Tribune de Pascal Beaudet dans l’Aubermensuel d’avril 2013

Changer de cap !

lundi 15 avril 2013

Rappel : jeudi 18 avril, Pascal Beaudet vous invite à venir discuter de l’avenir d’Aubervilliers à l’Espace Fraternité (à partir de 18h30). En attendant, nous publions ci-dessous la tribune parue ce mois-ci dans l’Aubermensuel.

En élisant François Hollande en mai 2012, nous attendions un changement radical de politique, qui prenne enfin en compte les besoins du peuple.

Avec la signature du traité « Merkozy », Hollande a cédé aux exigences de l’Union européenne. Au nom de la réduction de la dette publique, les Français sont soumis à un véritable racket. On nous impose des augmentations d’impôts pour des services publics dégradés dans tous les domaines : santé, protection sociale, éducation, sécurité…

La pression se porte sur les collectivités territoriales, accusées de vivre au dessus de leurs moyens, alors qu’elles pallient le désengagement de l’État.
L’État doit actuellement près de 2 milliards d’euros au Conseil général de la Seine-Saint-Denis, qu’il n’a aucune intention de payer. Conséquence : les coupes anti-sociales pleuvent et les impôts locaux vont augmenter (11 % pour le département).

La situation n’est pas meilleure à Aubervilliers, qui a subi 25 % d’augmentation d’impôts locaux en 5 ans, sans contrepartie évidente.

Cette injustice ne peut pas durer. Avec cette pression fiscale, l’État fait payer son désengagement aux citoyens. Parallèlement, il consent 20 milliards de crédit d’impôts aux entreprises. Autant d’argent qui part directement dans la poche des actionnaires plutôt que de financer la dépense publique. C’est donc bien le choix de la continuité avec Sarkozy qui est fait par François Hollande et non pas celui du changement.

Le peuple est à bout. La cote de popularité en berne du chef de l’État le montre. Si une autre politique répondant aux besoins sociaux n’est pas rapidement mise en œuvre, le réveil de la classe politique risque d’être difficile.

Pascal Beaudet

4 Messages

  • Une bien belle soirée. Le 19 avril 2013 à 10:26

    une bien belle soirée !!

    surpris par le mombre et la diversité des personnes présentes à ce premier RDV avec M. Beaudet malgré l’horaire et la difficulté d’accès.

    Discours responsable, rassembleur continuez comme cela.

    Répondre à ce message

  • Retour vers le passé. Avril 2009 Le 20 avril 2013 à 11:16, par gani

    La très maigre livraison d’Aubermensuel d’avril nous informe de l’installation de l’Observatoire des engagements (ODE) et de la promotion d’Abdel Djermoune à la fonction d’animateur de la structure.

    A. Djermoune est assez bien connu à Aubervilliers. Il s’est présenté au suffrage universel et a tenté de monter une sorte d’association assez bizarre visant à soutenir ses ambitions autour d’un journal éphémère nourri de ragots et de lieux communs intitulé "Regards citoyen dans lequel on pouvait écrire ce que l’on voulait à condition de payer...

    Anna Alter, journaliste à Marianne, et auteure d’un livre plutôt nauséabond sur Aubervilliers avait contribué à ce qui ne fut qu’une piètre aventure "journalistique".

    Aubermensuel fait d’autre part état de l’interpellation d’un des présents à la réunion qui proteste contre le fait qu’A. Djermoune, employé municipal depuis peu, soit appelé à animer l’Observatoire ce qui augure mal de l’indépendance.

    On précise que l’ODE doit comporter 40 membres parmi lesqules 12 citoyens dont on indique qu’ils seront volontaires.

    Voilà qui promet.

    Répondre à ce message

    • Retour vers le passé. Avril 2009 Le 20 avril 2013 à 13:26

      La chose porte bien son nom : une ODE* à l’action de l’écurie municipale en place...
      pour le reste, c’est le fournisseur officiel de rigolade local (et de fatigue) sur le mode "merci not’bon maître". On dirait les entretiens de Giscard au coin du feu dans les années 1970.
      Ils aurait du passer directement à l’hymne**... ou au requiem !

      * Dans la littérature grecque, une ode, du grec ωδή (chant), est un poème lyrique en strophes.
      ** Hymne : chant, poème lyrique à la gloire d’un personnage, d’une grande idée, etc.

      Répondre à ce message

      • Retour vers le passé Le 21 avril 2013 à 11:24, par JC de la Mala

        Est-ce bien l’écurie municipale et non l’incurie municipale qu’il faudrait lire ?
        "Incurie" du latin incuria:de curia, soin. Manque de soin, négligence, laisser-aller !

        Répondre à ce message

Répondre à cet article