Non à l’urbanisation du parc Georges Valbon !

dimanche 27 septembre 2020 à partir de 12h pique-nique citoyen

jeudi 24 septembre 2020


dimanche 27 septembre 2020 à partir de 12h pique-nique citoyen à l’entrée de l’Aire des Vents- rendez-vous à l’entré principale rond-point avenue du Maréchal Leclerc et de la Luzernière à Dugny ; accès bus 249 ou tram T11

Déclaration du Collectif citoyen « Notre Parc N’est Pas à Vendre », du MNLE 93 Nord Est Parisien, du Collectif pour la défense et l’extension du Parc Georges-Valbon

Le village des medias des Jeux Olympiques PARIS 2024 sacrifierait l’Aire des Vents, elle doit être totalement préservée !

L’Aire des Vents, ce sont 25 hectares du parc classés « Espace Naturel Sensible », incluant un « Espace Boisé Classé », elle est un « corridor écologique protecteur de la Zone Natura 2000 ».

Pour la première fois de son histoire,7 ha du parc public Georges-Valbon seraient vendus ! Depuis 2012, le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis, propriétaire du parc, organise son « insertion urbaine » au sein du Grand Paris. Il est prévu de l’encercler par 212 000 habitants supplémentaires dans les cinq villes qui l’entourent à l’horizon 2030, le transformant probablement à terme en parc urbain de loisirs, au risque de le dégrader de son statut « Natura 2000 ».

L’intégrité du parc a déjà été menacée. En 2015, une mobilisation citoyenne, réunissant 20 000 signataires d’une pétition contre le projet « Central Park », a empêché la construction de 24 000 logements sur 80 hectares à l’intérieur du parc.

Aujourd’hui le Conseil Départemental récidive en profitant des dérogations des Jeux Olympiques pour faire passer en force l’urbanisation du parc. Sous couvert de l’installation du village des médias sur l’Aire des vents pour la durée des JO, il a encouragé le maire de Dugny à vouloir urbaniser une partie du parc.

Le CIO n’exigeait pas un Village des Médias ! Pourquoi donc détruire 7 ha et mettre en danger un parc sublime sous prétexte de loger 2800 journalistes sur les 20 000 attendus pour une durée d’ un mois seulement ? Peu de journalistes voudraient y être hébergés selon l’Autorité Environnementale.

En effet les moyens de communication ont évolué ; de plus la capacité hôtelière est suffisante en Ile-de-France.

L’urbanisation de l’Aire des Vents n’est donc pas indispensable, le patrimoine commun peut être maintenu.

Ce projet annihile, de plus, les objectifs dessinés par l’Accord de Paris lors de la COP21 qui s’est déroulée à deux pas de l’Aire des Vents au Bourget en 2015 !

Le site de l’Aire des Vents, ce sont aussi des risques pyrotechniques (présence d’obus), la gestion des couloirs de courants d’air puissants, la proximité d’un aéroport, d’un trafic routier dense....

Les Jeux Olympiques sont un accéléré du Grand Paris. Dans ce contexte, les parcs publics ne doivent pas devenir des réserves foncières à vendre et ne doivent pas faire l’objet de spéculation immobilière ! Des centaines d’hectares sont réservés depuis dix ans pour de l’immobilier d’entreprises, des hangars logistiques et des data centers.

Cela suffit ! Les espaces naturels ne doivent plus être sacrifiés !

L’ urgence climatique, les canicules et la crise de la COVID-19 démontrent de façon flagrante la nécessité vitale de préserver les équilibres naturels existants !

Les agendas olympiques 2020 et 2030 du CIO insistent entre autres sur le respect des zones naturelles protégées. Le CIO doit donc prendre conscience des impacts néfastes que serait la perte écologique de l’Aire des Vents sur les zones Natura 2000 et sur la sincérité de ses objectifs. Les risques d’impacts sur les nappes phréatiques sont importants sur ce territoire avec tous les creusements et perturbations des sous-sols. Les risques d’assèchement des zones humides du parc sont grands, notamment pour l’étang du Vallon Ecologique et l’Etang du Brouillard. Les espèces animales protégées seraient en danger tout le temps des travaux et leurs conditions de préservation seraient très réduites par la proximité de cette nouvelle zone urbaine.

Nous nous mobilisons fortement pour éviter un saccage écologique inévitable dont les JO seraient responsables in fine, en prolongement des inconséquences politiques ! L’Aire des Vents doit être retirée du projet de la ZAC du « Cluster des Médias »

Merci de signer cette pétition qui est communiquée au CIO !

Répondre à cet article