Assemblée citoyenne du Front de Gauche

Pour une loi globale contre les violences faites aux femmes

Mercredi 22 mai, 19h, école Jean Macé

lundi 20 mai 2013

Les reculs et banalisations des discriminations se multiplient et nous éloignent des acquis des luttes féministes, et ce, dans tous les domaines. Premières victimes du chômage et de la précarité, les femmes constituent la majorité du salariat en temps partiel imposé, gagnent moins de 20% de salaire pour le même poste de travail occupé que leurs collègues masculins, demeurent au premier rang des bas salaires et des retraites au rabais. Mais l’injustice implacable dont elles sont les nombreuses victimes, est l’atteinte à l’intégrité physique et le harcèlement sur les lieux de travail. Les violences conjugales dont souffrent également les enfants sont observées dans tous les milieux sociaux et quelles que soient les origines.

La société, en crise économique, politique et éthique en a fait son exutoire. Alors qu’il est de tradition de dresser le bilan de la situation, chaque 8 mars, journée internationale des femmes, moment utile d’échanges et d’actions, le Front de Gauche d’Aubervilliers propose de poursuivre cet échange avec des féministes qui agissent et qui portent les valeurs de l’égalité dans leur diversité.

En présence de :
- Ernestine Ronai : militante féministe de Seine-Saint-Denis
- Suzy Rojtman : porte parole du collectif national du droit des femmes, initiatrice du projet de loi-cadre contre les violences faites aux femmes
- Muguette Jacquain : élue de La Courneuve, déléguée au droit des femmes

2 Messages

  • Il ne manque pas un média pour relayer l’agression de l’une de nos concitoyenne par son ex "compagnon" mais rien sur la nécessité de renforcer la lutte contre ces violences pourtant en tête des agressions et des jugements aux assises.

    Pas de déplacement de ministre. Pas de déclaration.

    Pourtant, cette agression confirme s’il le fallait l’urgence d’une loi cadre pour protéger les femmes et prévenir les comportements criminels.

    Il y a urgence à agir dans tous les domaines. La loi doit mieux protéger les femmes. Des dispostifs doivent être développés pour éloigner le danger et protéger les enfants lorsque les violences ont lieu dans le couple.

    Les inégalités salariales et la précarité du travail imposée massivement aux femmes confortent la domination masculine à l’origine de bien des comportements sexistes.

    Il faut s’attaquer aux pubs sexistes qui ravagent le regard portée sur les femmes.

    Une loi générale, courageuse, constituerait un point d’appui pour éduquer les plus jeunes à des relations garçons/filles égalitaires.

    J’avais envie de transmettre mon amitié et ma solidarité à la jeune femme victime.

    Répondre à ce message