Journée de grève du 11 octobre dans l’Education Nationale

A Aubervilliers, "classes cherchent désespérément enseignants"

jeudi 11 octobre 2012

Le 21 septembre, ce sont les parents d’Aubervilliers qui tiraient la sonnette d’alarme :

http://pcfaubervilliers.fr/spip.php?article834 .

Lors d’un rassemblement spontané, ils avaient souhaité la bienvenue à la nouvelle inspectrice de l’éducation nationale en lui réclamant les postes manquants. Pas de maître dans cinq écoles, des remplaçants qui valsent au gré des besoins d’une école sans être eux-mêmes remplacés, la situation était devenue intenable pour les parents qui avaient barré l’avenue de la République pour se faire entendre.

Hébergeur d'image Les parents d’élèves lors de la mise en place du barrage avenue de la République le 21 septembre

Aujourd’hui, 11 octobre, ce sont les enseignants du premier degré qui veulent se faire entendre : 11 écoles fermées, deux enseignants sur trois en grève, soit un taux nettement supérieur au département. C’est dire à quel point la situation est tendue, comme l’ont fait savoir bruyamment ce matin les enseignants sur la place de la mairie avant de se rendre au ministère sous les fenêtres de Vincent Peillon pour lui rappeler comment la priorité au primaire se traduit dans les écoles.

Depuis le début de l’année, on voit sur les écoles des banderoles qui réclament les maîtres manquants. Sous la pression démographique, l’Inspecteur d’Académie avait été contraint à dix ouvertures de classe à Aubervilliers, mais sans être en capacité de placer un enseignant devant chaque classe et en recourant d’emblée aux remplaçants. Et situation inédite depuis plusieurs années dans le premier degré, il faut recourir à des enseignants contractuels pour encadrer les jeunes enfants à l’école. "Bonjour le traitement de la difficulté scolaire avec la disparition des RASED" entendait-on ce matin dans le rassemblement.

On espère que le plan d’urgence réclamé à corps et à cri dans le département va enfin voir le jour.

Armandi Bulle

3 Messages

  • A Aubervilliers, "classes cherchent désespérément enseignants" Le 12 octobre 2012 à 10:03, par Vu sur le site de l’académie de Créteil

    Sauve qui peut pour mettre un adulte devant les élèves. Peu importe s’il est formé ou pas !
    Comme quoi, on voit ce que donne la priorité accordée à la RGPP sur la gestion prévisionnelle des besoins en enseignants... Mais la planification est un gros mot....

    L’académie recrute des enseignants

    À tous ceux qui possèdent au moins une licence, l’académie de Créteil propose de devenir professeur. Pour un minimum de 1750 € brut par mois, vous pouvez enseigner dans le second degré (collège, lycée et lycée professionnel) et mettre en valeur vos diplômes ou votre expérience professionnelle tout en partageant votre savoir.
    Si vous avez des compétences en allemand, technologie, génie mécanique, éco-gestion ou l’une des 80 disciplines de l’éducation nationale, remplissez le formulaire de l’application ci-dessous pour que nous puissions traiter votre dossier et l’intégrer à notre base de données.

  • L’école est sauvée : avec 4 millions de chômeurs, on a des licenciés à la pelle... Comment ça je dis une connerie ?!

  • A Aubervilliers, "classes cherchent désespérément enseignants" Le 14 octobre 2012 à 20:03, par Il n’y a pas que la génération qui est spontanée...

    « Lors d’un rassemblement spontané »

    J’adore la spontanéité ! Ils ont tous drapeaux et sifflets, ils sont organisés pour barrer la rue, il y a un mec qui passe par hasard et qui avait un appareil photo (encore par hasard), et il y a encore un mec pour écrire et tout ça sur le site du PCF...