Samedi 6 avril, manifestation des parents devant la mairie d’Aubervilliers

1000 enfants devront changer d’école à la rentrée 2013 : inacceptable !

mercredi 10 avril 2013

Le maire Jacques Salvator se serait bien passé de ce nouveau revers après l’accueil que lui avaient réservé parents, enseignants et animateurs sur l’application dès 2013 de la réforme des rythmes scolaires.

Cette fois, c’est devant la députée Elisabeth Guigou, le président du Conseil Général Stéphane Troussel, venus assister en grande pompe à l’ouverture du festival Banlieues Bleues que des parents très remontés sont venus manifester leur ras-le-bol par rapport à une mesure de carte scolaire qui déplace plus d’un enfant sur dix. "Après Gérard Philipe, Victor Hugo, et à la rentrée prochaine Jules Guesde, c’est la troisième fois que mes enfants changent d’école" assure un papa brandissant l’un des nombreux panneaux confectionnés pour l’occasion. "Si j’étais le seul, je pourrais comprendre, mais là c’est plus d’un enfant sur dix à Aubervilliers qui doit subir ça" poursuit-il. "Inacceptable" juge un autre parent en colère face à "l’incurie municipale qui s’étale au grand jour".

"Si vous êtes capable de faire mieux, présentez vous aux élections"

JPEG - 100.1 ko

Déjà la veille, le maire à court d’argument dans un dossier qui le dépasse, avait invité les parents à se présenter aux élections municipales s’ils étaient "capables de faire mieux". "Chiche" affirme une maman, "le 18 avril prochain, nous serons quelques uns à interpeller Monsieur Beaudet à l’espace Fraternité" (la première réunion publique pour les municipales 2014 NDLR).

Alors comment on est-on arrivé là ? La situation n’est pas nouvelle depuis le boom démographique de l’année 2000 qui s’est confirmé les années suivantes. Mais l’augmentation accélérée de la population a été plus vite que les constructions d’écoles et oblige les services municipaux à refaire la carte scolaire presque chaque année pour faire entrer tous les enfants dans des établissements pleins comme des œufs.

Ne tirons pas sur l’ambulance

JPEG - 122.4 ko

Situation difficile pour le service de l’enseignement à Aubervilliers qui fonctionne à effectif constant depuis de nombreuses années alors qu’il doit gérer un nombre d’élèves en très forte augmentation et un nombre de demi-pensionnaires en augmentation encore plus forte. Incontestablement, il aurait besoin de soutien, et sans doute même par un cabinet spécialisé en gestion de carte scolaire. Mais n’imaginons pas de miracle là où il n’existe aucune marge de manoeuvre. Les classes sont quasiment toutes proches de l’effectif maximum.

La réalité est qu’on assiste dans cette ville à une absence totale de réflexion et de mise en cohérence des politiques d’urbanisme avec les politiques d’équipement, scolaires notamment. "On le paie comptant aujourd’hui et ce n’est pas fini" affirme un fonctionnaire territorial qui dénonce la frénésie de programmes immobiliers dans la ville.

"Le problème, c’est qu’on construit trop"

JPEG - 74.6 ko
En juillet 2012, il y avait trois bugalows de vente le long du square Stalingrad. Aujourd’hui, il y en a six.

Nombre d’acheteurs de nouveaux logements en copropriété sont en fait des investisseurs qui bénéficient de niches fiscales (loi Sellier et aujourd’hui loi Duflot [1]) à condition de louer pendant neuf ans. Ne trouvant pas de locataires en capacité de payer un loyer de 1100 ou 1200 euros pas mois pour un T3, ils louent à plusieurs familles. Les répercussions sur les écoles de secteur ne se font pas attendre. Ainsi l’école du Landy est pleine à craquer et la ville doit organiser une navette pour ramener des enfants vers le groupe scolaire Quinet Matthiez, comme avant...

En réalité, "les constructions actuelles ne répondent en rien à la demande de logement albertivillarienne et sont même largement à l’origine de la difficulté actuelle" nous précise une maman qui en participant au recensement l’an passé avait commencé à mesurer l’importance de ce phénomène de sur-occupation...

Oui, il y a urgence à maîtriser les permis de construire pour sortir de cet engrenage.

Arnandi Bulle

Notes

[1La loi Duflot est une version écolo-boboïsée de la loi Sellier à laquelle elle succède et qui permet à un accédant à la propriété d’un appartement répondant aux normes environnementales de bénéficier d’une réduction d’impôts conséquente.

36 Messages

  • Comparer un service municipal à une ambulance, c’est pas très sympa...

    Répondre à ce message

    • Pas sympa, mais quand le service de l’enseignement reçoit à longueur de journée les injonctions des élus pour une dérogation parce que sinon les gens font tout un pataquès parce que leurs gosses sont dans des écoles différentes, on ne peut se dire que c’est plus un service public... L’appellation d’ambulance est plus juste.

      Et accessoirement, si les gens qui obtiennent leur dérog peuvent voter correctement, c’est peut-être pas plus mal...

      Répondre à ce message

  • 1000 enfants et pourquoi pas 10 000 ? Le 11 avril 2013 à 21:55, par Victor Noir

    Franchement,, le titre est d’une ridicule propagande (Eric, si tu m’entends) .... Le ballon, malgré les efforts d’une FCPE locale très "orientée" se dégonflera. On parie ? Par analogie, je vous le dis, cete affaire finira à l’équivalent des réservations en centre de loisirs. C’est à dire, accepté et acceptable. Si j’étais méchant, je m’amuserais que le PC défende, pour l’essentiel, les intérêts de la petite classe moyenne locale dont les enfants sont scolarisés à Victor Hugo / Balzac et qui ont la trouille d’aller dans des écoles plus "populaires". Passons...

    Tiens, puisque l’on parle d’école, allons-y plus directement. Pascal suit la ligne : pas d’accord avec la réforme des rythmes scolaires. Ni en 2013, ni en 2014. Quelle posture et quelle imposture ! Comme si nous ne savions pas, les uns comme les autres, que dans notre ville, et dans ces villes-là, que, plus le local aura son mot à dire, mieux cela sera intéressant quant au destin de ses cohortes d’écoliers.

    Salvator a raison de jouer la chose en 2013, qui croit le contraire sera sur un combat d’arrière-garde . Je dis ça comme ça. On verra bien ...

    Par ailleurs, puisque la campagne des municipales se lance, sourions un peu quant à l’habillage "société civile" dont je subodore que va se prévaloir la liste PCF / Front de gauche. Chers camarades, tout un chacun est à même de jouer ce jeu-là, et la crédibilité de la démarche se partagera....

    Alors... Où est le programme vraiment différencié pour 2014 ? Contre l’intensificaion de la ville ? Mais Pascal a voté pour, en conseil communautaire sur proposition du président de Plaine Commune comme en conseil municipal. La cohésion sociale ? Disparue déjà du temps d’un Ralite rayonnant. Cette cohésion-là, tout un chacun sait qu’elle passera par plus de mixité , le maire actuel assume, quid d’une opposition un chouia langue de bois ?

    Bref, je m’amuse déjà un peu de la suite....

    Cordialement.

    Répondre à ce message

    • 1000 enfants et pourquoi pas 10 000 ? Le 12 avril 2013 à 06:15, par emploi d’avenir

      Une pièce dans l’Victor et toute la machine se vide... Il a pas fallu le secouer beaucoup pour que tout y passe... Rythmes scolaires, carte scolaire, urbanisme... Eh, Victor ! T’avais zappé deux ou trois papiers. C’est vrai ; des fois on met une pièce dans l’Victor et rien ne tombe... Là, c’est le jack pot, tout tombe en même temps !

      Et puis accessoirement, renseigne toi... Tu sais combien de formulaires de demandes de dérogation il a fallu retirer en catastrophe parce que le stock de 400 a été pris d’assaut ? Je te le donne en 1000 ! Et bien c’est pas 1000, comme le nombre délèves déplacés, c’est pas 10000 comme tu le laisses entendre, c’est 1500 !

      Ce serait marrant s’il n’y avait pas des familles dont les enfants se retrouvent dans des écoles différentes, et pas seulement celles de Victor Hugo...

      Bientôt, des emplois d’avenir pour accompagner les enfants déplacés par la carte scolaire ?

      Bonne journée Victor, et surtout, ne te fatigue pas trop au boulot...

      Répondre à ce message

    • mémoire courte.... Le 12 avril 2013 à 09:06

      souviens-toi Victor de ceux qui criaient aux loups du temps d’un "Ralite rayonnant" sur la densification de la ville et sur l’utilisation du droit de préemption pour ralentir le mouvement et qui aujourd’hui sont incapable de maîtriser socialement et économiquement un mouvement qui leur échappe... jouer avec les outils du capitalisme conduit toujours au même effets, chasser les plus pauvres sans répondre aux besoins de nouvelles populations...qui elles aussi finissent par partir..c’est le jeu des chaises musicales du développement urbain maitrisé par les "couleurs de béton" machine à fric de l’urbanisme....vérités d’hier mensonges d’aujourd’hui....

      Répondre à ce message

  • Comme pour les rythmes scolaires, une fois de plus, on se moque totalement des principaux intéressés à savoir les enfants. Comment un enfant peut-il faire une scolarité normale en changeant trois fois d’école ? Comment un enfant peut-il acquérir des repères alors qu’il doit chaque année se réadapter à un nouvel environnement, de nouveaux camarades, etc.

    Les parents de la FCPE posent un vrai problème, qui n’a rien à voir avec une polémique stérile. Ils veulent de la stabilité et de la cohérence pour que leurs enfants puissent suivre une scolarité dans des conditions satisfaisantes.

    Les enfants ne sont pas des pions que l’on peut déplacer comme on le souhaite, comme on mettrait des conserves en rayon.

    A une époque où on nous vante les mérites de la proximité, de la démocratie participative et où on se plaint du désengagement des parents dans l’éducation des enfants, il est réconfortant de voir que les parents, au contraire, s’opposent à des choix absurdes.

    Répondre à ce message

    • je fais partie des parents qui sont d’accord avec la réforme Le 19 avril 2013 à 19:03, par Observateur

      Non monsieur l’instit...ce n’est pas le bien être de nos enfants qui vous péoccupe.
      C’est votre confort personnel, il serait plus honnête que vous ayez le courage de dire que ce qui vous dérange ’Cest de travailler le mercredi matin"

      Si mes souvenirs sont bons...en 2004, 2005 ....les enfants allaient à l’école le samedi et tout le monde trouvait ça normal. aujourd’hui tout le monde y va de sa chanson....Quelle hyprocrisie ! vous êtes tous d’accord pour dire qu’il faut une réforme de l’école...sauf que chacun d’entre vous veut une réforme "sur mesure"

      Honte à vous ....vous vous réfugiez derrière soi disant un bien être de nos enfants.
      En tout cas je vous interdit de parler au nom du mien

      Répondre à ce message

  • victor vit dans un cocon. C’est pas plus compliqué que cela. Il lit ses petites délib’, "comprend" les projets sur dossier et se satisfait de vagues proclamations municipales.
    A-t-il seulement essayer de comprendre (je répète : comprendre) une fois ce que disent les parents sans y opposer le roc de son petit raisonnement politicien ?
    A-t-il seulement des enfants scolarisés à Aubervilliers ou en Seine-Saint-Denis ? Alors qu’il imagine (je sais, c’est dur) la volonté des parents d’assurer que les choses ce passent bien. Et leurs demandes d’autres réponses qu’un mépris imbécile. Surtout dans un département et une ville ou les remplacements d’instits ne sont pas assurés normalement : j’ai entendu un syndicaliste enseignant calculer qu’un enfant scolarisé dans le 93 pouvait perdre de ce simple fait un an de scolarité sur son parcours en primaire !
    Mais nous révèlera Victor, ce n’est que de la propagande... puisque dans ses petits papiers ses gourous disent le contraire... droit dans les yeux.

    Répondre à ce message

    • Est-ce que Victor peut nous éclairer sur un fait troublant. Haffidi a cru faire un scoop au conseil municipal d’hier en affirmant que Jean Jacques Karman était responsable des "emprunts toxiques" de la Seine-Saint-Denis. Il exhibait un article de Marianne qui prétendait de JJ Karman avait souscrit ces emprunts lorsqu’il était vice-président aux finances du département.

      Sauf que Jean Jacques Karman n’a jamais été vice-président aux finances du Conseil général.

      Que faut-il en conclure ? Qu’en politique, il vaut mieux vérifier ses sources. En journalisme, aussi. En tout cas, décernons le prix du journaliste le plus fainéant à Arnaud Bouillin de Marianne  : il lui suffisait de tapoter sur internet pour vérifier ses sources. A moins qu’il n’ait été en service commandé et qu’il ait donc écrit en toute confiance à partir des matériaux fournis par d’autres...

      PS : L’article en question est à consulter sur le site internet du Parti socialiste.

      Répondre à ce message

      • Marianne ment Le 13 avril 2013 à 15:03, par Joseph

        Pauvre Haffidi ! Il croyait tenir un scoop et s’est planté. Ce n’est pas la première fois (que les plus anciens "fréquenteurs" du site se souviennent de l’affaire Sénèque).

        Il faut dire que Marianne est une référence très sérieuse. On y apprend ainsi que JJ Karman a été exclu plusieurs fois du parti.

        Les vieux cocos meurent de rire : ils ont en effet voté l’exclusion de JJK lors de sa candidature à la législative contre Muguette Jacquaint mais l’exclusion a été refusée par le comité national.

        Cette époque très diffficile appartient, et c’est une bonne chose, au passé.

        Pour résumer le papier de Marianne est un tas de conneries. Qu’on se le dise !

        Répondre à ce message

      • Les emprunts toxiques sont néanmoins une réalité Le 19 avril 2013 à 19:11, par Observateur

        Oui Monsieur ...ce n’est pas de sa qualité de vice-président aux finances dont il est question. La seule vérité à dire c’est que Jean Jacques KARMAN est d’une incompétence avérée , et le département du 93 paye encore et continuera à payer pendant longtemps, les conséquences de décisions désastreuses illustrant avec quelle légérté Monsieur KARMAN agit concernant ses devoirs envers les citoyens qui lui ont accordé leur confiance.

        L’endettement de notre ville est colossal et n’allez surtout pas me dire qu’il a commencé en 2008.

        Répondre à ce message

        • lui, c’est un nouveau ici. Il est pas bien futé mais il est poli au moins. ça change de victor noir.

          Répondre à ce message

        • Observateur aveugle ! Le 22 avril 2013 à 09:41

          Dis nous, toi qui observe si bien, combien de socialistes incapables ont pris les mêmes emprunts pour leurs communes ?

          Répondre à ce message

        • Les emprunts toxiques sont néanmoins une réalité Le 22 avril 2013 à 11:06, par Kollontaï

          Jean Jacques KARMAN n’était pas vice-président aux finances, mais ça ne fait rien, si le département est endetté et que l’Etat lui doit 200 milliards d’euros, c’est quand même la faute à JJK.

          Alors on reprend : le trou dans la couche d’ozone, c’est JJK parce que quand il était vice-président à l’écologie, il n’a rien fait contre les aérosols.

          La sécheresse, c’est JJK, parce qu’il n’aime pas les fleurs et que quand il était vice-président aux espaces verts, refusait qu’on les arrose !

          Les pannes à répétition dans le RER B, c’est Jean Jacques KARMAN, parce que quand il était président de la SNCF, il n’a rien fait pour moderniser les équipements.

          Les pesticides, c’est la faute à JJK, car quand il était président de Monsanto, il privilégiait les produits chimiques au phytosanitaire.

          Il est responsable aussi de l’arrivée prochaine des extra-terrestres, du big bang et la liste est loin d’être terminée !

          Répondre à ce message

  • Tu sais à combien de demande de déroagtion on est aujourd’hui ? 800 ! Du jamais vu ! Mais Victor nous dira que si on s’en tient à ce chiffre ça fait 200 parents satisafaits de la nouvelle carte scolaire, soit un taux de satisfaction de 20%.
    Pas si mal...

    Répondre à ce message

  • 800, 1000, 1500 ? Le FCPETHON... Le 14 avril 2013 à 00:59, par Victor Noir

    Un pur et dur, Ludwig. En véritable révolutionnaire, son monde est binaire et bien carré. Pour lui, la nuance est une tromperie bourgeoise et le débat, une perte de temps émolliente. Et d’asséner ses certitudes, armé de sa petite guillotine mentale... On l’imagine d’un caractère un peu tendu et assez mauvais compère, à vrai dire. Conseillons-lui, pour relâcher la pression, d’afficher quelques couv’ du Nouvel Obs sur la porte de son garage et de s’en servir de cibles à fléchettes, le soir. Un peu d’activité physique, une verveine et une bonne nuit, trois semaines de ce traitement devrait le décrisper et vaguement l’humaniser (non, là je plaisante !).

    Je dis ça pour son bien (serait-il possible qu’un social-traître ait un coeur à la place du portefeuille ?). La santé psychique du camarade est clairement en péril. Si intransigeant et si peu conséquent, cela peu se payer comptant. A ce niveau d’inflammabilité révolutionnaire, préférer dégoupiller sur la toile plutôt que de balancer des cocktails molotov dans la vraie vie, quel gâchis.

    Fichu monde post-moderne ! Quand on pense à ce qu’aurait pu donner un Ludwig en zélé et petit commissaire politique dans une arrière-province soviétique il y a 75 ans...

    Plus sérieusement. Il est permis de regretter que la FCPE locale soit si visiblement sous une dominante politiquement très orientée. On l’a vu aux dernières cantonales, où elle a largement débordé de son rôle en appelant indirectement, puis directement, à voter Pascal Beaudet. On le présuppose aujourd’hui, en pré-campagne des municipales, où chacun de ses décomptes sur les demandes de dérogation recèle un petit ton triomphaliste qui en dit long sur une arrière-pensée qui n’en est même plus une.

    Pas sûr que les parents y trouvent, au bout du compte... leur compte. Ni l’école, un mieux...
    Parce que c’est là, finalement et au-dessus de tout, qu’est l’enjeu.

    Quelle école pour une ville comme Aubervilliers ? Depuis trente ans, à - 20 % de bacheliers par rapport à la moyenne nationale, la reconduction du ghetto, cohorte d’élèves après cohorte d’élèves, est dramatiquement assurée.

    Que le dessin de la carte scolaire soit, dans cette ville, fait de manière trop bureaucratique, c’est vrai mais pas nouveau. Aubervilliers est en rebond démographique depuis 2003 (comme quoi, les constructions actuelles ont bon dos). En matière de construction d’équipements scolaires, cela n’a pas su être pris en compte à hauteur du temps de Beaudet (pourtant instituteur de métier) et de son adjoint en charge, Eric Plée (pourtant professeur). Depuis, Salvator court après (trois groupes scolaires construits sur un mandat). Et le manque de classes de réserve obligera encore pour quelques années à des transferts dont tout un chacun aimerait bien se passer...

    Convenons que la forme et la manière (qui était la même hier) doivent changer. Au regard des contraines de la réalité, il faudra, dans l’avenir, que la définition de la carte scolaire soit plus anticipée, plus discutée en amont, dans une transparence en rapport avec les efforts demandés.

    Reste ce sujet principal et lancinant : quelle école pour Aubervilliers ? Et que chacun, sur ce fondamental, se pose les vraies questions. Résumer le propos à une question de moyens, posture classique de la FCPE et du PC locaux, n’est pas satisfaisant. Non qu’il n’en faille pas plus (à cet égard, rappelons le paradoxe de communistes refusant longtemps les ZEP, jugées trop stigmatisantes, et donc les ressources, quand bien même limitées, qui allaient avec). Le problème est que cette revendication s’abstrait de tout autre réflexion (et permet même de nier qu’il y en ait besoin d’une) sur le devenir de l’éducation dans une ville comme la notre.

    On ne peut plus se satisfaire de ce surplace intellectuel qui, immanquablement, ouvre la porte à tous les conformismes clandestins. Qui ne connaît pas (et en nombre) du militant de gauche dont l’enfant est dans le privé ou hors secteur(désolé, Ludwig, de mettre un peu de gris dans ton monde en noir et blanc...) ? Qui ne connaît pas des enseignants dont la pédagogie n’est plus, ni de près, ni de loin, le centre d’intérêt ? Faut-il vraiment faire les comptes, sonder les coeurs et les reins ? Pas la peine. Pour qui regarde les choses avec honnêteté, le résultat est déjà connu...

    C’est pourquoi, il est temps de considérer qu’’il y a des responsabilités à assumer localement, au-delà de la gestion des murs, pour peser vraiment sur l’environnement scolaire des enfants albertivillariens. Non pas en parallèle de l’Education nationale mais en l’accompagnant, dans une ambition assumée et dans un contrat revendiqué.

    Répondre à ce message

    • 800, 1000, 1500 ? Le FCPETHON... Le 14 avril 2013 à 03:44, par encore un effort camarade

      L’internaute qui chambre Ludwig a bien retenu les chiffres : 800, c’est le nombre de dérogations demandées ; 1000, le nombre d’élèves déplacés et 1500, le nombre de formulaires réimprimés par la ville. Et là, on peut féliciter la municipalité d’avoir su anticiper, faute d’avoir compris avant qu’en construisant tous azimut, on augmentait fatalement le nombre d’enfants dans les écoles.

      Et là, il a raison. Qu’ont fait les Beaudet, Plée pour anticiper la frénésie bétépéiste qu’allaient développer leurs successeurs ? Bon sang, ils auraient pu anticiper...

      Ils auraient pu prévoir qu’ils auraient comme successeur de feu la conseillère générale Evelyne Yonnet comme adjointe à l’urbanisme un prof de béton qui allait déposer dans toute la ville des cabanons de vente d’immeubles en copropriété.

      Et notre ami a encore raison d’affirmer que pour construire l’école de demain, il faut contractualiser entre une ville endettée à hauteur de 200 millions et une éducation nationale à bout de souffle. Faute de pognon, la ville pourra apporter son expertise avec son personnel politique actuel de haut niveau... (Hafidi, Theurier, Khellaf, Garnier, Hammache....). On aurait presque envie de dire, Lanternier, reviens...

      Et il a encore raison de fustiger la FCPE locale, incapable de penser juste alors qu’elle avait été remise dans le droit chemin avant 2008 par l’actuelle élue à... la propreté.

      Encore un effort camarade, et dans cinq ans tu réussiras à faire les connections entre tous ces éléments et tu comprendras qu’on ne peut impunément mener n’importe quelle politique en matière d’urbanisme sans en payer cash les effets. Et on n’a pas fini, alors autant commencer à arrêter les frais au plus tôt, dès 2014.

      Quant aux conseils que tu donnes à Ludwig, continue à l’assister en lui préconisant une médication douce. C’est l’avenir et c’est lucratif. C’est un peu ce qu’avait fait Cahuzac dans son domaine en abandonnant sa spécialité pour une activité bien plus rentable... Comme l’immobilier d’ailleurs...

      Répondre à ce message

    • 800, 1000, 1500 ? Le FCPETHON... Le 14 avril 2013 à 11:22, par ludwig Fermtag

      victor mon amour,
      toute la moitié d’un post long comme une diarrhée (et à peu près aussi utile) pour me traiter de commissaire politique, frizer le point Goodwin, asséner un cageot d’insultes étonnant... au point que j’en ai relu moins post pour comprendre ce qui avait pu si fort déchaîner ton ire.
      Rien : pas un poil ne déborde, pas un mot sur les trahisons solfériniennes à l’égard des ouvriers de Florange, des salariés de PSA, des immigrés qui attendent depuis 40, ans le droit de vote. Sans parler de l’adoption (quasi par le seul Parti Solférien) de l’infamie qu’est la loi ANI. Abrégeons la liste ici.

      Et toi, comme toute cette armée d’hallucinés partisans de Désir (juste Harlem, hein) qui veut colmater les brèches en traitant ses opposants de populistes. Comme tu le fais si bien. Qui n’a jamais tort, ne se trompe jamais,
      Finalement, c’est juste ça : tu est un brave petit soldat d’un parti devenu inutile, sans autre objet que défendre la peau de l’appareil. Ce qui est l’exacte définition du stalinien.

      Comme j’ai l’âme charitable, je te renvoie à l’admirable questionnement de Gaetan Gorce, tu sais, le député PS de la Nièvre. Mets tes lunettes et va jusqu’au bout. Aller, retour au monde réel. ça pique mais ça fait du bien.

      C’est là : http://www.lemonde.fr/politique/art...

      Et bonjour à tes deux neurones !

      Répondre à ce message

    • 800, 1000, 1500 ? Le FCPETHON... Le 14 avril 2013 à 12:04, par zorbec le gras

      En véritable révolutionnaire, son monde est binaire et bien carré.
      Ben totor, être un révolutionnaire (si révolutionnaire il y a), c’est justement le contraire !

      Mais tu as raison, face aux banques qui pillent le monde, être nuancé et plein de tact, ça aide. Voir DSK, président du FMI et potentiel candidat socialiste, Cahusac, fraudeur et ministre du budget...

      Répondre à ce message

    • 800, 1000, 1500 ? Le FCPETHON... Le 14 avril 2013 à 12:16

      victor écrit :
      "Quand on pense à ce qu’aurait pu donner un Ludwig en zélé et petit commissaire politique dans une arrière-province soviétique il y a 75 ans..."

      Ouf, on a échappé au pire, Victor est trop mou !. Mais il est sur la bonne voie : selon le monde.fr, la numéro deux du Parti populaire, María Dolores de Cospedal, est allée plus loin, qualifiant ces dénonciations de "nazisme pur et simple". Elle visait les associations (surement des commissaires politiques revenus des années 30) qui combattent les banques qui expulsent des emprunteurs en difficultés.

      Victor, apprends l’espagnol, des postes vont se libérer au gouvernement Parti populaire (de droite dure, NDLR) de la péninsule.

      Répondre à ce message

    • Victor, donnes ton scoop à médiapart Le 14 avril 2013 à 19:59, par parent d’élève

      la FCPE a appeler à voter Beaudet aux cantonales ? Donnes tes sources Victor, ça m’intéresse.

      Répondre à ce message

  • Où en est l’internat d’excellence ? Le 14 avril 2013 à 09:03, par Claudine

    J’ai entendu à la TV (je ne me souviens pas de la chaîne) que M. Peillon avait décidé de mettre fin aux "internats d’excellence" imaginés par Sarko et qui seraient au nombre de 45 en France.

    Je crois me souvenir qu’Aubervilliers figure parmi ces 45. Peut-on connaître le bilan de ce qui a été une initiative très coûteuse (et très douteuse) et ce qui va se passer maintenant ?

    Répondre à ce message

    • Où en est l’internat d’excellence ? Le 17 avril 2013 à 07:02

      Internat d’excellence : Peillon n’a pas fait que des conneries ! Il avait rendu public les rapports de l’inspection générale que son prédécesseur Darcos gardait sous le coude pour les resortir au gré de sa politique de communication.

      Parmi ceux-ci, celui qui portait sur les internats d’excellence était accablant. En général, il faut lire netre les lignes pour comprendre le sens de ce type de rapport. Là, pas besoin : dispendieux, sans innovation pédagogique, ne ciblant pas un publis qui en a réellement besoin, ils n’apportent rien de plus au système. Nous avions eu un petit débat sur le site suite à un article intitulé ’L’internat d’excellence ne doit pas être l’arbre qui cahe la forêt".

      Seuls Sarozy et la ville d’Aubervilliers défendaient le truc ! Même Bruno Julliard du PS considérait que c’était une imposture, au même titre qu’Henriette Zoughebi du PCF qui précisait que la région Ile de France n’avait pas mis un sou dans les internats d’excellence.

      La question du centre de Bury pour Aubervilliers est vraiment posée. Ne faut-il pas y favoriser l’organisation de classes transplantées qui toucherait des centaines d’enfants plutôt que la vingtaine qui fréquente l’internat actuellement ?

      Répondre à ce message

      • Où en est l’internat d’excellence ? Le 17 avril 2013 à 13:43, par Claudine

        Merci pour les précisions et l’analyse, mais si je comprends bien l’internat de Bury reste en fonctionnement cette année. Quel est le bilan et que comptent faire MM Garnier/Salvator ?

        Répondre à ce message

        • Où en est l’internat d’excellence ? Le 17 avril 2013 à 14:14

          Internat : le meiux est de poser la question aux intéressés. Mais ne les accablez pas... Entre las rythmes scolaires et la carte scolaire c’est un peu dur pour eux...

          Répondre à ce message

          • Où en est l’internat d’excellence ? Le 17 avril 2013 à 20:48, par Gigi

            L’audition de M Daniel GARNIER par l’ODE a peut-être apportée quelque réponse sur ce sujet.

            Je vous laisse le soin de la visionner : http://ode.aubervilliers.fr/

            Répondre à ce message

            • Où en est l’internat d’excellence ? Le 18 avril 2013 à 13:51, par Sens critique

              Daniel GARNIER, maire-adjoint, auditionné par l’Observatoire des engagements, courroie de transmission du maire : est-ce bien sérieux ? Toutes les garanties de déontologie sont-elles bien respectées ?

              Répondre à ce message

              • foutage de G.... Le 18 avril 2013 à 17:56

                je viens de visionner les auditions de l’observatoire des engagements. Quelle foutage de G.... les animateurs seront-ils auditionnés sur les moyens mis à leur disposition pour servir de relai à la politique municipale ???

                Répondre à ce message

                • foutage de G.... Le 25 avril 2013 à 14:34, par Ré-Animateur Périscolaire

                  Lu sur le Site du PS d’Aubervilliers concernant le remplacement des professeurs absents :
                  « Le gouvernement a saisi la mesure de l’urgence. […] Dès septembre 2012, 1 000 postes supplémentaires ont été attribués, dont 23 pour la Seine-Saint-Denis. »
                  Rappelons simplement que cela représente moins de 10 % des moyens nécessaires pour couvrir les hausses d’effectifs pour l’année 2012.
                  Mais soyez rassurés car « En attendant l’amélioration de la situation locale, nous (le PS local) restons solidaires des enseignants et des parents d’élèves d’Aubervilliers, et attentifs aux investissements du gouvernement pour réussir le pari de la jeunesse. »
                  Aussi dans la même veine et au dos de ce tract, la majorité municipale tente de justifier le choix de l’application en 2013 de la réforme des rythmes scolaires avec pour argument suprême « éviter de répéter l’erreur des mandatures communistes qui avaient rejeté dans un premier temps la réforme des ZEP, sous prétexte qu’elle allait stigmatiser les quartiers populaires sans apporter les moyens nécessaires. »
                  Décidément, la majorité municipale a raison de mettre en avant sa politique éducative comme symbole de sa réussite et et surtout à quel point celle-ci fait l’objet d’un réel consensus. Ainsi, les parents comprendront que le rythme de leurs enfants était la motivation principale à l’application de cette réforme en 2013 surtout sans arrières pensées électorales.

                  Répondre à ce message

  • A propos de l’internat d’excellence Le 19 avril 2013 à 18:56, par Observateur

    Je suis étonné que toutes les questions relatives à l’internat d’excellence soient adressées à Monsieur GARNIER, alors qu’elles relevent de la compétence de Mme Tunis THEURRIER. Concernant l’ODE, je ne peux m’empêcher de me poser la question : "Pourquoi durant, toutes les mandatures précédentes à J. SALVATOR , jamais personne n’a pensé évaluer le travail des élus que vous avez choisi par les citoyens que vous dites "représenter" ?

    Répondre à ce message

    • A propos de l’internat d’excellence Le 22 avril 2013 à 19:05

      si l’ode était là pour évaluer les élus, ça se saurait. Elle est là pour leur donner la parole.

      Répondre à ce message

      • Patience et question Le 23 avril 2013 à 08:13, par Sophie

        En fait ce sont seulement quelques adjoints qui ont été "auditionnés". Pour tous les autres ça va venir peut-être mais il faut se dépêcher.

        S’agissant de Mme Theuriez, je veux bien qu’on l’interpelle mais je ne sais pas qui c’est.
        Peut-on m’éclairer ?

        Répondre à ce message

    • A propos de l’internat d’excellence Le 23 avril 2013 à 18:34, par Victor Rouge

      Cher Observateur,

      Ce soi disant travail d’évaluation n’a jamais été fait auparavant précisément car ce n’est pas de l’évaluation mais de la communication.

      La veritable évaluation, qui a vraiment du sens, aura lieu en mars 2014.

      Répondre à ce message