Tribune de Pascal Beaudet, pour le groupe des élus « Tous ensemble pour Aubervilliers »

Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers !

vendredi 22 février 2013

La mobilisation contre la réforme Peillon s’intensifie à Aubervilliers. Les parents d’élèves et les enseignants vont défiler demain du Fort d’Aubervilliers (départ 10h00) jusqu’à la place de la mairie. Les communistes d’Aubervilliers soutiennent cette initiative et leurs élus s’opposent à la mise en place de cette réforme bâclée. Nous reproduisons ici leur tribune du 19 février.

Le ministre de l’Éducation nationale, Monsieur Peillon, a fait adopter une réforme des rythmes scolaires dans l’enseignement primaire, dont la mesure la plus emblématique est le passage de la semaine de 4 jours à la semaine de 4 jours et demi.

Tout le monde, enseignants et parents d’élèves, s’accorde à trouver cette réforme justifiée. Pour être menée à bien, elle a besoin d’une véritable concertation.

En plus, elle sera à la charge des communes, puisque le temps dégagé dans la journée – pause méridienne et temps post-scolaire – sera matériellement et financièrement pris en charge par les villes.

Une incitation financière pour 2013-2014 et 2014-2015 pousse les communes, dont Aubervilliers, à se décider avant le 31 mars 2013 afin d’appliquer les nouveaux rythmes dès la rentrée 2013. La concertation sur les propositions d’aménagement du temps extra-scolaire avec les enseignants et les parents d’élèves est donc réduite.

Enseignants comme parents auraient souhaité une réforme en profondeur, basée sur une révision des programmes et un calendrier scolaire refondu.
Les enseignants ne sont pas favorables à la réforme pour plusieurs raisons, notamment parce qu’en passant de 6h de cours quotidiennes à 5h30, la journée de travail des enfants n’est pas véritablement allégée.

Les parents d’élèves, eux aussi, sont très réservés, notamment parce que la nature des activités extra-scolaires est insuffisamment définie : quelles seront-elles, comment et par qui seront-elles encadrées, quels enfants en bénéficieront, à quels tarifs ? Autant d’interrogations qui restent sans réponse.
Malheureusement, un écart risque de se creuser entre les communes riches qui auront les moyens d’investir financièrement et de recruter du personnel qualifié, et les communes pauvres qui devront se contenter d’un simple encadrement des enfants en l’absence de moyens. S’il existe une incitation financière pour les deux premières années, l’accompagnement des enfants sera ensuite entièrement à la charge des communes.

Dans une période où les dotations aux collectivités sont en régression, comment les villes, notamment la nôtre, feront-elles pour engager un personnel qualifié pour des activités extra-scolaires de qualité, alors que dans le même temps, les dotations d’État sont réduites et les villes sont incitées à réduire leurs dépenses ?

A toutes ces questions, le ministre ne répond pas. À toutes ces questions, nous avons localement besoin de réponses précises pour nous déterminer.
C’est pourquoi, les élus du groupe communiste et citoyen « Tous ensemble pour Aubervilliers » sont dans l’attente de connaître les modalités précises de mise en œuvre de l’aménagement des rythmes scolaires proposées par la municipalité.

Nous demandons que la majorité municipale prenne le temps nécessaire à la concertation avec les associations de parents d’élèves, les syndicats d’enseignants et les syndicats du personnel communal, ainsi que le personnel des centres de loisirs. Nous nous prononcerons en fonction de la nature du projet d’aménagement des rythmes scolaires, de la qualité de la concertation, et de l’avis des principaux acteurs.

Nous sommes hostiles à une décision qui serait prise à la va-vite pour obtenir des aides financières qui ne dureront pas dans le temps. Nous préférerions que la mise en œuvre de la réforme soit travaillée en amont et qu’elle soit repoussée à 2014 si un consensus n’est pas trouvé avec les principaux acteurs de la vie scolaire, ce dans l’intérêt des principaux intéressés, les élèves d’Aubervilliers.

Pascal BEAUDET
Président du groupe communiste et citoyen
« Tous ensemble pour Aubervilliers »

15 Messages

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 13:41, par Parent d’élève

    Voici la motion que le conseil d’école de Joliot Curie a adopté à l’unanimité ce matin :

    "Motion pour Monsieur le Maire

    Le conseil d’école Joliot-Curie dénonce le manque d’enseignants qui fait que, depuis la rentrée, 86 jours d’absence d’enseignant n’ont pas été remplacés.

    Pour le conseil d’école Joliot-Curie, aucune réforme des rythmes scolaires ne pourra aboutir tant que chaque enseignant de l’école Joliot-Curie absent ne sera pas systématiquement remplacé par un enseignant formé et qualifié.

    Le conseil d’école Joliot-Curie s’oppose à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2013 et demande que cette réforme soit modifiée pour mieux prendre en compte les demandes des enseignants, des animateurs et des parents et qu’une véritable concertation soit dès à présent ouverte.
    "

  • ça ne bougera pas à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 15:40, par Où est l’intérêt de l’enfant ?

    A lire les déclarations du conseil de Joliot-Curie, on comprend qu’il n’y aura pas de réforme des rythmes avant bien longtemps.
    Dommage pour les écoliers qui auront encore des journées trop longues et des semaines trop courtes.

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 17:05, par Solange

    L’intérêt de l’enfant serait de prendre à bras le corps la réalité des problèmes et d’apporter les réponses qu’il convient aux besoins de l’école publique. A Aubervilliers il y avait 14 postes vacants à la rentrée de 20102, à ce jour on comptabilise plus 1500 journées d’enseignement non assurées faute de remplaçants, il a été supprimé 10 postes d’enseignants spécialisés pour aider les élèves en difficulté...où est le changement maintenant avec ce Ministre de l’Éducation National ?

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 18:12, par Alzeimer

    Faire porter les difficultés actuelles au gouvernement de François Hollande.
    C’est peut-être un problème de mémoire.
    Dans ce cas rappelons que 80 000 postes furent supprimés par le gouvernement Sarkozy dont les Rased, les postes de remplaçants, la formation initiale ou continue, etc.
    Faire croire que tout cela pourrait s’effacer d’un coup de baguette magique c’est de la malhonnêteté intellectuelle ou de la politique politicienne.
    C’est aussi tromper les enseignants et les parents. Cela porte un nom:la démagogie !

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 18:45, par parent d’élève

    Faire une réforme qui transforme 36 semaines de classes avec 24 heurs de cours en 36 semaines de classe avec 24 heures de cours au lieu de s’employer à réparer ce qu’a défait Sarkozy, ça c’est du changement.
    Les parents veulent une vraie réforme, mais ceux de joliot, comme ceux des autres écoles d’Aubervilliers, savent qu’aucune réforme ne pourra aboutir tant qu’il n’y aura pas les enseignants nécessaires.
    Si cette réforme passe en force sans le nombre d’enseignants nécessaire, elle fera de l’école une super-garderie ou un super centre de loisir.
    Les démagogues sont ceux qui pensent que l’école peut se passer d’enseignants. Les démagogues sont ceux qui préferent s’en prendre aux enseignants et au parents plutot qu’au lobbies hotelier ou touristique. Ces démagogues oublient que les enseignants et les parents ont, pour une grande partie d’entre eux, voté pour eux.

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 18:59, par vous avez dit école !

    Où peut bien être l’intérêt de l’enfant dans une école sans maîtres ?

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 19:01, par vous avez dit école !

    Dommage pour les écoliers qui auront encore des journées trop longues sans maîtres !

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 19:04, par Ils ont bien raison

    La première cause de fatigue chez l’enfant, c’est l’échec scolaire. Le conseil d’école de JOLIOT CURIE a raison de dire qu’aucune réforme ne pourra aboutir sans enseignants en nombre suffisant.

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 23 février 2013 à 19:04, par Solange

    Il n’y a aucun problème de mémoire, ni de malhonnêteté intellectuelle et encore moins de commentaires politiciens, et pas de démagogie non plus. D’accord pour ne rien oublier de la politique d’hier, c’est même pour cette raison que j’ai voté François Hollande. Mais le changement maintenant n’est pas une invention d’une malhonnête intellectuelle qui aurait perdu la mémoire, ni même d’une démagogue politicienne. Il ne s’agit pas de condamner aveuglément toutes les décisions prises par ce gouvernement, mais de constater que celles et ceux qui ont voté pour Hollande attendaient autre chose qu’une continuité ou un léger changement difficilement perceptible. Sur bon nombre de questions je constate que la politique d’hier se poursuit aujourd’hui. Je n’ai pas voté pour m’entendre dire quotidiennement que c’est la crise, qu’on n’y peux pas grand chose et que je dois l’accepter et être patiente. Pour ma part voter ps , c’est terminé !

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 25 février 2013 à 09:56, par Vous avez dit démagogue ?

    Tiens, le ministre reprend les demandes de la FCPE ?
    Mais c’est comme pour le changement : c’est pas pour maintenant, c’est pour après !

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 26 février 2013 à 01:30, par Déma GOGO

    Le ministre ne reprend pas les propositions de la FCPE. Il répète ce qu’il déjà dit. La réforme se fera en plusieurs temps. Le rythme de l’année sera revu plus tard. Et tant mieux si la FCPE est d’accord. espétrons juste qu’ellene changera pas d’avis.

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 26 février 2013 à 11:50, par le changement, c’est pour quand ?

    Déma Gogo fait semblant de pas comprendre la position de la FCPE qui est celle-ci : D’abord des enseignants puis une refonte de l’éducation nationale basée sur la refonte des programmes et la réforme des rythmes scolaires : vacances d’été plus courtes, 7 semaine de cours et 2 semaines de congés, 9 demi-journées par semaines, 5 h de cours max et 90 minutes de pause méridienne. C’est un tout cohérent.

    Le Ministre transforme 36 semaines de cours à 24 h en 36 semaines de cours à 24 h et renvoie le reste au changement. Ce n’est pas la position de la FCPE.

    Ce qui ne change pas, c’est que le ministre cède devant le lobby hôtelier en annonçant 2 zones pour les grandes vacances sans aucunes négociation ni concertation avec les premiers concernés, les enseignants, les parents et n’oublions pas ceux dont l’intérêt doit passer en premier : les élèves.

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 26 février 2013 à 18:18, par Il y a urgence !

    Ben l’intérêt des élèves il en prend un coup.
    Ils auraient pu voir leur journée raccourcie, ce sera pour plus tard.
    Ils auraient pu voir leurs heures étalées sur la semaine, il va falloir attendre 2014. Et encore, parce que si toutes les conditions ne sont pas remplies, ce sera encore repoussé : 2015, 2016 , 2017, jamais ?
    Et pendant ce temps on fabrique de l’échec scolaire.
    C’est vrai que l’urgence, c’est de ne rien faire.

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 27 février 2013 à 09:23, par L’urgence, c’est l’intérêt des élèves

    C’est le manque d’enseignants qui fabrique l’échec scolaire et c’est l’échec scolaire qui fatigue les élèves. L’urgence, c’est de former massivement des enseignants.
    Le premier intérêt des élèves, c’est d’avoir des enseignants.

  • Réforme des rythmes scolaires : ça bouge à Aubervilliers ! Le 27 février 2013 à 12:15, par Pour réduire la journée des enfants, il faut réduire la journée de travail des parents

    La journée des enfants dont les parents travaillent, elle se termine quand les parents viennent les chercher au centre de loisir.