Conservatoire d’Aubervilliers : ce que le Parisien a oublié d’écrire...

lundi 6 mai 2013

Le Parisien du 4 mai revient dans un bref article sur la subvention que le ministère de la culture a fini par rétablir au CRR Aubervilliers - La Courneuve, reprenant au passage les principaux arguments des défenseurs de cette institution. Il n’oublie qu’une chose : la mobilisation des enseignants, des parents et des citoyens de tous horizons qui a permis de porter sur le devant de la scène ce qui reste un acte de mépris incompréhensible.

JPEG - 121.3 ko

Minimisant la pétition des personnels, usagers et soutiens en la réduisant à 4990 signatures (en réalité plus de 6000 à la date de parution de l’article), le Parisien fait abstraction des actions menées par le collectif des personnels du conservatoire et ses soutiens dont le site est pourtant riche d’informations.

Une mobilisation de tous

Le 24 avril a pourtant été une journée décisive avec un rassemblement sous les fenêtres du ministère de la culture. Nul doute que cette initiative, venant après une grève à 80% des personnels du conservatoire, des assemblées générales très suivies, a permis la mise en échec du coup de force budgétaire que tentait d’imposer la ministre de la culture, elle même dans la seringue des politiques budgétaires voulues par Hollande et mises en œuvre par... Cahuzac, feu le ministre du budget.

JPEG - 110.2 ko

Le conservatoire a besoin de soutien, et ceux qui sont à l’origine de sa création et qui y tiennent le savent mieux que quiconque : Jack Ralite, sur notre photo lors du rassemblement du 24 avril, Lucien Marest, ancien président du conservatoire et adjoint à la culture de 1989 à 2008 et qui a publié une déclaration reprise par le collectif des personnels du CRR, Pascal Beaudet qui, en tant que maire avait décidé de donner des locaux dignes de la qualité de son activité.

Ce résultat est une belle reconnaissance, mais le collectif des personnels du CRR et les soutiens au conservatoire attendent aussi de la région Ile-de-France qu’elle permette le bouclage financier d’un budget digne de cet équipement de premier plan.

Bernard Orantin et Eric Plée

6 Messages

Répondre à cet article