation était que l’on cachait des choses.

La réunion le 28 octobre du conseil d’administration de l’OPH avait cependant permis d’obtenir quelques éléments d’information sur les intentions municipales à propos des opérations envisagées de renouvellement urbain.
Malgré les éléments insuffisants recueillis, le dossier a pu être présenté au travers d’un diaporama préparé par Jardins à tous les étages. Ce travail, de grande qualité et particulièrement pédagogique, a permis de mettre en lumière les enjeux du dossier et de révéler les intentions poursuivies qui visent à une liquidation de fait du quartier.
Celui-ci serait menacé d’un découpage spatial construit sur la destruction des circulations internes de la cité, de la destruction de plusieurs pavillons, de la vente (sous des formes diverses) de près de la moitié des logements est proposée…
Ces perspectives ont conduit l’assemblée à décider une entrée en action efficace et rapide. Un collectif d’organisation de la bataille se mettra en place en tout début de semaine prochaine.
Nous reviendrons alors plus en détail sur le dossier.

29 Messages

  • La Maladrerie entre en Résistance Le 4 octobre à 13:39, par maningard

    La Maladrerie entre en Résistance

    Et Résistance avec un R majuscule pour bien faire la rapprochement avec les heures les plus sombres de notre Histoire (avec un H majuscule)

    Pouvez-vous (en toute discrétion) nous donner un point de ralliement dans le dédale des HLM de la Mala où il est possible d’apporter du ravitaillement à nos nobles Résistants (avec un R majuscule)

    Répondre à ce message

  • La Maladrerie entre en Résistance Le 4 octobre à 17:42

    Ce qui frappe dans ce dossier de la Mala, c’est à quel point il faut arracher l’information. Une rénovation dans le cadre de l’ANRU est censée recueillir l’avis des habitants concernés : il est question de "co-contruction", c’est une obligation de la loi. Donc la description du projet plus ou moins retoqué depuis 2018 devrait être dans toutes les boites à lettres pour que chacun l’étudie et donne son avis.
    Nous en sommes loin. Et en même temps il y a urgence, mais l’urgence ne devrait pas être le prétexte à s’affranchir de la loi.

    Répondre à ce message

  • La Maladrerie entre en Résistance Le 5 octobre à 10:12

    Mr Narritsens pourriez-vous être plus précis ? Découpage spatial, c’est-à-dire ? Destruction de plusieurs pavillons. Combien, lesquels, pourquoi ? Vente de près de la moitié des logements. Combien ? Lesquels ? Sous des formes diverses. C’est-à-dire ?

    Répondre à ce message

    • Compléments Le 5 octobre à 14:37, par André Narritsens

      Je ne suis pas l’auteur du papier sur La Maladrerie, mais puisque des infos sont demandées sous mon nom voici celles dont je dispose (source Note CA de l’OPH) :
      - vente en bloc à un organisme HLM d’environ 300 logements ;
      - cession à des particuliers de 63 logements ;
      - destruction de pavillons (3 à 7)
      - traitement des pieds d’immeubles et du fonctinnement résidentiel, en clair résidentialisation (découpage de l’espace), c’est-à-dire destruction du caractère ouvert de la Cité.
      Et tout cela sans aucune concertation.

      Répondre à ce message

      • Compléments Le 5 octobre à 17:00, par grapus

        Monsieur Narritsens s’élève contre le fait qu’il serait prévu de résidentialisé les appartements de la Maladreirie et regrette qu’on porte attiente ainsi au caractère ouvert de la cité.

        Monsieur Narritsens habite la cité de la Maladreir mais pas avec les manants, avec les locataires mais lui dans le secteur des propriétaires.
        Et qu’ont fait les propriétaires, dont monsieur Narritsens, il y a bien des années de cela ?

        Ils ont mis fin au caractère ouvert et ont résidentialisé leur espace pour ne plus être embêtés par les manants.

        Faites ce que je dis mais moi je m’arrange avec mes intérêts, telle est la morale de cette histoire.

        Répondre à ce message

        • Compléments Le 5 octobre à 20:07

          La residentialisation n’a pas de sens à la Maladrerie, sauf rue du long sentier, où elle pourrait se faire sur le modèle, justement, de la co propriété de la rue Jules Guesde, pour la plus grande satisfaction de ses habitants.

          Répondre à ce message

        • Lamentable Le 6 octobre à 06:08, par André Narritsens

          Le mal nommé Grapus, se complaît dans la calomnie et me porte une insupportable attaque.
          Lorsque la question de la clôture de la copro où j’habite fut posée,il y eut un débat et un vote.
          Je dis alors mon désaccord avec le projet mais fus minoritaire.
          Ceci dit, la situation très circonscrite de la copro (51 logements) n’emportait pas de grande conséquence.
          Un dernier mot : le dénommé Grapus devrait tomber le masque, remiser sa plume méchante et, s’il s’en sert, surveiller son orthographe.

          Répondre à ce message

  • La Maladrerie entre en Résistance Le 6 octobre à 21:20

    Aux dernières nouvelles, la CNL semble avoir trouvé en la maire une interlocutrice attentive et positive. Je vais finir par croire que le courant ne passe vraiment pas avec les partisans de l’ancienne majorité. Ce qui peut être problématique sur d’autres dossiers.

    Répondre à ce message

    • La Maladrerie entre en Résistance Le 7 octobre à 09:01

      Il y a deux options : la "bataille", drapeau rouge au vent, ou la négociation. La CNL a choisi la négociation (sur les arriérés de charges à l’OPH), négociation impossible avec l’ancienne direction. Et s’en rejouit. Et nous aussi.

      Répondre à ce message

    • La Maladrerie entre en Résistance Le 7 octobre à 15:56, par Antoinette

      Quoi que l’on pense de l’ancienne majorité municipale et de ses méthodes, force est de constater que sur ce dossier de rénovation urbaine on est vraiment sur des choix politiques libéraux à des années lumières de ce que porte la CNL, tout au moins sur le plan national et régional.

      "Interlocutrice attentive et positive" ça veut dire quoi ?

      La CNL d’Aubervilliers approuverait elle la vente de logements sociaux car il y aurait en face d’elle une "interlocutrice positive et attentive" ?

      Ce serait bien le seul endroit en France où la CNL l’accepterait !

      Il est peut être temps maintenant de dépasser les rancoeurs contre tels ou telles élu(e)s de l’ancienne mandature et que chacuns, politiques, associatifs, ou autres se mettent en ordre de bataille.

      Plus d’un an aprés son élection la Maire, dorénavant, se dévoile telle qu’elle est : une femme de droite, qui se sert de l’ANRU pour appliquer un programme de droite, à La Villette comme à La Maladrerie d’ailleurs.

      Il est temps maintenant que chacun prenne ses responsabilités.

      Répondre à ce message

      • La Maladrerie entre en Résistance Le 7 octobre à 16:54

        Il n’est pas question de l’ANRU mais des charges. Négociations impossibles avec l’ancienne direction, fit la CNL mais qui ont abouti avec la nouvelle. Et oui la CNL est contre la vente des logements sociaux.

        Répondre à ce message

        • La Maladrerie entre en Résistance Le 8 octobre à 09:23, par Antoinette

          Bien sur que la CNL est contre la vente de logements sociaux. Mais le texte parlait de la rénovation urbaine, pas des charges.

          Répondre à ce message

          • La Maladrerie entre en Résistance Le 8 octobre à 09:52, par COMPÉTENCE ?

            Extrait de l’édito du Trait d’Union, bulletin d’information des administrateurs CNL de l’OPH d’Aubervilliers (sept. 2021) :
            "... nous contestions les montants exorbitants réclamés aux locataires, la mauvaise gestion de l’équilibre des acomptes au regard des dépenses et la récupération illégale du coût du personnel. N’AYANT PAS ÉTÉ ÉCOUTÉS PAR L’ANCIENNE DIRECTION, QUI REFUSAIT DE RECEVOIR LA CNL, nous étions prêt à saisir la juridiction compétente pour faire valoir les droits des locataires.
            Suite aux élections municipales, nous avons immédiatement engagé les négociations avec la nouvelle Maire qui nous a reçus et pris l’engagement de revoir le dossier. Nous avons été entendus et des réunions de travail ont été mises en place. La CNL a refait les comptes de toutes les charges de 2018 et 2019.
            Nous avons rendu notre travail, rencontré à nouveau Madame la Maire Karine FRanclet ainsi que le nouveau directeur Monsieur Paturet avec lequel nous sommes parvenus à un accord.
            Le coût du personnel sera récupéré conformémént à la loi et nous avons obtenu une réduction de plus de 3 millions d’euros our les locataires".

            Répondre à ce message

            • De quoi est-il question ? Le 8 octobre à 20:59, par Ambroise

              Soyez clairs. Qu’à négocié la CNL ?
              Une réduction de quoi ?
              Si c’est des ressources de l’OPH, quelles conséquences ?

              Répondre à ce message

              • Qu’en est il ? Le 9 octobre à 21:10, par Ambroise

                Je persiste : qu’à négocié la CNL ?

                Répondre à ce message

                • Qu’en est il ? Le 10 octobre à 10:20, par Margaux, du manège enchanté !

                  Si comme moi vous habitiez dans un HLM et vous intéressiez à la répartitions des charges locatives, il ne vous aura pas échappé un "petit" dysfonctionnement en 2017. Il n’est pour le constater qu’a reprendre les explications fournies dans "Le trait d’union" bulletin d’information des administrateurs CNL de l’OPH d’Aubervilliers" de novembre 2020.
                  Mais pour plus d’informations, je vous conseille de faire comme moi, il suffit d’aller poser vos questions directement au local de la CNL.

                  Répondre à ce message

                  • Dégagement en touche. Le 10 octobre à 12:12, par Ambroise

                    Pourquoi la CNL n’écrit elle rien ?
                    La diplomatie secrète est une maladie grave.

                    Répondre à ce message

                    • Dégagement en touche. Le 10 octobre à 18:42

                      Pourquoi la CNL n’écrit rien ? Vous ne savez pas lire ou quoi ?
                      Si vous étiez en hlm vous auriez reçu dans votre boîte aux lettres le dernier bulletin
                      de la CNL où tout est parfaitement expliqué : 3 millions d’euros en moins sur la régularisation des charges de 2018/2019 qui va nous tomber dessus le mois prochain.

                      Répondre à ce message

                      • Complément Le 10 octobre à 21:32, par Ambroise

                        Je n’ai pas vu ce bulletin. Pouvez-vous me le faire connaître ?

                        Répondre à ce message

                        • Complément Le 11 octobre à 11:19, par Zebulon du Manège enchanté

                          Si vous habitez dans le patrimoine de l’Office, comme tous les locataires de l’Oph d’Aubervilliers, vous avez ou allez trouver le bulletin dans votre boite aux lettres.

                          Répondre à ce message

                        • Complément Le 11 octobre à 17:27

                          Allez sur le site de la CNL 93, vous trouverez des informations intéressantes.
                          Bonne lecture !!!

                          Répondre à ce message

                          • Informations ? Le 12 octobre à 08:57, par Ambroise

                            J’ai suivi le conseil et suis allé sur le site de la CNL. J’ai lu très attentivement ce qui était écrit et j’avoue n’avoir pas compris grand chose sauf que M. Paturet qui vient d’attaquer la Régie de quartier en supprimant le marché de nettoyage de la Maladrerie a été un négociateur attentif, soucieux des locataires. Comme il l’avait été à Metz Habitat d’ailleurs...
                            Quant à Mme Franclet...

                            Répondre à ce message

                            • Informations ? Le 12 octobre à 10:31, par Zébulon

                              Il est vrai que l’ancienne gouvernance de l’OPH était très attentive au porte-monnaie des locataires...

                              Répondre à ce message

                            • Informations ? Le 12 octobre à 17:50

                              Si vous avez lu le bulletin (4 pages) de la la CNL de septembre et que vous n’avez pas compris grand chose, c’est que vous n’êtes pas très concerné par la régularisation des charges et la douloureuse qui va tomber sur les quittances très bientôt. C’est pas grave, ne changez rien.

                              Répondre à ce message

                              • Comprendre Le 12 octobre à 21:40, par Socrate

                                Loin des invectives et des règlements de compte, je voudrai dire :
                                1 que la CNL n’est pas claire dans ce qu’elle dit ;
                                2 qu’il y a problème à entendre que la maire et le directeur de l’OPH sont attentifs aux locataires alors qu’ils viennent d’attaquer la Régie de quartier en provoquant le licenciement de 12 femmes en situation très précaires.
                                3 qu’ils justifient leur attaque au motif que la nouvelle société de nettoyage est moins chère que la Régie et que c’est bon pour le porte-monnaie des locataires ... Ils ne disent pas que l’action d’insertion est abandonnée...
                                4 dans le même temps Mme F et M P préparent une attaque en règle contre la Mala.

                                Comment leur faire confiance ?

                                Répondre à ce message

                                • Comprendre Le 12 octobre à 22:58

                                  On vous parle régularisation des charges (une épée de Damoclès au-dessus de la tête de beaucoup de locataires) vous répondez régie de quartier. Dans le premier cas c’est la responsabilité de la direction précédente que vous vous voulez oublier, dans le second cas c’est celle de la direction actuelle que vous préférez attaquer.

                                  Répondre à ce message

                                • Comprendre Le 13 octobre à 12:22, par Ne mélangeons pas tout !

                                  Les charges en 2017 avaient explosé sur plusieurs postes, par exemple sur les salaires + 123 %.
                                  Le coût moyen : entreprises et personnel de l’office pour assumer les tâches ne devrait pas dépasser 5,19 € /m² comme l’indique l’observatoire de l’USH et c’est ce qui se constate chez d’autres bailleurs à Aubervilliers ou dans d’autres villes.
                                  La CNL a constaté que les locataires de l’OPH d’Aubervilliers payaient parfois le double, exemple : Manigard 8,47 € /m² - 39, rue de Presles 9,38 €/m²- Mandela 10,27 €/m²- Maladrerie 11,84 € /m². Malgré les alertes et interventions de la CNL cela ne semblait pas déranger les dirigeants de l’OPH ainsi que les membres du CA.
                                  Un accord a été trouvé ramenant ces postes à leur juste valeur et en conformité avec le décret qui régit ce qui doit être récupérable sur les charges locatives.

                                  Répondre à ce message

                                • Comprendre Le 13 octobre à 22:21, par Faire payer aux pauvres pour les plus pauvres

                                  Ça veut dire que c’est aux locataires de payer l’insertion ? Et que leur loyer devrait être grevé par cette mission qui incombe à d’autres, notamment le département. Curieuse façon de voir les choses.

                                  Répondre à ce message

                                  • Facile Le 14 octobre à 08:07, par Ambroise

                                    Sur les charges c’est toujours aussi peu clair. Y aurait-il un barème ?
                                    Et que recouvrent ces charges ? Pourquoi des différences d’une cité à l’autre ?

                                    Sur l’insertion, le marché avec la Régie permettait d’assurer des prestations de qualité. La nouvelle société privée n’emploiera que 8.5 salariés contre 12 à la Régie. Ça ne sera plus la même prestation.
                                    Les locataires jugeront à l’usage. 
                                    Mais si je comprends bien on peut aimer le dumping social.

                                    Répondre à ce message

Répondre à cet article