Déclaration de Pascal Beaudet

Droit de vote et éligibilité des résidents étrangers : le président Hollande doit respecter sa promesse de campagne !

samedi 25 mai 2013

J’ai la conviction que le droit de vote et l’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales sont une nécessité, mieux, une évidence.

J’ai toujours soutenu les initiatives en faveur du droit de vote et de l’éligibilité des résidents étrangers, notamment les votations citoyennes organisées chaque année par des collectifs d’associations.

En 2006, quand j’étais maire, la municipalité a organisé une consultation sur cette question. Près de 3.000 Albertivillariens y ont participé, et plus de 72% des votants se sont exprimés en faveur du droit de vote.

Le droit de vote des résidents étrangers serait une mesure de justice. Comment parler d’intégration et d’intérêt pour la vie publique, sans pouvoir exercer ce droit ? Pourquoi laisser des millions de personnes, qui ont fait leur vie en France, qui y résident parfois depuis des décennies, y travaillent, paient des impôts, ont des enfants de nationalité française, sans le droit de vote ? D’ores et déjà, les ressortissants des pays de l’Union européenne peuvent participer aux élections municipales et aux élections européennes et être éligibles. Pourquoi une telle inégalité de traitement ?

Le droit de vote des résidents étrangers était, si je ne me trompe, une promesse de campagne de François Hollande. Or, le Parti socialiste a la majorité à l’Assemblée nationale et au Sénat. Les députés et les sénateurs du Front de gauche ont pris officiellement position pour exprimer leur soutien de principe à toute proposition de loi allant dans ce sens. Plusieurs parlementaires de droite ont exprimé leur engagement en faveur de cette mesure. Je comprends donc mal que le président Hollande, qui a montré sa détermination sur le mariage pour tous, ne continue pas sur sa lancée.

Le droit de vote et l’éligibilité des résidents étrangers serait une mesure de justice, qui permettrait à toute une fraction de la population de se sentir enfin représentée et respectée. Nul doute que si les résidents étrangers avaient le droit de vote aux élections locales, les partis xénophobes auraient une autre expression. Nul doute non plus que cette mesure de justice serait largement appréciée.

Je souhaite que le président et le gouvernement aient le courage de présenter rapidement une réforme de la loi électorale.

Pascal BEAUDET

3 Messages