Ensemble pour que vive Collective !

mardi 31 août 2021

C’est avec stupéfaction que nous avons appris que la municipalité d’Aubervilliers a décidé, sans concertation, sans projet et sans délai, de rompre son soutien au café culturel Collective. Principal partenaire, la décision de la Ville entraîne, de fait, sa fermeture précipitée dans les prochaines semaines.

En plein cœur du centre-ville, ce lieu inédit et précieux dédié au partage, à la culture, à l’art, à la pensée, et au débat avait pris une place importante dans notre ville populaire où une politique culturelle, innovante et émancipatrice était mise en place pour assurer la transformation de l’espace public et l’accompagnement des mutations urbaines de notre territoire.

La crise sanitaire qui a entraîné la fermeture pendant de nombreux mois des lieux de culture et la mise en sommeil des activités associatives a été une véritable souffrance. Nombreux sont les habitants, militants associatifs et professionnels heureux de pouvoir enfin se retrouver dans des espaces de convivialité, de partage, de création et de diffusion qui leur avaient tant manqué et qui font l’identité même d’Aubervilliers au-delà de ses frontières.

Les communistes d’Aubervilliers apportent leur soutien plein et entier aux membres de l’association et aux salariés. Nous leur souhaitons de retrouver un lieu où ils pourront exercer leurs activités en toute quiétude. Et nous serons de toutes les mobilisations avec les habitant·e·s contre le démaillage du tissu culturel, artistique et associatif d’Aubervilliers qui met en péril l’héritage culturel de notre ville reconnu au plan national et patiemment construit après plus de cinquante ans de luttes.

24 Messages

  • Ensemble pour que vive Collective ! Le 2 septembre à 14:19

    Collective ferme Indignation ! Qui avait fermé le Grand Bouillon ? L’ancienne municipalité. Pas d’indignation !
    il serait temps de trouver la bonne formule.

    Répondre à ce message

    • Ne mélangeons pas Le 2 septembre à 15:55

      Le Grand Bouillona été fermé en raison de ses dysfonctionnements (endettement galopant notamment) mais l’idée d’un café associatif a été maintenue avec la création de Collective.´ ne
      Aujourd’hui là Maire liquide collective sans rien motiver.
      Comme d’ordinaire elle ne dit rien.
      Comme elle ne dit rien sur l’avenir de l’OPH et la question des charges (l’OPH ne parle plus aux locataires).
      Elle se tait aussi sur le lourd dossier de la rénovation de La Maladrerie.
      Ca commence à faire beaucoup vous ne trouvez pas ?

      Répondre à ce message

      • Ne mélangeons pas Le 3 septembre à 09:06

        Çà fait longtemps que l’OPH ne parle plus à ses locataires. Rétention d’informations et simulacre de consultation sont la règle. Un petit cercle d’initiés en sait un peu plus mais se garde bien de partager : c’est çà le pouvoir.
        En tout cas oui, le silence sur l’avenir de La Maladrerie devient assourdissant, et préoccupant.
        On compte sur l’opposition pour sommer la présidente de l’OPH de s’expliquer.

        Répondre à ce message

        • Ne mélangeons pas Le 3 septembre à 10:59, par Quelle opposition ?

          Quelle opposition ? l’ancienne majorité ? Elle est tombée d’elle même comme un château de carte ! Même pas à cause de Franclet. Alors ne soyons pas surpris qu’elle reste à construire.

          Répondre à ce message

          • Ne mélangeons pas Le 4 septembre à 09:37

            A ma connaissance (maisjepeux me tromper) la maire trois opposants principaux : Anthony Daguet, qui est évidemment disqualifié s’agissant de l’OPH, Sofienne Karroumi, qui est un démagogue, et Marc Guerien, qui a du rester en vacances.

            Répondre à ce message

  • Ensemble pour que vive Collective ! Le 5 septembre à 14:05

    On attend le communiqué du PCF Aubervilliers sur l’évacuation par la force des jardins ouvriers

    Répondre à ce message

  • Ensemble pour que vive Collective ! Le 10 septembre à 12:55

    Dans une ville il y a les grands sujets qui concernent tous les habitants : l’éducation, l’école, la formation, la santé, les crèches, le logement, les transports, la sécurité, la propreté, le cadre de vie, les commerces, j’en oublie.
    Et puis, il y a les petites polémiques idéologiques qui intéressent 2% de la population, par exemple un bar à vin (emblème de la gentrification) à la place d’un café culturel (indignation de la gauche).
    Les politiques parlent-ils vraiment avec les gens ? Ou bien seulement avec leurs amis ?

    Répondre à ce message

    • Le silence comme règle Le 11 septembre à 17:05, par Léna

      L’épisode promis du bar à vin est tout de même symptomatique d’une vision du monde. Pour mémoire il y a eu autrefois, rue du Moutier une boutique Nicolas qui avait fait faillite.
      Pour ce qui est des grands sujets il faudrait les exposer, les soumettre au débat et non point ne rien dire sur rien,

      Répondre à ce message

      • Le silence comme règle Le 11 septembre à 21:08, par A propos de Collective

        Quel établissement (restaurant ou bar) fonctionne à Aubervilliers cinq jours par semaine avec six salariés permanents ? Et tire son épingle du jeu financièrement ? Et ce, malgré les aides de la mairie ? Car le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne fonctionnait pas à flots tendus !

        Il fallait être bien naïf (ou gestionnaire incompétent) pour penser que le projet de reprise du grand bouillon pouvait être viable. Et ce sont les mêmes qui aujourd’hui se fendent de communiqués tonitruants.

        Car même "Collective" dans son communiqué admet entre les lignes que l’expérience a fait son temps.

        Répondre à ce message

        • Des silences tonitruants Le 13 septembre à 09:21, par Léna

          Il n’y a pas de communiqués tonitruants mais il y a une méthode autoritaire fondée sur une logique de non explication. Et c’est cela qui pose problème, cette façon de fuir, ce goût de l’opacité, du non dit ou de l’insuffisament dit, cette atmosphère de cachotterie entourant les mauvais coups.
          Bref, cette grande médiocrité qui caractérise la Maire et son équipe jusqu’ici dévouée.

          Répondre à ce message

          • Des silences tonitruants Le 13 septembre à 13:36

            En la qualifiant de mediocre, vous rejoignez votre ami qui a parlé d’opération idiote et immonde. Tous deux vous aimez bien manier l’insulte. C’est assez vain.

            Répondre à ce message

            • Des silences tonitruants Le 13 septembre à 13:54

              J’ajoute que vous avez parfaitement décrit la gestion précédente notamment à l’OPH !

              Répondre à ce message

            • Insultes ? Le 13 septembre à 16:02, par Léna

              Il ne s’agit aucunement d’insultes mais du constat de comportements. Quant à l’OPH je ne vois pas le rapport sauf à constater aujourd’hui la disparition de toute communication avec les locataires, le silence sur l’évolution juridique de la structure et la question de la régularisation des charges.

              Répondre à ce message

              • Insultes ? Le 14 septembre à 08:54

                Vous ne voyez pas le rapport ? Qui nous a informé de cette bombe à retardement que sont les régularisations de charges ? Mr Daguet ? Mis en cause par Mme Franclet, il avait annoncer qu’il portait plainte pour diffamation. Vous avez des nouvelles de cette plainte ?

                Répondre à ce message

          • Des silences tonitruants Le 15 septembre à 15:10, par @Lena

            Vous parlez de qui ? Madame Franclet ? Parce qu’à vous lire je croyais voir une description des méthodes de Madame Derkaoui.

            Répondre à ce message

            • Hallucinations Le 15 septembre à 21:10, par Léna

              Je crois bien que vous avez des hallucinations. Prenez soin de vous, faites-vous soigner.

              Répondre à ce message

              • Hallucinations Le 16 septembre à 15:27, par @Lena

                Merci pour le diagnostic médical, mais en attendant, vous ne m’avez pas dit si l’autoritarisme concernait madame Franclet parce que j’ai cru y lire une description de madame Derkaoui

                Répondre à ce message

                • Hallucinations (suite) Le 16 septembre à 17:04, par Léna

                  Pour vous aider à surmonter vos incompréhensions je vous confirme que je parle bien de Mme Franclet qui ne reçoit personne et ne discute pas.

                  Répondre à ce message

                  • Hallucinations (suite) Le 16 septembre à 19:53, par @Lena

                    Merci pour votre réponse. Effectivement, lire que madame Derkaoui recevait et discutait est une information qui m’avait échappée. Je dois être le seul.

                    Répondre à ce message

                    • Hallucinations (suite) Le 17 septembre à 23:09

                      Donc Léna soyons concret. Me Daguet avait déclaré au Parisien qu’il portait plainte contre Mme Franclet après que celle-ci aie dénoncé sa gestion de l’Oph et le scandale de la régularisation des charges. Vous avez des informations sur cette plainte ?

                      Répondre à ce message

                  • Hallucinations (suite) Le 17 septembre à 22:15

                    Vous vous trompez, elle discute avec beaucoup de monde, elle passe son temps à çà même, mais pas avec vous, les communistes, on peut comprendre pourquoi.

                    Répondre à ce message

                    • Pourquoi raconter des histoires ? Le 18 septembre à 17:38, par Gilbert

                      Je ne peux pas comprendre que Mme F refuse de discuter avec les communistes, c’est-à-dire avec des citoyens . Lors des conseils municipaux ils ont fait des propositions auxquelles elle n’a jamais répondu.

                      Mais son refus de parler va bien au dela des communistes : elle ne dit rien aux locataires de l’OPH sur le devenir de la structure ; elle est muette sur la question des charges alors que les régularisations pour 2020 se sont ajoutées aux problèmes plus anciens ; elle ne publie plus de Lettre d’information aux locataires et ne reçoit personne ; elle n’a toujours pas reçu les associations de La Maladrerie/ E. Dubois à propos de l’ANRU ; elle avait promis de venir dans le quartier en juillet et elle n’est pas venue ; elle ne dit rien sur le lourd dossier du Fort et n’a rien fait sur le problème du solarium attenant à la piscine alors qu’il était possible d’agir ; elle a fermé Collective sans rien expliquer.

                      J’ajoute que les instances de "démocratie locale" sont inactives depuis un an et demi du fait dans doute de la pandémie, mais pas que...

                      Bref tout va bien. Nous vivons dans une ville apaisée.

                      Répondre à ce message

  • Aujourd’hui les chiens Le 13 septembre à 17:00, par Rabcor

    Je viens de voir dans la rue un policier municipal accompagné d’un gros chien.
    Il ne manquait plus que ça dans le paysage !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article