Groupe scolaire Vallès-Varlin : une mobilisation qui paye !

mardi 23 septembre 2008

Mobilisés depuis plus d’une semaine pour l’ouverture d’une nouvelle classe de CP, les parents d’élèves ont réussi à faire bouger les lignes et ont obtenu satisfaction. Une mobilisation exemplaire que nous décrit Antoine Wohlgroth, adhérant FCPE.

Tous ensemble, les parents d’élèves, les enseignants et la FCPE du groupe scolaire Vallès-Varlin se sont mobilisés contre le sur-effectif des classes de CP (4 classes à 27 élèves, 2 classes à 26).

Sureffectif dû à la réduction massive du nombre d’enseignants dans l’Education nationale, démontrant ainsi de manière flagrante que la vision purement statistique et systématique du ministre Darcos du nombre d’élèves par classe ne résiste pas à la réalité du terrain.

Ce sureffectif est dû également au fait que ce groupe scolaire n’est pas classé ZEP, et donc n’est pas soumis au plafond de 23 élèves par classes. Chaque année, à chaque préparation de rentrée, il a fallu négocier plus ou moins difficilement avec l’Inspection académique pour obtenir malgré tout le respect de ce plafond à la rentrée suivante.

Cette année, le nouvel inspecteur d’académie n’a rien voulu savoir et a trouvé tout à fait normal de laisser se faire la rentrée avec des cours préparatoires à 26 et 27 élèves.

Une délégation d’enseignants a été reçue le mardi 9 septembre par l’inspecteur d’académie pour obtenir l’ouverture d’une classe supplémentaire de CP sur le groupe. L’inspecteur d’académie a refusé cette ouverture de classe, au prétexte que : « La réduction systématique des effectifs n’avait pas de lien avec la réussite scolaire des élèves. »

Par contre, suivant les consignes de son ministre, il a proposé la nomination d’un demi-poste sur le groupe. Cet enseignant doit chaque après-midi extraire de chaque classe de CP un certain nombre d’enfants en difficulté pour les aider à préparer les leçons du lendemain !

Après s’être concertés, les enseignants ont décidé, faute de mieux, d’accepter cette nomination.

Lors d’une réunion d’information le samedi 13 septembre, les enseignants ont expliqué la situation aux parents d’élèves. Ceux-ci, venus nombreux (une centaine de personnes étaient présentes) pour défendre la qualité de l’enseignement du service public, se sont immédiatement réunis en assemblée générale. L’assemblée générale a refusé cette proposition à l’unanimité.

Non : une classe à 27, ce n’est pas pareil qu’une classe à 23 ! Non, nos enfants ne sont pas différents des autres enfants d’Aubervilliers ! Non, le changement d’inspecteur d’académie ne justifie pas d’augmenter le nombre d’élèves par classe !

L’assemblée générale des parents a décidé l’envoi d’une délégation de parents à l’Inspection académique pour obtenir l’ouverture d’une classe supplémentaire et, pour appuyer cette démarche, d’occuper le groupe scolaire jusqu’à l’ouverture d’une nouvelle classe de CP. Une pétition pour exiger cette ouverture a été massivement signée par les parents d’élèves du groupe scolaire.

L’occupation du groupe scolaire a commencé le lundi 15 et le mardi soir, un car plein de parents d’élèves et d’enseignants qui les soutenaient est parti pour Bobigny.

Une délégation composée de parents d’élèves de la FCPE, de délégués syndicaux enseignants et d’un élu a été reçue par l’inspecteur d’académie. Après une réunion tendue et un vif échange d’arguments où les parents d’élèves ont indiqué leur inquiétude sur la manière dont commence la scolarité de leurs enfants dans le primaire et ont renouvelé leur exigence d’une ouverture de classe, la pétition demandant cette ouverture et appelant à l’occupation du groupe scolaire jusqu’à satisfaction à été remise la l’inspecteur d’académie. Celui-ci, ébranlé par la force des arguments exprimés par les parents, a indiqué qu’il se laissait jusqu’au lundi 22 septembre pour faire connaître la réponse qu’il entendait donner à la délégation de parents d’élèves. Dans l’attente de cette réponse, les parents ont décidé de rester mobilisés.

La mobilisation a payé ! L’annonce officielle de l’ouverture d’une classe supplémentaire est tombée lundi après-midi. Il ne reste à l’inspecteur qu’à trouver un enseignant pour assurer cette classe, ce qui devrait être fait d’ici la fin de la semaine.

La mobilisation ne doit pas rester sans suite. Cette ouverture de classe ne doit pas occulter tous les problèmes qui se posent ou qui vont se poser dans les établissements scolaires. D’autres mobilisations seront nécessaires. Plus que jamais, les parents d’élèves doivent s’impliquer dans la scolarité de leurs enfants et prendre pleinement la place qui leur est due dans la communauté pédagogique. L’élection des parents d’élèves aux conseils d’écoles est un des moyens de cette implication. Les associations de parents d’élèves en est un autre.

Parents d’élèves, adhérez à la FCPE !

Présentez-vous aux élections de parents !

Restez mobilisés pour vos enfants !

Antoine Wohlgroth, UL FCPE

2 Messages

  • Nous avons besoin d’un site de combat Le 24 septembre 2008 à 15:43, par Léna

    Un grand merci au site de la section du PCF qui nous livre ici une belle synthèse d’une lutte victorieuse sans faire l’impasse sur les contradictions qu’elle a connues (c’est d’ailleurs le propre de toute lutte).

    Une observation cependant : tout au long de la semaine je passais devant la banderole de l’école Jules Vallès et savais donc qu’une bagarre était en cours. L’Huma a aussi publié un papier.

    Ca aurait été vraiment super que le site puisse donner infos et analyses au jour le jour. Je sais que ce n’est pas chose facile, il faut faire ça après le boulot et on est souvent crevé.

    Je pense cependant que tous ceux qui s’intéressent à la vie locale et sociale peuvent nous aider à cette réactivité. Le site peut aussi être un relai efficace des luttes.

    On pourrait dire, parodiant Bertold Brecht : "Utilises le site, c’est une arme !".

    Continuons, on est sur la bonne voie.

  • Groupe scolaire Vallès-Varlin : une mobilisation qui paye ! Le 24 septembre 2008 à 19:32, par Eric Plée

    L’intervention des parents aux côté des enseignants a manifestement été décisive pour obtenir l’ouverture de cette classe dont l’école avait besoin. Elle montre aussi, après une rentrée qui n’a pas fait beaucoup de vagues que les moyens d’enseignement, pour employer le jargon technocratique qui désigne les femmes et les hommes qui sont en charge des apprentissages pour nos enfants, sont d’ores et déjà très largement déployés dans les établissements. Cela augure mal des remplacements qui seront forcément nécessaires en cours d’année pour les congés maladie, maternité ou autres.

    Dans un contexte de suppression de 13000 postes dans l’éducation nationale, l’Inspection d’Académie voulait faire de l’école Vallès Varlin un test pour faire sauter le principe tacitement admis depuis 1998 (mouvement du 93) selon lequel les écoles non ZEP d’Aubervilliers devaient avoir les même effectifs que les autres écoles. Il a fallu une forte mobilisation et une bonne organisation des parents pour mettre en échec le projet de l’Inspecteur d’Académie.

    Pour autant, les questions de fond ne sont pas réglées, et l’intervention des parents, des citoyens apparait plus que nécessaire, à travers les conseils d’école, les C.A de lycées et collèges et par une structuration des parents à l’échelle de la ville. Dans le même ordre d’idée, la manifestation du dimanche 19 octobre, à l’appel notamment des principaux syndicats enseignants ainsi que de la principale fédération de parents d’élèves constituent des enjeux essentiels pour le fonctionnement de l’institution scolaire.