Intervention de Pascal Beaudet au conseil municipal du 11 avril 2013

Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité !

lundi 15 avril 2013

Le désengagement de l’État, les transferts de charges et l’austérité étranglent jusqu’à les asphyxier les collectivités locales. C’est dans ce contexte que le conseil municipal du jeudi 11 avril a débattu de son budget pour l’année 2013.

Le rapport présenté par le maire s’appuie sur le constat d’un contexte économique et financiers qui enfonce les villes dans la crise, sans pour autant qu’il soit envisagé de mener des actions aux côtés de la population pour tenter d’en sortir.

Le rapport constate que : « Globalement, le contexte est encore fortement soumis à l’influence de la crise qui s’est déclenchée en 2008. Devant les menaces représentées par le poids des dettes souveraines, des politiques très volontaristes de réduction des déficits publics ont été mis en œuvre dans la zone euro sans parvenir à sortir les économies de la spirale de la récession.

De ce fait, tous les indicateurs sont en berne, la reprise économique reste hypothétique et les objectifs de retour à un déficit public égal ou inférieur à la règle des 3% ont dû être reportés sur l’année 2014.

Dans ce contexte récessif, les collectivités territoriales sont du même coup invitées à participer plus largement à l’effort de redressement des comptes de la nation, cette injonction trouvant sa traduction dans le durcissement des objectifs qui leur sont dorénavant assignés.

Après le gel des dotations imposé par les lois de finances depuis l’année 2011, des nouveaux efforts seront sollicités sur les exercices prochains. Les annonces faites par les représentants du gouvernement lors des derniers Comités des Finances Locales en ont établi le cadre : pour la première fois depuis qu’a été posé le principe de l’encadrement des dotations d’État (1993), leur enveloppe se verra réduite ; il est fait état d’une réduction de 4.5 milliards d’euros pour les années 2014 et 2015, prélèvement qui doit être rapporté, pour bien en mesurer l’importance, à la somme des concours financiers de l’État aux collectivités soit 60 milliards (FCTVA inclus) ».

Face à cette situation, les élus du groupe communiste et citoyen « Tous ensemble pour Aubervilliers » refusent de baisser les bras. Ils veulent rompre avec cette logique austéritaire et mener des actions qui redonnent confiance et fassent reculer la déception des électeurs de gauche qui s’amplifie de jour en jour.

C’est qu’a voulu exprimer Pascal Beaudet dans son intervention lors de la séance du conseil municipal.

Une fois n’est pas coutume. Après plusieurs années d’augmentation des taux d’imposition ceux-ci demeureront inchangés en 2013. Après avoir eu près de 25 % d’augmentation de la fiscalité locale en cinq ans, on a envie de dire enfin, nous allons y échapper pour cette année.

C’est là une nouvelle réjouissante et nous aurions aimé que cette décision soit proposée au conseil municipal, bien avant cette année préélectorale. Tout comme nous aurions apprécié positivement que la majorité municipale s’oppose aux contraintes financières importantes imposées par l’État. Cette situation pèse sur les finances des collectivités territoriales et provoque une diminution globale des concours financiers de l’État. La situation faite au Conservatoire à Rayonnement régional en est un des exemples, ou encore la prise en charge dans le budget communal pour les années a venir de la modification des rythmes scolaires décidée dans la précipitation.

La situation a pourtant changé. La gauche, en tout cas une certaine gauche, a tous les leviers du pouvoir et devrait agir avec force et détermination pour ne pas aggraver les politiques publiques et marquer réellement un coup d’arrêt aux politiques d’austérité. Mais il n’en est rien, et l’attente du changement se fait toujours attendre.

Les collectivités continuent d’être obligées de compenser les transferts de compétences de l’État et ce sont toujours les ménages et les familles qui en font les frais et en subissent les conséquences financières. Aubervilliers n’échappe pas à cette situation.

Voter pour ce budget sans qu’il ne soit proposé la moindre initiative à la population pour obtenir des engagements plus forts de l’État, serait d’une certaine manière, cautionner la rigueur austéritaire qui s’est malheureusement poursuivie après l’élection de François Hollande.

Cette logique austéritaire, que le Président de la République tente aujourd’hui de camoufler derrière la notion de « sérieux budgétaire », met les finances des collectivités locales dans le collimateur.

Pour répondre à cette obsession de réduction des déficits et de baisse des dépenses publiques afin de satisfaire la règle d’or du TSCG [1], le gouvernement a décidé de mettre à contribution les collectivités au motif qu’elles vivraient au dessus de leur moyens, alors qu’en fait elles pallient au désengagement de l’État.

Il est temps, il est grand temps que tout ceux qui ont voulu le changement s’engagent véritablement, et dès maintenant, vers un nouveau contrat politique alliant la lutte contre la domination de la finance avec une nouvelle répartition des richesses. À gauche, de nombreux élus disent vouloir rompre avec l’austérité, d’autres nous demandent d’être patients, car cela ne serait pas actuellement possible en raison de la crise. Et bien nous, nous croyons qu’il est possible et indispensable de changer de cap tout de suite.

François Hollande et son gouvernement ont de moins en moins la confiance de leurs électeurs. Pour que la gauche réussisse, il faudrait être bien plus exigeant et mener des actions qui redonnent confiance et fassent reculer la déception qui s’amplifie de jour en jour.

Jamais autant qu’aujourd’hui nous n’avons eu besoin d’avoir des élus qui s’indignent, qui s’insurgent, face aux injustices et aux difficultés qui touchent de plus en plus la population. De ce point de vue, l’avenir qui se dessine actuellement n’est pas celui que je souhaite.

Remettre Aubervilliers sur de bons rails devient de plus en plus urgent. La politique d’aménagement de la ville a des conséquences sur ses finances. Cette politique doit être maîtrisée pour mettre en cohérence la croissance démographique et la réalisation des équipements publics nécessaires.

Pour relever les défis du futur et pour réussir, Aubervilliers a besoin, sans attendre, du changement maintenant. C’est ce à quoi nous voulons contribuer aux côtés des habitants. En l’absence d’action, nous ne pouvons approuver votre budget.

Pascal Beaudet, pour le groupe « Tous ensemble pour Aubervilliers »

Notes

[1Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance

22 Messages

  • il faudrait des actions qui redonnent confiance et fassent reculer la déception qui s’amplifie de jour en jour...
    Oh oui ! Ils subissent du haut de léchelle jusqu’en bas, . Le président subi (et accepte) les desiderata des marchés financiers et des banques. La municipalité actuelle accepte sans moufter les conséquences de cette non-politique.
    La gouvernance "socialiste", c’est l’art d’acommoder les restes, ce qu’on veut bien nous laisser.

    Vivement que cette équipe dégage. Mais les suivants devront retrousser les manches pour nous sortir de ce marécage de choucroute.

    Répondre à ce message

  • Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité ! Le 20 avril 2013 à 18:34, par Bruno Marin

    Il ne faut pas compter sur le maire ni sur son équipe municipale pour engager des actions en direction de ce gouvernement qui refuse de s’attaquer à la haute finance et préfère appliquer une politique d’austérité. Jacques Salvator soutient la politique menée par François Hollande même si celui-ci conduit la France dans l’impasse comme en témoigne le choix de Cahuzac comme ministre du budget. Ce n’’est n’est pas une erreur de casting, Cahuzac fait partie du petit monde dans lequel évolue nos ministres socialistes. Il suffit d’observer le parcours personnel du personnage pour vérifier que c’est un homme avide d’argent, un homme de la finance. A l’évidence en faisant ce choix, au-delà de la découverte tardive de sa délinquance, il n’était pas envisageable qu’il aille chercher l’argent là où il est, notamment au travers d’une réforme fiscale de grande ampleur, et encore moins qu’il tente de mettre en place un pôle public bancaire, dont l’une des missions serait d’aider les entreprises à aller vers l’emploi, la formation, de bonnes rémunérations et non d’aller vers la recherche de profits financiers toujours plus juteux et de dividendes versés aux actionnaires.

    Répondre à ce message

  • Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité ! Le 20 avril 2013 à 18:59, par Olivier

    Les communes subissent des contraintes financières et des mesures d’austérité depuis bien avant 2008. Il est incompréhensible que ces contraintes se poursuivent, voir s’intensifient, sous une gouvernance socialiste.
    Ce qui est en train de se faire, c’est la mise en œuvre du traité européen, le TSCG, qui organise des budgets de crise à tous les niveaux (villes, conseils généraux, régions, État). De fait, en n’ayant rien modifié du traité européen, Hollande applique des mesures d’austérité pour répondre aux intérêts des marchés financiers. Quand on place le remboursement de la dette des États avant le développement des services publics, on fait un choix. Le manque d’initiative et d’appel à agir de Salvator est aussi un choix politique. La gauche ne peut gagner qu’avec une politique de gauche. Avec la municipalité actuelle, il n’y a aucune chance de faire gagner la gauche. En mars 2014, il faut changer de maire.

    Répondre à ce message

  • Oui M. Hafidi ! en tant qu’élu et président du CRR le moment est venu de passer à l’action et de cesser de subir.
    Le prochain rassemblement Flash Mob "Paye ton conservatoire" aura lieu mercredi 24 avril à 18 heures sous les fenêtres du Ministère de la Culture aux colonnes de Buren, Métro Palais Royal. Votre présence comme celle du maire est indispensable pour rappeler au gouvernement qu’il doit assumer financièrement sa part de responsabilité dans la gestion du CRR.

    Répondre à ce message

  • Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité ! Le 24 avril 2013 à 18:49, par Françoise

    Savator et Hafidi sont totalement inscrits dans la défense du gouvernement Hollande/Ayrault. Il faut absolument et à n’importe quel prix accepter passivement la diminution de la dépense publique. Que les service rendus aux familles et aux enfants du conservatoire soient réduits ne les conduits pas à renforcer les actions engagées. Ils restent silencieux et peu actifs tout en faisant croire qu’ils soutiennent les parents d’élève. Toutefois si l’action menée par les parents a des résultats positifs, ils ne manqueront pas de se mettre en avant et de dire que c’est grâce à eux.

    Répondre à ce message

  • Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité ! Le 24 avril 2013 à 18:57, par con de contribuable

    Après avoir augmenté les impôts locaux de 25%, généreusement et par un pur hasard, le maire d’Aubervilliers décide de faire une pause juste avant l’année électorale des municipales. La ficelle est un peu grosse non !

    Répondre à ce message

  • De la ficelle au cable Le 25 avril 2013 à 11:21, par Cableur

    C’est vrai ça, la ficelle est un peu grosse.

    Mais, les élus communistes qui votent les dépenses du PPP, des constructions d’écoles, des crèches, des centres sociaux, du conservatoire de musique,... sans expliquer comment ils les financent, ce n’est pas mal non plus.

    A les entendre fustiger l’impôt et l’emprunt, on se demandent même s’ils auraient construit ne serait ce qu’un CCR de 18 millions d’euros.

    Bon mais là, ce n’est plus de ficelle, c’est du câble.

    Répondre à ce message

    • De la ficelle au cable Le 25 avril 2013 à 15:35

      c’est la réponse du berger à la bergère...les socialistes salvator et yonnet en tête votaient les crédits et même proposaient d’emprunter plus dans la précédente mandature...

      Répondre à ce message

    • De la ficelle au cable Le 25 avril 2013 à 17:02, par Ficelle

      Parce que les élus communistes n’ont jamais contruit aucun équipement nulle part ? Bien entendu, ils empruntent. Mais ils font attention à ne pas accabler les habitants sous les impôts locaux, ils font attention à ne pas sur-endetter la ville en établissant des priorités et un calendrier dans la réalisation des équipements. Et surtout, ils ne font pas la course à l’échalotte en pensant qu’il suffit de faire venir de nouveaux habitants pour avoir de nouvelles recettes, car qui dit nouveaux habitants dit aussi nouvelles dépenses. Ils travaillent à maîtriser les arrivées de population. Ce qui fait dire à Jean-Yves Vannier que les communistes ont construit un mur autour de la ville pour empêcher les nouveaux habitants (véridique, entendu en conseil municipal). Les socialistes s’attaqueraient-ils à un nouveau mur de Berlin ???

      Répondre à ce message

  • Avancée conservatoire Le 25 avril 2013 à 11:28, par Si la musique est belle

    Les actions des profs et parents d’élèves du Conservatoire commencent à payer. Une délégation a été reçue lors de la manifestation-aubade d’hier devant le ministère de la culture.

    A la sortie, l’une des délégués a déclaré que le ministère avait décidé de remettre 132 000 euros sur la table et ses 25 %. Apparemment, cela ne représente cependant qu’une partie des budgets nécessaires. Il faudra attendre les infos plus précises de la part du collectif.
    Mais bon c’est un premier succès !

    A noter que si Gilles Poux, maire de la Courneuve = ville partie prenante dans le Conservatoire, comme Aubervilliers = était présent au côté des musiciens et parents, il n’y avait aucun représentant de la municipalité d’Aubervilliers...

    On attend avec intérêt le communiqué de presse de Salvator et Haffidi qui ne manqueront pas de nous expliquer le remarquable travail téléphonique qu’ils ont accompli à l’aide de leur "bras long".

    Jack Ralite, lui, était encore et toujours là pour défendre l’accès de tous (4 800 gamins sont cernés) à la culture.

    Répondre à ce message

  • Ranger au moins les chaises ! Le 25 avril 2013 à 17:01, par Assis

    132 000 euros d’obtenus par toute la vieille clique communiste revancharde ?

    C’est nul au regard des 18 millions du projet ! 0,7% !
    Avec les cocos, même pas les chaises on aurait eu !

    Heureusement que Salvator a été plus ambitieux et surtout plus efficace.

    A bientôt pour l’ouverture de cet équipement qui, on peut en être sûr, ravira les enfants et leurs familles d’Aubervilliers et de La Courneuve à qui nous saurons expliqués à qui ils le doivent !

    Répondre à ce message

    • Ranger au moins les chaises ! Le 25 avril 2013 à 17:03, par Chaise

      C’est un concours ? Si on fait une course à la connerie, certains vont la gagner haut la main.

      Répondre à ce message

    • Ranger au moins les chaises ! Le 25 avril 2013 à 19:37, par Si la musique est belle

      Les parents d’élèves vont être ravis de vos débordements et de se voir traiter de "vieille clique coco" !
      Vous figurez désormais au tableau des imbéciles notoires.

      Au passage, défendre la politique de l’autruche de la municipalité, ne vous dispense pas de réfléchir avant d’éculubrer.

      Répondre à ce message

    • Ranger au moins les chaises ! Le 25 avril 2013 à 19:41

      Heureusement que Salvator a été plus ambitieux et surtout plus efficace... j’ai dû louper un épisode. C’est Star Strek la série ou Plus belle la vie ?

      Le générique en tout cas c’est grosses caisse et joueur de pipeau !

      Répondre à ce message

    • ... et squatter l’inauguration ! Le 26 avril 2013 à 09:07

      Ne mélangez pas coût de construction et besoin en fonctionnement. Si on laisse faire, des millions auraient été investis dans un équipement culturel de haut niveau pour nos enfants. Et il ne pourrait fonctionner au nom d’un rationnement budgétaire mené sans discernement.
      Mme Filipetti semble l’avoir entendu partiellement. Notre "sinistre" de la culture local lui est sourd et muet. Il n’en viendra pas moins couper le ruban lors de l’inauguration, s’attribuer les palmes et nous infliger quelques platitudes bien senties avant d’inaugurer le buffet.

      Au passage, rappelons que ce nouveau conservatoire a été lancé, décidé et voté par la municipalité précédente qui, elle, menait une politique au service de tous.

      Répondre à ce message

  • Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité ! Le 25 avril 2013 à 18:25, par Solange

    On sent chez les élus socialistes d’Aubervilliers un certains découragement voir une grande lassitude, ils ne sont même plus en capacité d’être aux côtés des parents d’élève pour afficher leur soutien. S’il y a un désaveu populaire qui monte à l’égard de la politique d’austérité du gouvernement, il existe aussi un désaveu des habitants d’Aubervilliers à l’égard de la gestion actuelle de la ville. Dans cette bataille pour le budget de fonctionnement du conservatoire, l’élu à la culture est complètement en retrait, il n’a pris aucune initiative en dehors de ses discours qui se voulaient toujours rassurants. De la même manière la décision du maire de ne pas augmenter les impôts locaux l’année de l’élection municipale ne trompe personne.

    Répondre à ce message

  • Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité ! Le 25 avril 2013 à 19:12, par Agent communal

    Ce qui se passe à propos du conservatoire de musique est très significatif de l’attitude des élus de la municipalité. Espérer une sortie de crise sans rien faire pour ne pas contrarier la ministre de la culture. Suivre avec attention les actions engagées par les parents d’élèves et les professeurs, mais ne rien faire pour les aider ou les encourager à renforcer leurs actions. Les actions menées par les professeurs et les parents montrent que la bataille peut-être gagnée malgré l’inertie des élus locaux. Il ne faut pas baisser les bras et continuer de participer aux initiatives à venir aux côtés du collectif des personnels, des parents et des étudiants. Bien sûr que si la bataille est gagnée, le maire et l’insignifiant élu à la culture diront que c’est grâce à eux, mais peu importe, ce qui compte c’est de défendre les enfants qui fréquentent le conservatoire de musique.

    Pour apporter votre soutien, vous pouvez prendre contact :

    collectif.crr93@gmail.com

    collectifetudiant93@gmail.com

    Dîtes NON AU DÉSENGAGEMENT DE L’ÉTAT !

    Répondre à ce message

  • Aubervilliers mérite mieux qu’un budget d’austérité ! Le 30 avril 2013 à 19:43, par Réveillons nous

    Qui a dit : "je déclare la guerre à la finance ?"
    Le salaire (fixe + variable) de Jean-Laurent Bonnafé, le patron de BNP Paribas, a progressé de 42,08% à plus de 2,8 millions d’euros. Celui de Frédéric Oudéa, son homologue de la Société Générale, a cru de 30,42% à près de 2,2 millions d’euros – et ce, alors même que le résultat de la banque chutait de 67,5%. Même chez BPCE (Banques Populaires - Caisse d’Epargne), le Pdg, François Pérol, voit sa rémunération augmenter de + 2,62% alors que le résultat de sa banque a perdu 19%.
    Les patrons des banques françaises ne sont d’ailleurs pas seuls à se goinfrer pendant la crise : les 3000 traders de BNP-Paribas se sont ainsi répartis quelque 550 millions d’euros de bonus. Soit, en moyenne, 170.000 euros par personne.
    Grâce à M. Hollande, tout le monde se serre la ceinture… sauf eux !

    Répondre à ce message