Projet immobilier sur le marché du Montfort

Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi...

dimanche 16 décembre 2012

Ce samedi, un collectif d’habitants appelait à une rencontre avec les habitants du quartier du Montfort pour les informer du projet immobilier sur l’emprise du marché du Montfort.

La réunion, qui avait attiré une quarantaine de personnes, allait débuter quand un à un, plusieurs maires-adjoints socialistes se sont invités : Monsieur Vannier, responsable de l’urbanisme, Monsieur Hedjem, en charge des marchés, Madame Yonnet, première adjointe, accompagnés de plusieurs autres élus. A les entendre, ils se devaient de rétablir la vérité face à un « tract mensonger » qui cherchait à induire les habitants en erreur.

Premier morceau de bravoure : Monsieur Vannier affirme qu’il n’y a aucun projet. Manque de chance, les habitants produisent un document de plusieurs pages avec plans, projets d’élévations, etc. L’intéressé répond qu’il ne s’agit pas d’un projet finalisé, et que des projets comme celui-là, « il en existe des centaines sur la ville ». Il prétend qu’il lui serait plus facile de faire comme les municipalités précédentes, de tout laisser en l’état et ne rien faire. Ce faisant, il oublie que dans la précédente mandature, l’adjointe à l’urbanisme s’appelait Madame Yonnet, et l’élue au commerce Madame Sandt, toutes deux membres du Parti socialiste... Faut-il croire que Monsieur Vannier taperait sur ses camarades de parti ?

Deuxième morceau de bravoure : Monsieur Vannier aurait sollicité un promoteur pour « répondre à un besoin », celui du stationnement. Les forains n’auraient pas de place pour stationner, ce qui provoquerait des problèmes de circulation. Le prétexte ne manque pas de sel quand on sait que rue après rue, des places de stationnement sont supprimées dans le quartier.

Le projet présente effectivement un sous-sol de 54 places. Mais avec 55 logements, la réglementation étant d’un parking pour un logement construit, on ne voit pas bien comment cela pourrait résoudre le manque de stationnement. Interrogé, il botte en touche en expliquant qu’il y aura deux niveaux de parking alors que les plans ne comportent qu’un niveau. En somme, il s’agit d’un niveau fantôme pour un projet inexistant. Inexistant peut être, mais pas si irréel que cela puisque Monsieur Vannier reconnaît qu’il s’agit d’un projet en accession « de bonne tenue ».

Manifestement énervé, il conclut en disant qu’il se fiche que le projet aboutisse ou non, qu’il y aura une concertation avec les habitants, et que si les habitants n’en veulent pas, le projet sera abandonné. Dont acte.

Malgré la tentative de prise en main de la réunion par les élus de la majorité, qui prennent la place des organisateurs de la réunion et s’approprient la tribune, les inquiétudes des habitants s’expriment. Quid du maintien du marché durant les travaux ? Quid des marchands, qui ne sont pas suffisamment nombreux ? Quid de l’entrée du marché avenue Edouard Vaillant, qui est une véritable pissotière doublée d’un lieu de dépôt sauvage ? Quid de l’entrée rue Hélène Cochennec, qui n’est pas mieux lotie ? Quid de l’entretien de la halle elle-même, qui n’est jamais correctement nettoyée ? Quid de la répartition des commerçants, des événements promotionnels, des camelots ? Quid du commerce de proximité qui pâtirait forcément de la disparition du marché ?

Là, Monsieur Hedjem, élu au commerce, entre dans une démonstration nébuleuse en expliquant que les commerçants du Montfort sont globalement contents, qu’ils gagnent leur vie, mais que le marché est déficitaire. Avant de dire le contraire, à savoir qu’il n’arriverait pas à faire venir des commerçants parce qu’ils ne s’y retrouveraient pas. Il prend alors « l’engagement solennel ».de re-dynamiser le marché, de faire venir de nouveaux commerçants, et de travailler avec tous les habitants du quartier. Dont acte.

Sauf que les habitants font remarquer que les abords du marché ne sont pas entretenus, que rien n’est fait en matière de promotion commerciale, et qu’il faut changer tout cela.

Madame Yonnet prend alors la parole d’un ton ferme, digne d’une institutrice, pour expliquer qu’il y a déjà eu concertation dans les comités de quartiers où le projet a été présenté. Stupéfaction de plusieurs participants qui pensaient que les comités de quartiers ne se réunissaient plus... Une fois de plus, c’est la confusion : présentation de projet, concertation et démocratie locale font-ils bon ménage ? Manifestement, non.

Au bout du bout, les organisateurs de la réunion entendent écrire au maire afin d’être reçus pour demander que le projet soit abandonné et que le marché du Montfort, comme le quartier, soit revitalisé.

C. A.

13 Messages

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 16 décembre 2012 à 11:07, par la taupe rouge

    Effectivement j’ai assisté à une partie de la réunion, et je puis confirmer que l’adjoint au maire à l’urbanisme est "super-menteur" en personne !!
    Quant à l’adjoint en charge des marchés lui c’est langue de bois de chez langue de bois !!
    Pour la femme du maire, je suis désolé, mais des obligations familiales m’ont malheureusement éloigné de ce grand moment de "démocratie participative".

    Répondre à ce message

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 16 décembre 2012 à 12:24, par Pas convaincu

    L’adjoint du commerce explique qu’il est très difficile de trouver des commerçants au marché du Montfort. La preuve : il a même demandé à des amis à lui de venir sur le marché et ils ont refusé.

    Question n°1 : Est-ce que l’adjoint est adjoint au commerce parce qu’il a des amis commerçants ?

    Question n°2 : Est-ce qu’il faut être ami avec l’adjoint au commerce pour pouvoir s’installer sur le marché ?

    Répondre à ce message

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 16 décembre 2012 à 12:31, par Toujours pas convaincu

    L’adjoint à l’urbanisme dit que pour sauver le marché, « il faut augmenter le prix du panier ». En clair, il faut que les acheteurs achètent pour plus cher. Sa solution, c’est de construire 54 logements en accession à la propriété pour sauver le marché.

    En clair, les usagers du marché sont trop pauvres pour intéresser des commerçants.

    Bel éclairage sur la manière dont nos élus nous considèrent.

    Répondre à ce message

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 16 décembre 2012 à 12:36, par Bravo les élus

    La mauvaise foi, c’est vous.

    Les locataires du 112 cochennec qui vivent dans des conditions déplorables sont contents de pouvoir enfin accéder à la propriété dans leur quartier. Comme ça en plus, ils libèrent des places dans le secteur HLM. 

    Répondre à ce message

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 16 décembre 2012 à 13:16, par On n’est pas obligé d’avoir une prostate à la place du cerveau

    @ Bravo les élus : vous pensez sérieusement qu’un habitant du 112 Cochennec qui paie 350 euros de loyer par mois est en capacité de débourser le triple en remboursement d’emprunt pour acheter un logement à 4000 euros le m2 ?

    Et quand bien même ce serait le cas, la différence de pouvoir d’achat en moins qu’il subirait pendant 25 ans le ferait consommer moins, y compris au marché du Montfort.

    Faut pas être sorti de polytechnique pour comprendre ça ! Y’en a qu’ont rien compris aux causes de la crise.

    Répondre à ce message

  • Axe numéro 1 de la pré-campagne : faire peur aux seniors Le 16 décembre 2012 à 16:24, par Victor Noir

    D’étals, dans cette affaire volontairement gonflée (alors qu’il n’y a aucune actualité brûlante sur le sujet), il n’est pas vraiment question...

    S’il s’agissait de répondre réellement quant au devenir du marché du Montfort, on pourrait partir d’un constat d’évidence : commercialement parlant, l’endroit n’existe pas. Ce qui n’est ni d’aujourd’hui ni même d’hier.... Alors que le marché du centre-ville va mieux et que celui des Quatre-chemins survit vaille que vaille, le montfort est quasiment mort.

    A qui la faute ? Pour l’essentiel, à une clientèle qui n’existe plus. Soit qu’elle ait disparu naturellement au fil du temps, soit qu’elle ait changé ses pratiques de consommation (centre commercial de Drancy).

    Et la municipalité, celle-ci comme la précédente, n’ont pas pu y faire grand-chose. La reconstruction de la halle à grands frais il y a quinze ans et les animations diverses tentées depuis n’ont pas inversé la vapeur. Normal, puisque le problème est avant tout celui du "stock" de consommateurs susceptible de fréquenter l’endroit.

    Jean-Yves Vannier a peut-être été maladroit lors de cette réunion, mais il a au moins le mérite de poser les bonnes questions.

    Celle-ci, par exemple : pourquoi le marché du centre-ville va-t-il mieux depuis trois ans ? Parce qu’une nouvelle clientèle est en train de faire son apparition...

    La réponse ne plaira pas à ceux qui vont s’échiner dans les mois qui viennent à opposer anciens et nouveaux albertivillariens, elle ne dit pas moins vrai.

    A propos de ceux qui vont s’échiner.... Evidemment, ce soudain émoi sur le destin du marché du Montfort est à leur attribuer. "Faisons peur, faisons peur, et espérons qu’il en reste quelque chose au temps venu des élections."

    De propositions, ici comme ailleurs, ils n’ont pas ou si peu. Leur jeu est limité d’ou la carte surjouée des craintes à susciter.

    Je vous l’annonce d’avance, nous allons avoir droit à des polémiques de ce genre tous les deux mois d’ici mars 2014. Quartier par quartier et avec le public cible des Albertivillariens vieillissants en ligne de mire. Du pur JJK dans la méthode...

    C’est médiocre et trivial, ça n’apporte rien au débat public et pas plus à Aubervilliers.

    Que ceux qui espèrent autre chose du PC/Front de gauche se réveillent avant qu’il ne soit trop tard...

    Répondre à ce message

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 16 décembre 2012 à 17:30, par Victor, bon petit soldat PS

    Victor Noir est bien dans la ligne de la municipalité : changer la population pour changer l’électorat. En opposant les nouveaux et les anciens habitants, les riches et les pauvres, ils font une politique qu’on connaît déjà… Au fait, le changement, c’est maintenu ?

    Répondre à ce message

  • Quand la mauvaise foi fait office de foi... Le 16 décembre 2012 à 18:14, par Victor Noir

    A oreillesbouchées@

    Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre... Plus de mixité sociale ne veut pas dire substituer une population à une autre mais suffisamment mélanger les composantes de la société locale pour stopper le déclin auquel les tenants d’une ville fermée nous ont condamnés depuis les années 80.

    Oui, nous manquons de petites classes moyennes à Aubervilliers pour en assurer l’équilibre et donc, un avenir. Où est le scandale dans cette vérité ?

    Notre ville compte 43% de logements sociaux. Ce n’est donc pas demain la veille que quelques programmes en accession la feront basculer en un nouveau Levallois-Perret !

    Je vous laisse à votre nostalgie d’une formule nomenklatura + ghetto qui fit (quelques temps) la survie du PCF dans une banlieue rouge agonisante. En espérant sincèrement, et pour le bien de la communauté albertivillarienne dans son ensemble, que cette période mortifère soit définitivement derrière nous.

    Répondre à ce message

  • Habitant de longue date le quartier du Montfort et fréquentant le marché chaque semaine, je crains que le débat ne s’engage mal. A vous lire les uns et les autres, on a l’impression que cette question éclate à la demande et sous la pression des communistes de l’ancienne municipalité. C’est quand même curieux que @Victor Noir ne puisse imaginer qu’il existe des habitants qui vivent leur quartier et qui ne comprennent pas que l’on veuille leur imposer un projet qui va modifier leur quartier, leurs habitudes, une partie de leur vie en quelque sorte, sans qu’ils puissent émettre la moindre opinion. Je suis signataire de la pétition et je n’ai pas demandé l’autorisation des communistes de l’ancienne municipalité pour le faire. Que @Victor Noir ramène cette question aux jeux politiciens de l’actualité locale est pour le moins méprisant pour les habitants du quartier. Les signataires de la pétition n’ont que faire de vos querelles politiciennes. Quant à M. Vannier, noter comme le fait @Victor Noir qu’il a été peut-être maladroit, c’est simplement se moquer du monde. M. Vannier n’a pas été maladroit, il a été dédaigneux, autoritaire et hautain. Je ne sais pas si @Victor Noir est un élu, mais en tout cas il il ne doit pas beaucoup fréquenter le marché du centre ville pour oser dire que ce marché bénéficie d’une nouvelle clientèle.

    Répondre à ce message

  • J’ai oublié, alors je complète : @Victor Noir parle du "déclin auquel les tenants d’une ville fermée nous ont condamné depuis les années 80". Aubervilliers une ville fermée ? Alors là c’est le comble, @Victor Noir parle d’une ville qu’il ne connaît pas et qu’il ne doit pas vivre au quotidien.

    Répondre à ce message

  • Quels sont les signataires de la pétition ? Le 20 décembre 2012 à 07:47, par Albertivillarien depuis 1959 !

    On parle de mauvaise foi, elle commence par les initiateurs du tract anonyme d’appel à la réunion du 15 décembre distribué dans ma boite aux lettre .Qui sont-ils ?

    Qui sont ces habitants qui regrettent "la disparition programmée d’un des rares espaces de convivialité du quartier du Montfort" .

    En passant, je remarque que n’avons pas le même sens de la convivialité, ce marché est devenu une image caricaturale de notre ville, peu de commerçants et des clients âgés qui n’arrêtent pas de regretter le passé forcement idéalisé .

    Je fréquentais ce marché depuis .....1970. Ce marché périclite depuis des années et la municipalité actuelle n’en est pas responsable .Il faudrait plutôt s’interroger sur les vraies raisons de ce déclin commercial .

    Je suis un "vieux" d’Auber et je ne regretterai pas la disparition de ce marché .D’ailleurs je n’y vais plus , je n’aime pas cette ambiance , je préfère "le souk" de la Mairie , et oui au moins c’est le vrai visage de notre ville.

    Alors dites nous quelles sont les vraies raisons de cette mobilisation.Je subodore qu’elles sont politiciennes, ne serait-elle pas liée aux prochaines élections municipales ?

    Dites nous, quel parti politique est à l’initiative de cette mobilisation . Je ne crois pas à l’apparition "miraculeuse" de tracts mobilisateurs .

    La transparence est la seule vraie arme de la démocratie locale sinon on frise la démagogie .Et cette dernière fait le jeu des xénophobes de notre ville qui deviennent malheureusement de plus en plus nombreux.

    Répondre à ce message

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 20 décembre 2012 à 09:35, par Que de bruits pour un projet qui n’existe pas !

    Je ne sais pas qui a organisé tout ça, ni qui sont les signataires, mais quand on voit les réactions que ça suscite, je me dis qu’ils ont bien eu raison de le faire.

    Répondre à ce message

  • Quelques explications et beaucoup de mauvaise foi... Le 20 décembre 2012 à 11:54, par Eradicateur

    Un marché vieillissant, qui n’attire plus personne sauf 180 signataires qui n’ont le bon goût ni d’être jeunes ni d’être riches. Dommage que la majorité actuelle n’ait pas le moyen de les éradiquer autrement qu’avec des promotions immobilières !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article