Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles

lundi 4 novembre 2013

A l’occasion de la rentrée, les militants d’Aubervilliers ont voulu rencontrer les principaux intéressés devant les écoles. Toujours aussi peu d’enthousiasme par rapport à la réforme ont-ils pu constater. "Je ne comprends pas l’entêtement de la mairie à vouloir poursuivre" affirme une mère d’élève qui a fait toutes les manifs et qui continuera tant que "la réforme ne sera pas supprimée". Son de cloche semblable d’un père d’élève qui lance : "Il y a déjà beaucoup de dégâts avec les seules communes qui appliquent dès cette rentrée (20% des communes NDLR). On voit mal comment les 80% de communes qui attendent 2014 et qui à priori sont moins pressées qu’Aubervilliers vont s’en sortir". "De toute façon, Peillon va dégager et sa réforme avec" assure un autre papa, "oui, ils vont l’envoyer prendre sa tôle aux européennes et son successeur n’aura pas d’autres possibilité que d’arrêter les frais" poursuit-il, très affirmatif.

JPEG - 155.8 ko
« Non, tout n’ira pas bien » explique ce tract des parents d’élèves collé à l’entrée de l’école Balzac

Beaucoup de supputations, y compris de parents ou d’enseignants qui pensent que "de toute façon, les rythmes scolaires s’appliqueront", même s’ils sont loin d’être convaincus par la médiation des trois "renforts" du Rectorat. "Mais comme le maire a dit qu’il faudrait juger après les vacances de la Toussaint, on verra bien cette semaine".

Le tract du Front de Gauche qui a été remis aux parents et enseignants a plutôt suscité intérêt et en tout cas permis de recentrer la discussion sur le fond. Notre soutien a été apprécié. C’est pour nous un encouragement à poursuivre notre travail et notre réflexion sur les questions éducatives.

Armand D.

PDF - 3.1 Mo
Tract que le Front de Gauche distribue devant les écoles cette semaine (attention : recto verso)

13 Messages

  • Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles Le 4 novembre 2013 à 10:04, par Nathalie

    Face à l’opposition des parents d’élèves de sa commune, le maire de Boves, dans la Somme, a décidé de repasser à la semaine de 4 jours. Il a adressé une lettre aux habitants de sa commune pour annoncer qu’il suspendait l’application des nouveaux rythmes scolaires. Ce lundi, les élèves de cette bourgade de 3000 habitants reprennent donc le chemin de l’école sur un rythme hebdomadaire de 4 jours de travail. La concertation pourrait reprendre....

    Répondre à ce message

    • Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles Le 4 novembre 2013 à 10:25, par BofBof

      Il faut donner l’info complète concernant la petite ville de Boves, dans la Somme (2500 habitants).

      La mairie avait demandé une participation financière aux familles pour les interventions extra-scolaires et c’est cet aspect-là qui a suscité l’opposition des familles dont beaucoup vivent dans la précarité.

      Répondre à ce message

      • Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles Le 4 novembre 2013 à 10:52, par Jacques a dit !

        Qui a dit que puisque le problème de la mise en place des rythmes scolaires à Aubervilliers c’est le nombre d’enfants allant au périscolaire, la solution c’est de limiter le nombre d’enfants allant au périscolaire ?

        Répondre à ce message

      • Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles Le 4 novembre 2013 à 18:55, par Marthe

        Oui il faut compléter les infos bien au-delà de cette petite commune de la Somme. Il ne sert à rien de s’obstiner ou de rester volontairement sourd et aveugle aux oppositions qui s’expriment. Cette réforme est très contestée dans presque toutes les villes où elle à été mise en œuvre sans concertation. Voyez le résultat de la consultation lancée par "France Inter" :
        Depuis le 15 octobre, France Inter a lancé sur son site internet une grande consultation sur les rythmes scolaires. Les résultats, mis en ligne ce lundi, indiquent que 72,86% des votants ne sont pas favorables à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires dans leur commune.

        "Nous avons souhaité donner la parole aux gens et leur permettre de s’exprimer au sein d’un espace neutre, loin de la récupération politique",
        explique Emmanuelle Daviet, chef du service société à France Inter et spécialiste éducation, à l’origine de cette enquête.

        Au total, 17 000 personnes ont participé à cette grande consultation, du "jamais vu" sur le site de France Inter. "Nous avons été très surpris par un tel engouement", poursuit Emmanuelle Daviet.

        Autre chiffre significatif : 70% des répondants estiment que les enfants sont plus fatigués que lors des précédentes rentrées scolaires. Enfin, 66% considèrent que les emplois du temps ne sont pas adaptés aux enfants.

        Le bon sens devrait conduire à tout stopper et à se mettre autour d’une table avec tous les acteurs concernés pour arrêter, dans la concertation, les meilleures solutions dans l’intérêt des enfants.

        Répondre à ce message

    • Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles Le 4 novembre 2013 à 16:40, par Extra-lucide

      Oui mais le maire de Boves n’a pas Vincent Peillon en direct au téléphone : voilà la différence !

      Répondre à ce message

  • Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles Le 5 novembre 2013 à 16:51, par Bfm Tv

    Devant les ecoles baboeuf et Robespierre il y avait aucun membre du Front de Gauche qui distribuait des tracts !!!

    Répondre à ce message

  • Rythmes scolaires : le Front de Gauche devant les écoles Le 6 novembre 2013 à 20:32, par la charentaise

    L’Huma a publié dans son édition du mardi 5 novembre une tribune très intéressante. L’auteur y fait un rapprochement entre la réforme des rythmes scolaires et le travail du dimanche. cliquer ici

    Répondre à ce message

Répondre à cet article