Municipale 2014

« Pourquoi j’ai accepté de conduire la liste de large rassemblement pour Aubervilliers »

mercredi 29 mai 2013

En mars prochain, vous choisirez une nouvelle équipe pour construire l’avenir d’Aubervilliers.

C’est un choix très important, car depuis des années on vous rabâche qu’il faut un remède de cheval pour sortir la France de la crise. Ils appellent cela l’austérité, c’est-à-dire l’appauvrissement général des salariés, des chômeurs, des services publics déjà mal en point comme on le voit pour la santé, l’éducation, les transports.

Tout cela pour sauver la rentabilité des capitaux des actionnaires du CAC 40 qui eux ne s’appauvrissent pas, paient peu d’impôts et spéculent dans tous les paradis fiscaux de la planète.

Désormais vous connaissez l’efficacité de ces prétendues solutions : chômage massif notamment des jeunes, recul généralisé du niveau de vie, acquis sociaux des salariés remis violemment en cause. Plus rien ne semble devoir arrêter ceux qui, hier encore, promettaient la lune et aujourd’hui augmentent les impôts, diminuent les prestations sociales et même les retraites...

Le tour maintenant est venu de s’en prendre aux collectivités territoriales. Ainsi les municipalités verront leurs ressources amputées de 4,5 milliards d’euros en 3 ans. En résumé, les villes comme Aubervilliers, un département comme la Seine-Saint-Denis n’auraient d’autres solutions pour maintenir ce qui existe et qui n’est pas du luxe, que d’augmenter toujours plus les impôts locaux. Or ils ont atteint avec l’actuelle municipalité, les limites du supportable !

Je ne serai pas le maire qui acceptera la poursuite de ces logiques d’austérité catastrophiques, pour notre ville et ses habitants.

Ce que nous exigeons de l’Etat quel que soit son gouvernement, c’est qu’il rétablisse l’égalité des citoyens devant tous les impôts et que cesse ce scandale qui fait que les contribuables d’Aubervilliers paient plus d’impôts locaux que les contribuables de Paris ou de Neuilly.

Cette péréquation des moyens est possible à condition de se battre pour l’obtenir. Certes, je sais, de longue date, que rien n’est tombé du ciel dans cette ville : ni ses lycées, ni son théâtre, ni son centre de santé, ni le centre commercial du Millénaire, ni son conservatoire ni... son métro que nous n’aurions jamais vu en centre-ville, si nous n’avions pas mobilisé la population pour enfin l’obtenir.

Aubervilliers n’est pas à vendre et les programmes immobiliers qui se bousculent m’inquiètent. Qui va payer pour construire les équipements publics municipaux obligatoires, pour accueillir ces populations nouvelles ? Les contribuables locaux ? Impossible.

Je veux être le maire d’une ville qui dit STOP à l’appauvrissement programmé des ressources de sa ville afin qu’ensemble nous puissions lutter contre la dégradation de l’habitat indigne, pour une politique du logement accessible à tous, pour un vrai droit à la réussite scolaire des enfants d’Aubervilliers, pour le maintien et le développement de notre centre de santé, pour défendre le droit aux sports et à la culture. Pour le droit aussi à la propreté et à la sécurité si souvent bafoué.

Je sais que pour cela, il faut compter sur une équipe municipale aux convictions sociales et progressistes entièrement dévouée à la population, et donc capable de l’écouter.

Je sais aussi pouvoir compter sur un personnel communal aux compétences nombreuses et qui n’a pas à prouver son efficacité, tant elle est ancienne, pourvu qu’on sache le respecter.

Enfin, il faut surtout vous convaincre qu’ensemble nous pouvons obtenir les moyens que dans un premier temps, on nous refuse.

D’ici à mars 2014 nous allons vous proposer une nouvelle équipe municipale dynamique et un programme d’objectifs pour les 6 ans à venir, que nous définirons ensemble. Il est temps qu’Aubervilliers retrouve son histoire, ses racines de solidarité et de progrès.

C’EST POSSIBLE A CONDITION DE SE RASSEMBLER ET D’AGIR

Pascal Beaudet

9 Messages

Répondre à cet article