Disparition de Simone Veil. « Notre honneur infatigable »

Par Jack Ralite, ancien ministre.

dimanche 2 juillet 2017

Madame Simone Veil s’en est allée. On ne peut qu’avoir une grande tristesse de sa disparition.
C’était une personne d’un merveilleux humanisme et d’un immense courage aussi bien dans les camps nazis d’extermination qu’à l’assemblée nationale pour réunir une majorité favorable à l’interruption volontaire de grossesse que j’ai soutenue dans deux interventions. Elle était intraitablement contre la destruction de l’homme par l’homme.
Je l’ai bien connu quand j’étais son successeur au ministère de la santé, elle a fait preuve d’une grande loyauté républicaine.
Quand j’animais les états généraux de la culture, comme président de l’assemblée européenne, elle su défendre et promouvoir le droit d’auteur. Quand j’étais maire d’Aubervilliers, elle m’apporta un soutien signi catif au plan social dans le cadre de la politique de la ville.

C’était une belle personne qui avait un surcroît d’humanité, considérait la culture et la dignité comme des essentiels et résistait à tous les assujetissements. Sa vie qui eu la force de regarder demain, était porteuse d’invincibilité quand elle se trouvait face aux fatalistes de l’impossible et de l’immobile. Épaulée affectueusement par son mari, elle était comme dirait Saint John Perse « un grand arbre de lumière ».

Je n’oublierai pas sa simplicité rigoureuse, sa proximité avec les citoyens debout, son goût in ni de l’autre.

Elle fut et elle demeurera notre honneur infatigable.