Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ?

samedi 2 novembre 2013

Nous ne souhaitions pas en rajouter sur la question et sur un site dont nous savons qu’il est relativement consulté. Aussi, quand des graffitis anti-réforme et anti-enseignants sont apparus sur les murs de l’école Babeuf, nous nous sommes limités à la publication d’une photo (et pas la plus choquante) à la fin d’un de nos articles (cliquer ici) et avec une légende que nous avions voulu sobre. Le Parisien avait alors consacré un article entier à cet acte sous le titre "Le maire prône l’apaisement" (sic). Nous avions considéré qu’il était inutile de faire d’avantage de publicité aux excités qui, par leurs bombages, ont diffamé le corps enseignant et se sont livrés à la dégradation des locaux scolaires. La municipalité avait d’ailleurs fait le nécessaire en faisant retirer les graffitis dans la journée. Il n’empêche que les enfants et les parents les ont vu en arrivant à l’école le lundi matin et ont été choqués. Chacun aurait apprécié que le maire condamne très fermement de telles pratiques.

Ne tirons pas sur l’ambulance !

Nous avons préféré dans la dizaine de papiers que nous avons publié depuis février 2013, poser des questionnements sur la réforme et avancer des arguments, ce que nous continuerons à faire. Nous avons relayé les infos nationales sur le sujet, avec une mention particulière pour les articles qui apportaient un éclairage que nous jugions intéressant. C’était le cas de la plupart des articles de l’Huma ou encore de l’article de Véronique Soulé paru le 9 octobre dernier dans Libé.

Quelles perspectives ? Suspension ou victoire à la Pyrrhus ?

JPEG - 165 ko
Légende : Rassemblement du 3 octobre 2013

On sait le contexte toujours très tendu même si certains croient voir "une situation plus apaisée qu’il n’y parait" (site du PS local). Un préavis de grève a été déposé pour la rentrée. On constate sur le terrain que les renforts promis par Peillon ne sont en réalité que les trois médiateurs envoyés par le Rectorat pour tenter de déminer la situation école par école. Force est de constater, et les intéressés l’ont mesuré sur le terrain que la réponse est loin d’être à la hauteur des attentes des parents, enseignants et animateurs. L’émission de Daniel Schneidermann, "Arrêt sur images" [1] proposait au début du mois une émission sous le titre, Rythmes scolaires : "le scoubidou permet de préparer à la lecture !". Celle-ci a montré a quel point la réforme s’était révélée inopportune à Aubervilliers : non seulement, la question même des rythmes n’y a jamais été abordée (c’était pourtant l’objectif même de la réforme ndlr), mais surtout, l’accès aux activités périscolaires qui semblait constituer le principal argument du maire, s’avère aléatoire, et ce, dans un contexte de désorganisation, de tension et d’insécurité particulièrement fort. Cette émission a enfin révélé, et ce, essentiellement par la voix du parent d’élève présent sur le plateau, un système éducatif sinistré par les saignées en personnels opérées au cours du précédent quinquennat, les déficiences en matière de locaux... Bref, cette réforme ne constitue pas la priorité du moment à Aubervilliers, conclut l’animateur de l’émission.

Faut-il encore en rajouter ?

JPEG - 137.7 ko

Dans un contexte dont on mesure la complexité, était-il opportun de mettre de l’huile sur le feu. Le maire était-il obligé de rédiger une lettre ouverte cet été au ministre de l’éducation, pour fustiger ce qu’il nomme la "mauvaise volonté des enseignants". Son adjoint à la culture, était-il obligé lors du dernier conseil municipal de se livrer à une diatribe anti-enseignants pour dénoncer ce qu’il considère comme une manipulation des enfants et des parents par les enseignants. Finalement, pas beaucoup plus brillant que les graffitis que la municipalité avait rapidement fait effacer...

Armand D

Notes

[1Cliquer ici pour la visionner : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=6198

13 Messages

  • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 2 novembre 2013 à 19:30, par Double bonnet

    100% d’accord avec la fin de l’article. Qu’on ressorte le bonnet d’âne pour l’adjoint à la culture, le maire et l’auteur des graphitis (qui aurait mieux fait de passer plus de temps à l’école...)

    Répondre à ce message

  • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 2 novembre 2013 à 21:41, par où est la solidarité ?

    En général, à chaque article, au bout de 10 minutes de parution, les excités du Smatphone dégainent pour mettre en cause Karman (même s’il n’a rien à voir la dedans), Beaudet ou l’auteur de l’article, etc...
    S’en suit un débat sans intérêt où tout est mélangé. On l’a vu sur les poubelles au 46 Félix Faure où la mise en cause d’une décision malheureuse de l’Office HLM a conduit un certain nombre d’internautes à vider leur sac.
    En général ça finit par se calmer comme ça avait commencé et on peut se faire son opinion.
    Dans le cas des rythmes scolaires, on est surpris qu’une heure après sa parution, cet article n’ait pas provoqué un élan de solidarité par rapport à M. Hafidi, à qui il reproche ses propos tenus en conseil municipal. La solidarité municipale serait-elle à géométrie variable selon les personnes ?

    Répondre à ce message

  • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 3 novembre 2013 à 09:25, par coldcase

    Ces graffitis (et non graphitis comme écrit sur le post précédent) sont vraiment déplorables, tant par leur contenu que par leur orthographe. On voit bien que leur auteur n’a pas bénéficié de toute l’attention nécessaire de la part du corps enseignat. Peut-être se venge-t-il de cet abandon qui a laissé ses neurones en jachère.

    C’est une hypothèse.

    Une autre hypothèse mérite qu’on y réfléchisse :

    Pendant des semaines ce site a été pollué par un certain SAMOS qui éructait son soutien à Beaudet et Karman au moyen d’une syntaxe apocalyptique mis au service d’arguments débiles.

    Les graffitis ressemblent étrangement à la prose issu du smartphone incontinent de SAMOS.

    Peut-être n’est-ce qu’une coïncidence, mais la piste vaut d’être explorée. Dans ce cas, on serait en face d’une manipulation d’adversaires de la réforme des rythmes qui bomberaient contre les profs pour discréditer ses partisans.

    On attend avec impatience le démenti de Samos.

    Répondre à ce message

    • L’art de noyer le poisson...
      La réalité est qu’on assiste périodiquement sur ce site à des éruptions de posts dont les auteurs disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus. On a quelques fidèles (les excités du Smartphone) qui prennent un malin plaisir à entretenir des débats sans objet.
      Dans le cas présent, la question à poser est :
      - Le maire a-t-il porté plainte contre X pour dégradation de bien public et diffamation ?
      - On aimerait savoir s’il va user des mêmes moyens que ceux qu’il a mis en œuvre contre les militants communistes dans l’affaire de la camionnette. http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article908

      Répondre à ce message

    • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 3 novembre 2013 à 12:22, par Baloo

      Coldcase, tu regardes trop Tf1 et elle te pompe ton temps de cerveau disponible.
      J’ai une autre enquête pour toi : je crois que J. Salvator est un agent bolchévik de la IIIe internationale infiltré au PS pour y faire des c... et énerver ainsi la population comme le social libéralisme. Non ?
      Ou celle là : si tu compte la valeur des lettre de SAMOS dans l’alphabet phénicien, tu remarquera que la somme obtenue par leur addition passée par piR2 donne 654 987 432 soit le numéro de compte en banque sur lequel Wladimir Poutine fait régulièrement virer des milliards de pesetas. A qui appartient ce compte ? Au pape François II, le prochain.
      Alors c’est pas la preuve ? Hein, c’est pas la preuve ?

      Répondre à ce message

      • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 3 novembre 2013 à 18:30, par samos

        Je n ai rien a voire avec vos grafitti mais je suis
        pour un changement de mairie du fait que
        certain elues on rien fait pour la population
        de la commune pendant six ans pour ce qui
        et de la critique de l equipe en place je ne
        suis pas le seul a me plaindre mais sa ne
        devrais etonner personne les proportion
        que prend le debat des municipales il
        suffie de se balader dans les rue de la ville
        pour entendre le mecontentenent d une grande
        Majoriter des habitants de la ville pour se qui
        et des rhytmes scolaire c le ps qui la mis
        en place sans prendre en compte l avis des
        professeur,parent d eleve,animateur
        et les impots locaux c le ps qui les a fait
        augmemter de30% et j en passe et des meilleur
        alor oui je soutien mr beaudet et vue ce que
        j entend dans la rue et se qui se passe au niveau
        national mr salvator et en tres tres mauvaise
        posture pour les elections mais sa ils le savent
        bien au ps d aubervilliers.

        Répondre à ce message

        • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 4 novembre 2013 à 06:39, par Cherif

          Coldcase a presque raison ! Samos est un socialo en déshérence peu reconnu pas ses pairs, il veut caricaturer la liste Beaudet en écrivant des interventions sans sens, où il répète toujours la même chose . Remarque ,il n’est pas le seul : il y a un autre hurluberlu qui colle des stickers anonymes contre l’augmentation des impôts municipaux de 30% pour dénoncer Salvator. Le poujadiste gauchiste et le maniaque du Smartphone sont-ils des alliés efficaces pour gagner la Mairie ?

          Répondre à ce message

      • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 3 novembre 2013 à 18:36, par TheHome

        Baloo, Baloo, Baloo ?

        Je ne savais pas que Baloo était un âne !

        Répondre à ce message

  • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 3 novembre 2013 à 13:00, par Décryptage

    Armand, qui visiblement est la voix officielle de ce site concernant les rythmes scolaires, se fend donc de son petit billet de pré-rentrée, histoire, sans doute, de remettre chacun dans le mouv’ à quelques jours d’une remontée de tension d’ores et déjà programmée.

    Pour les syndicats enseignants, c’est en ce mois de novembre, en effet, que l’affaire se joue définitivement. Soit la pression est assez forte pour créer la réaction en chaîne espérée. Opinion publique suffisamment divisée = plusieurs maires 2013 de villes significatives obligés de plier = des maires 2014 en panique à l’idée de se représenter aux élections avec cette réforme dans leur cartable = un gouvernement contraint à l’abandon. C’est le plan de Sud, tout y est décrit dans sa littérature interne, y compris les logiques (de fait, illégales) d’obstruction que cela implique... (On comprendra, dans ces conditions, que localement, le maire d’Aubervilliers ne puisse pas dialoguer avec une partie des enseignants, celle-là même qui n’a rien à discuter puisqu’elle ne veut pas , principalement pour des raisons catégorielles, de cette réforme...

    Soit, malgré ce qui se prépare dans le camp du non pour les prochaines semaines, cette réforme se maintient parce que l’opinion publique ne suit pas assez fortement les opposants. Auquel cas, la CGT et FO lâcheront Sud parce qu’il ne sera pas possible de poursuivre un mouvement contre lequel les parents finiront assez vite par se retourner, inquiets de voir l’année scolaire de leurs enfants menacée par ces blocages à répétition.

    A Aubervilliers, nous n’avons pas d’UMP (ou presque pas). Personne sur l’échiquier politique local pour défendre ce non à la réforme, alors ? Hum, c’est plus compliqué que ça... Par exemple, on ne sait pas quelle est la position officielle du PCF. On ne sait pas non plus quelles sont celles de ses partenaires politiques. Quant au candidat Pascal Beaudet, le moins que l’on puisse noter, c’est son absence assez récurrente lors des conseils municipaux où les rythmes sont à l’ordre du jour...

    A part un vague propos pilotracté sur "le nécessaire dialogue au sein de la communauté éducative" qui a fait office de seul argument pour deux tracts du PC à six mois d’intervalle, rien ! En revanche, en arrière-plan, les jours de rassemblement, quelques poignées de main s’échangent avec les plus virulents des opposants.

    Alors, monsieur Bidule, pour ou contre cette réforme ? Plutôt que de se faire le gris comptable des actes du maire (a-t-il assez dénoncé les graffitis virulents envers les enseignants. Oui peut-être, non peut-être, ne sait pas), vous seriez mieux inspiré de nous éclairer sur ce point pour le moins important pour la suite des événements...

    Un petit conseil avant que vous ne fassiez votre outing. En politique, quoique les faux malins en pensent, on ne gagne jamais rien à s’éloigner trop de ses fondamentaux pour des raisons tactiques...

    Or le fondamental, dans cette affaire des rythmes, c’est l’intérêt de l’enfant, y compris dans sa réussite scolaire (en l’état, et depuis 20 ans, près de deux écoliers albertivillariens sur cinq sortent de l’école élémentaire en situation d’échec). A terme, cette réforme le sert-il ou pas ? On vous écoute...

    Répondre à ce message

    • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 3 novembre 2013 à 19:57, par @Décryptage

      Tout ce long bla bla bla pour conclure que l’intérêt c’est l’enfant.

      C’est bien Décryptage, tu viens de découvrir l’eau tiède.

      Parce que franchement, dire qu’il y aurait d’un côté ceux qui ont le monopole de l’intérêt de l’enfant (les partisans de la réforme) et de l’autre ceux qui sont contre ou manipulateurs, c’est affligeant de simplisme.

      Et c’est pas parce que les résultats de nos enfants sont en dessous des moyennes nationales qu’il faut en conclure qu’on doit faire n’importe quoi.

      A l’image des grafittis qu’on a pu lire sur Saint Just...

      Relis tout ce qui a été écrit la dessus, Visionne arrêt sur image, ça coûte 1 euro pour 24 heures.

      Répondre à ce message

    • Décrypter la mise en place des rythmes scolaires à Aubervilliers sans parler un instant des rythmes scolaires, ce n’est plus du décryptage, c’est de l’enfumage.

      Répondre à ce message

  • Rythmes scolaires : comment a-t-on pu en arriver là ? Le 8 novembre 2013 à 11:55, par 1 réponse sur les rythmes scolaires

    One Response to "Rythmes scolaires à Aubervilliers – un climat plus apaisé qu’il n’y paraît"

    Enseignant outré says :
    7 novembre 2013 à 19:38

    Quelle propagande honteuse… Vous ne vous rendez pas service en proférant tant de mensonges et de contre-vérités… Alors allons-y pour la contre parole, qu’à l’évidence vous n’aurez pas le courage de publier :

    Les images sont parfois trompeuses : 400 personnes manifestent devant la mairie, quelques parents expriment leurs inquiétudes devant une caméra de télévision et des journalistes un peu pressés en déduisent aussitôt que la réforme des rythmes scolaires bloque à Aubervilliers.
    Quelle honte… les images sont parfois trompeuses ? Et les chiffres, le sont-ils ? 700 personnes et non 400 devant la mairie, mais surtout 95% de grévistes chez les enseignants, un chiffre jamais vu en France !! Ça vous parle suffisamment comme donnée ? Ou faut-il également vous rappeler que vos propres animateurs étaient en grève le même jour, mécontents des conditions déplorables de mise en œuvre.

    le principe de cette loi n’est pas contestable : elle vise à réduire le nombre d’heures de classe par jour, réorganiser le temps d’école sur la semaine pour faciliter la concentration des enfants et respecter leur rythme biologique
    Ce n’est absolument pas le cas, les élèves finissent à 16h comme avant et se lèvent le mercredi en prime. Vous aurez beau me rétorquer que les ateliers périscolaires ne sont pas aussi sollicitant mentalement que la classe, je vous répondrais qu’il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles, dans les conditions où cela se passe, c’est tout aussi épuisant, d’ailleurs les programmes scolaires comportent aussi des activités moins sollicitantes (EPS, musique, arts visuels, etc.) que les enseignants pratiquent dans leur très grande majorité sur ces horaires… bref, FAUX.

    la ville d’Aubervilliers a voulu corriger sans attendre cet état de fait, qui empêchait jusqu’alors 60% de ses enfants d’accéder à des activités extrascolaires.
    Quitte à endommager les écoles, les relations mairie-enseignants, les temps scolaires, les locaux (très bientôt), les créneaux gymnase, stade, salles diverses, et les budgets, plus faibles que jamais ? Bravo, quelle réussite. Si le faible nombre d’enfants ayant accès au périscolaire vous traumatise tant, alors utilisez l’énorme budget que vous dilapidez à sponsoriser les associations et clubs, afin qu’ils embauchent de vrais professionnels et abaissent leurs coûts de licences, voire acceptent des inscrits à l’œil… Faire un constat c’est bien, être efficace dans sa manière de l’améliorer c’est mieux.

    Un conseil d’éducation extraordinaire réunissant représentants des professeurs, des parents d’élèves et élus s’est tenu dans chaque école de la ville entre janvier et mars pour recueillir leurs avis sur la réforme. Puis une réunion publique a été organisée le 28 mars sur ce sujet avant que la ville ne prenne sa décision pour une mise en œuvre à la rentrée 2013-2014. Ensuite, un conseil municipal extraordinaire et le conseil municipal de septembre, mais aussi les conseils d’école ont permis de continuer à débattre des modalités de mise en œuvre des nouveaux rythmes. Le débat public a donc bien eu lieu.
    Les conseils d’école extraordinaires ont bien eu lieu, et ont été houleux dans bien des cas. Sur 31 écoles, 31 se sont prononcés pour le REPORT de l’application de la réforme, et plusieurs ont demandé sa non application, quelle qu’en soit la date. Vous manipulez honteusement les gens en annonçant des réunions sans préciser que vous êtes allé à l’inverse des recommandations qui y étaient faites. La réunion publique du 28 mars a bien eu lieu, le maire et son adjoint monsieur Garnier ont été conspués par une salle bondée (à tel point qu’une 2e salle a été mise en place avec retranscription vidéo), sur presque 3h de réunion, AUCUN intervenant n’a parlé en faveur du projet, TOUS se sont prononcés CONTRE cette réforme, TOUS.
    Le débat public a donc vaguement eu lieu, et vous avez foncé tête baissé CONTRE l’avis de 100% (pas 90, pas 95%, 100% !!) de vos conseils d’écoles, réunissant parents et enseignants. Est-ce là votre idée de la concertation ? On demande l’avis des gens, on l’ignore, et on annonce qu’on a consulté ? Quel mépris !

    Sur le terrain, la réalité est différente de ce que montrent les médias. La grande majorité des parents, des enseignants et surtout des enfants sont satisfaits des activités de qualité proposées par des associations reconnues et animées par des professionnels compétents.
    Si vous vouliez achever de montrer votre mépris, vous ne vous y seriez pas pris autrement !!!
    95% d’enseignants en grève contre votre réforme, où est votre majorité d’enseignants satisfaits ? La FCPE Aubervilliers qui se désolidarise de la FCPE nationale pour demander la suspension immédiate du projet, où est votre majorité de parents satisfaits ?

    Votre article m’inspire beaucoup de honte pour vous même, la mairie que vous représentez, votre partie, et pour moi même de l’avoir soutenu.

    Un seul mot peut résumer cet article, et je ne pensais pas que le PS était un parti suffisament indigne pour en faire usage :

    (Publié sur le site du PS ; c’est d’ailleurs la seule réponse à ce jour sur le site socialiste. Ce dernier n’intéresserait-il pas les internautes ?)

    Répondre à ce message