Les élèves n’ont pas à pâtir de la situation financière du collège Rosa Luxemburg

dimanche 23 septembre 2012

Les médias sont intervenus sur les difficultés financières rencontrée par le collège Rosa Luxemburg à Aubervilliers dont les missions d’enseignement ont été sérieusement mises à mal, allant jusqu’à une menace de fermeture du
collège. Pour l’instant c’est le bon sens qui semble l’emporter suite à l’entrevue
qui a réuni représentants du Conseil général, du Rectorat et des personnels
de l’Établissement. Ces derniers restent prudents mais dans leur communiqué
prennent acte du fait que les dépenses prévues pour 2012-2013 en direction
des élèves pourront être engagées et que la dotation du collège sera
sensiblement abondée.

Trois semaines de mobilisation des acteurs de la communauté éducative ont
été nécessaires pour entrer dans la voie du règlement de la situation qui
demandera un suivi permanent.

Nous reproduisons l’article que l’Huma a publié le 18 septembre dernier et
qui éclaire bien les difficultés de l’Établissement, en souhaitant que le
travail structurel de redressement financier engagé soit poursuivi pour
assurer pérennité et sérénité dans le fonctionnement du collège.

L’Humanité, le 18 septembre 2012

Le collège Rosa-Luxemburg d’Aubervilliers a 220 000 euros d’impayés. Le personnel se mobilise pour obtenir des mesures d’urgence.

Un prof d’espagnol payant de sa poche le magnétophone pour ses cours, un autre en SVT obligé de quémander des scalpels dans un établissement voisin, des manuels scolaires toujours pas achetés… Le collège Rosa-Luxemburg d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) vit un véritable calvaire, empêtré depuis des années dans des déficits qui se montent désormais à 220 000 euros, soit l’équivalent de son budget annuel.

Ce trou dans la caisse a été découvert en septembre 2011 par la nouvelle direction, qui a alerté le rectorat. L’audit mené écarterait toute malversation. La dette relèverait plutôt d’une accumulation d’erreurs de gestion, notamment des contrats surfacturés par des prestataires qui ont échappé aux autorités de tutelle. Pour cause : pendant cinq ans, l’agence comptable du collège n’a adressé aucun bilan au conseil général ou au rectorat… Une procédure administrative est en cours pour déterminer les responsabilités exactes. En attendant, l’équipe enseignante vit une diète budgétaire intenable. Depuis février, les crédits d’enseignement ont été gelés dans cet établissement en zone prioritaire. «  Tous les projets sont au point mort faute de moyens », déplore Séverine Labarre, prof de français et déléguée du Snes-FSU. Le traditionnel voyage de la classe Ulis, mêlant élèves valides et handicapés moteurs, a été annulé, la classe-relais n’a pas ouvert faute de prof référent, et la section Segpa (enseignement adapté) n’a pas de machines…

La situation s’est encore envenimée en cette rentrée devant l’inertie des pouvoirs publics. Il aura fallu une journée de grève avant que le rectorat s’engage à financer les manuels manquants et que le conseil général propose une avance de 60 000 euros. Celle-ci devrait être votée fin septembre, ainsi qu’une revalorisation de 8,2 % de la dotation de fonctionnement. «  Insuffisant, réagit Séverine Labarre. Ça va être absorbé par les arriérés de factures et il ne restera plus rien pour le pédagogique. Pareil pour la hausse de dotation qui sera mise à mal rien qu’avec la hausse du prix de l’énergie. C’est 25 % de plus qu’il nous faut pour fonctionner normalement.  »

Lettre ouverte à Peillon

Après une première journée de grève, le 7 septembre, les personnels du collège Rosa-Luxemburg ont de nouveau arrêté 
le travail, le jeudi 13 septembre. Toujours pas reçus par le rectorat, ils ont décidé d’adresser une lettre ouverte à Vincent Peillon 
et un rassemblement est prévu demain, à 14 h 30, devant le ministère de l’Éducation nationale. Une occupation nocturne 
du collège est également programmée pour le 20 septembre.

Laurent Mouloud

4 Messages

  • Les élèves n’ont pas à pâtir de la situation financière du collège Rosa Luxemburg Le 24 septembre 2012 à 08:18, par Il faut établir les responsabilités

    D’accord, Les élèves n’ont pas à pâtir de la situation financière du collège Rosa Luxemburg d’Aubervilliers mais un gestionnaire qui ne remonte pas les comptes, une tutelle qui ne dit rien, ça fait 300000 euros de trou (220000 + 80000 que le conseil général a déjà apporté).

    On a du mal à comprendre comment l’ordonnateur (celui qui ordonne les dépenses, le chef d’établissement) ait pu les ordonner alors qu’il n’y avait pas les sous dans la caisse. On a du mal à comprendre comment l’agent comptable qui est responsable sur ses deniers personnels de l’engagement des dépenses indûment engagées n’ait pas usé de son devoir d’alerte quand les comptes commençaient à être dans le rouge et ait accepté de les engager.

    On a bien sur du mal à comprendre pourquoi c’est le changement d’agent comptable qui a permis de découvrir l’ampleur du trou et pourquoi la tutelle n’a demandé aucun compte pendant cinq ans.

    Oui, il s’agit d’argent public et les responsabilités doivent être établies. Si des mesures de redressement doivent être prises, on ne saurait passer sous silence ce qui a amené à la situation actuelle du collège.

  • Les élèves n’ont pas à pâtir de la situation financière du collège Rosa Luxemburg Le 24 septembre 2012 à 10:47, par T’inquiète camarade

    Pour ce qui est des responsabilités dans ce trou financier, Hanotin (vice président socialiste du conseil général, motion C au conseil fédéral http://www.parti-socialiste93.fr/conseil-federal) s’en charge à l’égard de son camarade ex gestionnaire de Rosa Luxemburg, (motion D de ce même conseil fédéral et trésorier de la fédération de Seine Saint Denis du PS)

  • Les élèves n’ont pas à pâtir de la situation financière du collège Rosa Luxemburg Le 24 septembre 2012 à 23:44, par pour plus d’info, le communiqué des personnels du collège

    Les personnels du collège ont publié le communiqué lisible sur le site du SNES http://www.creteil.snes.edu/actualite-des-etablissements/seine-saint-denis/sortie-de-crise-au-college-rosa.html

  • Les élèves n’ont pas à pâtir de la situation financière du collège Rosa Luxemburg Le 4 octobre 2012 à 12:06, par Les faux-culs comptez vous

    Lettre de Jacques Salvator au Président du Conseil Général au sujet de la situation financière du collège Rosa Luxembourg
    14 sept 2012 ⋅

    Monsieur Stéphane TROUSSEL

    Président du Conseil Général de la Seine Saint Denis

    Aubervilliers, le 13 septembre 2012

    Monsieur Le Président,

    La situation financière du collège Rosa Luxemburg constitue une surprise pour la municipalité et sa médiatisation, une indiscrétion inutile.

    A aucun moment le conseil d’administration du collège n’a évoqué les difficultés budgétaires en ces termes, ni dans toute leur gravité.

    Le représentant du conseil général n’a transmis aucune alerte en direction de la municipalité.

    Certes, la ville d’Aubervilliers n’a ni compétence ni prérogative, en la matière, même si elle subventionne un certain nombre de projets éducatifs. Pour autant, la nature de nos relations et partenariats permet d’échanger en toute responsabilité et éventuellement de partager des constats ou des solutions et propositions alternatives.

    Quoi qu’il en soit il serait regrettable que le dynamisme de la communauté éducative soit entravé, de même que le fonctionnement normal du collège, alors qu’un climat plus serein s’installe au sein et aux abords de l’établissement.

    En confirmant notre volonté d’une collaboration efficace et en souhaitant une rencontre prochaine sur cette question avec l’un de vos collaborateurs.

    Je vous prie de recevoir, Monsieur le président, mes cordiales salutations

    Jacques SALVATOR

    Maire d’Aubervilliers

    Vice-Président de Plaine Commune


    S’il n’y avait pas eu "indiscrétion inutile", aurait on eu connaissance de cette affaire ? Et la "surprise" aurait été encore plus tardive... Et on ne serait pas dans la voie du redressement....

    Alors un peu de sérieux SVP