Accueil > Tous les articles > L’objectif de l’éducation prioritaire, c’était d’en sortir ; Peillon s’y emploie (...) > L’objectif de l’éducation prioritaire, c’était d’en sortir ; Peillon s’y emploie (...) > Poster un message

Poster un message

En réponse à :

L’objectif de l’éducation prioritaire, c’était d’en sortir ; Peillon s’y emploie !

14 février 2014 17:30, par Ane bâté

L’expression apparaît dès le milieu du XVe siècle en référence aux bâts que l’on posait sur le dos des mulets et sur lesquels on accrochait les charges qu’ils transportaient. Ainsi, les bêtes dont le bât était mal fixé ou trop chargé avaient des plaies qui les faisaient souffrir. Dire "C’est là que le bât blesse" revient donc à dire que l’on a trouvé la cause d’une souffrance (psychologique en général), ou le point sensible d’une personne.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.